Pau Tibet
Rubriques  
  Infos
  Année 2015
  Année 2014
  Année 2013
  Année 2012
  => Janvier 2012
  => Février 2012
  => Mars 2012
  => Avril 2012
  => Mai 2012
  => Juin 2012
  => Juillet 2012
  => Aout 2012
  => Septembre 2012
  => Octobre 2012
  => Novembre 2012
  => Décembre 2012
  Année 2011
  Année 2010
  Année 2009.
  Historique de l'APACT.
  Hommage à Phurbu
  Rencontre de Denise Campet Puntsok Drolma avec S.S. Dalaï Lama.
  Mainpat 2007
  Mainpat 2009
  Mainpat: travaux et projets.
  Mainpat 2011
  Mainpat 2013
  Mainpat 2014
  Mainpat 2015
  Mainpat 2016
  Bodnath le 10 Mars 2009.
  Pokhara 2009
  Dharamsala 2009
  Salle de classe du monastère de Pawo Rinpoché au Népal.
  Université de Bengalore
  Les écoles en Inde, Népal et Bouthan
  Gandhi School Mainpat Mai 2012
  Parrains et Filleuls.
  Témoignages des filleuls
  Parrainage.
  A.G. de l'APACT 16 Mai 2009.
  A.G de l'APACT 8 Mai 2010
  A.G de l'Apact le 14 Mai 2011
  A.G de l'Apact le 12 Mai 2012
  A.G de l'Apact le 20 Avril 2013
  A.G de l'Apact le 13 Avril 2014
  AG de l'Apact le 10 Avril 2015
  A.G de l'Apact le 2 Avril 2016
  Fête annuelle de l'APACT.
  Fête annuelle de l'APACT 2010.
  Fête annuelle de l'APACT 2011
  Fête annuelle de l'Apact 2012
  Fête annuelle de l'APACT 2013
  Fête annuelle de l'APACT 2014
  Fête annuelle de l'APACT 2015
  Fête annuelle de l'APACT 2016
  Béru Khyentsé Rinpoché à Pau.
  Actualité PAU.
  Exposition peintures Tashi Norbu
  Méssage de SS Dalaï Lama au peuple Tibétain.
  Déclaration Universelle des Droits de l'Homme.
  Discours de Mr Badinter le 14 Mars 2015
  Prisonniers Tibétains
  Seisme du Népal 2015
  Galerie
  Partenaires.
  Exposition du 18 au 25 Février 2017
  10 Mars 2017 à Pau
Mars 2012
31 Mars 2012

Tibet: "Pourquoi j'ai choisi de m'immoler"



Le Tibétain Jamphel Yeshi, qui s'est sacrifié par le feu à New Delhi cette semaine, a laissé une lettre expliquant les raisons de son geste.

Des manifestants tibétains ont décrit Jamphel Yeshi comme un homme sans emploi stable ayant préparé avec soin son action. Dix jours avant sa mort, le jeune Tibétain avait écrit une lettre expliquant les raisons de son geste, ont affirmé des militants tibétains à Associated Press. Elle a été retrouvée dans son appartement après sa mort, puis a été publiée sur le site Burning Tibet. En voici la traduction.

1 - Longue vie à Sa Sainteté le dalaï-lama, qui est l'exemple brillant de la paix mondiale. Nous devons nous efforcer d'assurer le retour de Sa Sainteté au Tibet. Je prie et crois que les peuples du Tibet et du monde entier seront unis et chanteront bientôt l'hymne national tibétain en face du palais du Potala (à Lhassa, capitale du Tibet).
 

2 - Mes compatriotes tibétains, pour penser à notre bonheur futur, nous avons besoin de dévouement. Je vous parle de l'âme d'un peuple. Il s'agit de l'esprit de la quête de la liberté. Il s'agit du guide menant au bonheur. Mes compatriotes tibétains, si vous souhaitez jouir de l'égalité et du bonheur comme le reste du monde, vous devez faire preuve de dévouement envers votre pays. La loyauté est la sagesse qui permet de déceler la vérité du mensonge. Vous devez travailler dur dans toutes vos entreprises, qu'elles soient petites ou grandes.

3 - La liberté est la base du bonheur pour tout être vivant. Sans liberté, six millions de Tibétains seraient, comme une bougie dans le vent, sans direction. Mes compatriotes tibétains, des trois provinces, il est clair pour nous tous que si nous unissons nos forces, nous obtiendrons des résultats. Ne vous découragez pas.
 

4 - Ce que je désire vous transmettre ici est le sort de six millions de Tibétains. À l'instant où nous nous apprêtons à exécuter notre geste final - si vous avez de l'argent, c'est le moment de le dépenser. Si vous êtes éduqués, c'est le moment de produire des résultats. Si vous contrôlez votre vie, c'est le moment de la sacrifier -, le fait est que si le peuple tibétain s'immole par le feu au XXIe siècle, c'est pour faire part au monde de ses souffrances, lui parler de la violation de ses droits les plus élémentaires. Si vous avez ne serait-ce qu'un soupçon d'empathie, soutenez le peuple tibétain.
 

5 - Nous demandons la liberté de pratiquer notre religion et notre culture. Nous demandons la liberté de parler notre langue. Nous réclamons les mêmes droits que toute autre population. Peuples du monde, levez-vous pour le Tibet. Le Tibet appartient aux Tibétains. Victoire pour le Tibet.



source Le Point.fr

FRANCE TV INFO: VIDEO


31 Mars 2012

La police chinoise promet la torture aux "criminels"
Tibet Post International, via des contacts en Belgique et au Tibet, a reçu une copie d’un document de police qui menace de punir des "criminels" de la Préfecture de Kanlho, par tabassage et torture.
La directive, qui aurait été postée dans au moins six des Comtés de Kanlho et dans une ville-comté, prie le public de donner des informations sur les "criminels" qui "menacent la stabilité sociale" de Kanlho.
La liste des activités "criminelles" comprend (liste partielle) : "la corruption des gens avec des idées de scission de la nation, par la parole et la distribution d’information écrite, de dessins animés, de documents faits par soi-même et de vidéos", "l’incitation des gens à des activités illégales par le biais de sites Web, e-mails et moyens audio" et "tous les actes de destruction de l’unité ethnique par le biais des sites Web et de SMS".
L’affiche précise que toutes ces activités et d’autres "entraîneront le tabassage / la torture infligés par le PSB (Bureau de sécurité publique)". SUITE DE L'ARTICLE

Lobsang Sherab s’immole par le feu à Chashang Raruwa, en Amdo, le 28 mars 2012
Le 28 mars, Lobsang Sherab, un jeune moine tibétain, s’est immolé par le feu en signe de protestation contre le régime autoritaire de la Chine, selon quelques sources provenant de l’intérieur du Tibet. Il est décédé dans la rue principale de sa ville natale, Chashang Raruwa. SUITE DE L'ARTICLE

Décès de Janphel Yeshi à Delhi le 28 mars 2012
Janphel Yeshi, qui s’était immolé le 26 mars 2012 à New Delhi, lors d’une manifestation contre la venue en Inde du président chinois Hu Jintao, a succombé à ses brûlures le 28 mars, a-t-on appris de source médicale.
Janphel Yeshi, 27 ans, s’était transformé en torche humaine lors d’un rassemblement en plein centre de la capitale fédérale. Le corps assailli par les flammes, les cheveux en feu, il s’était mis à courir en criant dans la rue, provoquant le choc et la stupeur parmi les manifestants. SUITE DE L'ARTICLE

Arrestation du chanteur Ugyen Tenzin après la diffusion de chansons dédiées au Dalaï Lama
Les autorités chinoises ont arrêté un chanteur populaire tibétain après la sortie d’un album contenant des chansons dédiées au Dalaï Lama. SUITE DE L'ARTICLE

Répression et arrestations se poursuivent dans le Kham (Sichuan)
Les autorités chinoises ont arrêté quatre Tibétains, dont deux moines, et traquent 21 autres Tibétains ayant mené des manifestations dans la région du Kham (actuelle Province du Sichuan).
"Les quatre arrestations ont eu lieu vendredi et samedi (23 et 24 mars 2012) dans le Canton de Phetsa, Comté de Nyagrong ", a relaté Yeshi Sangpo, natif de Nyagrong et résidant en Inde, à Radio Free Asia, citant des habitants de la région. SUITE DE L'ARTICLE

Janphel Yeshi s’immole par le feu le 26 mars 2012 à New Delhi
Janphel Yeshi, Tibétain en exil en Inde, s’est immolé par le feu à New Delhi le 26 mars 2012 lors d’une manifestation contre la venue prochaine en Inde du président chinois Hu Jintao. Il a été hospitalisé dans un état jugé très sérieux, a-t-on appris de source policière. SUITE DE L'ARTICLE

Le monastère de Tsang (Amdo) sous haute surveillance policière
Un autre monastère de la province de l’Amdo (actuel Qinghai) est surveillé par les autorités de sécurité chinoises après que plusieurs milliers de Tibétains, menés par des moines, aient organisé une marche de protestation appelant à la liberté pour le Tibet et à la libération des manifestants détenus. SUITE DE L'ARTICLE

