Pau Tibet
Rubriques  
  Infos
  Année 2015
  Année 2014
  => Janvier 2014
  => Février 2014
  => Mars 2014
  => Avril 2014
  => Mai 2014
  => Juin 2014
  => Juillet 2014
  => Aout 2014
  => Septembre 2014
  => Octobre 2014
  => Novembre 2014
  => Décembre 2014
  Année 2013
  Année 2012
  Année 2011
  Année 2010
  Année 2009.
  Historique de l'APACT.
  Hommage à Phurbu
  Rencontre de Denise Campet Puntsok Drolma avec S.S. Dalaï Lama.
  Mainpat 2007
  Mainpat 2009
  Mainpat: travaux et projets.
  Mainpat 2011
  Mainpat 2013
  Mainpat 2014
  Mainpat 2015
  Mainpat 2016
  Bodnath le 10 Mars 2009.
  Pokhara 2009
  Dharamsala 2009
  Salle de classe du monastère de Pawo Rinpoché au Népal.
  Université de Bengalore
  Les écoles en Inde, Népal et Bouthan
  Gandhi School Mainpat Mai 2012
  Parrains et Filleuls.
  Témoignages des filleuls
  Parrainage.
  A.G. de l'APACT 16 Mai 2009.
  A.G de l'APACT 8 Mai 2010
  A.G de l'Apact le 14 Mai 2011
  A.G de l'Apact le 12 Mai 2012
  A.G de l'Apact le 20 Avril 2013
  A.G de l'Apact le 13 Avril 2014
  AG de l'Apact le 10 Avril 2015
  A.G de l'Apact le 2 Avril 2016
  Fête annuelle de l'APACT.
  Fête annuelle de l'APACT 2010.
  Fête annuelle de l'APACT 2011
  Fête annuelle de l'Apact 2012
  Fête annuelle de l'APACT 2013
  Fête annuelle de l'APACT 2014
  Fête annuelle de l'APACT 2015
  Fête annuelle de l'APACT 2016
  Béru Khyentsé Rinpoché à Pau.
  Actualité PAU.
  Exposition peintures Tashi Norbu
  Méssage de SS Dalaï Lama au peuple Tibétain.
  Déclaration Universelle des Droits de l'Homme.
  Discours de Mr Badinter le 14 Mars 2015
  Prisonniers Tibétains
  Seisme du Népal 2015
  Galerie
  Partenaires.
  Exposition du 18 au 25 Février 2017
  10 Mars 2017 à Pau
Mars 2014
30 Mars 2014

Tibetan nun immolates self in Kham Bathang

Dans le comté tibétain de Bathang, province du Kham, une nonne tibétaine s'est auto-immolée hier aux alentours de 15h, heure locale.
 Ce sont les Tibétains qui effectuaient leur kora* qui l'ont aperçue en flammes, non loin du monastère de Ba Choede. Les riverains ont éteint les flammes et ont amené la sœur à l'hôpital. Puis ce sont les autorités chinoises qui sont intervenues en bloquant l'accès à l'établissement de santé aux Tibétains qui se rassemblaient, de plus en plus nombreux.
De plus, les autorités ont immédiatement renforcé les mesures de "sécurité" à l'intérieur et autour du comté en bloquant tous les moyens de communications, des applications de microbloging aux déplacements des personnes. 
En conséquence Bal Kelsang Gyaltsen, membre du Parlement tibétain, a déclaré : "Il y a eu l'auto-immolation d'une nonne tibétaine mais, en raison des restrictions immédiatement imposées, les détails ne sont pas encore connus."

C'est la 130ème immolation au Tibet.

DHARAMSHALA, March 30: A Tibetan nun immolated herself in Tibet’s Bathang County in the traditional Tibetan province of Kham on Saturday around 3PM (Local Time), sources said. 

The nun whose self immolation protest took place near Ba Choede monastery was spotted by local Tibetans on their routine circumambulation. The local residents doused the flames and took her to a nearby hospital. Chinese government officials including the police arrived at the hospital and sealed it prohibiting more Tibetans who had gathered at the hospital to enter. 

The local Chinese administration immediately stepped up security in and around the county blocking all communication lines including micromessaging apps and monitoring movement of people. “There has been a self immolation protest by a Tibetan nun but due to restrictions immediately imposed the details are not yet known,” a Tibetan member of parliament, Bawa Kelsang Gyaltsen was quoted by the Tibet Times as saying. 

This is 130th self immolation protest in Tibet since 2009.

http://www.phayul.com/news/article.aspx?id=34734&article=Tibetan+nun+immolates+self+in+Kham+Bathang



30 Mars 2014

Xi Jinping, le président de la République Populaire de Chine a terminé, jeudi 27 mars, sa visite d’Etat de 3 jours en France. Cette visite a été très prolifique pour l’économie française. Près de 80 accords ont été signés entre des entreprises françaises et des patrons chinois. Toutefois, un sujet a réussi à entacher la venue du président chinois : la question des droits de l’homme dans l’Empire du Milieu.

Tout a commencé mardi 25 mars, lors de l’arrivée de Xi Jinping à Lyon, ville dans laquelle il avait décidé de commencer sa visite d’Etat en France. Peu de temps avant que l’avion présidentiel atterrisse, une quarantaine de personnes, dont des Tibétains et des Taïwanais, ont manifesté pacifiquement contre la violation des droits de l’homme en Chine. Regroupés devant la cathédrale Saint-Jean dans le vieux Lyon, les manifestants scandaient des slogans tels que « Liberté au Tibet » ou bien encore « Démocratie pour Taïwan ».

La question du Tibet est connue de tous depuis sa médiatisation à l’occasion des Jeux Olympiques de Pékin de 2008. Depuis maintenant des années, les Tibétains réclament l’indépendance du Tibet, à l’image des déclarations d’un manifestant lyonnais : « Nous sommes en colère contre le gouvernement chinois, le gouvernement communiste. Nous voulons un état tibétain indépendant qui ait du sens ». Concernant Taïwan, le sujet est moins connu du grand public. Les personnes réunies ce mardi 25 mars dénonçaient le récent passage en force, au parlement taïwanais, d’un traité de libre-échange avec la Chine, jugé anti-démocratique.

Si au départ, le sujet des droits de l’homme ne devait être discuté qu’en coulisse, François Hollande a finalement décidé d’aborder la question lors du diner d’Etat offert à son homologue chinois, mardi 25 mars, à l’Élysée. « Nous sommes attachés à la création, à l’expression, à l’émancipation, à travers la libre circulation des personnes et des idées qui constituent le socle des droits de l’homme auxquels la France est attachée » a déclaré le président français. Néanmoins, François Hollande a aussi salué « un pays devenu la deuxième puissance économique du monde » rappelant que la France accueille la Chine « en amie » et se disant « sensible » au fait que Xi Jinping ait choisi l’Hexagone pour inaugurer sa tournée européenne.

Même s’il est compréhensible que François Hollande n’accable pas, devant les caméras, le régime chinois avec qui la France vient de signer un grand nombre d’accords économiques, nous ne pouvons qu’espérer, qu’en coulisse, il a discuté du respect des droits de l’homme comme il l’avait annoncé. Maintenant, Xi Jinping, va continuer ses visites européennes en se rendant tout d’abord en Allemagne. Si Angela Merkel et les autres chefs d’États européens qu’il va rencontrer continuent de mettre sur la table cette question, cela pourra peut-être faire changer les choses. Ce serait une immense victoire si, grâce à l’Europe, ce pays, qui est aujourd’hui la deuxième puissance économique mondiale, se mettait à enfin respecter les droits de l’homme.

http://droitsdelhommeetducitoyen.blog.youphil.com/archive/2014/03/28/la-chine-confrontee-a-la-question-des-droits-de-l-homme-3922.html



30 Mars 2014

la Chine rejette la «voie du milieu» du Dalaï Lama
LHASSA, Tibet (SIWEL) — La Chine a marqué le 55e anniversaire du démantèlement du gouvernement du Tibet à Lhassa avec un autre rejet explicite de la "voie du milieu" approche dite du Dalaï Lama qui met l'accent sur l'autonomie de la région.


Thamzing* d'une femme tibétaine vers 1958 (PH/DR)


Dans un discours diffusé jeudi sur la télévision d'Etat "Tibet TV", le président de la Région autonome chinoise du Tibet, Losang Gyaltsen, a déclaré que l'approche du Dalaï Lama est « une approche camouflée » qui vise l'indépendance du Tibet. 

"Le Tibet ne peut être indépendant, ni ne peut jouir d'une semi-indépendance ou d'une indépendance déguisée", a déclaré Gyaltsen, debout à côté du drapeau national chinois. 

De son coté, Kunga Tashi, qui travaille à New York pour le gouvernement tibétain en exil, a indiqué dans un communiqué que les dirigeants chinois ne sont pas disposés à faire des compromis pour résoudre le problème tibétain : « L'approche du milieu de la voie d'accord avec le principe de [la demande] de la Chine", a-t-il dit. "Nous disons que nous ne sommes pas pour la séparation d'avec la Chine, si nous obtenons une véritable autonomie." 

* Thamzing : mot tibétain signifiant séance d'humiliation imposée par les maoïstes chinois aux prisonniers tibétains

http://tibet.fr/site/index.php?itemid=22652


29 Mars 2014

Five Tibetans arrested in Paris as Xi faces protest
DHARAMSHALA, March 28: Five members of France regional chapter of Tibetan Youth Congress were arrested for a protest against Chinese President Xi Jinping near the Chinese embassy in Paris. 

The five protesters, Kyilay Namdol, Sonam, Tenzin Wangdu, Tashi Dorjee and Tashi Dolma, were later released. 

They raised slogans such as ‘Free Tibet’, ‘Tibet belongs to Tibetan’, and ‘Shame on you Xi’. Kyilay Namdol, President of RTYC France said, “Whenever a leader of country visits Paris, we see national flag of that particular nation on their car, but I was amazed to see that Xi’s car had no Chinese flag on it and Xi, despite being a President of one of the most powerful nations, could not travel with pride in a free nation and it proves that he is guilty of lying.”

Xi Jinping is currently on his maiden trip to Europe and is scheduled to visit Germany, France and The Netherlands. 

Over a hundred Tibetans and supporters carried out a protest yesterday near the Eiffel Tower carrying pictures of Tibetan self-immolators and the Tibetan spiritual leader His Holiness the Dalai Lama. Protesters carried banners and placards that read, ‘Hollande, team up with world leaders to save Tibetan lives’ and ‘Wake up United Nations’.

Since 2009, 129 Tibetans have set themselves on fire in Tibet protesting against China’s occupation of Tibet and its hard-line policies.

An International Press Freedom advocate Reporters Without Borders also staged a protest against Xi and his government about civil liberties especially freedom of information.

China is ranked 175th out of 180 countries in the Reporters Without Borders press freedom index. With at least 30 journalists and 74 citizen-journalists currently detained. According to Reporters Without Borders, China is the world’s biggest prison for media personnel and netizens.

http://www.phayul.com/news/article.aspx?id=34731


28 Mars 2014

TIBET! NOUS NE LACHERONS RIEN! NOTRE RESISTANCE NON-VIOLENTE ET INLASSABLE CONTINUE! 


