Pau Tibet
Rubriques  
  Infos
  Année 2016
  Année 2015
  Année 2014
  => Janvier 2014
  => Février 2014
  => Mars 2014
  => Avril 2014
  => Mai 2014
  => Juin 2014
  => Juillet 2014
  => Aout 2014
  => Septembre 2014
  => Octobre 2014
  => Novembre 2014
  => Décembre 2014
  Année 2013
  Année 2012
  Année 2011
  Année 2010
  Année 2009.
  Historique de l'APACT.
  Hommage à Phurbu
  Rencontre de Denise Campet Puntsok Drolma avec S.S. Dalaï Lama.
  Mainpat 2007
  Mainpat 2009
  Mainpat: travaux et projets.
  Mainpat 2011
  Mainpat 2013
  Mainpat 2014
  Mainpat 2015
  Mainpat 2016
  Bodnath le 10 Mars 2009.
  Pokhara 2009
  Dharamsala 2009
  Salle de classe du monastère de Pawo Rinpoché au Népal.
  Université de Bengalore
  Les écoles en Inde, Népal et Bouthan
  Gandhi School Mainpat Mai 2012
  Parrains et Filleuls.
  Témoignages des filleuls
  Parrainage.
  A.G. de l'APACT 16 Mai 2009.
  A.G de l'APACT 8 Mai 2010
  A.G de l'Apact le 14 Mai 2011
  A.G de l'Apact le 12 Mai 2012
  A.G de l'Apact le 20 Avril 2013
  A.G de l'Apact le 13 Avril 2014
  AG de l'Apact le 10 Avril 2015
  A.G de l'Apact le 2 Avril 2016
  AG de l'Apact le 22 Avril 2017
  Fête annuelle de l'APACT.
  Fête annuelle de l'APACT 2010.
  Fête annuelle de l'APACT 2011
  Fête annuelle de l'Apact 2012
  Fête annuelle de l'APACT 2013
  Fête annuelle de l'APACT 2014
  Fête annuelle de l'APACT 2015
  Fête annuelle de l'APACT 2016
  Fête annuelle de l'APACT 2017
  Béru Khyentsé Rinpoché à Pau.
  Actualité PAU.
  Exposition peintures Tashi Norbu
  Méssage de SS Dalaï Lama au peuple Tibétain.
  Déclaration Universelle des Droits de l'Homme.
  Discours de Mr Badinter le 14 Mars 2015
  Prisonniers Tibétains
  Seisme du Népal 2015
  Galerie
  Partenaires.
  Exposition du 18 au 25 Février 2017
  10 Mars 2017 à Pau
Juillet 2014
29 Juillet 2014

Mainpat anniversaire du Dalai Lama.Merci à tous ceux qui nous permettent de soutenir le group opéra de Mainpat.























































29 Juillet 2014

La Chine doit étendre la ligne ferroviaire près des frontières sud du Tibet. (www.tibetan.fr)

 

Après avoir ouvert l’extension de la ligne de chemin de fer stratégique Qinghai-Tibet de Lhasa à Shigatse en août-septembre 2014, la Chine ouvrira d’autres lignes ferroviaires vers Gyirong (en tibétain : Kyirong) près de la frontière népalaise, et Yatung (or Dromo) près de la frontière avec l’Etat indien du Sikkim et de la frontière bhoutanaise.

Global Times, l’édition internationale de la voix officielle du Parti communiste chinois People’s Daily, a cité le 24 juillet Yang Yulin, directeur adjoint du bureau des chemins de fer du gouvernement de la Région Autonome du Tibet, disant que les nouvelles constructions seront entreprises durant la période du 13ème plan quinquennal chinois (2016-2020).

Par ailleurs, la construction d’une autre ligne de chemin de fer reliant Lhasa à Nyingchi (en tibétain : Nyingtri) dans l’est, située près de la frontière avec l’Etat indien de l’Arunachal Pradesh revendiqué par la Chine comme partie du sud Tibet, sera bientôt commencée, ajoute le rapport.

Faisant référence à l’importance stratégique de ces projets, le rapport a cité Mme Wang Chunhuan, professeur à l’académie tibétaine des sciences sociales de Lhassa, qui dit que le réseau de chemin de fer jouera le rôle de pont continental en Asie du sud et promouvra les échanges économiques et culturels. Il a aussi cité des observateurs qui disent que le chemin de fer, en plus de booster le développement économique, contribuera à résoudre les différents frontaliers entre la Chine et l’Inde dans la région du sud Tibet.

« Les Indiens ont récemment travaillé à l’ajout d’infrastructures dans la région du sud Tibet, afin d’en renforcer le contrôle » dit Liu Zongyi, expert sur les études indiennes au Shanghai Institutes for International Studies. « Ils sont sensibles à la façon dont le gouvernement chinois bouge dans la région sud-ouest du Tibet ».

Le rapport cite Liu disant que les atouts en réserve seront accrus côté chinois si les gens dans la région sud du Tibet voient un meilleur développement économique dans le sud-ouest du Tibet. Il a ajouté que l’agrandissement de la ligne de chemin de fer accroitra les activités chinoises dans cette zone, équilibrant les mouvements indiens.

version originale : http://www.tibetanreview.net/china-...



29 Juillet 2014


Les Tibétains en exil commémorent le centenaire de la Shimla Convention.
(www.tibetan.fr)

Par Phuntsok Yangchen

DHARAMSHALA, July 24 : les Tibétains en exil ont commémoré mercredi le centenaire de la Shimla Convention de 1914, avec une réunion-débat sur la ligne McMahon, l’accord Panchsheel, et l’actuelle crise frontalière sino-indienne.

Le Dr. Dibyesh Anand, professeur associé à l’Université de Westminster à Londres, Lobsang Yeshi, membre du Parlement tibétain, et Tenzin Tsundue, activiste et écrivain tibétain, ont participé aux discussions à l’école de jour du TCV.

« Il y a une centaine d’années, un traité ou une convention était discuté entre l’Inde britannique, le Tibet et la Chine. La raison pour laquelle c’est important est que même la Chine a reconnu que le Tibet était en mesure de signer un traité. Seul un Etat indépendant a cette capacité, c’est pourquoi la Shimla Convention est si importante pour les Tibétains aujourd’hui, car c’est un rappel au monde que le Tibet a été historiquement indépendant » dit Dibyesh Anand.