23 Mars 2012

Trois Tibétains cessent leur grève de la faim devant l’ONU à New York.
Trois Tibétains en grève de la faim depuis le 22 février 2012 devant le siège de l’ONU à New York ont cessé leur action de protestation le 22 mars après que l’ONU ait accepté d’enquêter sur la situation au Tibet, a indiqué un des organisateurs du mouvement.
Les Tibétains ont reçu une lettre de la Haut commissaire aux Droits de l’Homme Navi Pillay leur indiquant qu’elle avait "chargé des rapporteurs spéciaux de l’ONU d’étudier la situation au Tibet", a expliqué à l’AFP Tsewang Rigzin, du Tibetan Youth Congress (TYC). Les grèvistes se sont alors levé pour chanter l’hymne national tibétain, indiquant la fin de leur mouvement de grève.
"Navi Pillay elle-même est invitée en Chine à une date qui reste à fixer", a-t-il précisé.
La lettre a été remise par des responsables de l’ONU à deux des trois Tibétains devant le siège de l’ONU, le troisième étant à l’höpital. "C’est une petite victoire", a commenté Tsewang Rigzin.
Dorjee Gyalpo, Yeshi Tenzing et Shingza Rimpoche avaient commencé leur grève de la faim en face de l’ONU le 22 février. Ils demandaient que l’ONU envoie une mission et que la communauté internationale fasse pression sur la Chine pour mettre un terme à ce qu’ils estiment être un régime de loi martiale mis en place au Tibet. SUITE DE L'ARTICLE

La Chine fait partie des pays les plus persécuteurs de la religion et des minorités.
Le 20 mars 2012, la Commission Américaine sur la Liberté Religieuse Internationale (USCIRF), un organisme fédéral indépendant, a classé la Chine parmi les 16 pays les plus persécuteurs de groupes religieux ou de minorités.
Publiant son 14e rapport annuel, l’USCIRF a déterminé ces 16 pays pour qu’ils soient désignés officiellement comme "Pays préoccupants" (CPC) par le Département d’Etat américain.
Les pays concernés sont : l’Arabie Saoudite, la Birmanie, la Rép. Pop. de Chine, la Corée du Nord, l’Égypte, l’Érythrée, l’Irak, l’Iran, le Nigeria, le Pakistan, le Soudan (nord), le Tadjikistan, le Turkménistan, la Turquie, l’Ouzbékistan et le Vietnam. SUITE DE L'ARTICLE

21 Mars 2012

Proposition de résolution sur le respect de la liberté d’expression au Tibet à l’Assemblée nationale.

Proposition de résolution sur le respect de la liberté d’expression au Tibet présentée par Mesdames et Messieurs
Lionnel LUCA, Patrick BLOCHE, Philippe FOLLIOT, Henri PLAGNOL, Jean-Louis BIANCO, Jean-Marc ROUBAUD, Françoise HOSTALIER, Jean-Christophe LAGARDE, Patrick LABAUNE, Didier GONZALES, Olivier JARDÉ, Thierry LAZARO, Michel PIRON, Joël GIRAUD, Isabelle VASSEUR, Daniel SPAGNOU, Michel TERROT, Paul DURIEU, Dino CINIERI, Jacques REMILLER, Philippe VITEL, Christian KERT, Catherine QUÉRÉ, Christian VANNESTE, Jean-Luc REITZER, Guénhaël HUET, Jean LAUNAY, Armand JUNG, Étienne MOURRUT, François LONCLE, Patrice VERCHÈRE, Jean-Michel FERRAND, Dominique TIAN, Loïc BOUVARD, Marie-Hélène THORAVAL, Valérie BOYER, Martine LIGNIÈRES-CASSOU, Jean-Sébastien VIALATTE, Chantal ROBIN-RODRIGO, Étienne BLANC, David HABIB et Jean-Louis IDIART, députés.

EXPOSÉ DES MOTIFS

Mesdames, Messieurs,

Cette proposition de résolution vise à porter à la connaissance de nos concitoyens des faits particulièrement inquiétants survenus au Tibet ces derniers mois, afin qu’ils mesurent la réalité de la situation actuelle des Tibétains et la réaction qui s’impose.

Depuis le 16 mars 2011, 16 personnes se sont immolées au Tibet en signe de protestation contre les politiques répressives menées par la République populaire de Chine. 11 d’entre eux sont décédés. Selon plusieurs témoins, certains ont été brutalisés et battus par la police quand ils tentaient d’éteindre les flammes.

Ainsi, Phuntsog, âgé de 20 ans, et Tsewang Norbu, âgé de 29 ans, sont décédés après s’être immolés, respectivement les 16 mars et 15 août 2011. Lobsang Kelsang, et Lobsang Kunchok, tous deux âgés de 18 ans, se sont immolés sur le marché du comté d’Aba-Ngaba, province chinoise du Sichuan, le 26 septembre. Leur état de santé demeure incertain.

Kelsang Wangchuk, Kayang, Choepel, Norbu Damdrul, Tenzin Wangmo et Dawa Tsering, se sont auto-immolés respectivement le 3, 7, 15, 17 et 25 octobre 2011. Excepté Kelsang Wangchun et Dawa Tsering, tous les autres son décédés.

Le 17 octobre 2011, une nonne du couvent de Mame Dechen Choekor de Ngaba, Tenzin Wangmo, âgée de 20 ans, est décédée. Elle est la première femme à avoir montré son indignation en s’immolant.

Le 1er décembre 2011, Tenzin Phuntsog, un moine du monastère de Karma, dans la localité de Chamdo, a été le premier à s’immoler dans la Région Autonome du Tibet (TAR). Il est décédé.

Depuis le début de l’année 2012, on compte 4 cas d’auto-immolations : Tenny et Tsultrim se sont immolés le 6 janvier à Ngaba (Sichuan), Sonam Wangyal, une personnalité religieuse respectée, s’est immolé dans la localité de Golog. Il est le premier cas dans la province chinoise du Qinghai. Enfin, le 14 janvier 2012, Lobsang Jamyang, un laïc, s’est immolé et a été passé à tabac par la police chinoise à Ngaba (Sichuan). La population locale a protesté et les forces de sécurité ont tiré sur la foule, blessant deux personnes. La situation reste à ce jour très tendue dans cette région.

En mars 2011, à la suite du premier incident impliquant une immolation, des forces armées chinoises ont pris position autour du monastère de Kirti et l’ont privé de nourriture et d’eau pendant plusieurs jours. Plus de 300 moines ont été arrêtés et sont actuellement détenus dans des lieux non rendus publics, pour être soumis à plusieurs semaines "d’endoctrinement politique". Sur 2 600 moines membres de la communauté, seuls 600 sont encore sur place.

L’auto-immolation, condamnée par le Dalaï Lama ainsi que par l’Administration Centrale Tibétaine, au nom de leur attachement au principe de non-violence, peut être considérée comme une forme de protestation et l’expression du désespoir croissant des jeunes Tibétains, en particulier de la communauté monastique de Kirti.

Quelles qu’en soient les motivations personnelles, ces actes doivent être replacés dans le contexte plus large de la répression religieuse et politique exercée dans la région par les autorités chinoises, répression qui s’est intensifiée depuis 2008.

Ces derniers mois, les autorités chinoises ont renforcé la sécurité au Tibet, en particulier dans la zone du monastère de Kirti (dans la province du Sichuan). Des policiers patrouillent autour du monastère et nul ne peut y accéder. Les médias étrangers se sont vus interdire l’accès aux régions du Tibet en proie aux troubles, et la télévision chinoise n’a pas relayé ces actions de protestation. Il est interdit aux Tibétains de s’exprimer publiquement à ce sujet, sous peine d’emprisonnement.

Pourtant, comme l’a réaffirmé le Dalaï Lama en mars 2011, lors de son transfert de pouvoir politique et administratif à l’Administration tibétaine, les Tibétains n’ont aucune velléité séparatiste et prônent la non-violence.

Le Mémorandum sur l’autonomie réelle pour le peuple tibétain de janvier 2010 énonce clairement que les Tibétains restent "fermement engagés à ne pas réclamer la séparation ou l’indépendance". Ils veulent "trouver une solution au problème tibétain à travers une véritable autonomie, ce qui est compatible avec le principe d’autonomie prévu par la Constitution de la République populaire de Chine".

Les Tibétains ont une histoire, une culture et une spiritualité riches, qui fondent leur spécificité et leur identité commune, et qu’ils souhaitent préserver. Les autorités chinoises ont d’ailleurs reconnu la nationalité tibétaine comme l’une des 55 nationalités minoritaires qui composent la République populaire de Chine. Par ailleurs, la Constitution chinoise garantit les principes de liberté d’expression et de religion aux minorités culturelles.

Le patrimoine culturel et religieux tibétain est une richesse pour l’humanité. Cette richesse est aujourd’hui en danger, comme sont en danger les hommes qui la défendent.

L’unique revendication des Tibétains porte sur le respect de leurs droits fondamentaux en tant que minorité reconnue au sein de la République populaire de Chine.

Il est donc aujourd’hui urgent que la France intervienne auprès du gouvernement chinois pour que cesse la politique répressive envers la minorité tibétaine, plus particulièrement à l’égard des moines et nonnes, et réaffirme son soutien aux Tibétains, au nom du respect des droits de l’homme et de la liberté d’expression qui sont au fondement de sa politique étrangère.