Nous étions nombreuses et nombreux, une fois de plus, pour soutenir nos amies et amis tibétains ce 27 mars à Paris. 
Un Paris devenu “chinois” pour 48 heures, un Paris bien protégé, un Paris où un certain nombre d'entre vous n'ont pu atteindre le Trocadéro car des stations de métro étaient fermées, et des contrôl...es effectués sur qui porterait pancartes ou banderoles de soutien au Tibet pas suffisamment dissimulées. 
Nous avons pris la parole pourtant! Et dit haut et fort notre soutien au Tibet, sur un Parvis des Droits de l'Homme duquel nous n'aurions pu sortir si nous l'avions souhaité, car un escadron de CRS, boucliers sortis, nous en empêchaient. 
Ce n'était d'ailleurs nullement notre intention! Ni celle de perturber en quoi que ce soit le développement des “amitiés franco-chinoises” dans les “Palais de la République”...
Nous voulions seulement rappeler, au Président chinois, que la communauté internationale que nous représentons et défendons, nous, citoyennes et citoyens du monde, ne cessera JAMAIS de se battre pour le respect des minorités et celui des Droits Humains. Et que le Tibet finira par obtenir le respect de son peuple et de sa culture. Il ne demande “que“ celà. Mais il le demande - et nous avec - obstinément et indéfiniment!
Monsieur le Président chinois, vous représentez aujourd'hui la deuxième puissance économique mondiale et vous pensez que nous sommes trop “petits” pour gagner? Alors méditez cette parole du Dalai-Lama, je vous prie : “Si vous avez l'impression que nous sommes trop petits pour vous importuner, essayez donc de dormir avec un moustique et vous verrez lequel des deux empêchera l'autre de dormir!“
Nous ne lâcherons rien. We shall overcome!
Pierre MARTIAL

Mes hommages à toutes celles et tous ceux qui oeuvrent inlassablement et depuis si longtemps pour le Tibet.
avec La Communauté Tibétaine-FranceGyatso ThuptenAndré GattolinFABELLPatrice AlbyTran NghiArmand ClercNino Tonino,Ouïghours de FranceMireille Rosenberger, et tant d'autres....
Afficher la suite
– avec Tran NghiFABELLLa Communauté Tibétaine-France et Gyatso Thupten, à Paris - Trocadéro - 27 mars 2014 - Pierre MARTIAL.


28 Mars 2014

VIDEO. France-Chine : "Nous voulons la liberté", clament des militants tibétains à Paris

http://www.francetvinfo.fr

Le séjour de Xi Jinping s'est poursuivi, jeudi 27 mars dans la matinée, par une première visite d'un président chinois à l'Unesco, avant un dîner fastueux au château de Versailles avec François Hollande, qui marquera la fin de son voyage. Une manifestation sur l'esplanade du Trocadéro, au pied de la tour Eiffel, a rassemblé quelque 160 militants tibétains portant des pancartes hostiles à la visite chinoise, clamant"Nous voulons la liberté" ou "Réveillez-vous les Nations unies".


28 Mars 2014

Tibet-Chine : la grande muraille du silence

Entretien avec André Gattolin, sénateur français Europe Ecologie Les Verts, membre du Groupe d'information sur le Tibet au Sénat et Tenam, réfugié tibétain en France.

https://www.youtube.com/watch?v=hzbLZrYgPUA


26 Mars 2014

Lettre au Président de la République Française (http://www.tibetan.fr/?Lettre-au-President-de-la)

Monsieur le Président

Association membre de l’International Tibet Network, nous avons signé un courrier vous étant adressé, tout comme 23 groupes français de soutien au Tibet, ainsi qu’un ensemble d’association européennes, concernant la visite du président Chinois Xi Jinping.

Depuis qu’il est devenu président il y a maintenant un an, Xi Jinping a continué sur les traces de ses prédécesseurs, mettant en place une violente répression militaire contre les Tibétains.

Cette répression ne fait qu’exacerber les doléances des Tibétains et accroître les tensions, en créant un vaste mouvement de résistance à travers tout le Tibet.

Outre ce mouvement de résistance, 127 Tibétains se sont immolés par le feu au Tibet depuis 2009.

La communauté internationale doit rechercher une solution diplomatique afin de garantir une prise en compte de la situation politique préoccupante au Tibet.

Nous vous demandons d’inscrire le Tibet à votre agenda durant la visite du président chinois et de lui demander :

- de trouver une solution rapide et paisible à la question tibétaine. 
- de renouer le dialogue avec les représentants du gouvernement en exil et de faire progresser les négociations en vue d’une solution durable pour le Tibet ; 
- de fixer de toute urgence une date pour que le Haut-Commissaire des Nations unies aux droits de l’homme puisse se rendre au Tibet et avoir librement accès à toutes les régions tibétaines.

Dans l’attente d’un vrai acte de solidarité avec un peuple en souffrance qui lutte pour sa survie et la justice, recevez Monsieur le Président nos sincères salutations.

Drôme Ardèche - Tibet"

http://www.elysee.fr/ecrire-au-pres...


LETTRE DU RESEAU INTERNATIONAL POUR LE TIBET

(INTERNATIONAL TIBET NETWORK)

Monsieur Mark Rutte, Premier ministre hollandais, Madame Angela Merkel, Chancelière allemande, Monsieur Elio Di Rupo, Premier ministre belge, Monsieur François Hollande, Président français et Messieurs Herman Van Rompuy, Martin Schulz et José Manuel Barroso, Présidents du Conseil européen, du Parlement européen et de la Commission européenne,

Nous sommes une coalition globale de groupes de défense du Tibet et, à la veille de la visite en Europe du Président chinois, nous nous permettons de vous interpeler pour demander à chacun d’entre vous d’inscrire sur votre agenda la question tibétaine, au cours des rencontres officielles avec Xi Jinping.

Comme vous le savez, la situation au Tibet est critique. Depuis 2009, au moins cent vingt-sept Tibétains se sont immolés par le feu au Tibet pour protester contre la politique brutale de la Chine. Tout récemment, le 13 février dernier, un ancien moine, âgé de 25 ans, s’est également immolé à Ngaba. Comme plus d’une centaine de ces protestataires, Lobsang Dorjee est décédé.

Le gouvernement chinois, en appliquant une politique inadmissible, condamne le Tibet à une répression systématique qui affecte cruellement le quotidien des Tibétains. L’ingérence dans la pratique religieuse au Tibet, la diabolisation du dalaï-lama, le recours à des campagnes de "rééducation" patriotique, la restriction de l’enseignement dispensé en langue tibétaine et le déplacement des populations nomades arrachées à leurs pâturages ancestraux ne sont que quelques-unes des mesures tragiques ordonnéees par Pékin.

Depuis qu’il est devenu Président de la Chine il y a un an, Xi Jinping n’a montré aucune volonté de changement au Tibet. Bien au contraire, il a continué sur les traces de ses prédécesseurs, mettant en place une violente répression militaire qui, loin de contribuer à la stabilité recherchée, ne fait qu’exacerber les doléances des Tibétains et accroître les tensions, en créant un vaste mouvement de résistance à travers tout le Tibet. Comme cela est clairement apparu lors de la Revue périodique universelle de la Chine en octobre 2013, cette dernière refuse tout bonnement d’envisager l’inquiétude internationale vis-à-vis du Tibet.

A un moment critique, la communauté internationale doit rechercher une solution diplomatique afin de garantir une prise en compte de la situation politique préoccupante au Tibet et afin que des solutions soient trouvées pour répondre aux revendications légitimes des Tibétains.

Nous vous prions instamment d’inscrire la question tibétaine à l’ordre du jour lors de votre rencontre officielle avec Xi Jinping et nous nous adressons directement à vous pour :

- Faire une déclaration publique de soutien au peuple tibétain pendant la visite de Xi Jinping, en demandant à ce dernier de trouver une solution rapide et paisible à la question tibétaine.

- Demander instamment à Xi Jinping de renouer le dialogue avec les représentants du gouvernement en exil et de faire progresser les négociations en vue d’une solution durable pour le Tibet.

- Pousser la Chine à fixer de toute urgence une date pour que le Haut-Commissaire des Nations unies aux droits de l’homme puisse se rendre au Tibet et avoir librement accès à toutes les régions tibétaines. Nous vous prions de croire, Madame, Messieurs, en l’assurance de notre haute considération.

Alison Reynolds

Directeur exécutif d’International Tibet Network, www.tibetnetwork.org alison@tibetnetwork.org Au nom des groupes-membres d’International Tibet Network

Belgium : Les Amis du Tibet Lungta Association Belgium Tibetaanse-Vlaamse Vriendenkring vzw Vrienden van Tibet

France : Aide aux Refugies Tibetains Association Dorje Association Lions des Neiges Mont-Blanc Briancon 05 Urgence Tibet Comite de Soutien au Peuple Tibetain – Les Lilas Corse-Tibet Drôme Ardèche – Tibet Eco-Tibet France-Tibet Groupe Non-Violent Louis Lecoin Jamtse Thundel Association Maison des Himalayas Maison du Tibet – Tibet Info NiceTibet Nos Amis de l’Himalaya Objectif Tibet Passeport Tibetain Rencontres Tibetaines Reseau International des Femmes pour le Tibet Students for a Free Tibet - Etudiants pour un Tibet Libre Tibet 59 / 62 Tibet Liberte Solidarite Tsowa – Maintenir la Vie Urgence Tibet

Germany : Association of Tibetans in Germany Tibet Initiative Deutschland Tibetisches Zentrum Hamburg Tibets Kinder im Exil e.V.

The Netherlands : Tibet Support Groep Nederland TSG Free Tibet And You

International Tibet Network is registered in the United States with 501c3 status, Number 2681247. Registered Address : 1310 Fillmore Street, #401, San Francisco, CA 94115, USA. W : www.tibetnetwork.org



24 Mars 2014

Chine : Les autorités ont du « sang sur les mains » après le décès d’une militante des droits humains

 

La militante des droits humains Cao Shunli est morte des suites de troubles médicaux, après cinq mois en détention. Les autorités chinoises lui avaient refusé l’accès aux soins médicaux. Cao Chunli, prisonnière d’opinion était détenue uniquement en raison de ses activités militantes pacifiques.

Le 14 mars 2014, la militante des droits humains Cao Shunli est morte à 52 ans dans un hôpital de Beijing, après cinq mois en détention. Sa famille avait demandé à maintes reprises qu’elle reçoive un traitement pour de graves problèmes de santé mais ces demandes ont été rejetées par les autorités chinoises. Cao Shunli souffrait de tuberculose dans les deux poumons, d’une cirrhose du foie et de fibromes utérins.

La mort de Cao Shunli montre l’indifférence et l’esprit calculateur des autorités chinoises, qui sont prêtes à tout pour réduire les critiques au silence. Aujourd’hui, les autorités ont du sang sur les mains »

Anu Kultalahti Chercheuse sur la Chine à Amnesty International.

Cao Shunli avait mené campagne pour obtenir la participation des militants à la rédaction du rapport national destiné au Conseil des droits de l’homme des Nations unies dans le cadre de l’Examen Périodique Universel ainsi qu’a la rédaction du Plan d’action national pour les droits de l’homme de la Chine. La police l’avait arrêtée à l’aéroport de Beijing en septembre 2013 alors qu’elle tentait de se rendre à Genève pour assister à un programme de formation sur les droits humains. Elle était accusée d’avoir « cherché à provoquer des conflits et troublé l’ordre public », semble-t-il suite à un sit-in qu’elle avait organisé devant le ministère chinois des Affaires étrangères avec d’autres militants. Cette accusation est souvent utilisée pour réduire au silence les défenseurs des droits humais et les critiques à l’encontre du gouvernement. Cao Shunli était une prisonnière d’opinion.