Anand a également remarqué que la position indienne était « très curieuse » car elle cherche à accepter le traité signé par le Tibet mais pas à pousser la communauté internationale à reconnaître que le Tibet était indépendant et avait la capacité de signer un traité.

En 1914, des représentants de la Grande-Bretagne, Sir Henry McMahon, Secrétaire du gouvernement de l’Inde britannique, Ivan Chen, Commissaire spécial pour les affaires étrangères à Shanghai en Chine, et Lonchen Shatra Paljor Dorje, Premier ministre du Tibet, se sont rencontrés à Shimla pour esquisser un traité tripartite par lequel les gouvernements de Grande-Bretagne et de Chine reconnaissaient la suzeraineté du Tibet et l’autonomie du Tibet extérieur, garantissant le « respect de l’intégrité territoriale du Tibet et l’abstention d’interférence dans l’administration du Tibet extérieur (incluant le choix et l’instauration du Dalai Lama), qui devraient rester entre les mains du gouvernement tibétain à Lhassa. »

La Chine revendique ne pas reconnaître la Shimla Convention car le Tibet n’était pas un gouvernement souverain et ainsi n’avait pas d’autorité pour les affaires extérieures afin de conclure des traités.

Lobsang Yeshi a fait un compte-rendu détaillé de la Shimla Convention de 1914. Il a dit que pendant la longue réunion de neuf mois, dix membres de la délégation tibétaine menée par Lonchen Shatra ont remis plus de cinquante documents, ce qui prouve que le Tibet était une nation indépendante, alors qu’Ivan Chen, qui représentait la Chine à la Convention, n’avait aucune preuve disant que le Tibet était une partie de la Chine.

L’activiste tibétain Tenzin Tsundue a dit que l’Inde doit reconnaître le Tibet comme une nation indépendante pour revendiquer l’Arunachal Pradesh car « l’Arunachal Pradesh est un enfant né du mariage entre l’Empire britannique en Inde et le Tibet. Et si vous (l’Inde) ne reconnaissez pas le père, comment pouvez-vous revendiquer la légitimité sur l’enfant ? »

Il a ensuite déclaré que les jeunes générations de Tibétains sont les acteurs de l’avenir du Tibet et que les Tibétains traiteront avec les autres nations de la même façon qu’elles ont traité avec les Tibétains. « Traitez avec nous car demain le Tibet n’aura pas la compassion du Dalai Lama pour traiter avec vous. Nous traiterons avec vous de la manière dont vous traitez avec nous aujourd’hui, alors que nous sommes en situation de faiblesse. Et c’est un très mauvais calcul que de penser qu’après le Dalai Lama, le Tibet ne sera plus là. »

Le Tibet avait signé des traités en tant que nation indépendante depuis l’an 821 avec la Chine, le Ladakh, le Cachemire, le Népal, la Birmanie, le Sikkim, et la Grande-Bretagne, jusqu’en 1918.

version originale : http://www.phayul.com/news/article....



29 Juillet 2014

La violence à Gaza est « impensable » (Sa Sainteté le Dalai Lama). www.tibetan.fr

DHARAMSHALA : le chef spirituel tibétain, Sa Sainteté le Dalai Lama, a décrit le violent conflit à Gaza entre la Palestine et Israël comme « inimaginable », disant qu’il ne s’attendait pas à de telles violence de la part de personnes qui se revendiquent de principes religieux.

« Toutes les grandes traditions religieuses, l’islam, le christianisme, l’hindouisme bien sûr, le jainisme et le bouddhisme, toutes les grandes traditions religieuses nous enseignent la pratique de la compassion, de l’amour, du pardon, de la tolérance. Alors pourquoi une personne qui croit en une certaine foi s’implique dans de telles violences ? » a dit le Dalai Lama lundi à des journalistes en réponse à une question à propos de la crise. « C’est vraiment très, très triste » a dit le Dalai Lama.

Le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies a tenu aujourd’hui une réunion d’urgence à Genève pour discuter de l’étendue de la crise, alors que le nombre de morts au 16ème jour s’élève à 700, dont plus de 690 Palestiniens et 34 Israéliens.

Notant que le Secrétaire Génaral Ban Ki-moon était actuellement dans la région en espérant soutenir un cessez-le-feu, la Haute Commissaire aux droits de l’homme des Nations Unies Navi Pillay a dit qu’elle espérait que les deux parties répondent positivement, mais a mis en garde sur une paix durable qui ne peut commencer que par le respect des droits de l’homme et de la dignité humaine, et dans la pleine réalisation du droit à l’auto-détermination.

Mme Pillay a dit qu’Israël n’avait pas fait suffisamment pour protéger les civils, citant les frappes aériennes et le bombardement des maisons et des hôpitaux. Elle a aussi condamné le Hamas et d’autres groupes militants pour les « attaques sans discrimination » contre Israël.

Les agences humanitaires ont dit qu’un enfant était tué toutes les heures en moyenne ces deux derniers jours, et qu’il y avait eu un pic de naissances prématurées. Les officiels gazaouis ont déclaré que plus de 3000 maisons avaient été détruites ou endommagées, et 46 écoles, 56 mosquées et 7 hôpitaux touchés (The Guardian).

version orginale : http://tibet.net/2014/07/24/his-hol...



27 Juillet 2014

Photos de l'inauguration de la cuisine du group opéra de Mainpat. Merci à nos donateurs et aux membres APACT qui ont oeuvré pour la
réalisation de ce projet.



























































27 Juillet 2014

Le Dalai Lama prône une solution réaliste et non historique pour le Tibet (www.tibetan.fr)

Le chef spirituel du Tibet en exil, le Dalai Lama, a appelé le 15 juillet à une approche réaliste pour résoudre la dispute sino-tibétaine, affirmant qu’utiliser seulement l’histoire pour affirmer sa position peut en réalité aggraver la situation. Citant le conflit israélo-palestinien en exemple, il a dit que le conflit au Moyen-Orient durait parce que des deux côtés, le contexte historique était utilisé pour les revendications territoriales (interview par Radio Free Asia (Washington) le 15 juillet dans la ville himalayenne de Choglamsar à Leh, capitale de la région du Ladakh dans l’Etat indien du Jammu et Kashmir, où le Dalai Lama terminait trois jours plus tôt ses 33èmes enseignements de Kalachakra devant une assemblée d’environ 150 000 disciples).