Nous appelons solennellement l’envoi d’une mission européenne d’observation dans la région du monastère de Kirti et la reprise du dialogue entre les représentants du gouvernement chinois et les envoyés du Dalaï Lama afin de promouvoir l’autonomie du Tibet au sein de la République populaire de Chine.

Tel est le sens de la proposition de résolution que nous vous proposons d’adopter.

PROPOSITION DE RÉSOLUTION

Article unique

L’Assemblée nationale,
Vu l’article 34-1 de la Constitution ;
Vu l’article 136 du Règlement ;
Vue la Déclaration universelle des droits de l’homme ;

Considérant que le respect des droits de l’homme et de la liberté d’expression sont des valeurs universelles ;

Considérant que les mesures de sécurité mises en place par le gouvernement chinois au Tibet, particulièrement dans la préfecture du comté d’Aba-Ngawa de la province du Sichuan, limitent la liberté d’expression, d’association et de religion des Tibétains, en contradiction avec les principes posés par la Constitution de la République populaire de Chine ;

1. Se déclare profondément préoccupée par les nouvelles qui font état de 17 cas d’immolations au Tibet depuis 2009, dont la majorité concernent des moines et nonnes de la zone du monastère de Kirti, dans la province chinoise du Sichuan ;

2. Condamne la répression menée par les autorités chinoises à l’encontre des monastères tibétains et les appelle à lever les restrictions et les mesures de sécurité imposées aux monastères ainsi qu’aux communautés de laïcs de la préfecture du comté d’Aba-Ngawa ;

3. Demande au gouvernement de la République populaire de Chine de faire toute la lumière sur la situation de plusieurs centaines de moines du monastère de Kirti emprisonnés en avril 2011, insiste pour qu’ils aient droit à un procès équitable et souhaite que des observateurs indépendants soient autorisés à rendre visite aux moines en détention ;

4. Demande l’envoi d’une mission d’observation européenne dans la région du monastère de Kirti ;

5. Réaffirme le droit des Tibétains à la liberté de conscience, conformément à l’article 18 de la Déclaration universelle des droits de l’homme et à l’article 36 de la Constitution de la République populaire de Chine et condamne les mesures menaçant la langue, la culture, la religion, le patrimoine et l’environnement du Tibet, prises par les autorités chinoises en violation de ces dispositions ;

6. Souhaite que la France et l’Union Européenne appellent de leurs vœux la reprise du dialogue entre les autorités chinoises et les émissaires du Dalaï Lama en vue d’établir un véritable statut d’autonomie pour le Tibet au sein de la République populaire de Chine et nomment à ce titre un Coordinateur Spécial Européen pour les Affaires Tibétaines.

Source : Assemblée nationale


19 Mars 2012

Sonam Dhargye s’est immolé par le feu le 17 mars 2012 à Rongwo.
Sonam Dhargye, un agriculteur tibétain s’est immolé par le feu en signe de protestation contre le gouvernement chinois dans le Comté de Rebkong.
Sonam Dhargye, âgé de 43 ans, s’est immolé à une intersection près du marché aux légumes de la ville de Rongwo (ou Rongpo). Cela s’est produit le 17 mars 2012 aux alentours de 9 heures (heure locale). SUITE DE L'ARTICLE

Dorjee s’est immolé par le feu le 5 mars 2012 à Ngaba.
Dorjee, âgé de 18 ans, s’est auto-immolé par le feu le 5 mars 2012 vers 18h30 (heure locale) alors qu’il marchait sur un pont en direction du bureau du gouvernement local de la municipalité de Chara dans le Comté de Ngaba, à environ 70 kms de Ngaba. Il est décédé sur place et son corps a été emporté par la police et les forces de sécurité. SUITE DE L'ARTICLE

Jamyang s’est immolé par le feu à Rebkong le 14 mars 2012.
Jamyang Palden, un moine tibétain d’environ 34 ans, s’est immolé le 14 mars 2012, jour anniversaire du soulèvement de 2008, a 10h30 environ, heure locale, au monastère de Rongwo Gonchen, dans le Comté de Rebkong, dans la "Préfecture Autonome Tibétaine de Malho" (chinois : Hongnan). SUITE DE L'ARTICLE

Lobsang Tsultrim s’immole par le feu le 16 mars 2012 à Ngaba.
Lobsang Tsultrim, un autre moine tibétain, s’est immolé par le feu le vendredi 16 mars 2012 vers 17h (heure locale) dans le Kham (actuelle province du Sichuan) pour protester contre la domination chinoise, exactement un an après que le moine Lobsang Phuntsog se soit, lui aussi, immolé.
Lobsang Tsultrim était en flammes alors qu’il courrait en criant des slogans contre le régime chinois, dans la rue principale, à proximité du bureau du Comté de la Préfecture de Ngaba, a indiqué un témoin oculaire aux moines Kanyag Tsering et Lobsang Yeshe vivant en Inde. SUITE DE L'ARTICLE

La neige décime des troupeaux tibétains.
De très fortes tempêtes de neige dans le nord du Tibet (Amdo tibétain, actuelle province du Qinghai) ont détruit des troupeaux entiers de yaks tibétains et risquent de décimer d’autres animaux, menaçant le gagne-pain des familles nomades dans la région durement touchée.
Les tempêtes, qui ont débuté en janvier et ont continué jusqu’au début du mois de mars, étaient les plus fortes que les habitants de la région aient vues depuis des années, et ont tué des milliers de têtes de bétail. SUITE DE L'ARTICLE

Pressions des autorités chinoises sur les manifestants et les monastères.
Les autorités ont mis en garde les Tibétains ayant participé à des manifestations collectives dans la province du Qinghai (ancien Amdo tibétain) afin qu’ils se rendent ou s’attendent à des peines "sévères". Elles ont aussi expulsé plus de la moitié des moines tibétains d’un monastère agité.
Des avis publics écrits en tibétain et en chinois ont été publiés dans le Comté de Nangchen, incitant ceux qui ont pris part à des manifestations dans le Comté, le mois dernier, à se rendre à la police, ont précisé des sources. SUITE DE L'ARTICLE

16 Mars 2012

Chers amis du Tibet,
 
Ca y est, la 50ème municipalité à parrainer une Commune du Tibet vient de délibérer positivement en faveur du parrainage de 2 monastères se situant sur le bord du Lac Nam Tso. Le Monastère de Jhado se trouve non loin de celui de Tashi Dorje sur le bord de ce lac salé, le plus haut du Tibet. Jhado Rinpoche, chef du Monastère de Jhado, est un très grand Lama, Abbé du Monastère du D.L. et aussi l'une des sommités de l'école Gélugpa. Il est aussi considéré comme l’un des envoyés spéciaux du Dalaï Lama. Par ricoché, au travers de ce parrainage, Bouchemaine aura à « cœur » de s’intéresser aussi au devenir du plus haut lac du Tibet.
 
Bouchemaine -La commune de Bouchemaine est née en 1792 de la réunion de deux paroisses bien différentes : celle de Saint-Aubin de Pruniers et de Saint-Symphorien de Bouchemaine. Son nom vient du fait que la ville ressemble à une bouche vue d'hélicoptère et qu’elle est située à la confluence de la Mainequi se jette dans la Loire.

En fait si l’on considère que Bouchemaine ressemble à une bouche vue d'hélicoptère, TASHI DORJE (ou Tashi Dor) et le Monastère de JHADO avec le Lac Namso, vus d'hélicoptère ressemblent à ...un cœur! (Voir dessin au bas du dossier de Jhado)

De l'eau, une bouche, un cœur, voilà encore un parrainage prometteur.
 
Ce dernier Week-End a vu, avec les Commémorations du 10 mars, près de 700 Municipalités Françaises hisser le drapeau Tibétain et 1200 rien qu’en Allemagne ! A Paris XIème, le 9 mars, avec le soutien du Député-maire, Mr Bloche, près de 400 personnes sont venues écouter le Vénérable Professeur Samdhong Rinpoché. Le 13 mars, la Campagne de Parrainage lui fut présentée au Sénat, lors d’une conférence de Presse particulièrement réussie avec notamment la présence du Directeur de la Tibet House de New York, Robert Thurman, venu voir comment fonctionnait cette Campagne et l’importer, nous l’a-t-il confirmé, aux Etats Unis d’Amérique !

Avec ce 50ème Parrainage, il est inutile de vous dire que cette Campagne continue son petit bonhomme de chemin et de façon régulière. Alors n'hésitez plus!