Cao Shunli était une femme courageuse qui est allée jusqu’au bout dans sa lutte pour les droits humains en Chine. Elle n’aurait jamais dû être placée en détention, mais lui refuser le traitement dont elle avait tant besoin relève de la barbarie. »,

Anu Kultalahti

Ces derniers mois, d’autres militants reconnus se sont vus refuser des soins médicaux, dont Liu Xia, l’épouse de Liu Xiaobo, lauréat du prix Nobel de la paix actuellement emprisonné. Liu Xia, qui est illégalement maintenue en résidence surveillée, s’est vue refuser un traitement pour de graves problèmes cardiaques et se trouve dans un état très préoccupant.

http://www.tibetan.fr/?Chine-Les-autorites-ont-du-sang



24 Mars 2014

Un prisonnier Tibétain libéré sur décision médicale succombe à des blessures par « torture »

 

DHARAMSALA, 22 mars : un prisonnier politique tibétain que les autorités chinoises ont libéré en octobre dernier apparemment par peur de « décès en détention », est mort mercredi à son domicile dans la municipalité de Bhelban, comté de Machu.

photo source : www.tchrd

Goshul Lobsang, 43 ans, avait été libéré dans un « état de santé très précaire » en octobre 2013, sur décision médicale. Cependant, les Tibétains en exil disent que les autorités ont simplement essayé d’éviter son décès en détention. Le Centre tibétain pour les droits de l’homme et la démocratie (TCHRD) a confirmé le décès en disant que Lobsang est mort des suites de blessures infligées par la torture pratiquée par les autorités pénitentiaires.

« La police chinoise et les autorités pénitentiaires l’ont gravement torturé en détention et en prison. Il souffrait de blessures menaçant sa vie. Il lui a été donné toutes sortes de remèdes pour soulager sa douleur mais cela n’a fait qu’empirer son état. Parce que les autorités craignaient qu’il puisse mourir en prison, elles ont décidé de le libérer sur décision médicale, des mois avant la fin de sa peine. Il a été libéré le 27 octobre 2013 » dit le TCHRD citant sa source.

La famille et les amis de Lobsang n’ont pas été surpris par sa mort étant donné son état de santé au moment de sa libération, dit une source. « Il n’avait littéralement plus que la peau et les os. Il ne pouvait pas marcher. Il ne pouvait ni manger ni boire. Il ne pouvait même pas prononcer un mot » dit la source.

Goshul Lobsang avait dirigé une protestation en 2008 contre les autorités chinoises dans la municipalité de Bhelban. Il a échappé à l’arrestation pendant environ 2 ans, mais il a finalement été arrêté le 16 mai 2010. « Pendant les 5 à 6 mois qui ont suivi, il a été détenu par la police dans le comté de Machu où il a été sévèrement battu et torturé » dit la source.

En décembre 2010, il a été condamné à 12 ans de prison et incarcéré à Lanzhou, capitale de la province du Gansu. En prison, sa santé s’est détériorée en raison du manque de soins médicaux et d’un régime alimentaire draconien, selon le TCHRD.

Lobsang s’était rendu en Inde et avait étudié à la Tibetan Transit School pour les réfugiés, près d’ici. Il laisse son épouse Tarey, 40 ans, son fils Yeshi, 18 ans, et sa fille Dolma, 15 ans.

http://www.tibetan.fr/?Un-prisonnier-Tibetain-libere-sur



24 Mars 2014

La Chine rejette 5 des 7 recommandations du rapport de l’ONU sur ses droits de l’homme au Tibet

DHARAMSHALA,18 mars : La Chine a rejeté toutes les recommandations sur le Tibet figurant dans le rapport des Nations Unies sur ses droits de l’homme, sauf une, qui consiste à faciliter les visites du Haut Commissaire pour les droits de l’homme et du rapporteur spécial sur le Tibet. La Chine en a accepté une seule, en a rejeté 5, et dit avoir déjà mis en œuvre une autre.

Kai Müller, directeur exécutif pour l’Allemagne d’International Campaign for Tibet, dit que « la Chine a contré cette recommandation avec sa rhétorique habituelle, insistant sur le fait que le Dalai Lama cherche toujours l’indépendance tibétaine, quand il est continuellement répété par la communauté internationale qu’il demande en fait une véritable autonomie et que les droits des Tibétains soient protégés conformément à la constitution et aux lois chinoises. »

Müller a ensuite demandé aux Etats membres de tenir la Chine pour responsable et d’exhorter les dirigeants chinois à faire en sorte que les visites proposées aient lieu. Müller a également noté que le Haut Commissaire doit être en mesure de s’engager auprès des représentants tibétains et chinois pour avoir une vue précise de la situation des droits de l’homme au Tibet.

« Alors que l’étude d’une visite est un pas dans la bonne direction, cela ne constitue pas un progrès en soi pour l’amélioration des droits de l’homme. Une répression plus systématique et accrue se met en place au Tibet sous la direction de Xi Jinping. La Chine a renouvelé les mêmes refus et a tenté les mêmes obscurcissements du processus comme elle l’a fait au cours de sa précédente revue périodique universelle à Genève en 2009 » ajoute Müller.

Dans le rapport de 2009 sur la Chine, la Chine a accepté des recommandations sur la promotion des droits humains en général mais s’est joué des recommandations incluant des mesures pour accorder la liberté d’information et d’expression, assurer l’indépendance de la justice et des avocats, garantir l’accès au conseil pour les détenus, la protection des avocats vis-à-vis des attaques et intimidations, et pour accorder la liberté de religion et de mouvement aux minorités ethniques comme les Tibétains et les Ouigours.

Lors de la seconde revue périodique universelle de la Chine à Genève le 22 octobre 2013, plus d’une douzaine d’Etats membres des Nations Unies ont fait part de leur préoccupation sur la question des droits de l’homme au Tibet, appelant la Chine à changer son traitement des minorités ethniques et les droits à la liberté d’expression, de religion et de réunion.

La revue périodique universelle (UPR) est un mécanisme du Conseil des droits de l’homme qui fournit une occasion à tous les Etats de déclarer les actions entreprises pour améliorer la situation des droits de l’homme dans leur pays et pour relever les défis qui se posent pour les droits humains.

Le 19 mars, l’UNHCR adoptera le rapport du groupe de travail de l’UPR sur la Chine et la Chine informera le Conseil des recommandations émises par les Etats membres qu’elle accepte ou rejette pour les 4 années à venir.

http://www.tibetan.fr/?La-Chine-rejette-5-des-7



22 Mars 2014




22 Mars 2014

La mort de Cao Shunli, un " coup énorme " porté aux droits de l'homme


Dharamshala, le 19 mars,

Les Tibétains en exil ont exprimé leur profonde tristesse devant la mort d'une militante chinoise des droits de l'homme, Cao Shunli, 52 ans, qui est décédée, la semaine dernière, dans un hôpital de Pékin . Condamnant le traitement infligé à Cao par les autorités pénitentiaires chinoises, le Centre Tibétain pour les Droits de l'Homme et de la Démocratie a déclaré que le mort de Cao est " un coup dur " pour le mouvement des droits de l'homme en Chine.

Le Centre tibétain pour les Droits de l'Homme et de la Démocratie a déclaré que les autorités chinoises doivent être tenues pour responsables de la mort de Cao qui se produit,  tout juste,  cinq jours avant l'évaluation prévue du Conseil des droits de l'Homme des Nations Unies, de la deuxième présentation  du dossier des droits de l' Homme en Chine, dans le cadre du mécanisme d'Examen Périodique Universel ( UPR ), auquel Cao a présenté à la session précédente,  un rapport de la société civile détaillant le sort des pétitionnaires en Chine. Cao avait  été arrêtée  le 14 Septembre 201, alors qu'elle s'apprêtait à prendre un vol à destination de la Suisse pour  participer à une formation sur les droits de l'homme et les mécanismes des Nations Unies à Genève.

« La mort de Cao Shunli illustre de manière absolument tragique que la détention arbitraire, la torture, et, la mort en détention, sont répandus partout  dans la République Populaire de Chine, et ne se limitent pas au Tibet et aux minorités ethniques et religieuses ",  a déclaré Mme Tsering Tsomo,  directeur exécutif du Tibetan Centre for Human Rights and Democracy  ( TCHRD ). 

" L'arrestation de Cao Shunli, sa  torture puis sa mort suivent le même schéma que la mort des Tibétains au cours de leur détention. " C'est aussi un rappel que les violations des droits de l'homme universels méritent l'attention et de la condamnation de la communauté internationale. Les personnes responsables de violations des droits de l'homme doivent être tenues pour responsables . "

Le 20 Février 2014, Cao Shunli a été transférée à un hôpital militaire dans  " un état extrêmement critique " a ajouté Tsomo.  Elle a obtenu une libération conditionnelle médicale le 27 Février 2014, et, est décédée deux semaines plus tard .

Le frère de Cao a dit que sa sœur a été privée de soins médicaux pendant plusieurs mois en détention .  « C'est si impitoyable, si triste " a déclaré le frère de Cao Cao Yunli, au service Mandarin de RFA .

" Je n'ai jamais vu quelqu'un qui regarde de la façon dont elle le fait maintenant. J'étais même effrayé de la regarder. Je n'aurais pas pu traiter, même un chien, comme ça.  Je ne comprends pas pourquoi les gens sont si impitoyable. Pourquoi ne l'ont-ils pas tout simplement abattue ? "

Matteo Mecacci, Président de la Campagne Internationale pour le Tibet, a déclaré que la mort de Cao est  " un rappel frappant et choquant des persécutions que les dirigeants de Pékin sont en train de mettre en œuvre  pour réduire au silence les citoyens modérés et raisonnables qui cherchent à protéger leurs droits . "  "  Matteo :  " sa mort ne doit pas être oublié . " ...  " Nous soutenons les efforts déployés par les braves défenseurs des droits de l'homme chinois, y compris son avocat, qui  demandent une enquête immédiate sur son décès. Chaque délégation au Conseil des droits de l'homme devrait également évoquer  la mort de Cao Shunli au cours du processus d'examen des droits de l'homme, cette semaine,  à Genève " .

Pendant ce temps, les militants des droits de l'homme chinois ont lancé une campagne de signatures pour demander une enquête sur sa mort et de condamner sa persécution .

Cao Shunli était une citoyenne militante qui est toujours demeurée, dans son combat pour les droits de l'homme en Chine, dans la légalité, et qui s'est efforcée de contraindre  le gouvernement chinois à respecter ses propres normes en s'appuyant sur les  lois du pays,  et de faire progresser des droits de l'Homme en Chine au regard de  la communauté internationale .

Depuis sa mort, les États-Unis, la Grande-Bretagne, l'Union européenne, le Canada et d'autres gouvernements et les organisations internationales des droits de l'homme ont exprimé leur  tristesse, et,  ont fait état de leur trouble.  « Mais je me sens il y a comme une inertie générale et comme  une mollesse dans toutes les condamnations.  C'est comme si la seule chose que la communauté internationale a toléré faire, parler pour parler .

L'automne dernier, lors de l'examen Périodique Universel au Conseil des Droits de l'homme, le nom de Cao Shunli n'a jamais été mentionné, mais elle était le seul Chinois qui avaient eu foi dans le système des Nations Unies, qui a interessé les victimes chinoises ordinaires des violations des droits de l'homme, à la structure des droits humains de l'ONU, et qui a inspiré beaucoup plus de Chinois afin qu'ils exigent leurs droits civils et politiques universels.