Alors que les Tibétains affirment que le Tibet est un Etat historiquement indépendant, la Chine prétend, sur la base de sa situation actuelle, que le territoire himalayen est une partie de l’empire chinois depuis les temps anciens. Et pendant que les Tibétains, qui ont peu à perdre, cherchent une solution négociée qui assurerait leur autonomie sous la loi chinoise, Pékin maintient qu’il n’y a pas de question tibétaine, que le statut du Tibet n’est pas négociable.

Le Dalai Lama a dit que les autorités chinoises et les Tibétains devraient prendre la crise du Moyen-Orient en exemple pour comprendre la « réalité » de la situation. Il a expliqué que les Palestiniens et les juifs israéliens revendiquaient tous deux le même territoire depuis le passé. Et traiter la question sur les bases historiques n’a fait qu’aggraver le conflit moyen-oriental depuis 1948.

Le Dalai Lama a estimé que pour la question tibétaine également, il nous faut penser en termes d’intérêts mutuels des deux côtés au lieu de poursuivre une politique du « je gagne, tu perds », qui n’aidera pas à résoudre le problème. Il a le sentiment qu’il y a suffisamment de bases historiques pour que le Tibet et la Chine parviennent à une solution négociée. « Du point de vue historique, les Tibétains et les Chinois ont une relation unique. Dès lors, nous devrions penser en termes de bénéfice mutuel ».

Dans ce contexte, il a appelé le gouvernement chinois à vivre en accord avec sa rhétorique à propos de la fraternité entre les nationalités, en les traitant toutes de manière égale. Il a aussi fait référence à un discours du Président chinois Xi Jinping, au cours d’une récente visite en France, où il a dit que le bouddhisme avait joué un rôle significatif dans la culture chinoise. « Qu’un leader du Parti communiste chinois puisse dire une telle chose est étonnant, c’est un nouveau langage, une nouvelle position ».



19 Juillet 2014

Le premier étage de la maison de retraite du camp 1 de Mainpat bientôt terminé.



http://apact.fr.gd/Mainpat-maison-de-retraite--k1-OPH-k2--Camp-n%B01.htm


19 Juillet 2014

Le membre du Congrès américain Joe Pitts demande l’accès au Tibet (www.tibetan.fr)

DHARAMSHALA : M. Joe Pitts, un haut membre de la Chambre des représentants de Pennsylvanie et co-sponsor du Reciprocal Access to Tibet Act de 2014 a soulevé la question du Tibet au Congrès américain et exhorté la Chine à autoriser l’accès sans restrictions au Tibet.

« Depuis plus de 5 décennies maintenant, le Parti communiste chinois gère le Tibet durement et traite le peuple tibétain avec un grand mépris » a-t-il dit au Congrès le 15 juillet.

« Le régime actuel dit que le Tibet est ouvert à tous les visiteurs, mais la vérité c’est que l’accès réel est hautement restreint et sujet à des fermetures arbitraires. Il est difficile pour les touristes d’accéder à la région, et presque impossible aux journalistes et diplomates d’entrer pour rendre compte de la situation ».

Le Reciprocal Access to Tibet Act de 2014 était un acte bi-partis sponsorisé par les membres du Congrès Jim McGovern et Joe Pitts. Il encourage l’accès aux régions tibétaines de Chine pour les officiels américains, journalistes et les citoyens en général. Il demande aussi la restriction d’accès aux Etats-Unis pour les officiels chinois responsables du blocage sur les voyages au Tibet

« Quand les officiels chinois obtiennent des visas pour les Etats-Unis, ils ne sont pas tenus à l’écart de certains Etats ou villes. Ils sont libres de voyager dans notre nation, tout comme les touristes et les journalistes chinois. Il est temps que le gouvernement chinois vive en accord avec ses paroles et autorise l’accès au Tibet, pas seulement pour les Américains, mais pour les nombreux pèlerins des nations de par le monde » a-t-il déclaré.

« C’est une question de justice de base, et un point critique pour assurer la protection des droits de l’homme au Tibet ».

version originale : http://tibet.net/2014/07/17/us-cong...



19 Juillet 2014

La Chine arrête un moine tibétain supérieur à Driru (www.tibetan.fr)

DHARAMSHALA : Selon une organisation tibétaine pour les droits de l’homme basée à Dharamshala, Tenzin Lhundup, moine tibétain âgé et érudit bouddhiste respecté de Driru, a été arrêté en mai par les autorités chinoises, on n’a plus de nouvelles de lui depuis.

Le Tibetan Centre for Human Rights and Democracy rapporte que la police chinoise a arrêté le moine pendant qu’il donnait un cours sur l’état de la langue et de la nationalité tibétaine à des villageois de la ville de Shagchu, dans le comté agité de Driru, préfecture de Nagchu au Tibet.

L’érudit bouddhiste aurait été arrêté au monastère de Gom Gonsar, municipalité de Lenchu dans le comté de Driru, un mercredi, considéré comme un jour auspicieux pour Sa sainteté le Dalai Lama et largement célébré comme Lakhar, un mouvement pour préserver l’identité tibétaine qui a émergé après le soulèvement tibétain de 2008. On ne sait toujours pas de quel mercredi de mai il s’agit.

Tenzin Lhundrup était aussi un érudit bouddhiste tibétain respecté dans la municipalité. « Il donnait des enseignements aux résidents tibétains, les aidait à régler des litiges, et préconisait le régime végétarien. Il est connu également pour préconiser avec zèle le besoin de préserver l’identité tibétaine. Toutes ces initiatives lui avaient valu beaucoup de respect et d’admiration de la part des résidents tibétains » dit le rapport.