Bonne Campagne de Parrainage de Communes du Tibet!
Pour France-Tibet
F.L.
www.tibet.fr

Au 15 Mars 2012, 50 Municipalités Européennes parrainent 50 Communes du Tibet
 
1- Salles Sur Garonne(31390) - Jean-Louis Halioua / Lhatse
2- Beckerich - Luxembourg - Camille Gira / Gyama
3- Crest (26400)- Hervé Mariton / Lithang
4- Brouckerque(59630)- Jean-Pierre Decool / Siling
5- Bray-Dunes(59123)- Claude Marteel / Kardze
6- Coudekerque-Branche(59210)- David Bailleul / Dhartsedo
7- Sisteron(04200) – Daniel Spagnou / Nyingtri
8- Dieffenthal(67650) - Charles Andrea/ Jaqung
9- Pezens(11170)- Jean-Pierre Botsen / Dingri
10- Lugagnan(65100) - Jacques Garrot / Lhokha
11- Bourgtheroulde Infreville(27520) - Bruno Questel / Samye
12- Saint Laurent du Var(06700) - Henri Revel /Taktser
13- Divonne-Les-Bains(01220) - Etienne Blanc / Kyirong
14- L'Argentière-la-Bessée(05120) - Joël Giraud/Shethongmon
15- Lamothe-Goas(32500)- Alain Scudellaro / Tsang Lukner Shakar
16- St Genés Champanelle(63122) - Roger Gardes / Dromo
17- Festes et St André(11300) - Daniel Bord / Tadruk
18- Paris XI(75011) – Patrick Bloche / Lhassa
19 –Manduel(30129) - Marie-Louise Sabatier/ Gyantse
20 - Créon (33670) - Jean-Marie Darmian / Ruthok
21 - Valouse (26110) - Patrick Liévaux / Shag Rongpo
22 - Plouray (56770) - Michel Morvant / Tsari
23 – Lans-en-Vercors (38250) - Jean-Paul Gouttenoire /Jomda
24 – La Chapelle-Saint-Ursin (18570) - Yvon Beuchon/Sangchu-Labrang
25 - Soulom (65260) - Xavier Macias / Chongye
26 - Saint-Thomas-en-Royans (26190) – Christian Follut/ Jol
27 - Merville (59660) - Jacques Parent /Dzogang
28 - Mourenx (64150) - David Habib/Tsona
29 – Lavaur (81500) - Bernard Carayon / Shigatse
30 – Izeure (21110) - Catherine Lanterne / Yubeng
31 - Artiguelouve (64230) - Éline Gosset / Nyethang
32 - Digne-Les-Bains (04000) - Serge Gloaguen /Kumbum
33 - Lavelanet-de-Comminges(31220) - Évelyne Delavergne /Narthang
34 - Le Vigan (30120) - Eric Doulcier / Dergé
35 – Bourbourg(59630) - Francis Bassemon / Shalu
36 - Gensac-sur-Garonne(31310) - Henri Devic / Gadong
37 - Bax(31310) - Philippe Bedel / Rong
38 - Carbonne(31390) - Guy Hellé / Nagartse
39 – Epinac(71360) - Jean-François Nicolas / Sakya
40– Amfreville-La-Mi-Voie(76920) – Luc Von Lennep / Phari
41- Le Cannet-des-Maures(83340) - Jean-Luc Longour / Gyatsa
42– Latrape(31310) - Jean-Louis Séguela / Riwoche
43– Sciez (74140) - Jean-Luc Bidal / Gyalthang
44 – Widehem(62630) - Pierre Lequien / Taklung
45 – Nieppe(59850) - Michel Vandevoorde / Tsongdu(Nyalam)
46– Montbéliard(25200) - Jacques Hélias / Kharta
47– Marzens(81500) - Didier Jeanjean / Nagchu
48 – Vitrolles(13127) - Loïc Gachon / Tsethang -Yumbu Lakhang
49- Labastide-Saint-Georges(81500) - Jacques Juan / en cours d’attribution
50– Bouchemaine(49080) - Anne-Sophie Hocquet de Lajartre / Tashi Dorje –Jhado/ Lac Namso

14 Mars 2012

Le Tibet, un combat profondément écologiste.
Le 10 mars, ce n’est pas seulement l’anniversaire du soulèvement du peuple de Lhassa, la capitale tibétaine, en 1959, contre l’invasion de leur pays par l’Armée chinoise du dictateur Mao Zedong, c’est malheureusement le témoin de la patience du peuple tibétain face à 53 ans d’asservissement et de souffrances.
53 ans d’un génocide qui aura vu mourir plus d’un million de Tibétains (sur une population de 5 millions) par suite de massacres, tortures, famines, déportations... 53 ans d’exil pour le Dalaï Lama et plus de cent vingt mille Tibétains. 53 ans d’exploitation et destruction d’un pays grand comme 7 fois la France, de sa flore, de sa faune, de ses forêts, de ses glaciers, de son sous-sol... SUITE DE L'ARTICLE

Des cadres du gouvernement chinois s’emparent de monastères tibétains.
Un certain nombre de monastères tibétains du Comté de Diru, dans la Préfecture de Nagchu, ont été contraints de remettre l’ensemble de l’administration et de la gestion des monastères à des groupes de cadres envoyés par le gouvernement chinois. SUITE DE L'ARTICLE

Immolation de Gepey à Ngaba le 10 mars 2012.
L’Administration Centrale Tibétaine (TCA) est profondément attristée par la mort d’un autre jeune Tibétain qui s’est immolé par le feu à Ngaba, dans le nord-est du Tibet. L’incident s’est produit le 10 mars vers 17h, le jour qui a marqué le 53e anniversaire du soulèvement tibétain contre la répression du gouvernement de la République populaire de Chine.
Le TCA offre ses prières et ses condoléances aux membres de sa famille. SUITE DE L'ARTICLE

Des élèves tibétains réagissent face à leurs nouveaux manuels rédigés en chinois.
Le 4 mars 2012, après leur retour de vacances d’hiver, outrés d’avoir à travailler avec des manuels en langue chinoise, les quelque 700 élèves tibétains du Collège national du Comté de Rebkong dans la province du Qinghai ont essayé de mener une marche de protestation dans la ville de Rongwo, exigeant des droits linguistiques.
"Les étudiants de grade 1 et 2 (une dizaine de classes) étaient furieux de découvrir que leurs nouveaux manuels pour étudier la politique, l’histoire, la géographie, les mathématiques, la biologie, la chimie et la physique, auparavant en tibétain, étaient désormais en chinois", a déclaré l’organisation Free Tibet basée à Londres dans un communiqué posté sur Internet le 8 mars. SUITE DE L'ARTICLE

Déclaration du Kalon Tripa, Dr Lobsang Sangay, à l’occasion du 53ème anniversaire de la journée nationale du soulèvement tibétain.
Aujourd’hui, à l’occasion du 53ème anniversaire de la journée nationale du soulèvement tibétain et du quatrième anniversaire des manifestations de masse de 2008 au Tibet, je rends hommage au courage des tous les gens qui ont tant sacrifié pour le Tibet. Malgré cinquante-trois années d’occupation par la République Populaire de Chine (RPC), l’esprit et l’identité tibétains demeurent intacts au Tibet.
Je profite de cette occasion pour rendre hommage à Sa Sainteté le Dalaï Lama pour sa vision, ses qualités de dirigeant et sa bienveillance. Je souhaite également exprimer mon respect et ma gratitude les plus profonds à nos aînés qui ont alimenté l’expansion et le dynamisme de notre mouvement par leur contribution et leurs efforts incessants tout au long de ces cinquante dernières années.

Il y a un an, lorsque Sa Sainteté le Dalaï Lama a annoncé qu’elle passait ses pouvoirs politiques à un dirigeant démocratiquement élu, les Tibétains ont appréhendé la chose et lui ont demandé de revenir sur sa décision. Aujourd’hui, le monde entier reconnaît et applaudit la décision visionnaire et magnanime de Sa Sainteté. Les Tibétains effectuent une transition douce et juste avec les élections multi-candidats du Parlement et du Kalon Tripa de 2011, incluant la participation des Tibétains de la diaspora et en exil dans plus de quarante pays.
Les bénédictions spirituelles, la légitimité, l’autorité et la continuité politiques qui m’ont été confiées par Sa Sainteté le Dalaï Lama m’honorent profondément.
Au cours de sa déclaration lors de ma cérémonie d’investiture, le 8 août 2011, Sa Sainteté a dit : "Quand j’étais jeune, un vieux régent, Takdrag Rinpoche, m’a remis le sikyong (le pouvoir politique) et aujourd’hui, c’est moi qui remets le sikyong au jeune Lobsang Sangay. Ce faisant, j’accomplis un acte que je souhaitais depuis longtemps".

De même, la solidarité et l’appui que les Tibétains du Tibet m’ont témoignés au cours de ces élections et depuis que j’assume mes fonctions politiques m’ont énormément ému. Je ne cesse de faire des rencontres bouleversantes avec des centaines de Tibétains du Tibet qui me comblent généreusement de leurs bénédictions et de leur soutien.
Fort de la passation historique de pouvoirs de la part de Sa Sainteté, investi par le mandat populaire et soutenu par la solidarité des Tibétains du Tibet, je peux affirmer avec fierté et conviction que l’Administration Centrale Tibétaine représente légitimement et donne voix aux six millions de Tibétains.
La vision de Pékin qu’un changement générationnel de direction politique affaiblisse le mouvement tibétain pour la liberté ne s’est pas matérialisé et ne se matérialisera pas. La résilience de l’esprit tibétain et la génération montante de Tibétains instruits va engendrer une dynamique et nourrir le mouvement jusqu’à ce que la liberté soit recouvrée au Tibet.

Si les Tibétains jouissaient réellement de la liberté et de l’égalité, comme le prétend le gouvernement chinois, alors ce dernier devrait autoriser la tenue d’élections démocratiques, transparentes, libres et justes au Tibet. Au cours des cinquante-trois années d’occupation chinoise, aucun Tibétain n’a jamais tenu le poste de secrétaire du parti dans la soi-disant Région Autonome du Tibet (RAT). Les Chinois détiennent la plupart des postes de décision dans toutes les branches du gouvernement et représentent plus de cinquante pour cent des employés dans le secteur public.
Soixante-dix pour cent des entreprises du secteur privé sont la propriété ou relèvent de la gestion de Chinois. Quarante pour cent des Tibétains bacheliers ou diplômés d’universités sont au chômage.