Michelle Obama et ses filles arriveront mercredi à Beijing. Les responsables de la Maison Blanche ont annoncé que la première dame entendait " éviter les sujets controversés, y compris les violations des droits de l'homme en Chine . "

Lorsque la première dame et ses filles s’assoiront  avec la première dame de la Chine, pour une conversation pleine de prévenance, appréciant la Chine de leur mieux, elles auront à cœur d'éviter de parler de Cao Shunli, l'un des plus courageuses guerrières que la Chine ait connue, et, qui se trouve être du  même âge que les deux premières et illustres dames, ou de n'importe quel   chinois languissant derrière des barreaux parce qu'il lutte pour une autre Chine.

Dommage,  Michelle ne verra pas la vraie Chine, parce Cao Shunli est la Chine, et que la Chine est Cao Shunli.

http://blogs.mediapart.fr/edition/tibet/article/200314/la-mort-de-cao-shunli-un-coup-enorme-porte-aux-droits-de-lhomme

 

 



19 Mars 2014

Deux moines tibétains s’immolent (graphic pictures)

 

DHARAMSHALA : Selon des sources en exil, un moine tibétain du monastère de Kirti dans le comté de Ngaba s’est immolé pour protester contre la politique répressive du gouvernement chinois dans le nord-est du Tibet. Dans le même temps, l’agence de presse officielle chinoise Xinhua a dit qu’un moine tibétain du monastère de Shaderi dans le comté de Zekog (Tibétain : Tsekhog), préfecture de Huangnan

(Tibétain : Malho) s’est immolé. Lobsang Palden du monastère de Kirti, âgé d’environ 20 ans, a mis le feu à son corps arrosé d’essence dans la rue des martyrs du comté de Ngaba (incorporé à la province chinoise du Sichuan) vers 11h30 dimanche. Il a ensuite fait quelques pas en lançant des slogans et a été immédiatement embarqué dans un véhicule de police. On ignore ce qu’il est devenu depuis et quelle est sa condition.

Les résidents tibétains ont fermé leurs boutiques et restaurants en signe de deuil et ont exprimé leur solidarité avec la famille du moine. La situation dans la région demeure tendue avec un lourd déploiement de forces de police et de sécurité.

La protestation d’aujourd’hui marque le 6ème anniversaire du massacre des moines du monastère de Kirti par les forces chinoises le 16 mars 2008, quelques jours après que des manifestations sans précédent contre la Chine ont éclaté à Lhassa, la capitale du Tibet, le 10 mars. Des centaines de Tibétains ont été tués par les forces de sécurité chinoises au cours de la répression qui a suivi à travers le Tibet.

Des protestations similaires par immolation de la part de moines du monastère de Kirti ont eu lieu le même jour en 2011, 2012 et 2013. Pendant ce temps, l’agence de presse officielle chinoise Xinhua a dit aujourd’hui qu’un moine tibétain s’est immolé. « Le moine était du monastère de Shaderi dans la préfecture tibétaine autonome de Huangnan, dans la province du Qinghai. Le rapport dit que la police s’est précipité sur les lieux, et n’a pas donné plus de détails » selon le rapport de Xinhua cité par l’Associated Press. « Un homme du bureau de la sécurité publique du comté de Zekog a confirmé l’immolation et a dit qu’elle avait eu lieu à l’extérieur du monastère. Il a dit n’avoir aucune autre information et a refusé d’être identifié » rapporte AP.

Au total, le nombre de Tibétains qui ont protesté contre les politiques répressives du gouvernement chinois en s’immolant s’élève à 128. Les immolés ont appelé au retour au Tibet de Sa sainteté le Dalai Lama et à la liberté pour les Tibétains.

Malgré des appels répétés du gouvernement tibétain en exil pour que personne ne s’engage dans des actes aussi radicaux, les immolations continuent. Un Livre blanc édité par le gouvernement tibétain à Dharamshala l’an dernier expose les raisons fondamentales derrière cette vague continue d’immolations au Tibet et l’escalade alarmante dans les protestations ces dernières années. Les principales raisons à ces ardentes protestations listées dans le rapport de 91 pages sont la répression politique, les vues sur le Tibet et la politique tibétaine des dirigeants communistes chinois, l’assimilation culturelle, la destruction du bouddhisme tibétain. De plus, la discrimination sociale, l’étouffement de la langue tibétaine, la destruction de l’environnement, la fin du mode de vie des nomades tibétains et leur marginalisation économique, les transferts de populations et le programme de développement chinois vers l’ouest sont d’autres raisons données dans ce rapport. (Lire et télécharger le Livre blanc) Le Parlement tibétain exhorte la Chine de mettre fin à la répression Le Parlement tibétain en exil a exhorté le gouvernement chinois à mettre fin à ses politiques répressives au Tibet et à répondre aux véritables griefs des Tibétains.

« Nous renouvelons fermement notre appel au gouvernement chinois afin qu’il mette fin à ses politiques dures au Tibet et qu’il réponde aux aspirations des Tibétains dans et hors du Tibet pour le retour de Sa sainteté le Dalai Lama au Tibet, et pour la liberté et les droits de l’homme des Tibétains, et qu’il entame immédiatement un dialogue pour résoudre la question du Tibet » dit le Parlement tibétain en exil dans une résolution votée aujourd’hui. (Le Parlement tibétain en exil émet une Résolution de solidarité)

La résolution demande instamment aux membres du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies de convoquer une session urgente sur la question du Tibet et d’envoyer des commissions d’enquêtes pour évaluer l’urgence de la situation au Tibet.

http://www.tibetan.fr/?Deux-moines-tibetains-s-immolent

 

17 Mars 2014

La Chine intimide les Tibétains par une démonstration de force le jour anniversaire du soulèvement

Anticipant des protestations de la part de Tibétains en colère après plus de 5 décennies d’occupation le 10 mars, jour du 55ème anniversaire de leur soulèvement, la Chine a procédé à une démonstration de force massive et très intimidante dans les régions de peuplement tibétain de la République Populaire de Chine (service tibétain de Radio Free Asia, Washington, le 12 mars). Selon le rapport qui cite une source locale, la police et des unités paramilitaires participant à cette démonstration de force étaient « bien armées et très intimidantes ». Elles comprenaient des cortèges de véhicules blindés et des mouvements « menaçants » des troupes en uniforme.

Les unités stationnées le long des routes principales menant aux sièges des comtés cherchaient et interrogeaient les voyageurs tibétains, dit le rapport citant la source.

A Lhassa, la capitale historique du Tibet, la police et les unités paramilitaires ont mené le 9 mars un exercice commun ayant pour but affiché de « protéger la stabilité » et d’empêcher les immolations et autres protestations.

Les cibles particulières étaient les préfectures tibétaines de Chabcha (en chinois : Gonghe) et les comtés de Trika dans la préfecture de Tsolho (Hainan), et le comté de Bayan Khar (Hualong) dans la préfecture de Tsoshar (Haidong), toutes deux dans la province du Qinghai. Par ailleurs, le déploiement de forces a aussi été signalé dans le comté de Sangchu (Xiahe), préfecture de Kanlho (Gannan) dans la province du Gansu.

La Chine a imposé des contrôles serrés sur les échanges d’information à travers le plateau tibétain, rendant extrêmement difficile l’obtention d’informations même rudimentaires sur la situation dans les régions de peuplement tibétain.

http://www.tibetan.fr/?La-Chine-intimide-les-Tibetains



17 Mars 2014

Le Comité du Sénat italien vote une résolution sur le Tibet

DHARAMSHALA : Le Comité spécial pour la protection et la promotion des droits de l’homme au Sénat italien a adopté une résolution sur le Tibet. La résolution s’est appuyée sur le fond d’un témoignage de Kalon Dicki Chhoyang du Département de l’information et des relations internationales de l’Administration Centrale Tibétaine, au sénat italien en décembre dernier.

Dans son témoignage, Kalon Dicki Chhoyang a parlé de situation tragique au Tibet sous oppression du gouvernement chinois, des efforts sans relâche et de l’engagement des Tibétains pour préserver leur dignité et la culture tibétaine. Elle a demandé au Sénat italien de presser le gouvernement chinois d’engager le dialogue avec les envoyés de Sa Sainteté le Dalai Lama afin de trouver une solution à la question du Tibet par le biais de la voie médiane.

La résolution adoptée la semaine dernière par le Comité des droits de l’homme du Sénat italien demande instamment au gouvernement chinois de « cesser sur le champ l’oppression du peuple tibétain, et de reprendre le dialogue avec les envoyés de Sa Sainteté le Dalai Lama pour la mise en œuvre d’une véritable autonomie du peuple tibétain. »

Exprimant sa déception à propos de l’échec du dialogue sino-européen pour améliorer la situation des droits humains du peuple tibétain selon toute mesure significative, elle insiste sur le fait que la Chine devrait redoubler d’efforts pour s’attaquer à la situation des droits humains du peuple tibétain dans le cadre du dialogue sino-européen sur les droits de l’homme.

Elle presse les autorités chinoises de respecter la liberté de langue et de culture du peuple tibétain et d’autoriser l’enseignement du tibétain dans les écoles tibétaines.

La résolution renouvelle fermement son appel au Parlement européen pour demander instamment aux autorités chinoises d’assurer l’accès permanent et ininterrompu au Tibet pour la presse, les diplomates dont les officiels de l’UE, et les étrangers en général.

Le Sénat a également pressé les Nations Unies, et particulièrement le Haut commissaire aux droits de l’homme et le Conseil des droits de l’homme, de surveiller la situation des droits humains au Tibet. Elle a mis l’accent sur le fait que les autorités chinoises devraient se conformer aux demandes en suspens des Nations Unies et d’autres organisations pour les droits de l’homme pour se rendre au Tibet.

http://www.tibetan.fr/?Le-Comite-du-Senat-italien-vote



12 Mars 2014

La seconde série des ateliers “responsabilisation des nonnes et analyse des besoins” commence

 

DEHRADUN : La seconde série des ateliers « responsabilisation des nonnes et analyses des besoins », organisés par le bureau pour le fond de développement social et des ressources du bureau de la responsabilisation des femmes des l’Administration Centrale Tibétaine, a débuté aujourd’hui à la nonnerie Sakya Rinchen Choeling de l’implantation tibétaine de Dickyiling dans l’Etat d’Uttrakhand dans le nord de l’Inde. Le programme concernera plus de 330 nonnes de Sakya College, Drikung Samten Ling (près de Dehradun), Retna Menling à Solan, Dongyud Gatsel Ling à Tashi Jong et le Palpung Sherabling à Bir jusqu’au 28 mars.

La première série des ateliers s’est tenue dans 5 nonneries autour de Dharamsala en 2012 et a concerné 275 nonnes.Mme Namgyal Lhamo Taklha, directrice de la nonnerie de Drikung, Khenpo Rangdrol, chef du monastère de Drikung, le Dr Sonam Wangmo de la branche de Dickyiling de la Tibetan Medical Astrology, et le Dr Tenzin Ngadon de la branche Shimla de la Tibetan Medical Astrology sont les animateurs des ateliers autour de Dehradun et Solan.

Rev. Lobsang Dechen, adjoint au directeur du Tibetan Nuns Project, Mme Tenzin Dhardon Sharling, membre du Parlement tibétain en exil, et le Dr Tenzin Lhadon, un ancien médecin de Sa Sainteté le Dalai Lama, seront les animateurs des prochains ateliers près du camp de Bir. Les officiels de l’implantation tibétaine participeront aux ateliers.