Tenzin Lhundup a aussi été le fer de lance de l’opposition locale aux activités minières chinoises dans la région l’an dernier, ce qui l’a conduit à être sous la surveillance constante de la police chinoise. On est sans nouvelles de la situation de Tenzin Lhundup et de son état de santé. Les autorités chinoises locales restent silencieuses sur la question. La seule explication qu’ils ont fournie jusqu’à présent et qu’il a été impliqué dans des activités illégales contre le gouvernement chinois, dont la participation aux manifestations contre les activités minières l’an dernier.

version originale : http://tibet.net/2014/07/15/china-a...



12 Juillet 2014

Alors que Kerry est en visite en Chine, des écrivains en vue sont assignés à résidence (www.tibetan.fr)

PEKIN - Un écrivain en vue qui a mis la Chine en colère en défendant les droits des Tibétains a dit que son mari et elle ont été placés en résidence surveillée pendant une visite à Pékin du Secrétaire d’Etat américain John Kerry.

Tsering Woeser a dit à Reuters que des officiers de sécurité d’Etat l’ont empêchée, ainsi que son mari l’auteur Wang Lixiong, de quitter leur domicile depuis qu’ils sont revenus d’un voyage dans le nord du pays mardi.

Wang a écrit plusieurs livres sur le Tibet.

Kerry est à Pékin avec le Secrétaire d’Etat au Trésor Jack Lew pour des discussions annuelles avec les officiels chinois sur les questions politiques et économiques.

Woeser dit avoir été détenue après qu’un personnel de l’ambassade américaine lui ait téléphoné pour l’inviter à rencontrer l’officiel américain à l’occasion d’un dîner.

Selon Woeser, les officiers de sécurité d’Etat ont dit que la raison de leur assignation à résidence était "secrète". Elle croit être détenue pour l’empêcher d’assister au dîner, potentiellement avec Kerry ou un autre membre de la délégation américaine.

"J’étais sur la route quand ils ont appelé et je n’ai pas réalisé que Kerry allait venir, mais j’ai appris plus tard qu’il serait en Chine" a t’elle dit au téléphone.

Les organes de la sécurité d’Etat chinoise ne pouvaient pas être contactés pour obtenir des commentaires.

La Chine gère le Tibet d’une main de fer depuis l’invasion des troupes en 1950. Le leader spirituel du Tibet, le Dalai Lama, considéré par Pékin comme un dangereux séparatiste, a fui en exil en Inde en 1959 après un soulèvement avorté contre la domination chinoise.

Les autorités de la sécurité chinoise détiennent fréquemment des activistes, ou les placent en résidence surveillée avant les anniversaires importants, les évènements publics ou les visites d’Etat.

Plusieurs juristes et activistes ont été détenus le mois dernier, avant le 25ème anniversaire de la répression sanglante du gouvernement contre les manifestants pro-démocratie sur la place Tiananmen.

Woeser, qui habite en appartement, dit que deux policiers gardaient leur ascenseur et que d’autres étaient postés au rez-de-chaussée.

Le Département d’Etat américain a remis à Woeser le Prix international des femmes de courage en mars dernier, mais elle dit que les autorités chinoises ne l’autoriseraient pas à se rendre à Washington pour recevoir le prix.

version orginale : http://www.voanews.com/content/reu-...



12 Juillet 2014

Les Tibétains défient l’interdiction chinoise pour marquer l’anniversaire du Dalai Lama (www.tibetan.fr)

Malgré de sévères restrictions pour faire respecter une interdiction, dont des coupures des communications, les Tibétains de plusieurs parties du Tibet sous domination chinoise ont marqué le 79ème anniversaire du Dalai Lama le 6 juillet, rapporte Radio Free Asia (Washington) le 7 juillet. La Chine condamne le Dalai Lama, le chef spirituel tibétain en exil, comme un dangereux séparatiste, bien que ce dernier ait seulement appelé à une autonomie du Tibet sous loi chinoise, son leit-motiv au cours des trois dernières décennies.

Dans la préfecture de Tsolho (en chinois : Hainan), dans la province du Qinghai, les Tibétains ont arboré de nouveaux drapeaux de prières, sont allés à des pique-niques, ont organisé des courses de chevaux, et brûlé de l’encens sur des montagnes sacrées, dit le rapport.

"S’engager dans toute activité joyeuse est le meilleur moyen de marquer ouvertement l’évènement" étant donné l’interdiction chinoise sur les cérémonies ostensibles, dit le rapport qui cite une source locale. Le rapport ajoute que des offrandes auraient été placées discrètement devant des images du Dalai Lama.

Dans les zones tibétaines de la province du Sichuan, la Chine a renforcé ses restrictions en émettant une interdiction de rassemblements publics de plus de trois familles, déployant des forces de sécurité autour des marchés, bloquant l’accès au réseau social populaire WeChat, et même en perturbant les lignes téléphoniques.

Cependant, les Tibétains du comté de Tawu (Daofu) ont marqué l’évènement en plaçant discrètement des offrandes devant une image du Dalai Lama, pour signifier leur obéissance conformément au site web Tibet.net de l’Administration tibétaine en exil à Dharamshala le 8 juillet.

version orginale : http://www.tibetanreview.net/tibeta...



Info Mainpat

FREE EYE SURGERY CAMP HELD AT MAINPAT, PHENDEYLING, TIBETAN SETTLEMENT ON 16TH JUNE,2014 TO 21ST JUNE,2014, ORGANISED BY TVHA, DEPT. OF HEALTH, CTA, DHARAMSALA ...AND SPONSORED BY TIBET FUND AND EYE SURGERY.WE, THE STAFFS OF TPHCC, MAINPAT, AS WELL AS ON THE BEHALF OF ALL THE SETTLERS,WOULD LIKE TO EXTEND OUR GRATITUDE AND HEARTFELT THANKS TO THE SPONSORS AS WELL AS TO THE DEPARTMENT OF HEALTH.














6 Juillet 2014

A l'occasion heureuse et très propice du soixante-dix-neuvième anniversaire de Sa Sainteté le Grand Quatorzième Dalaï Lama, le Kashag souhaite exprimer son très grand respect et sa vénération pour Sa Sainteté le Dalaï Lama au nom de tous les Tibétains au Tibet et à l'extérieur. Nous nous joignons aux millions d'admirateurs de Sa Sainteté présents dans le monde entier pour lui souhaiter longue vie et bonne santé. Le Kashag souhaite également profiter de cette occasion pour exprimer sa profonde gratitude envers les parents de Sa Sainteté le Dalaï Lama, les regrettés Chokyong Tsering et Dekyi Tsering, qui nous ont généreusement offert leur précieux fils, Lhamo Dhondup, né le 6 Juillet 1935 d'une famille de paysans dans le village de Takser, Amdo.