La question du Tibet dépasse largement les droits et le bien-être des six millions de Tibétains. Elle touche la planète entière. L’unicité de la culture tibétaine, forte de sa langue, de sa spiritualité et de son histoire, doit être protégée. Le plateau tibétain est le "troisième pôle mondial" du fait qu’il abrite les plus grandes étendues glaciaires après les deux pôles. Les glaciers tibétains, sources de dix fleuves majeurs, affectent la vie de plus de 1,5 milliard de personnes. Des ressources naturelles à hauteur de plusieurs milliards de dollars sont exploitées annuellement pour alimenter l’économie chinoise.
L’abattage qui a lieu depuis des décennies a réduit de moitié les forêts immaculées du Tibet. La gestion et le rôle traditionnel de gardiens de ce bien commun planétaire dévolu au peuple tibétain doit clairement préoccuper le monde entier.

Lorsque la Chine a envahi le Tibet en 1949, elle a promis de créer un "paradis socialiste". En réalité, les Tibétains sont traités comme des citoyens de seconde classe. Quand des Tibétains se rassemblent pacifiquement et réclament leurs droits fondamentaux, tels que décrits par la Constitution chinoise, on les arrête, on leur tire dessus et on les tue, comme cela s’est produit lors des manifestations pacifiques des 23 et 24 janvier, quand les Chinois célébraient leur nouvel an. Les cadres du Parti communiste de la RAT ont reçu l’ordre de se préparer à une "guerre" contre les manifestants tibétains.

En opposition totale, à Wukan (province de Guangdong), les manifestations chinoises ont duré des semaines, leurs revendications ont été entendues puisque l’un des dirigeants des manifestations a été nommé nouveau secrétaire du parti dans ce village et les autorités provinciales ont même soutenu la tenue d’élections locales libres.

Au Tibet, intellectuels, artistes et dirigeants sont arbitrairement arrêtés et emprisonnés. Revenant d’Inde, des milliers de pèlerins sont emprisonnés ou disparaissent. On oblige les Tibétains, parmi lesquels des moines et des nonnes, à porter des accusations contre le Dalaï Lama et à suivre des formations de rééducation patriotique. L’accès aux zones tibétaines est interdit aux media étrangers et internationaux.
Un intellectuel chinois a récemment observé qu’il y a "plus de Chinois que de Tibétains, plus de policiers que de moines, plus de caméras de surveillance que de fenêtres" à Lhassa, la capitale tibétaine. Toute la région vit sous une loi martiale non déclarée.

La Chine a construit de nombreux aérodromes au Tibet, y stationne beaucoup de divisions de l’Armée Populaire de Chine, a commencé à étendre son réseau ferroviaire jusqu’aux frontières des pays voisins et a envoyé des milliers de forces paramilitaires dans les zones tibétaines. Le Tibet est devenu l’un des endroits les plus militarisées de cette région.

Aujourd’hui, grèves de la faim, manifestations et même rassemblements pacifiques ne peuvent plus avoir lieu au Tibet. Les Tibétains en sont donc réduits à des actions extrêmes, telles que celle des 26 Tibétains qui se sont immolés depuis 2009. Sa Sainteté le Dalaï Lama et l’ACT (Administration Centrale Tibétaine) ont toujours dissuadé des actes aussi drastiques. Toutefois, malgré nos appels, les Tibétains continuent de s’immoler ; on déplore déjà 14 cas pour 2012. La faute en revient sans équivoque aux dirigeants intransigeants à Pékin ; et donc, la solution aussi. Les immolations marquent un rejet radical des promesses creuses du soi-disant "paradis socialiste".

La lutte tibétaine n’est pas dirigée contre le peuple chinois, ni contre la Chine en tant que nation, mais contre les politiques du gouvernement de la RPC. La Chine doit reconnaître la gravité des problèmes au Tibet et comprendre que ceux-ci ne peuvent être résolus par la violence.
Pour résoudre la tragédie qui a lieu au Tibet, j’appelle Pékin à accepter la politique de la Voie Médiane, qui appelle une véritable autonomie pour les Tibétains, dans le cadre de la Constitution chinoise et telle que proposée dans le mémorandum de 2008 et la note de 2010. Hong Kong et Macao ont obtenu un tel degré d’autonomie. Malgré le refus de Taïwan, la Chine a offert un haut degré d’autonomie en vue d’une réunification. Pourquoi les Tibétains ne se voient-ils toujours pas proposer une autonomie réelle, comme le stipule la Constitution chinoise ?

Nous espérons que les prochains dirigeants chinois vont initier un changement véritable et qu’ils auront la sagesse d’admettre que la politique dure du gouvernement au Tibet n’a que trop duré et a échoué. Nous avons choisi de suivre une voie qui soit profitable à nos deux peuples malgré le fait que le statut historique du Tibet ait été l’indépendance et que selon le droit international, les Tibétains jouissent du droit à l’auto-détermination. Les citoyens et les intellectuels chinois sympathisants doivent faire l’effort de découvrir la vérité et de comprendre pourquoi les Tibétains manifestent et s’immolent. Le dialogue et une résolution pacifique à la question du Tibet sont dans l’intérêt de la Chine, des Chinois et des Tibétains.
Nous sommes prêts à envoyer des émissaires reprendre le processus de dialogue bien que les émissaires chinois, membres du Département du Travail du Front Uni, aient récemment dépensé beaucoup d’énergie à voyager à travers le monde et à proférer des accusations scandaleuses contre Sa Sainteté le Dalaï Lama et l’ACT dirigée par le Kalon Tripa. Ils n’ont ainsi fait qu’internationaliser davantage le problème tibétain.

L’une des raisons clefs pour la création des Nations-Unies était l’application des Droits de l’Homme.
Je presse les Nations-Unies d’atteindre cet objectif et de s’attaquer à la crise au Tibet, en nommant un rapporteur spécial et en envoyant ce dernier au Tibet.
La communauté internationale et les médias doivent envoyer une délégation pour enquêter au Tibet et pour soulever le voile de la censure et de la campagne de désinformation. Reporters Sans Frontières déclare que "même Pyongyang (Corée du Nord) a une présence médiatique internationale alors que ce n’est pas le cas à Lhassa".
J’appelle les officiels et les États membres de l’ASEAN et de l’ASACR à inscrire la question tibétaine dans leurs ordres du jour, vu l’importance géopolitique et environnementale du Tibet, qui affecte la vie de milliards d’Asiatiques. Une Chine capable de trouver une solution au problème tibétain deviendra un voisin plus pacifique et contribuera davantage à l’harmonie et à la stabilité de la région.

Chers concitoyens tibétains, le moment est venu de montrer votre solidarité et votre soutien envers nos frères et sœurs au Tibet. Nous devons faire de l’éducation la première des priorités, de sorte que les Tibétains instruits et sensibilisés accomplissent une direction politique dynamique et soutiennent le mouvement tibétain jusqu’à ce que le Tibet recouvre sa liberté. Le Kashag souhaite que mantras et prières soient psalmodiés tous les mercredis pour ceux qui ont sacrifié leur vie à la cause tibétaine. Les Tibétains les plus jeunes doivent embrasser et célébrer la fierté de notre héritage et de notre identité en portant le costume tibétain, en parlant et en mangeant tibétain chaque mercredi.

Faisons de 2012 une année de pression en faveur du Tibet. J’appelle tous les Tibétains et leurs amis à contacter leurs représentants élus au niveau étatique et national dans leurs pays respectifs, en cette nouvelle année tibétaine.
Invitez-les et informez-les sur la situation du Tibet et sur les efforts déployés par Sa Sainteté le Dalaï Lama et par l’ACT. Provoquez le débat sur le Tibet et faites pression pour que des législations de soutien au Tibet et aux Tibétains soient adoptées. Initiez des activités mettant en lumière la démocratie tibétaine et la visibilité des Tibétains, de leur politique et de l’ACT.

Le quatorzième Kashag va faire tout son possible pour atteindre nos objectifs les plus ambitieux et s’efforcer de préparer le peuple et les institutions tibétains au XXIème siècle, sous la tutelle de l’unité, de l’innovation et de l’autonomie.

Encore une fois, le Kashag appelle tous les Tibétains et leurs amis à participer aux diverses actions de solidarité pour s’assurer que ces actions aient lieu pacifiquement, dans le respect des lois locales et dans la dignité. N’oubliez pas que la non-violence et la démocratie sont deux de nos principes constants.

Le peuple tibétain et le Kashag actuel s’estiment extrêmement honorés de bénéficier de la présence et de la sagesse continues de Sa Sainteté, le XIVème Dalaï Lama. Le Kashag étend son soutien absolu à la déclaration historique du 24 septembre 2011 de Sa Sainteté au sujet de sa réincarnation. Nous croyons que seule Sa Sainteté a le droit de déterminer sa réincarnation et que le gouvernement communiste de la Chine n’a absolument aucun mot à dire, ni aucun rôle à jouer sur ce sujet.