S’adressant à Tibet.Net à propos des ateliers, Mme Tenzin Tseyang, coordonatrice du programme de responsabilisation des femmes, dit : « l’objectif du programme est d’attirer l’attention d’un maximum de nonnes sur la politique de responsabilisation des femmes et sur les concepts connexes, de motiver les nonnes pour une totale utilisation des opportunités offertes telles que se présenter aux examens de Geshema, viser des objectifs supérieurs et principalement d’étudier et de comprendre l’éducation, la santé, et l’état du leadership des nonnes tibétaines. Les nonnes ont eu une influence très positive pendant la première session des ateliers, où leur confiance a été accentuée, elles étaient motives, et ont appris beaucoup de nouvelles choses ; par conséquent un résultat semblable est attendu pendant ce programme également.”

http://www.tibetan.fr/?La-seconde-serie-des-ateliers



16 Mars 2014

Un moine s’immole dans une région tibétaine

PÉKIN, Chine – Un moine s’est immolé, dimanche, dans une région tibétaine du nord-ouest de la Chine, a rapporté l’agence de nouvelles officielle du pays.

Un bref communiqué de l’agence Xinhua a annoncé que le moine provenait du monastère Shaderi dans la préfecture autonome tibétaine de Huangnan, dans la province de Qinghai. La police locale s’est précipitée sur les lieux. Le communiqué ne donnait pas d’autres détails.

Selon un représentant du bureau de la sécurité publique du comté de Zekog, le moine s’est immolé à l’extérieur du monastère. Il n’a pas voulu donner plus de détails ni révéler l’identité du moine. Le gouvernement du comté n’a pas répondu aux appels des journalistes.

La province de Qinhai est voisine du Tibet. Plus de 100 personnes se sont immolées dans des régions tibétaines depuis 2009 pour protester contre les restrictions de la Chine sur le bouddhisme et le dénigrement de leur chef spirituel, le dalaï lama, en exil en Inde depuis de nombreuses années.

Le gouvernement soutient que les immolations sont dues à des forces étrangères hostiles qui veulent séparer le Tibet de la Chine.

http://www.tibetan.fr/?Un-moine-s-immole-dans-une-region



13 Mars 2014

Le Premier ministre tibétain proclame 2014 “année de Sa Sainteté le Dalai Lama”

DHARAMSHALA, 10 mars : Le gouvernement tibétain en exil à annoncé aujourd’hui que 2014 sera observée officiellement comme l’année de Sa Sainteté le Dalai Lama pour rendre hommage à son leadership visionnaire et sa contribution au Tibet et au monde.

Le chef spirituel tibétain, Sa Sainteté le Dalai Lama, revenu de sa tournée aux Etats-Unis, n’a pas assisté aujourd’hui à la commémoration officielle du 55ème anniversaire du soulèvement national tibétain. Après avoir transmis ses pouvoirs politiques à un dirigeant élu en 2012, le Nobel âgé de 78 ans est resté depuis l’an dernier à l’écart des commémorations du soulèvement national tibétain.

« Depuis l’âge de 16 ans, Sa Sainteté le Dalai Lama a œuvré pour le Tibet et a fait connaître au monde le Tibet et les Tibétains. Grâce à lui, nous pouvons vivre en exil en gardant la tête haute » a dit ici le Premier ministre tibétain Lobsang Sangay dans son discours à l’occasion du 55ème anniversaire du soulèvement national tibétain.

Le premier ministre Sangay a hissé le drapeau national tibétain alors que l’hymne national tibétain était chanté. Une minute de silence a été observée pour rendre hommage aux Tibétains qui ont perdu la vie pour la cause du Tibet.

Le Premier ministre tibétain a également renouvelé l’engagement de son gouvernement dans la voie du milieu pour résoudre la question tibétaine. « Une véritable autonomie pour le Tibet par le biais de la voie médiane aspire à remplacer la répression politique par la liberté fondamentale, la marginalisation économique par la responsabilisation économique, l’assimilation culturelle par la promotion culturelle et la destruction de l’environnement par la protection de l’environnement. »

Il a également envoyé un message aux Tibétains du Tibet, disant que le gouvernement tibétain en exil écoute leurs appels à mettre fin à la répression et aux souffrances. « Notre voyage pourrait être long et les défis peuvent sembler décourageants mais nous y parviendrons » a-t-il ajouté.

Il a aussi noté que si les Tibétains demeurent unis, et apportent les riches traditions des anciens pour interagir avec l’innovation et le dynamisme de la jeune génération, le gouvernement chinois devrait répondre aux aspirations des Tibétains.

Le diplômé en droit d’Harvard, qui détient aussi le portefeuille du ministère de l’éducation, a également souligné l’importance de l’éducation moderne pour résoudre la crise tibétaine. « C’est la combinaison des valeurs traditionnelles et de l’éducation contemporaine qui maintiendra notre lutte solide, dynamique et redoutable. » Dans sa déclaration officielle, le Parlement tibétain en exil a exprimé sa solidarité avec les Tibétains au Tibet pour leurs « actes totalement désintéressés et très courageux ». Il a également noté que les protestations continuelles contre le gouvernement chinois par immolation sont nourries par la répression politique, l’assimilation culturelle, la marginalisation économique, la discrimination ethnique, le déplacement des nomades et la destruction de l’environnement.

Depuis 2009, 127 Tibétains se sont immolés par le feu au Tibet pour protester contre l’occupation du Tibet par la Chine et contre sa politique dure.

A l’issue des manifestations officielles, Dicki Chhoyang, ministre de l’information et des relations internationales a dévoilé une statue haute de 2m de Tapey, le premier Tibétain à s’être immolé au Tibet. Un groupe de soutiens chinois avait fabriqué la statue qui sera érigée près du mémorial des martyrs à l’entrée du Tsulagkhang.

Le 10 mars 1959, les Tibétains de la capitale Lhassa se sont soulevés contre les forces d’occupation chinoises, ce qui a conduit à la mort de milliers de Tibétains et finalement à la fuite du Dalai Lama en exil. Chaque année, les Tibétains observent ce jour la « journée du soulèvement national » partout dans le monde.

http://www.tibetan.fr/?Le-Premier-ministre-tibetain



12 Mars 2014

Début de la session budgétaire au Parlement

DHARAMSHALA : La session budgétaire 2014-2015 du Parlement tibétain en exil a débuté aujourd’hui, après l’inauguration de son nouveau bâtiment par Sa Sainteté le Dalai Lama.

Dans son discours d’ouverture, M. Penpa Tsering, Président du Parlement tibétain en exil, a dit avoir promis à Sa Sainteté le Dalai Lama plus tôt dans la journée que le gouvernement tibétain dirigera ses efforts collectifs pour la cause commune du peuple tibétain.

Le Parlement a voté une résolution pour exprimer ses condoléances à tous les Tibétains qui ont sacrifié leur vie pour la cause du Tibet, et sa solidarité avec les membres de leurs familles. La résolution prie aussi pour leur aspiration de voir Sa Sainteté le Dalai Lama revenir au Tibet, et pour que les Tibétains soient réunis dans leur patrie.

Le Parlement a aussi voté des résolutions afin d’exprimer ses condoléances pour le décès de 2 anciens membres du Parlement tibétain en exil, M. Gedun Jinpa et M. Lobsang Wangyal.

http://www.tibetan.fr/?Debut-de-la-session-budgetaire-au



12 Mars 2014

Le Dalai Lama rencontre la délégation du CESE à Dharamsala

 

Le Président du Comité économique et social européen, Henri Malosse, était l’invité spécial et intervenant aux cérémonies du 55e anniversaire du soulèvement du Tibet qui ont eu lieu aujourd’hui à Dharamsala (Inde). En tant que premier Président d’une institution européenne ayant rencontré le gouvernement en exil du Tibet, il a ainsi souhaité rendre hommage aux victimes de la répression au Tibet et à travers eux, à toutes les personnes privées de liberté en Chine et partout dans le monde.

"La question tibétaine est universelle", a déclaré Henri Malosse au pupitre, "c’est une question de liberté, de démocratie et de solidarité, qui sont les valeurs fondatrices de l’Union européenne". A ce titre, l’Europe a reçu ces valeurs en héritage et a la charge de les défendre partout où elles sont en danger, à la recherche d’une solution durable. Ainsi, l’approche tibétaine dite "Middle way" ou "Umaylam" et le dialogue avec la Chine doivent être soutenus. C’est cette même approche qui appelle à un engagement européen dans les derniers évènements en Crimée, non pas en suivant les autres acteurs comme les Russes ou les Américains, mais en étant plus cohérent et en imposant un dialogue avec toutes les parties prenantes. Cette position était portée par l’ensemble de la délégation des membres du CESE présents : Anne-Marie Sigmund, Madi Sharma et Tomasz Jasiński.

Le Président du CESE a loué la volonté de la communauté tibétaine en exil à travers son niveau d’organisation, ses structures démocratiques et l’engagement de sa société civile à l’image de son active Chambre de commerce. Le peuple tibétain a ainsi montré la force d’un peuple qui lutte pour sa dignité depuis plus d’un demi-siècle. Même si la route leur parait parfois sans fin, une solution peut émerger de façon inattendue, comme cela a été le cas pour le rideau de fer en Europe même si les Européens luttent encore toujours contre son possible retour. "Le Dalai Lama parlait de ce qu’il y avait "au-delà de la religion" comme l’éthique ou une approche universelle" déclarait Henri Malosse "je soulignerais pour ma part que nous devons chercher ce qu’il y a "au-delà des empires" en politique pour trouver une façon durable de vivre ensemble pour le bien-être de tous les peuples".

Henri Malosse a conclu son intervention en citant le Dalaï Lama "J’espère que le 21e siècle sera un siècle de paix, un siècle de dialogue, un siècle duquel une humanité plus solidaire, responsable et compatissante émergera".

Photos par : Anthony Micallef

http://www.tibetan.fr/?Le-Dalai-Lama-rencontre-la



11 Mars 2014

La survie de la culture et la religion tibétaines est vital, dit Sa Sainteté le Dalai Lama.

DHARAMSHALA : Décrivant la culture et la religion tibétaines comme un trésor pour le monde, Sa Sainteté le Dalai Lama a dit que les Tibétains doivent s’efforcer de garder leur culture et leur religion vivantes pour le soutien durable de la communauté internationale à la question du Tibet.

« En tant que Tibétains, nous devons préserver notre identité, notre culture et notre religions, uniques. Si nous pouvons préserver notre culture et notre identité, le soutien international à la cause tibétaine durera » a dit Sa Sainteté le Dalai Lama dans son discours aux membres du Parlement en exil après l’inauguration du nouveau bâtiment.

Sa Sainteté a souligné que la langue tibétaine est l’un des facteurs d’union du peuple tibétain les plus forts. De plus, la langue tibétaine est la seule langue dans laquelle le bouddhisme issu de l’école indienne de Nalanda est préservé, a-t-il dit, ajoutant que la langue et la culture tibétaines sont devenues un trésor inestimable pour le monde. Le meilleur moyen pour les Tibétains de préserver leur culture et leur religion, et de les faire résonner, est l’étude.

Sa Sainteté a dit que suite à la passation de ses pouvoirs politiques, il concentrerait ses efforts sur la promotion de la responsabilité universelle et de l’harmonie religieuse dans le monde.