Le quatorzième Kashag a retenu 2014 comme étant "l'Année du Grand Quatorzième Dalaï Lama" afin d'exprimer son infinie gratitude envers Sa Sainteté pour les immenses avancées qu'Elle a réalisées en faveur du Tibet et de la paix, de l'harmonie entre les religions et les valeurs humanitaires partout dans le monde. Durant ce programme, qui durera un an, l'Administration centrale tibétaine se propose d'organiser 21 événements majeurs et quelque 300 autres de moindre importance. Dans une perspective à plus long terme, le Kashag marquera le quatre-vingtième anniversaire de Sa Sainteté selon le calendrier tibétain, le cinquième jour du cinquième mois tibétain, qui sera le 21 Juin 2015, par une offrande extraordinnaire de longue vie pour Sa Sainteté le Dalaï Lama.

Sa Sainteté a aimablement accepté de nous honorer de sa présence lors de la célébration officielle de son 79 ème anniversaire au moment même où il confère la trente-troisième initiation au Kalachakra au Ladakh, région où les Tibétains partagent avec la population des liens religieux et culturels profonds.

Il y a 64 ans, en 1950, pendant la période critique qui suivit l'invasion militaire du Tibet par les Chinois, Sa Sainteté le Dalaï Lama dut assumer les pouvoirs spirituels et politiques au très jeune âge de 16 ans. A 25 ans, pendant l'occupation chinoise du Tibet qui s'ensuivit, Sa Sainteté fut forcée de quitter son pays pour aller vivre en exil. Malgré les obstacles qui se dressaient devant lui et semblaient insurmontables, pendant presque 60 ans, Sa Sainteté le Dalaï Lama a mené le peuple tibétain avec une compassion, une sagesse et un courage infinis.

Le fait que le peuple tibétain est aujourd'hui uni dans une solidarité sans faille, en dépit de différentes appartenances religieuses ou régionales et en dépit de l'occupation chinoise, tient essentiellement à l'autorité pleine de sagesse de Sa Sainteté le Dalaï Lama. La puissance que représente l'unité du peuple tibétain aujourd'hui est encore plus grande qu'elle ne l'a été dans un passé récent. Elle nous renvoie à l'époque où les trois rois du Dharma reignaient sur le Tibet.

En exil, Sa Sainteté entrevoyait une communauté tibétaine unie fermement enracinée dans la tradition et la modernité. Il commença par construire une base solide pour le maintien du peuple tibétain et pour la préservation de l'identité tibétaine en établissant des colonies tibétaines en Inde, au Népal et au Bhoutan. En même temps, afin de permettre aux futures générations de Tibétains d'acquérir une éducation moderne tout en restant plongées dans les valeurs traditionnelles, dès les débuts, il conçut et établit des écoles tibétaines indépendantes. En fait, le présent leadership tibétain est le produit de ces institutions qui ont éduqué les Tibétains en exil au cours des cinquante dernières années.

En introduisant également une série de réformes structurelles et institutionnelles, Sa Sainteté le Dalaï Lama, grâce à l'étendue de sa vision et à sa sagesse, a transformé la nature même du système politique du Tibet en exil en une authentique démocratie. Des années de continuelles réformes démocratiques ont en fait transformé l'ensemble de la communauté tibétaine en exil en une société où les valeurs et la culture démocratiques se sont solidement enracinées. Ceci nous a permis, en dépit du fait que les Tibétains en exil soient disséminés sur les six continents, de préserver la cohésion d'une communauté vivante et bien organisée. Le fait que le régime et la communauté des Tibétains en exil est aujourd'hui considéré comme un modèle digne d'être imité est dû en grande partie au leadership visionnaire de Sa Sainteté le Dalaï Lama et à la diligente persévérance de la génération qui nous a précédés.

Pendant la gouvernance de Sa Sainteté le Dalaï Lama, les principaux monastères détruits au Tibet occupé furent reconstruits en exil afin de préserver et favoriser la religion tibétaine. Ces centres monastiques d'enseignement et de pratique, appartenant aux quatre traditions du bouddisme tibétain ainsi qu'à la religion bön, l'antique religion du Tibet, ont non seulement été réssuscités mais ont pris un nouvel essor en exil. Pendant que les moines, maîtres et érudits, permettaient l'expansion du bouddisme tibétain, des centres de Dharma tibétains naissaient un peu partout dans le monde.

Sa Sainteté le Dalaï Lama a véritablement permis une nouvelle prise de conscience au sein des peuples de l'Himalaya de leur héritage culturel et cela a grandement contribué au réveil des traditions et coutumes locales. Sa Sainteté demeure une source de soutien et de réconfort pour les bouddistes du monde entier, ayant été la force initiatrice de la préservation des enseignements du Bouddha depuis le Tibet, qui en devint le dépositaire, les ayant reçus de l'Inde où ils étaient nés, et disséminant ces enseignements vers soixante-sept pays dispersés sur les six continents.

Sa Sainteté le Dalaï Lama, avocat infatigable de l'harmonie entre les religions, échange avec les chefs religieux de tous les cultes. Il est également à l'origine d'un dialogue nourri entre des scientifiques réputés à travers le monde et des moines bouddistes, ce qui a permis un grand enrichissement à la fois de la science et de la religion. De plus, ses efforts pour instaurer une morale séculaire à une échelle mondiale lui ont valu le respect et l'admiration de citoyens de tous pays et de toutes religions. Ces contributions nombreuses et d'importance sont évidentes dans les quelque cent cinquante récompenses, prix et doctorats honoris causa qui lui ont été décernés, dont le prestigieux prix Nobel de la Paix qu'il reçut en 1989, le Prix de la Planète Terre des Nations Unies en 1991, la Médaille d'Or du Congrès américain en 2007 et le Prix Templeton en 2012. En vérité, ce sont à la fois cette reconnaissance et ce prestige, que Sa Sainteté a depuis toujours reçus de la part de la communauté internationale, qui ont constitué la principale force derrière la prise de conscience grandissante à l'échelle mondiale de la cause tibétaine et qui ont généré le soutien que cette dernière reçoit aujourd'hui.