Je profite de cette occasion pour remercier tous les gouvernements, notamment ceux des Etats-Unis, d’Europe et d’Asie, les organisations, les groupes de soutien au Tibet et les particuliers qui soutiennent le peuple tibétain.
Votre soutien est très grandement apprécié. J’appelle aussi nos amis de longue date et nos nouveaux amis à revigorer les groupes de soutien au Tibet à travers le monde.
Votre soutien en cette période critique nous est plus précieux que jamais. Le Kashag souhaite également reconnaître la pleine coopération du Chitue Lhentsok et anticipe un partenariat productif au service du Tibet et des Tibétains.

Je me réjouis par ailleurs d’exprimer l’incessante reconnaissance la plus profonde des Tibétains au gouvernement et au peuple indiens pour leur générosité, leur hospitalité et leur gentillesse ces cinq dernières décennies. Mon appréciation a décuplé depuis que je suis devenu le chef politique des Tibétains. Hardik Shukriya !

Pour finir, nous souhaitons dire à nos chers frères et sœurs du Tibet qu’ils sont dans nos cœurs et nos prières chaque jour. Nous resterons à vos côtés jusqu’à ce que la liberté ait été restaurée pour les Tibétains et que Sa Sainteté le Dalaï Lama puisse rentrer au Tibet. Je prie pour la longévité de Sa Sainteté le Dalaï Lama. Que nos buts si ardemment désirés de liberté et de retour à notre Terre des Neiges se réalisent enfin très vite !

Dharamsala, le 10 mars 2012


10 Mars 2012

Manifestation du 10 Mars à Pau.

A Pau, Anne- Françoise a lu un beau discours et ensuite la députée Maire Martine Lignière Cassou a aussi fait un petit discours. Elle nous a expliqué qu'elle avait tenu à mettre son écharpe de maire pour montrer que toute la population de la ville soutenait aussi cette action.
 















Reportage Catherine et Patrick

10 Mars 2012

Manifestation du 10 Mars à Mourenx.

A Mourenx, Patrice laurent a fait un discours , Céline a lu un poème de Loten Namling et après le documentaire de "Enfant de Yak" je suis intervenue en témoignage personnel et ensuite discussion avec les gens. Cela s'est fini convivialement autour d'un vin d'honneur avec la rencontre d'une népalaise.
 







Reportage Catherine et Patrick
 

10 Mars 2012

Manifestation du 10 Mars à Paris




































Photos Eric

11 Mars 2012

Manifestation du 10 Mars à Clermont Ferrand.









10 Mars 2012

Communiqué d’Etudiants pour un Tibet Libre.
Aujourd’hui, jour du 53ème anniversaire du soulèvement national tibétain de 1959, nous souhaitons signifier notre respect et notre hommage aux héros tibétains qui ont sacrifié leurs vies pour le Tibet. Depuis 2009, 26 Tibétains âgés de 17 à 40 ans, moines, nonnes et laïcs se sont immolés. Leurs revendications sont "la Liberté pour le Tibet" et "le retour du Dalai Lama au Tibet".
Les immolations à l’intérieur du Tibet sont un acte politique explicite. Ce ne sont pas des actes de désespoir mais bien des actes de défiance. Les Tibétains à l’intérieur du Tibet ont pris conscience du sacrifice que prendra la libération du Tibet. Cet acte ultime de sacrifice n’est pas seulement pour une liberté religieuse et culturelle au Tibet. Le réel problème est l’occupation illégale du Tibet. Durant plus de 60 ans les Tibétains ont enduré un des régimes les plus brutaux et y ont résisté de manière non violente.
Ensemble, localement avec le mouvement populaire nommé Lhakar et la non-coopération avec les colons chinois, la résistance a l’intérieur du Tibet devient plus forte jour après jour. Nous sommes inspirés par la détermination des Tibétains au Tibet et vivant dans des pays libres, nous nous engageons à faire de notre mieux pour amplifier et passer leur message. SUITE DE L'ARTICLE

Le Dalaï Lama ne fera pas de déclaration à l’occasion du 10 mars.
Le chef spirituel tibétain, Sa Sainteté le Dalaï Lama ne fera pas de déclaration à l’occasion de la Journée nationale du soulèvement tibétain, mais assistera à la cérémonie officielle demain à Dharamsala.
C’est la première fois depuis son exil en 1959 que le Dalaï Lama ne fera pas de déclaration officielle.
Les déclarations du 10 mars de Sa Sainteté ont été reçues par les Tibétains comme l’adresse du chef de l’État à la nation. SUITE DE L'ARTICLE

"Nous ne sommes pas des terroristes" affirment les Tibétains au milieu d’un territoire interdit aux journalistes.
Alors même que, en marge de la très prévisible session parlementaire, de hauts dirigeants chinois monopolisent les médias à Pékin, décrivant les auto-immolations au Tibet comme du "terrorisme déguisé", les Tibétains au cœur des protestations ont une toute autre histoire à raconter.
Au péril de sa propre sécurité, un jeune homme dans la région assiégée de Ngaba, au Tibet oriental, a déclaré à un groupe de médias britanniques ayant pu se faufiler dans la région, que les gouvernements occidentaux avaient oublié le peuple tibétain.
"Je me sens très triste à cause de la situation", a dit cet homme à un journaliste de Sky News dans un anglais limité. Beaucoup de gens sont morts. Ainsi, le peuple tibétain est seul. Personne ne cherche à l’aider".
"Nous ne sommes pas des terroristes", dit le jeune homme. "Nous sommes bouddhistes. Nous n’allons pas nuire à autrui". SUITE DE L'ARTICLE

9 Mars 2012

La dynamique féminine dans la lutte tibétaine.
Les femmes tibétaines sont à la pointe de la longue résistance contre la domination chinoise ; cinq femmes s’étant immolées lors des cinq derniers mois pour protester contre la répression de Pékin sur les monastères et les politiques restreignant les droits culturels tibétains.
On s’attend à ce que les protestations des femmes tibétaines, et surtout des nonnes tibétaines, dont la tradition est de tenir tête à l’oppression remonte à un demi-siècle, aient un écho auprès de la population et mettent en lumière la situation tibétaine.
"Au cours des 25 dernières années, les femmes ont joué un rôle important dans de nouvelles formes de protestation qui se sont développées au Tibet, en particulier les manifestations de rue", a déclaré Robbie Barnett, spécialiste du Tibet à l’Université de Columbia.
Les nonnes tibétaines, dont trois font partie des cinq femmes auto-immolées, ont établi leur tradition de résistance en 1959, quand elles ont mené des manifestations non violentes avec d’autres moines et leurs homologues masculins dirigeant une révolte sanglante contre la domination chinoise. SUITE DE L'ARTICLE

8 Mars 2012

TIBET, mars 2012 : Carte des auto-immolations et protestations dans le Tibet occupé.



Situation la plus terrible depuis les émeutes de 2008 : les Tibétains s’enflamment physiquement.

Cette année, pour « Lossar », le nouvel an tibétain, célébré à partir du 22 février et qui se terminera demain, le cœur n’est pas à la fête. En exil forcé depuis 60 ans, le Tibet n’a désormais plus d’autres solutions que de s’immoler. Selon les sources du site Phayul, consacré aux tibétains en exil, depuis le début de l’année, on compte au moins 23 auto-immolations dans les régions tibétaines de Chine. Les tibétains désespérés et impuissants face à la répression chinoise revendiquent par l’immolation. En parallèle, 2012, sonne les 60 ans de ce que le gouvernement chinois appelle « la libération pacifique » du Tibet. Des patrouilles de police ont été envoyées dans la zone du Tibet historique afin de dissuader les fauteurs de troubles. SUITE DE L'ARTICLE

7 Mars 2012

Des Tibétains battus ou détenus sans raison à Ngaba.
Selon des sources au Tibet, des gens à Ngaba sont battus ou détenus par le personnel de sécurité, aussi bien dans la rue que dans leur maison, pour aucune autre raison apparente que celle d’être Tibétain, et ce depuis la première immolation par le feu l’an passé.
De très nombreuses forces de sécurité sont présentes à Ngaba, dans les rues, aux carrefours, autour du monastère de Kirti, fouillant les maisons, depuis la première immolation de mars 2011. Ngaba et sa région sont fermés aux observateurs indépendants et les communications, incluant Internet et les portables, ont été bloqués la plus grande partie de l’année passée.
De plus, Lobsang Kunchok, un moine de Kirti qui s’était immolé par le feu le 26 septembre 2011, est dans un état grave après que ses deux bras et ses deux jambes aient été amputés. Il est nourri par un tuyau dans la gorge et le personnel de l’hôpital lui fait subir des traitements très durs, allant jusqu’à le battre.

Source : Free Tibet, 04/03/2012 et Administration Centrale Tibétaine, 05/03/2012.