En tant que Tibétain, Sa Sainteté a dit continuer à faire des efforts constants pour garder vivantes la culture, la religion et l’identité tibétaines, comme un peuple à part. En retour, cela aide la cause tibétaine, a-t-il ajouté.

Sa Sainteté le Dalai Lama a ensuite dit que ses aspirations et sa vision à long terme pour démocratiser la communauté tibétaine ont trouvé leur aboutissement dans la transmission de son autorité politique à un dirigeant démocratiquement élu en 2011. Il a dit que l’Administration Centrale Tibétaine n’est plus à présent tributaire d’une seule personne.

Il a dit que la question du Tibet devait être résolue par une approche réaliste et qui bénéficie mutuellement aux Chinois. Ainsi, les Tibétains doivent adopter une approche réaliste et raisonnable pour que le soutien de la communauté internationale perdure. La durabilité de la mobilisation pour le Tibet jusqu’à présent est due aux efforts collectifs de l’ancienne génération, dit Sa Sainteté. « Nous rendons hommage aux efforts et à la contribution des anciens parlementaires tibétains et membres du Kashag. »

Il a également parlé de l’importance de la responsabilité des jeunes dans le mouvement pour la liberté des Tibétains. « La jeune génération de Tibétains est très fortement impliquée dans la cause du Tibet. Il est temps pour la jeune génération de prendre le relais des responsabilités de l’ancienne génération » a-t-il dit.

Sa Sainteté a aussi parlé du besoin d’éthique et d’harmonie religieuse dans le monde. Il a dit que l’Inde était un parfait exemple de pays harmonieux en raison de sa démographie où plusieurs religions cohabitent en paix entre elles.

http://www.tibetan.fr/?Nourrir-la-culture-et-la-religion



5 Mars 2014

Sikyong s’adresse à la communauté tibétaine de Etats-Unis pour le nouvel an

MINNESOTA : Dans son discours à la communauté tibétaine du Colorado le 28 février 2014, Sikyong a mis l’accent sur l’importance de la préservation de la culture et de la langue tibétaines, et en particulier sur la connaissance des propres racines familiales, parents et grands-parents. Il a également informé sur les efforts entrepris par l’Administration Centrale Tibétaine pour s’engager avec le gouvernement chinois, ainsi que sur divers programmes et initiatives pour le bien-être de la communauté tibétaine en exil, particulièrement dans le domaine de l’éducation des enfants tibétains. La communauté tibétaine a exprimé sa grande joie envers les efforts de Sikyong et du Bureau du Tibet pour l’organisation de la rencontre entre Sa Sainteté le Dalai Lama et le président américain Barack Obama le 21 février. Auparavant, l’Université Naropa a également tenu une réception autour d’un thé avec un groupe d’environ 100 personnes, où Sikyong s’est exprimé sur l’évolution du système démocratique tibétain en exil.

Au Minnesota, Sikyong s’est joint à Sa Sainteté le Dalai Lama pour célébrer le nouvel an tibétain (Losar) le 2 mars, avec la communauté tibétaine locale. Après avoir accueilli Sa Sainteté et la communauté tibétaine, Sikyong a mentionné dans son discours que le peuple tibétain est plus que jamais déterminé à mener la lutte, mieux informé politiquement, et que le soutien à la politique de la voie du milieu est très fort, ce que Sa Sainteté à noté avec satisfaction. Plus tard dans l’après-midi, Sikyong a assisté à un spectacle culturel présenté par divers groupes de la communauté tibétaine, dont des étudiants en culture tibétaine du Minnesota.

Des représentants américains, Betty McCollum et Keith Ellison, ont aussi assisté à la célébration du Losar, et ont soutenu dans leur discours les aspirations des tibétains de l’intérieur, demandant instamment à la Chine d’engager le dialogue avec Sa Sainteté ou ses représentants. Dans son discours, le maire de Minneapolis, Besty Hodges, a proclamé la journée « journée du Dalai Lama pour la paix et la compassion ». Les parlementaires tibétains d’Amérique du Nord Tashi Namgyal et Norbu Tsering, et le président des associations tibétaines d’Amérique du Nord, ont également assisté à la cérémonie du Losar au Minnesota.

Sikyong a également participé à la cérémonie du nouvel an avec la communauté tibétaine de Boston.

http://www.tibetan.fr/?Sikyong-s-adresse-a-la-communaute



5 Mars 2014

Sa Saintete le Dalai Lama aux Tibétains de Los Angeles : “Pas d’éducation sans compassion”

Los Angeles, 27 février : Le chef spirituel tibétain, Sa Sainteté le Dalai Lama, actuellement en visite aux Etats-Unis pour 3 semaines, a rencontré jeudi les Tibétains vivant en Californie du sud. Le chef tibétain a déclaré qu’une éducation moderne est importante pour un enfant. « Cependant, l’éducation n’est rien si elle n’est pas accompagnée d’un esprit vertueux et compatissant » dit Sa Sainteté.

Le prix Nobel de la paix 1989 a dit aux Tibétains qu’ils ne doivent jamais oublier leurs racines tibétaines, où qu’ils vivent, et quel que soit leur travail. Les Tibétains de l’intérieur sont très déterminés à préserver la langue et la culture tibétaines, et ils ont démontré à quel point ils étaient engagés, dit Sa Sainteté. « Ici, en exil, les jeunes générations vieillissent, et de nouvelles générations arrivent. Mais le sens d’être Tibétain ne doit jamais être perdu au cours de cette transition. »

Sa Sainteté a dit que les Tibétains vivant dans le monde libre doivent essayer d’être en mesure de représenter les aspirations des Tibétains qui vivent sous l’occupation chinoise, et d’être la voix qui leur est interdite.

Le leader tibétain a dit que les parents devraient encourager leurs enfants à parler tibétain à la maison, afin de préserver la langue tibétaine ; bien que la langue tibétaine n’ait pas été d’un grand secours dans l’apprentissage académique moderne, elle contribue cependant de manière importante à la communication des grands enseignements du bouddhisme tibétain.

Sa Sainteté a déclaré que les grands canons bouddhistes de Kagyur et Tengyur ne devraient pas nécessairement être considérés comme des textes strictement religieux, mais qu’ils fournissent une compréhension profonde de la psychologie et de l’étude de la pensée humaine. Le leader tibétain a dit que les anciens textes bouddhistes sont toujours pertinents et utiles dans le monde d’aujourd’hui. Beaucoup de gens en Occident, dont les neuroscientifiques, montrent de l’intérêt pour la pertinence du bouddhisme tibétain dans la science moderne. « Ces grands textes ne sont pas en anglais ou dans tout autre langue étrangère, mais en tibétain. C’est pourquoi vous devez leur prêter attention, non pas en tant que sujets religieux, mais comme tout autre sujet d’étude. » A propos de sa passation de pouvoirs il y a 2 ans, Sa Sainteté a dit qu’il avait pris la décision non pas parce qu’il était découragé ou qu’il se soustrayait de ses responsabilités, mais parce que l’Etat tibétain avait besoin d’être libéré du pouvoir d’un seul homme, et devait bénéficier d’une gouvernance basée sur les principes de la démocratie.

Sa Sainteté sera au Minnesota le 1er mars, pour le 26ème forum annuel du prix Nobel de la Paix organisé par le forum du prix Nobel de la Paix et le collège Augsburg de St Paul. Il participera aux célébrations du nouvel an tibétain le 2 mars, son premier nouvel an tibétain hors de l’Inde, son pays d’adoption depuis son exil en 1959.

http://www.tibetan.fr/?Le-Dalai-aux-Tibetains-de-Los



5 Mars 2014

 
Un rapport américain qualifie la violation des droits de l’homme au Tibet de grave tout au long de l’année 2013

(TibetanReview.net, 2 mars 2014) – Le 27 février, le Département d’Etat américain a qualifié la répression chinoise au Tibet de grave tout au long de l’année 2013, six jours après que le Président Obama a accueilli à la Maison Blanche le chef spirituel tibétain en exil, le Dalai Lama. La constatation figure dans un chapitre spécialement consacré au Tibet dans le rapport annuel du Département d’Etat sur la pratique des droits de l’homme par pays en 2013.

Le rapport se concentre sur une liste de graves violations des droits humains au Tibet, dont la détention arbitraire continue de Tibétains pour des durées indéterminées, les exécutions, la torture, les arrestations arbitraires, et les assignations à résidence. Il traite particulièrement des nouvelles politiques chinoises mises en place, « qui punissent les amis, les parents, et les associés des immolés ». Il relève que la nouvelle politique a entraîné la condamnation de près de 90 Tibétains (dans les seules provinces du Qinghai et du Gansu), y compris à la peine de mort.

Selon le rapport, le Tibet soit disant autonome manque réellement d’autonomie, les Tibétains n’y jouant aucun rôle significatif dans la protection de leur héritage culturel et de leur environnement naturel unique.

Le rapport dit que « l’exclusion économique et sociale » est un facteur déterminant du mécontentement parmi les Tibétains. Il détaille également les tentatives de la Chine visant à dissimuler la situation réelle qui résulte de sa politique au Tibet, dont le refus persistant d’accès à la région pour les diplomates étrangers, les journalistes, et même les touristes avant les dates anniversaires politiquement sensibles, comme celle du soulèvement national tibétain du 10 mars.

Le chapitre particulier consacré au Tibet dans le rapport mondial annuel du Département d’Etat sur les droits de l’homme dans le monde a été mandaté par le Congrès en 2002.

La Chine a riposté par un rapport sur la situation des droits de l’homme aux Etats-Unis. Selon ce rapport, en se positionnant comme « juge mondial des droits de l’homme », le gouvernement américain a de nouveau, dans ses comptes-rendus récents, « attaqué de manière arbitraire et formulé des remarques irresponsables » sur la situation des droits de l’homme dans près de 200 pays et régions. Le rapport, intitulé « Rapport sur les droits de l’homme aux Etats-Unis en 2013 », a été émis par le bureau de l’information du Conseil d’Etat chinois, ou Cabinet.

http://www.tibetan.fr/?Un-rapport-americain-qualifie-la


1er Mars 2014

Les troubles en Ukraine suscitent l’espoir en Chine

 

Par Lu Chen, Epoch Times | 25 février 2014

Photo : 4 personnes en Chine en février 2014, tenant une banderole sur laquelle est écrit « Le peuple Ukrainien est libre à présent. Combien de temps le peuple Chinois devra t’il attendre ? ». La chute du gouvernement ukrainien est une bonne nouvelle pour beaucoup de Chinois (Weibo.com)

Trois mois de d’agitation civile en Ukraine ont mené à une victoire du peuple de ce pays, le Président Yanoukovitch ayant été poussé hors de Kiev le 22 février, il est à présent recherché par la police pour meurtres de masse. La tournure des évènements a conduit à des échanges enthousiastes entre internautes chinois, réjouis par la perspective, toutefois lointaine, de voir le Parti Communiste chinois s’effondrer également.

Des Chinois sont mêmes passés d’internet à la rue, arborant des banderoles disant « Le peuple Ukrainien est libre à présent. Combien de temps le peuple Chinois devra t’il attendre ? ».

De nombreux commentaires prônant un renversement du régime chinois à la façon ukrainienne ont été accessibles de manière temporaire : la surveillance d’internet par le Parti Communiste les a rapidement supprimés des principaux sites web et des réseaux sociaux de Chine.