Au vu de l'influence et du prestige de Sa Sainteté, peut-être est-il inévitable que certains groupes cherchent à lui porter préjudice. En particulier, les disciples de Dholgyal, qui ont lancé une campagne de dénigrement à des fins politiques contre Sa Sainteté au nom de la liberté de culte et des droits de l'homme. En prônant le sectarisme et le fanatisme, capables de compromettre l'harmonie et l'unité existant parmi toutes les traditions du bouddisme tibétain, les disciples de Dholgyal sont devenus de simples outils dont se sert le parti communiste chinois. Compte tenu du plus vaste intérêt que représente le Dharma du Bouddha et, en particulier, la menace existentielle qui pèse sur les Tibétains en tant que peuple, les Tibétains ne manqueront pas d'exercer du discernement et de faire la différence entre le vrai du faux et entre ce qui est dans le vrai et ce qui ne l'est pas.

A propos de la question plus générale du Tibet, nous souhaitons redire la conviction du Kashag que celle-ci ne pourra être résolue que par le dialogue avec le gouvernement chinois. Nous espérons que les nouveaux dirigeants du gouvernement chinois comprendront au plus tôt que la Voie du Milieu est une solution bénéfique pour les deux côtés dans la résolution du problème au Tibet.

Jusqu'à maintenant, la Voie du Milieu ne cesse de recevoir l'approbation de gouvernements du monde entier et de la communauté internationale, y compris d'un certain nombre de citoyens chinois. L'administration centrale tibétaine a lancé une campagne internationale massive de sensibilisation destinée à entretenir le soutien en faveur de la Voie du Milieu. Dans cette campagne, un large éventail de matériel d'information à propos de la Voie du Milieu va pouvoir être consulté en ligne, dans différentes langues, sur différents sites web et sur les média sociaux. Plus près de nous, les Kalons et les secrétaires de notre administration centrale rendront visite aux colonies tibétaines et donneront davantage de visibilité à l'approche de la Voie du Milieu, dans le sincère espoir que tous les Tibétains se mobiliseront pour participer à cet effort dont l'importance est cruciale.

En dépit de l'atmosphère étouffante de peur et de répression à l'intérieur du Tibet qui a régné au cours des soixante dernières années, le peuple tibétain a résolument préservé vivants leurs espoirs et leur fierté. Ils ont placé leurs aspirations en la personne de Sa Sainteté le Dalaï Lama et attendent son retour avec impatience. Leur désir le plus profond du retour de Sa Sainteté et de la liberté au Tibet peut s'entendre dans les cris de ralliement qu'ont lancés les cent trente personnes qui se sont immolées pour protester contre l'oppression chinoise. Malgré nos appels répétés pour que cessent de tels actes de violence, la série dramatique des immolations dans tout le Tibet a donné une voix encore plus forte aux aspirations du peuple tibétain adressée non seulement au gouvernement chinois mais aussi au reste du monde.

Avec les principes d'unité, d'innovation et de confiance en soi pour guide, nous nous engageons à réaliser la vision de Sa Sainteté le Dalaï Lama ainsi que les aspirations des Tibétains au Tibet et de tous les Tibétains qui nous ont quittés, c'est-à-dire pour ramener la liberté au Tibet.

Enfin, nous profitons de cette occasion pour exprimer notre très sincère gratitude au peuple indien et à son gouvernement ainsi qu'à l'Etat de Himachal Pradesh, et à tous ceux de par le monde qui ont, dans la mesure de leurs moyens, d'une façon ou d'une autre, soutenu la cause du Tibet et contribué à préservr et à faire connaître sa religion et sa culture.

En conclusion, nous prions pour la longue vie de Sa Sainteté le Dalaï Lama et pour que tous ses voeux se réalisent. Puisse la cause du Tibet bientôt prévaloir !

Le Kashag, le 6 Juillet 2014

Secretary
Bureau du Tibet
84 Boulevard, Adolphe Pinard
75014 PARIS

http://tibet.net/2014/07/06/the-statement-of-the-kashag-on-the-auspicious-occasion-o


6 Juillet 2014

le 79ème anniversaire du Dalaï-lama persévérant dans la voie du dialogue

Le 6 juillet prochain, le Dalaï-lama aura 79 ans, un anniversaire célébré partout dans le monde, sauf au Tibet. C’est l’occasion de rappeler ses efforts pour résoudre la question tibétaine par le dialogue, en proposant dès 1974 la « Voie du Milieu ». Après sa retraite en 2011, le Premier ministre tibétain élu Lobsang Sangay continue cette proposition comme l’illustre sa récente campagne. A Paris, les Tibétains fêteront l’anniversaire du Dalaï-lama à la Pagode de Vincennes.

Début juin, le Premier ministre tibétain Lobsang Sangay a lancé une campagne renforçant l’approche de la « Voie du Milieu » qui vise à garantir la liberté fondamentale grâce à une véritable autonomie au Tibet. Elle concerne les 6 millions de Tibétains au Tibet, et les 150 000 Tibétains en exil dans le monde entier. La voie médiane est soutenue par nombres de dirigeants internationaux, dont le président américain Barack Obama et de nombreux intellectuels chinois, comme le lauréat du prix Nobel de la paix emprisonné, Liu Xiaobo.

La Voie du Milieu est une proposition non partisane et modérée qui vise à préserver les intérêts vitaux de toutes les parties. Pour les Tibétains, la protection et la préservation de leur culture, de leur religion et de leur identité nationale seraient rendues possible ; pour les Chinois : l’intégrité de leur patrie, et leur sécurité territoriale seraient garanties ; et pour les pays voisins et d’autres pays tiers, des frontières et des relations internationales pacifiques seraient assurées.