6 Mars 2012

N’oubliez pas le Tibet !
La situation au Tibet est plus dramatique que jamais.
Janvier 2012 : La police chinoise a ouvert le feu sur des centaines de manifestants qui s’étaient rassemblés pacifiquement pour réclamer le respect de leurs droits. Elle a arrêté des centaines de pèlerins revenant de Bodhgaya en Inde où ils étaient allés écouter des enseignements du Dalaï Lama et les a enfermés dans des « camps de rééducation politique » au moins jusqu’en mai 2012.
Les monastères de Kirti, Ngaba sont encerclés par la police et sont des « prisons à ciel ouvert ».
Depuis mars 2011, 24 moines et nonnes se sont auto immolés pour attirer l’attention du monde sur la situation dramatique dans laquelle vivent les Tibétains.
Le Tibet est sous la loi martiale et interdit à la presse et aux étrangers. La police et l’armée peuvent tirer sur toute personne « menaçant » la stabilité de la Chine.
Au Tibet, les droits humains sont refusés, le fragile éco système est en cours de destruction, la langue et la culture tibétaine sont en train de disparaître, les arrestations arbitraires et les campagnes de rééducation ont repris.
A l’occasion du 53ème anniversaire du soulèvement du peuple tibétain à Lhassa, des manifestations et des rassemblements pacifiques vont se tenir partout dans le monde le 10 mars 2012 pour appeler la communauté internationale à montrer sa solidarité avec le peuple tibétain.
A Mourenx le 9 Mars 2012, en présence de M le Député Maire de Mourenx et du conseil municipal, sur le perron de l’hôtel de ville :
17h30 : levée du drapeau tibétain
18h : projection d’un documentaire et information sur la situation actuelle au Tibet
A Pau, le 10 Mars 2012, en présence de Mme la Députée Maire de Pau, place Royale
10h : levée du drapeau tibétain suivie d’une information sur la situation actuelle au Tibet.
Venez nombreux soutenir le Tibet qui traverse une période très difficile.

Denise Puntsok Drolma Campet

6 Mars 2012

Tsering Kyi s’immole par le feu le 3 mars 2012

Une jeune Tibétaine, Tsering Kyi, 19 ans, s’est immolée par le feu le samedi 3 mars 2012 dans un marché de légumes de la ville de Nyima, dans le Comté de Machu. Quelques jours avant de s’immoler par le feu, alors qu’elle était en vacances dans son village natal de Drakhto, elle indiquait : "A Ngaba et dans d’autres zones du Tibet, des Tibétains s’immolent par le feu. Nous devrions faire quelque chose pour le Tibet. La vie n’a pas de signification si on ne fait rien pour le Tibet".

Tsering Kyi s’est préparé dans la zone du marché, se versant de l’essence sur elle, et se mettant en feu en marchant vers la place publique. Alors qu’elle était en flammes, elle a dressé son poing au-dessus de sa tête plusieurs fois. Tsering est décédée sur place.
Des vendeurs ont alerté la police, qui est arrivée et a fermé toute la zone du marché, personne ne pouvant quitter les lieux avant 21h locales. Les autorités ont prétendu à ceux qui étaient présents que Tsering Kyi s’était immolée pour des raisons personnelles et que ce n’était pas un acte politique.

Son corps a été emporté par la police du Comté à la station de police du Comté et sa famille a été prévenue.

Stéphanie Brigden, Directrice de Free Tibet commentait ainsi :
"De plus en plus de jeunes femmes et hommes tibétains, beaucoup n’ayant jamais eu d’activités politiques, agissent maintenant pour le Tibet en solidarité avec ceux qui les ont précédés.
Pour des Tibétains comme Tsering Kyi et Rinchen, qui se sont immolés ce week-end dans des appels à la liberté du Tibet, et pour les nombreux Tibétains qui risquent leur vie dans des manifestations contre les politiques chinoises, les remarques du Président Hu qui essaie de mettre l’accent sur la sécurité et le bien-être lors de la Conférence Consultative Politique du Peuple Chinois (en session actuellement) n’ont aucun sens
".

Source : AFP, Free Tibet, 5 mars 2012.


5 Mars 2012

NGABA, 4 mars 2012 : Une Tibétaine, mère de quatre enfants meurt suite à son auto-immolation.
Une mere de 4 enfants meurt a la suite de son immolation par le feu, en signe de protestation, au Tibet.
DHARAMSALA le 4 Mars : dans des communiques confirmes, nous parvenant du Tibet, une Tibetaine, mere de 4 enfants, est decedee apres s etre immolee par le feu, et reclamant haut et fort, le retour de Sa Saintete le Dalai Lama et la Liberte au Tibet. cette nouvelle immolation s est produite aujourd hui, dans la region de Ngaba, a l Est du Tibet, a environ 6h30 du matin (heure locale ).
Rinchen, agee de 33 ans, a mis le feu a ses vetements, son corps tel une torche, ceci juste en face d un bureau de la Securite, a l exterieur de l entree principale du Monastere de Kirty, Monastere en etat de siege permanent, poste de surveillance installe tout specialement par les autorites Chinoises, a la suite des immolations a repetition, et des manifestations survenues dans la region.
Selon certaines sources en exil, des moines du monastere de Kirty ont eu le temps d enmener son corps calcine a l interieur du Monastere.
" le corps completement enflamme, Rinchen trouvait encore la force de lancer des slogans reclamant le retour de Sa Saintete le Dalai Lama, et la Liberte au Tibet. elle deceda immediatement apres." nous confirme aujourd hui le Monastere de Kirty en exil, dans ce communique. SUITE DE L'ARTICLE

DRANGO ( TIBET) , 4 mars 2012: Arrestations massives.
Plus d'un mois après que le personnel de sécurité chinois ont ouvert le feu sans discernement sur une foule de Tibétains non armés à Drango, au Tibet oriental, des arrestations massives de Tibétains sont signalés dans cette région.
Le site internet d' actualité Phayul gèré par des Tibétains en éxil en Inde a appris selon des sources parmis des Tibétains en l'exil que près de 400 Tibétains ont été arrêtés le 23 Janvier 2012 suite la protestation de masse à Drango ou il y a eu cinq Tibétains Tués par des tir des forces de l' ordre chinoises et plus de 30 blessés .
Des centaines de Tibétains étaient sortis dans les rues appelant à la liberté du Tibet et le retour de Sa Sainteté le Dalaï Lama au Tibet. Les protestations a éclaté après que les responsables locaux chinois du Bureau de la sécurité a commencé à arrêter arbitrairement des Tibétains sur des soupçons de leur implication d' affichage sur les murs de la ville de tracts et d'affiches qui habordaient le sujet de la vague d' immolations au Tibet . Les affiches avaient mis en garde de plus en plus de tibétains pourraient s' immoler prochainement si le gouvernement chinois n'écoute pas les préoccupations du peuple Tibetain.
Des rapports antérieurs avaient indiqué que le personnel de sécurité chinoises avaient arrêté les Tibétains avec l'aide de photos et de vidéos prises pendant les manifestations.
Des détails sur la mort brutale de deux frères, Yeshi Rigsel, 40 et Yeshi Samdup, 38 ont également été révélé près d'un mois après que le personnel de sécurité chinois à pourchassés les deus frères et leur ont tirés dessus .
Après avoir subi des blessures par balle au bras Yeshi Rigsel avait fuit la ville avec Yeshi Samdup pour se cacher dans les montagnes environnantes . La police de sécurité chinoises à traqué les deux frères après une chasse à l'homme et tué les deux hommes. SUITE DE L'ARTICLE

PEKIN, 3 mars 2012: Tirer pour tuer tels est la nouvelle consigne .. après l'explosion au Tibet.
Les autorités de la province chinoise du Sichuan ont monté en puissance le degré de sécurité après un attentat dans une zone tibétaine.
AFP
La police du comté de Dege dans le Sichuan, où un Tibétain a bombardé un édifice gouvernemental la semaine dernière, a lancé l'ordre de "Tirer pour tuer" sur ceux qui défient les autorités, selon une source locale.
Au milieu des tensions qui couvaient parmi les Tibétains de la région, les autorités ont renforcé la sécurité et donné à la police du comté de Dege, préfecture de Kardze (en chinois, Ganzi), l' ordre d'ouvrir le feu sur des manifestants qui ne peuvent pas être détenus, selon la même source.
"Maintenant, les autorités chinoises menacent les Tibétains de cette région, que si quelqu'un fait quelque chose contre l'autorité chinoise, la police locale est autorisée par les autorités chinoises centrales et provinciales de tirer sur quiconque commet un crime contre le gouvernement" dit la source, un homme du Dege comté qui n'a pas souhaité être nommé, a déclaré à RFA.
"Les personnes impliquées dans des manifestations et autres activités seront arrêtées. Celles qui ne pourraient pas être détenues seront abattues par balle" a t-il dit. SUITE DE L'ARTICLE

Récapitulatif des manifestations en France pour le 10 mars 2012.CONSULTER LE PROGRAMME DES MANIFESTATIONS

3 Mars 2012

Un mois d’assignation à résidence et interdiction de recevoir un Prix honorifique pour la blogueuse Woeser.
Tsering Woeser, écrivaine tibétaine et blogueuse, s’est vue interdire de recevoir un prix de l’Ambassade des Pays-Bas à Pékin et doit subir un mois d’assignation à résidence.
Ecrivant sur son réseau social, Woeser dit qu’elle a été invitée à recevoir le "Grand Prix Prince Claus 2011" lors d’un dîner-réception à l’ambassade des Pays-Bas, mais à la veille de la cérémonie privée, les fonctionnaires du Bureau de la Sécurité publique de Pékin sont venus chez elle et lui ont fait part de l’interdiction qui lui était faite de se rendre à l’ambassade.
"Ils (la police de la Sécurité d’Etat) ont dit que je ne pouvais pas aller à l’ambassade des Pays-Bas le lendemain. Ils ont également dit que je ne pourrais pas sortir pendant tout le mois de mars. Si je voulais sortir, il faudrait qu’ils me suivent", écrit Woeser. SUITE DE L'ARTICLE