‘Interdisons le Parti Communiste’

Des Chinois disent avoir été particulièrement inspirés par les photos en ligne d’Ukrainiens abattant des statues de Lénine, l’ancien dictateur de l’Union Soviétique. Un grand portait de Mao Zedong est toujours affiché sur la place Tienanmen à Pékin, et l’héritage violent du communisme en Chine est régulièrement occulté par le Parti.

« La raison pour laquelle l’Ukraine a échoué dans le processus de démocratisation et de construction de la constitution est qu’elle n’a pas interdit le communisme et le Parti » dit Ye Gongmo, un entrepreneur chinois. Comme beaucoup qui ont partagé son point de vue sur l’Ukraine, il a écrit sur Sina Weibo, une plateforme équivalente de Twitter en Chine, qui a subi une pression croissante des autorités ces derniers temps.

« Renverser les statues de Lénine signifie que l’Ukraine nettoie les restes du communisme et accueille une véritable constitution ». « Si l’Ukraine annonce que le Parti Communiste est interdit en Ukraine, j’annonce que le Parti Communiste est interdit partout dans le monde » dit Netizen Xiaosa Kunlunxia.

Un Focus sur les troubles

La télévision centrale chinoise, parole officielle du Parti Communiste chinois, a largement couvert les évènements en Ukraine, mais sa perspective était différente de celles des agitateurs sur internet. Le message de fond des reportages de CCTV était simple : manifester contre le gouvernement mène au chaos.

Cela a changé le 22 février, quand Yanoukovitch a fui. Les reportages ont été brusquement interrompus. « Tous les reportages de CCTV sur les incendies, les protestations violentes, les troubles en Ukraine ont rendu ma vie plus douce que le miel » dit Gao Jian, un avocat chinois. « Mais soudain il n’y a plus eu de nouvelles d’Ukraine » après la fuite de Yanoukovitch, a-t-il ajouté.

Après que les médias officiels ont vu que le peuple a remporté la victoire, que l’armée s’est révoltée, et que le président s’est échappé, « CCTV a basculé pour se concentrer sur la renaissance du militarisme japonais ». L’internaute Xao Li a déploré que les médias officiels n’aient jamais mentionné les raisons pour lesquelles le peuple s’est révolté contre le gouvernement. « Ils n’osent pas dire combien le peuple ukrainien haïssait la corruption du gouvernement ».

Mémoire de massacres

La violente répression des manifestants par l’ancien gouvernement ukrainien a rappelé à beaucoup de personnes en Chine la façon dont le Parti Communiste a écrasé le mouvement démocratique en Chine en 1989, quand des blindés et des mitrailleuses ont été utilisés pour tuer des manifestants non armés. « L’issue est si différente » pleurent des internautes.

Certains ont souligné que Yanoukovitch a ordonné une répression qui a fait 82 morts parmi les manifestants, et à présent un mandat d’arrêt a été émis contre lui. Les militaires chinois ont pour leur part tué des centaines voire des milliers de personnes, et les activités destinées à s’en souvenir sont interdites et interrompues en Chine.

http://www.tibetan.fr/?Les-troubles-en-Ukraine-suscitent



1er Mars 2014


Un prisonnier Tibétain libéré par crainte de son décès en detention

 

Phayul[mardi 25 février 2014, 21h33]

DHARAMSHALA, 25 février : les autorités chinoises du comté de Machu ont libéré un prisonnier politique en mauvaise santé, de peur qu’il décède en détention, rapporte Radio Free Asia.

Goshul Lobsang, 43 ans, s’est affaibli et a souffert de douleurs constantes en raison de la torture et des coups subis en prison, dit une source tibétaine. Les autorités chinoises l’ont relâché le 27 octobre l’an dernier, craignant des répercussions s’il décédait en prison, ajoute la source.

Lobsang avait lancé une manifestation contre le gouvernement à Belpen, comté de Machu, en 2008, quand les manifestations ont secoué le plateau tibétain. Il s’est caché quand les autorités ont commencé à arrêter les Tibétains impliqués dans les manifestations. Cependant, il a été arrêté en mai 2010 par des officiels du Bureau de la sécurité publique du comté de Machu.

Lobsang vit avec son épouse Tarey et leurs deux enfants. Il avait étudié à l’école pour adultes (à present fermée) du TCV Suja en 1992.

http://www.tibetan.fr/?Un-prisonnier-Tibetain-libere-par



1er Mars 2014

Pour échapper à l’arrestation, un jeune Tibétain se poignarde
DHARAMSHALA, 25 février : Selon des sources en exil, un Tibétain s’est poignardé à mort à Chamdo, comté de Markham, le 20 février, pour échapper à l’arrestation par les autorités chinoises.Tashi Tsering, 28 ans, s’est poignardé devant la police chinoise quand elle s’est approchée pour l’arrêter au motif de sa soit- disant implication dans les manifestations anti-chinoises de 2088 dans la région.A la suite des manifestations contre le gouvernement chinois en 2008, les autorités ont émis des mandats d’arrêt contre Tsering pour “vandalisme et fauteur de troubles” dans la région. Tsering avait échappé à l’arrestation et il était en fuite.Pendant ce temps, les autorités chinoises ont détenu 12 moines du monastère Khenpolung de Chamdo, le 15 février, pour avoir partagé des images du chef Tibétain en exil, le Dalai Lama, et avoir parlé du Tibet sur WeChat. Apprès une série d’interrogatoires, les moines ont été relâchés le 21 février, suite à des appels à leur libération


http://www.tibetan.fr/?Pour-echapper-a-l-arrestation-un


1er Mars 2014

Les députés espagnols votent la loi restreignant la justice universelle

La Chambre des députés a adopté ce jeudi le texte très controversé qui restreint le concept de justice universelle.

La notion de justice universelle permet, en vigueur jusqu’à présent en Espagne, permet aux tribunaux d’enquêter sur des faits commis à l’étranger. Les députés espagnols ont voté ce jeudi 27 février une loi restreignant ce concept de justice universelle.

Critiqué par la gauche et les défenseurs des droits de l’homme, qui accusent la droite au pouvoir de sacrifier ses droits aux intérêts économiques ou diplomatiques, le texte a été approuvé avec les voix du Parti populaire (PP), du chef du gouvernement Mariano Rajoy, majoritaire au Parlement.

La législation actuelle, qui permet aux tribunaux d’entamer des poursuites à l’international, par exemple sur des faits de génocide, "est pleine de promesses et génère de grandes attentes", mais "les années passent, cela n’aboutit à aucun résultat et de plus cela provoque des conflits" avec d’autres pays, avait affirmé à la mi-février le porte-parole du PP au Congrès des députés, Alfonso Alonso.

Désormais, un particulier ou à une organisation non-impliqué dans une affaire ne pourra plus déclencher une procédure visant des faits commis à l’étranger.

http://www.tibetan.fr/?Les-deputes-espagnols-votent-la

lien : http://actu.orange.fr/une/les-deput...30 Mars 2014


Tibetan nun immolates self in Kham Bathang

Dans le comté tibétain de Bathang, province du Kham, une nonne tibétaine s'est auto-immolée hier aux alentours de 15h, heure locale.
 Ce sont les Tibétains qui effectuaient leur kora* qui l'ont aperçue en flammes, non loin du monastère de Ba Choede. Les riverains ont éteint les flammes et ont amené la sœur à l'hôpital. Puis ce sont les autorités chinoises qui sont intervenues en bloquant l'accès à l'établissement de santé aux Tibétains qui se rassemblaient, de plus en plus nombreux.
De plus, les autorités ont immédiatement renforcé les mesures de "sécurité" à l'intérieur et autour du comté en bloquant tous les moyens de communications, des applications de microbloging aux déplacements des personnes. 
En conséquence Bal Kelsang Gyaltsen, membre du Parlement tibétain, a déclaré : "Il y a eu l'auto-immolation d'une nonne tibétaine mais, en raison des restrictions immédiatement imposées, les détails ne sont pas encore connus."

C'est la 130ème immolation au Tibet.

DHARAMSHALA, March 30: A Tibetan nun immolated herself in Tibet’s Bathang County in the traditional Tibetan province of Kham on Saturday around 3PM (Local Time), sources said. 

The nun whose self immolation protest took place near Ba Choede monastery was spotted by local Tibetans on their routine circumambulation. The local residents doused the flames and took her to a nearby hospital. Chinese government officials including the police arrived at the hospital and sealed it prohibiting more Tibetans who had gathered at the hospital to enter. 

The local Chinese administration immediately stepped up security in and around the county blocking all communication lines including micromessaging apps and monitoring movement of people. “There has been a self immolation protest by a Tibetan nun but due to restrictions immediately imposed the details are not yet known,” a Tibetan member of parliament, Bawa Kelsang Gyaltsen was quoted by the Tibet Times as saying. 

This is 130th self immolation protest in Tibet since 2009.

http://www.phayul.com/news/article.aspx?id=34734&article=Tibetan+nun+immolates+self+in+Kham+Bathang



30 Mars 2014

Xi Jinping, le président de la République Populaire de Chine a terminé, jeudi 27 mars, sa visite d’Etat de 3 jours en France. Cette visite a été très prolifique pour l’économie française. Près de 80 accords ont été signés entre des entreprises françaises et des patrons chinois. Toutefois, un sujet a réussi à entacher la venue du président chinois : la question des droits de l’homme dans l’Empire du Milieu.

Tout a commencé mardi 25 mars, lors de l’arrivée de Xi Jinping à Lyon, ville dans laquelle il avait décidé de commencer sa visite d’Etat en France. Peu de temps avant que l’avion présidentiel atterrisse, une quarantaine de personnes, dont des Tibétains et des Taïwanais, ont manifesté pacifiquement contre la violation des droits de l’homme en Chine. Regroupés devant la cathédrale Saint-Jean dans le vieux Lyon, les manifestants scandaient des slogans tels que « Liberté au Tibet » ou bien encore « Démocratie pour Taïwan ».

La question du Tibet est connue de tous depuis sa médiatisation à l’occasion des Jeux Olympiques de Pékin de 2008. Depuis maintenant des années, les Tibétains réclament l’indépendance du Tibet, à l’image des déclarations d’un manifestant lyonnais : « Nous sommes en colère contre le gouvernement chinois, le gouvernement communiste. Nous voulons un état tibétain indépendant qui ait du sens ». Concernant Taïwan, le sujet est moins connu du grand public. Les personnes réunies ce mardi 25 mars dénonçaient le récent passage en force, au parlement taïwanais, d’un traité de libre-échange avec la Chine, jugé anti-démocratique.

Si au départ, le sujet des droits de l’homme ne devait être discuté qu’en coulisse, François Hollande a finalement décidé d’aborder la question lors du diner d’Etat offert à son homologue chinois, mardi 25 mars, à l’Élysée. « Nous sommes attachés à la création, à l’expression, à l’émancipation, à travers la libre circulation des personnes et des idées qui constituent le socle des droits de l’homme auxquels la France est attachée » a déclaré le président français. Néanmoins, François Hollande a aussi salué « un pays devenu la deuxième puissance économique du monde » rappelant que la France accueille la Chine « en amie » et se disant « sensible » au fait que Xi Jinping ait choisi l’Hexagone pour inaugurer sa tournée européenne.