Lors de la conférence annonçant officiellement le lancement de la campagne, le Dalaï-lama a déclaré : « J’ai pris la responsabilité politique du régent Tagdrag Rinpoché à l’âge de 16 ans. A présent, 60 ans plus tard, j’ai remis l’autorité politique au Premier ministre Lobsang Sangay démocratiquement élu, l’une de mes aspirations longtemps caressés est réalisée. », ajoutant qu’il est plus approprié d’interroger directement le Premier ministre et leader politique tibétain au sujet de cette campagne. Lobsang Sangay, élu en 2011 au suffrage universelle, a dénoncé la répression et la discrimination exercées par la Chine au Tibet à l’encontre des Tibétains. Quatre ans après l’impasse des discussions sino-tibétaine en 2010 et alors que 130 Tibétains se sont immolés depuis 2009, Lobsang Sangay a ajouté : « J’espère que la nouvelle direction chinoise se rendra compte que la politique de la ligne dure ne fonctionne pas, qu’elle réévaluera sa politique et mettra en œuvre une nouvelle politique au Tibet, libérale dans sa nature, afin de trouver une solution pacifique à la question du Tibet. »

Expliquant la voie du milieu, il a déclaré qu’elle « se réfère à la voie médiane entre la répression et la séparation. Nous sommes tous conscients de la répression, de la discrimination sociale, de la destruction de l’environnement, de la dégradation économique et culturelle au Tibet. Tout cette répression a conduit les Tibétains à un ressentiment envers le gouvernement chinois et sa politique, résultant en autant de formes de protestations. Mettre fin à cette oppression est d’un intérêt primordial pour le gouvernement chinois ainsi que pour le peuple tibétain. En mettant fin à la répression et en octroyant l’autonomie au peuple tibétain, le gouvernement chinois va gagner en stabilité. La souveraineté de la Chine et son intégrité territoriale restera ainsi incontestée. Par conséquent, c’est une proposition gagnant-gagnant pour les deux parties. »

Le premier ministre tibétain a expliqué que le Dalaï-lama et le gouvernement tibétain en exil ont formulé la politique de la « Voie du Milieu » en 1974 comme une option réaliste pour résoudre la question du Tibet. Cette proposition a été annoncée en 1979, quand le Président chinois Deng Xiaoping a déclaré qu’ « en dehors de l’indépendance, toutes les questions peuvent être discutées » et offrit d’ouvrir des entretiens avec le Dalaï-lama. Ce dernier a alors présenté la voie du milieu au leader chinois, et une longue période de contact et de discussions entre Dharamsala et Pékin en a résulté. « Depuis ce temps, il y a eu neuf cycles de négociations, quatre délégations d’enquête se sont rendues au Tibet et il y eut des visites régulières des Tibétains dans les régions tibétaines », a déclaré Lobsang Sangay.

Madame Dicki Chhoyang, ministre de l’information et des relations internationales de l’Administration centrale tibétaine a parlé de la voie du milieu comme d’un moyen pacifique de règlement des conflits fondés sur les principes de non-violence : « Toute situation de conflit cherche à trouver une solution qui est mutuellement bénéfique pour toutes les parties concernées. La voie du milieu a été conçue par le Dalaï-lama, suite à l’occupation du Tibet par les forces chinoises en 1959, qui l’a conduit à fuir en Inde, avec 80 000 autres Tibétains. »

Indiquant que la voie du milieu a permis d’établir un contact direct entre les dirigeants tibétains et le gouvernement chinois, elle a ajouté : « Dans les premières années après la répression, le gouvernement tibétain en exil voulait l’indépendance complète. Toutefois, les obligations internationales et la situation au Tibet ont appelé à une solution plus pragmatique et réaliste. En 1997, une résolution du Parlement tibétain en exil a été votée à l’unanimité adoptant la voie du milieu qui représente le point de vue officiel du gouvernement démocratiquement élu du peuple tibétain. »

Le dimanche 6 juillet 2014, les Tibétains de France et leurs amis vont fêter le 79ème anniversaire du Dalaï-lama à la Pagode du Bois de Vincennes, à proximité du métro de la Porte Dorée à Paris. L’entrée est gratuite. La célébration débutera à 10h30 par une cérémonie, suivie d’une conférence à 11h30. Des personnalités s’exprimeront à 12h30. Un repas tibétain végétarien sera proposé vers 13h. L’aprés-midi, des spectacles de danses et de chants des élèves de l’école tibétaine de langue et de civilisation seront données.

http://www.tibetan.fr/?le-79eme-anniversaire-du-Dalai



6 Juillet 2014

Pour éviter l’accueil par la foule, la Chine reconduit chez elle au milieu de la nuit une nonne tibétaine libérée

Afin d’éviter qu’une foule importante célèbre le retour d’une nonne bouddhiste tibétaine libérée après trois années de prison, les autorités chinoises de la préfecture de Karze (chinois : Ganzi) dans la province du Sichuan, l’ont reconduite chez elle au milieu de la nuit, dit Radio Free Asia (Washington) le 26 juin. Ani Chime, âgée d’environ 41 ans et emprisonnée en 2011 pour raisons politiques, a été libérée le 25 juin et reconduite chez elle, dans le village de Khotsoe Arora, comté de Karze, plus tard dans la nuit

La famille de la nonne et d’autres personnes l’attendaient le 28 juin, mais elle a été déposée chez elle à minuit deux jours plus tôt, ajoute le rapport.

Ani Chime travaillait dans une clinique rattachée au couvent de Lamdrak dans le comté de Karze quand, le 26 juin 2011, elle a été emmenée par la police chinoise, avec son assistante, une nonne du nom d’Ani Chiga, pour des motifs politiques non précisés.

Elle a été détenue pendant un an dans le comté de Dartsedo (Kangding), le siège de la préfecture, avant d’être transférée dans une prison pour femmes de la province du Sichuan pour y purger les deux années restantes de sa peine.

http://www.tibetan.fr/?Pour-eviter-l-accueil-par-la-foule



6 Juillet 2014

Le Dalai Lama se prononce contre la discrimination par le système des castes au Zanskar

DHARAMSHALA, 27 juin : Le chef spirituel tibétain, Sa Sainteté le Dalai Lama, a conclu mercredi ses enseignements et son initiation d’Avalokiteshvara à Padum, au Zanskar, en appelant les Zanskaris à éliminer la pratique de la discrimination basée sur les castes.