La Chine renforce sa surveillance de l'Internet au Tibet.
Le plus haut responsable du Parti communiste chinois au Tibet a ordonné, jeudi 1er mars, un renforcement de la surveillance de l'Internet et des réseaux téléphoniques dans la région autonome, a annoncé la presse locale.
Cette décision est prise dans un contexte déjà tendu, Pékin réagissant par la répression à la contestation populaire. "Les mesures de contrôle des téléphones portables, de l'Internet et des nouveaux médias doivent être mises en œuvre de façon complète", a déclaré Chen Quanguo, cité par le quotidien du Tibet. "Il nous faut encore davantage fairepasser dans toute la région l'idée que la stabilité est cruciale. Les éléments de déstabilisation doivent être tués dans l'œuf", a-t-il ajouté. SUITE DE L'ARTICLE

Le groupe d’information sur le Tibet du Sénat reçoit M. Kelsang Gyaltsen, Représentant du Dalaï-Lama pour l’Europe.
Le groupe d’information sur le Tibet du Sénat, présidé par M. Jean-François Humbert (UMP – Doubs), s’est réuni le jeudi 1er mars 2012 pour entendre M. Kelsang Gyaltsen, Représentant du Dalaï-Lama pour l’Europe.
M. Kelsang Gyaltsen est venu à Paris, dans le cadre d’une tournée des capitales européennes, pour témoigner de la gravité de la situation au Tibet, coupé du reste du monde et soumis de fait à une quasi loi martiale depuis les manifestations du printemps 2008. La multiplication tragique, ces derniers mois, d’auto-immolations par le feu de moines tibétains (23 cas depuis 2009, dont 10 depuis le début de l’année 2012) manifeste le degré de désespoir atteint par la population.
Dans l’immédiat, les sénateurs membres du groupe d’information demandent aux autorités chinoises de rouvrir l’accès de toutes les régions du Tibet aux étrangers, qu’ils soient parlementaires, diplomates, journalistes, ou simples touristes. Ils demandent qu’une délégation du groupe d’information soit invitée par le gouvernement de Pékin à visiter le Tibet pour se rendre compte de la réalité de la situation, ainsi que cela avait été rendu possible au mois d’août 2006.
à moyen terme, ils soutiennent fermement la suggestion faite par les autorités tibétaines en exil à Dharamsala aux 27 Etats membres de l’Union européenne de nommer un coordinateur spécial pour le Tibet, sur le modèle de celui qui existe depuis 1997 aux Etats-Unis.
à plus long terme, ils réaffirment leur conviction que seule la voie de l’apaisement et du dialogue peut apporter, dans le respect de la Constitution chinoise, une solution durable à la question tibétaine qui soit mutuellement bénéfique aux peuples tibétain et chinois.
Par ailleurs, le groupe d’information sur le Tibet du Sénat recevra le mardi 13 mars 2012 à 18h00, pour une conférence ouverte à la presse et au public, le Professeur Samdhong Rinpoché, ancien Premier ministre du Gouvernement tibétain en exil.
Le compte-rendu de l’audition de M. Kelsang Gyaltsen sera bientôt consultable sur les pages internet du groupe d’information : SUIVRE CE LIEN

1 Mars 2012

Réactions d’officiels communistes face à la situation au Tibet.

Selon un journal local dirigé par le gouvernement, Liu Qibao, secrétaire du Parti communiste de la province du Sichuan, est venu à Ngaba et à Kardzé, enjoignant les moines tibétains et les habitants de contrer le séparatisme et d’obéir à la loi.
Le journal "Sichuan Daily" rapporte les propos qu’il a tenu aux moines du monastère de Kirti afin qu’ils cautionnent le leadership du Parti communiste.
"Nous devons résolument lutter contre les activités séparatistes et les crimes de toutes sortes, défendre l’unification de l’État, l’unité ethnique et l’ordre juridique habituel. Ceci défend les intérêts fondamentaux du peuple et maintient sa liberté religieuse", a déclaré Liu Qibao, cité par le journal.
"Tout le monde est égal devant la loi. Peu importe si vous êtes un moine ou une nonne, vous êtes d’abord un citoyen", a-t-il ajouté, toujours selon le journal. "Il n’y a pas de monastères hors la loi, ni d’individus en dehors de la loi, non plus". SUITE DE L'ARTICLE

Manifestations et arrestations lors de la semaine du "Losar" au Tibet.
La période du "Losar", le Nouvel an tibétain, la semaine dernière, a été témoin d’une recrudescence d’arrestations, de protestations, et de répression dans les zones tibétaines.
Selon des sources en exil, des Tibétains de la région de Kardzé, au Tibet oriental, ont mené de vastes protestations pamphlétaires durant les cinq premiers jours du Losar (22-26 février).
Les affiches, qui protestaient contre les politiques répressives du gouvernement chinois, ont été collées sur les murs de bâtiments du gouvernement chinois, les fenêtres des bureaux chinois, les ponts, et accrochées sur des lampadaires de la région.
"Les slogans des brochures demandaient l’indépendance du Tibet, le retour de Sa Sainteté le Dalaï Lama, et l’unité du peuple tibétain", rapporte Tenzin Dhargey, moine exilé, à Phayul.
"Toujours dans la région, lors d’une célébration du Nouvel an, lorsque les autorités locales chinoises ont allumé des pétards, le premier jour du Losar, les Tibétains ont répondu par une protestation improvisée. Les autorités ont été obligées d’arrêter d’autres célébrations dans la crainte de provoquer davantage de manifestations", dit Dhargey. SUITE DE L'ARTICLE


1 Mars 2012

Des Tibétains en grève de la faim.
Katmandou — Treize Tibétains emprisonnés la semaine dernière pour avoir manifesté contre la Chine devant le bureau des Nations unies au Népal, ont entamé hier une grève de la faim illimitée pour demander leur libération, a annoncé la présidente du Congrès de la jeunesse tibétaine au Népal.
Les activistes réclamaient l'intervention des Nations unies au Tibet après une série d'immolations de Tibétains qui entendaient ainsi dénoncer l'occupation chinoise. Ils considèrent leur emprisonnement comme une violation des droits de l'homme. Le Népal abrite quelque 20 000 exilés tibétains.

L'attitude agressive de la Chine correspond à un sentiment d'incertitude du régime.
Un rapport récent publié par Jane's Defense prévoit que le budget de défense de la République populaire de Chine (RPC) aura doublé en 2015, pour atteindre 238,2 milliards de dollars, avec un taux de croissance annuel de 18,75 %. Il s'agit là du prolongement d'une tendance lourde. La Chine connaît, depuis le début des années 1990, un taux d'augmentation annuel moyen de son budget de la défense à deux chiffres proche de 15 % par an.
Mais au-delà du budget, deux éléments sont à prendre en compte dans l'analyse de la montée en puissance sur le long terme des capacités militaires de la RPC. Le premier élément est l'imbrication très étroite, revendiquée par les autorités, des industries civiles et militaires, qui mettent au service des capacités militaires toutes les ressources de la recherche et des progrès accomplis dans l'industrie civile de haute technologie.
Le second élément réside dans l'attitude des autorités chinoises qui, en réponse aux demandes de "transparence", ont adopté une position beaucoup plus offensive quant à la légitimité de cette montée en puissance. Si le chiffre officiel du budget de la défense pour 2011, de 91,5 milliards de dollars, demeure inférieur aux estimations publiées à l'étranger, il situe sans complexe la Chine au deuxième rang des dépenses militaires dans le monde, loin derrière les Etats-Unis, mais aussi loin devant l'ensemble de ses voisins asiatiques, Japon compris, pris individuellement ; très loin devant la Russie, et de plus en plus loin aussi devant les grandes puissances militaires européennes. L'effort chinois est donc impressionnant et, plus préoccupant, il s'accompagne d'un manque de transparence non pas tant sur les chiffres que sur une posture stratégique généralement perçue comme agressive. SUITE DE L'ARTICLE
APACT  
 


Association Humanitaire exclusivement composée de bénévoles qui vient en aide aux réfugiés tibétains qui mènent la vie de l'exil et du dénuement dans les camps installés depuis 55 ans en INDE et au NEPAL.












 
Apact sur Facebook  
   
Publicité  
   
Site Internet.  
 
Association Paloise pour l'Art et la culture du Tibet archives 1986-2008


APACT sur Facebook




http://perso.numericable.fr/apact


Galerie de photos


"Mainpat 2009" le film


"Mainpat 2011" le film


"Mainpat 2013"


"Le Lion des Neiges"Film documentaire de Claude Le Gallou




PARRAINAGES DE COMMUNES EUROPEENNES AVEC DES COMMUNES TIBETAINES


Hommage à Phurbu Dolma




Beru Khyentse Rinpoche à Pau Aout 2013




Prisonniers Tibétains


Discours de Monsieur Robert BADINTER, Ancien Ministre de la Justice Lors du RASSEMBLEMENT EUROPEEN POUR LE TIBET à PARIS le 14 mars 2015.

 
Siège Social.  
 

 
Adresse postale.  
 

---------- Contact ----------
info@apactpau.fr
apactpau@yahoo.fr
apactpau@free.fr
apact64@yahoo.fr - webmaster
 
visiteurs  
 
 
Visiteurs. 279850 visiteurs (648581 hits)