« Plus tôt au cours de ma visite au Ladakh, j’ai découvert que des gens étaient considérés comme de castes inférieures et que d’autres ne mangent ni ne boivent avec eux. Des moines également ne se rendent pas chez eux pour prier. Cette pratique a été appelée Serlam Ched (privés de rituels de prières). Mais je suis allé avec eux et j’ai pris une photo avec eux » dit le Dalai Lama.

« J’ai aussi entendu parler de discrimination par le système des castes au Zanskar et j’ai insinué qu’il aurait pu être bien il y a quelques années qu’une personne de caste inférieure me serve le thé et du pain. Mais à ma grande déception, juste après mon discours, un cas de discrimination a été rapporté de là-bas. C’est très triste. Si vous n’écoutez pas et ne vous conduisez pas comme je le dis, je n’ai pas besoin de venir ici et vous pouvez faire ce que vous voulez. Si vous avez foi en moi, faites comme je dis. »

Il a ensuite déclaré qu’il était contraire aux enseignements du Bouddha que dans certains endroits du Tibet, les monastères n’accueillent pas les gens qui viennent de familles de forgeron ou de boucher.

Une cérémonie de prière de longue vie (Tenshug) a été offerte à Sa Sainteté le Dalai Lama par les Zanskaris. Le lauréat tibétain du prix Nobel s’est également rendu dans une école construite grâce à ses fonds. Le leader tibétain a aussi échangé avec les étudiants.

Lama Chospel Zodpa, un ancien politicien de la région du Ladakh, s’est dit très satisfait de la visite du leader tibétain au Zanskar, et que les gens étaient véritablement très émus par la visite et les enseignements.

Sa Sainteté donnera un enseignement sur le Sutra du cœur au monastère de Likir le 1er juillet. Du 3 au 5 juillet, Sa Sainteté le Dalai Lama dirigera les rituels de consécration du Kalachakra. Du 6 au 8 juillet, Sa Sainteté enseignera les préliminaires de la Lettre de Nagarjuna à un ami. Sa Sainteté donnera l’initiation de Kalachakra du 10 au 12 juillet. Le 13 juillet, Sa Sainteté confèrera une initiation de longue vie et recevra une offrande de prière de longue vie.

http://www.tibetan.fr/?Le-Dalai-Lama-se-prononce-contre



6 Juillet 2014

Pas de caution pour Khenpo Kartse, son avocat se voit refuser le droit de visite

DHARAMSHALA, 27 juin : Parmi les préoccupations grandissantes sur la santé d’un chef bouddhiste tibétain arrêté en décembre dernier, les autorités chinoises ont dit à son avocat que les charges retenues contre lui ont été changées de « mise en danger de la sécurité nationale » en « hébergement illégal » et « divulgation de secrets d’Etat ».

Selon l’écrivain tibétaine Tsering Woser, basée à Pékin, l’avocat de Khenpo, Tang Tianhao, qui a recherché une caution pour son client sur des bases médicales, a été informé par les autorités qu’il pourrait continuer à être détenu « car il s’agit d’un cas important engageant le maintien de la stabilité et que sa libération ne serait pas autorisée ».

Des sources en exil disent que Khenpo Karma Tsewang, plus connu sous le nom de Khenpo Kartse, souffre de graves complications hépatiques.

Woser a écrit sur son blog le 24 juin que Tang, l’avocat de Khenpo qui a rencontré son client en février dernier, s’était vu refuser le droit de voir Khenpo le mois dernier et a été menacé d’abandonner le dossier.

D’après l’avocat, les autorités accusent Khenpo d’avoir hébergé des moines qui s’étaient échappés du monastère Karma de Chamdo après l’immolation de Tenzin Phuntsog le 1er décembre 2011. Les autorités policières ont aussi prétendu que Khenpo avait donné des informations sur l’immolation à des sources en exil.

En attendant, un sentiment de détresse et d’inquiétude règne à Nangchen, la ville de Khenpo où plus de 400 Tibétains dont 60 moines de son monastère ont protesté par un sit-in silencieux devant le centre de détention du comté en janvier.

« Personne ne devrait souffrir à cause de moi, j’appelle mes confrères à se concentrer sur leur éducation monastique de tous les jours. Je demande aussi à chacun de rester calme et de ne pas prendre position à la hâte » a écrit Khenpo dans une lettre qu’il a envoyée de Chamdo après son arrestation.

Khenpo Kartse est connu parmi les Tibétains de la région pour son activisme en faveur de l’environnement, son aide aux victimes de catastrophes, et son engagement pour la préservation de la langue et de la culture tibétaines.

En janvier, Amnesty International avait lancé une campagne pour la libération de Khenpo Kartse.

http://www.tibetan.fr/?Pas-de-caution-pour-Khenpo-Kartse

APACT  
 


Association Humanitaire exclusivement composée de bénévoles qui vient en aide aux réfugiés tibétains qui mènent la vie de l'exil et du dénuement dans les camps installés depuis 57 ans en INDE et au NEPAL.












 
Apact sur Facebook  
   
Publicité  
   
Site Internet.  
 
Association Paloise pour l'Art et la culture du Tibet archives 1986-2008


APACT sur Facebook




http://perso.numericable.fr/apact


Galerie de photos


"Mainpat 2009" le film


"Mainpat 2011" le film


"Mainpat 2013"


"Le Lion des Neiges"Film documentaire de Claude Le Gallou




PARRAINAGES DE COMMUNES EUROPEENNES AVEC DES COMMUNES TIBETAINES


Hommage à Phurbu Dolma




Beru Khyentse Rinpoche à Pau Aout 2013




Prisonniers Tibétains


Discours de Monsieur Robert BADINTER, Ancien Ministre de la Justice Lors du RASSEMBLEMENT EUROPEEN POUR LE TIBET à PARIS le 14 mars 2015.

 
Siège Social.  
 

 
Adresse postale.  
 

---------- Contact ----------
info@apactpau.fr
apactpau@yahoo.fr
apactpau@free.fr
apact64@yahoo.fr - webmaster
 
visiteurs  
 
 
Visiteurs. 299239 visiteurs (697550 hits)