Même s’il est compréhensible que François Hollande n’accable pas, devant les caméras, le régime chinois avec qui la France vient de signer un grand nombre d’accords économiques, nous ne pouvons qu’espérer, qu’en coulisse, il a discuté du respect des droits de l’homme comme il l’avait annoncé. Maintenant, Xi Jinping, va continuer ses visites européennes en se rendant tout d’abord en Allemagne. Si Angela Merkel et les autres chefs d’États européens qu’il va rencontrer continuent de mettre sur la table cette question, cela pourra peut-être faire changer les choses. Ce serait une immense victoire si, grâce à l’Europe, ce pays, qui est aujourd’hui la deuxième puissance économique mondiale, se mettait à enfin respecter les droits de l’homme.

http://droitsdelhommeetducitoyen.blog.youphil.com/archive/2014/03/28/la-chine-confrontee-a-la-question-des-droits-de-l-homme-3922.html



30 Mars 2014

la Chine rejette la «voie du milieu» du Dalaï Lama
LHASSA, Tibet (SIWEL) — La Chine a marqué le 55e anniversaire du démantèlement du gouvernement du Tibet à Lhassa avec un autre rejet explicite de la "voie du milieu" approche dite du Dalaï Lama qui met l'accent sur l'autonomie de la région.


Thamzing* d'une femme tibétaine vers 1958 (PH/DR)


Dans un discours diffusé jeudi sur la télévision d'Etat "Tibet TV", le président de la Région autonome chinoise du Tibet, Losang Gyaltsen, a déclaré que l'approche du Dalaï Lama est « une approche camouflée » qui vise l'indépendance du Tibet. 

"Le Tibet ne peut être indépendant, ni ne peut jouir d'une semi-indépendance ou d'une indépendance déguisée", a déclaré Gyaltsen, debout à côté du drapeau national chinois. 

De son coté, Kunga Tashi, qui travaille à New York pour le gouvernement tibétain en exil, a indiqué dans un communiqué que les dirigeants chinois ne sont pas disposés à faire des compromis pour résoudre le problème tibétain : « L'approche du milieu de la voie d'accord avec le principe de [la demande] de la Chine", a-t-il dit. "Nous disons que nous ne sommes pas pour la séparation d'avec la Chine, si nous obtenons une véritable autonomie." 

* Thamzing : mot tibétain signifiant séance d'humiliation imposée par les maoïstes chinois aux prisonniers tibétains

http://tibet.fr/site/index.php?itemid=22652


29 Mars 2014

Five Tibetans arrested in Paris as Xi faces protest
DHARAMSHALA, March 28: Five members of France regional chapter of Tibetan Youth Congress were arrested for a protest against Chinese President Xi Jinping near the Chinese embassy in Paris. 

The five protesters, Kyilay Namdol, Sonam, Tenzin Wangdu, Tashi Dorjee and Tashi Dolma, were later released. 

They raised slogans such as ‘Free Tibet’, ‘Tibet belongs to Tibetan’, and ‘Shame on you Xi’. Kyilay Namdol, President of RTYC France said, “Whenever a leader of country visits Paris, we see national flag of that particular nation on their car, but I was amazed to see that Xi’s car had no Chinese flag on it and Xi, despite being a President of one of the most powerful nations, could not travel with pride in a free nation and it proves that he is guilty of lying.”

Xi Jinping is currently on his maiden trip to Europe and is scheduled to visit Germany, France and The Netherlands. 

Over a hundred Tibetans and supporters carried out a protest yesterday near the Eiffel Tower carrying pictures of Tibetan self-immolators and the Tibetan spiritual leader His Holiness the Dalai Lama. Protesters carried banners and placards that read, ‘Hollande, team up with world leaders to save Tibetan lives’ and ‘Wake up United Nations’.

Since 2009, 129 Tibetans have set themselves on fire in Tibet protesting against China’s occupation of Tibet and its hard-line policies.

An International Press Freedom advocate Reporters Without Borders also staged a protest against Xi and his government about civil liberties especially freedom of information.

China is ranked 175th out of 180 countries in the Reporters Without Borders press freedom index. With at least 30 journalists and 74 citizen-journalists currently detained. According to Reporters Without Borders, China is the world’s biggest prison for media personnel and netizens.

http://www.phayul.com/news/article.aspx?id=34731


28 Mars 2014

TIBET! NOUS NE LACHERONS RIEN! NOTRE RESISTANCE NON-VIOLENTE ET INLASSABLE CONTINUE! 


Nous étions nombreuses et nombreux, une fois de plus, pour soutenir nos amies et amis tibétains ce 27 mars à Paris. 
Un Paris devenu “chinois” pour 48 heures, un Paris bien protégé, un Paris où un certain nombre d'entre vous n'ont pu atteindre le Trocadéro car des stations de métro étaient fermées, et des contrôl...es effectués sur qui porterait pancartes ou banderoles de soutien au Tibet pas suffisamment dissimulées. 
Nous avons pris la parole pourtant! Et dit haut et fort notre soutien au Tibet, sur un Parvis des Droits de l'Homme duquel nous n'aurions pu sortir si nous l'avions souhaité, car un escadron de CRS, boucliers sortis, nous en empêchaient. 
Ce n'était d'ailleurs nullement notre intention! Ni celle de perturber en quoi que ce soit le développement des “amitiés franco-chinoises” dans les “Palais de la République”...
Nous voulions seulement rappeler, au Président chinois, que la communauté internationale que nous représentons et défendons, nous, citoyennes et citoyens du monde, ne cessera JAMAIS de se battre pour le respect des minorités et celui des Droits Humains. Et que le Tibet finira par obtenir le respect de son peuple et de sa culture. Il ne demande “que“ celà. Mais il le demande - et nous avec - obstinément et indéfiniment!
Monsieur le Président chinois, vous représentez aujourd'hui la deuxième puissance économique mondiale et vous pensez que nous sommes trop “petits” pour gagner? Alors méditez cette parole du Dalai-Lama, je vous prie : “Si vous avez l'impression que nous sommes trop petits pour vous importuner, essayez donc de dormir avec un moustique et vous verrez lequel des deux empêchera l'autre de dormir!“
Nous ne lâcherons rien. We shall overcome!
Pierre MARTIAL

Mes hommages à toutes celles et tous ceux qui oeuvrent inlassablement et depuis si longtemps pour le Tibet.
avec La Communauté Tibétaine-FranceGyatso ThuptenAndré GattolinFABELLPatrice AlbyTran NghiArmand ClercNino Tonino,Ouïghours de FranceMireille Rosenberger, et tant d'autres....
Afficher la suite
– avec Tran NghiFABELLLa Communauté Tibétaine-France et Gyatso Thupten, à Paris - Trocadéro - 27 mars 2014 - Pierre MARTIAL.


28 Mars 2014

VIDEO. France-Chine : "Nous voulons la liberté", clament des militants tibétains à Paris

http://www.francetvinfo.fr

Le séjour de Xi Jinping s'est poursuivi, jeudi 27 mars dans la matinée, par une première visite d'un président chinois à l'Unesco, avant un dîner fastueux au château de Versailles avec François Hollande, qui marquera la fin de son voyage. Une manifestation sur l'esplanade du Trocadéro, au pied de la tour Eiffel, a rassemblé quelque 160 militants tibétains portant des pancartes hostiles à la visite chinoise, clamant"Nous voulons la liberté" ou "Réveillez-vous les Nations unies".


28 Mars 2014

Tibet-Chine : la grande muraille du silence

Entretien avec André Gattolin, sénateur français Europe Ecologie Les Verts, membre du Groupe d'information sur le Tibet au Sénat et Tenam, réfugié tibétain en France.

https://www.youtube.com/watch?v=hzbLZrYgPUA


26 Mars 2014

Lettre au Président de la République Française (http://www.tibetan.fr/?Lettre-au-President-de-la)

Monsieur le Président

Association membre de l’International Tibet Network, nous avons signé un courrier vous étant adressé, tout comme 23 groupes français de soutien au Tibet, ainsi qu’un ensemble d’association européennes, concernant la visite du président Chinois Xi Jinping.

Depuis qu’il est devenu président il y a maintenant un an, Xi Jinping a continué sur les traces de ses prédécesseurs, mettant en place une violente répression militaire contre les Tibétains.

Cette répression ne fait qu’exacerber les doléances des Tibétains et accroître les tensions, en créant un vaste mouvement de résistance à travers tout le Tibet.

Outre ce mouvement de résistance, 127 Tibétains se sont immolés par le feu au Tibet depuis 2009.

La communauté internationale doit rechercher une solution diplomatique afin de garantir une prise en compte de la situation politique préoccupante au Tibet.

Nous vous demandons d’inscrire le Tibet à votre agenda durant la visite du président chinois et de lui demander :

- de trouver une solution rapide et paisible à la question tibétaine. 
- de renouer le dialogue avec les représentants du gouvernement en exil et de faire progresser les négociations en vue d’une solution durable pour le Tibet ; 
- de fixer de toute urgence une date pour que le Haut-Commissaire des Nations unies aux droits de l’homme puisse se rendre au Tibet et avoir librement accès à toutes les régions tibétaines.

Dans l’attente d’un vrai acte de solidarité avec un peuple en souffrance qui lutte pour sa survie et la justice, recevez Monsieur le Président nos sincères salutations.

Drôme Ardèche - Tibet"

http://www.elysee.fr/ecrire-au-pres...


LETTRE DU RESEAU INTERNATIONAL POUR LE TIBET

(INTERNATIONAL TIBET NETWORK)

Monsieur Mark Rutte, Premier ministre hollandais, Madame Angela Merkel, Chancelière allemande, Monsieur Elio Di Rupo, Premier ministre belge, Monsieur François Hollande, Président français et Messieurs Herman Van Rompuy, Martin Schulz et José Manuel Barroso, Présidents du Conseil européen, du Parlement européen et de la Commission européenne,

Nous sommes une coalition globale de groupes de défense du Tibet et, à la veille de la visite en Europe du Président chinois, nous nous permettons de vous interpeler pour demander à chacun d’entre vous d’inscrire sur votre agenda la question tibétaine, au cours des rencontres officielles avec Xi Jinping.

Comme vous le savez, la situation au Tibet est critique. Depuis 2009, au moins cent vingt-sept Tibétains se sont immolés par le feu au Tibet pour protester contre la politique brutale de la Chine. Tout récemment, le 13 février dernier, un ancien moine, âgé de 25 ans, s’est également immolé à Ngaba. Comme plus d’une centaine de ces protestataires, Lobsang Dorjee est décédé.

Le gouvernement chinois, en appliquant une politique inadmissible, condamne le Tibet à une répression systématique qui affecte cruellement le quotidien des Tibétains. L’ingérence dans la pratique religieuse au Tibet, la diabolisation du dalaï-lama, le recours à des campagnes de "rééducation" patriotique, la restriction de l’enseignement dispensé en langue tibétaine et le déplacement des populations nomades arrachées à leurs pâturages ancestraux ne sont que quelques-unes des mesures tragiques ordonnéees par Pékin.

Depuis qu’il est devenu Président de la Chine il y a un an, Xi Jinping n’a montré aucune volonté de changement au Tibet. Bien au contraire, il a continué sur les traces de ses prédécesseurs, mettant en place une violente répression militaire qui, loin de contribuer à la stabilité recherchée, ne fait qu’exacerber les doléances des Tibétains et accroître les tensions, en créant un vaste mouvement de résistance à travers tout le Tibet. Comme cela est clairement apparu lors de la Revue périodique universelle de la Chine en octobre 2013, cette dernière refuse tout bonnement d’envisager l’inquiétude internationale vis-à-vis du Tibet.

A un moment critique, la communauté internationale doit rechercher une solution diplomatique afin de garantir une prise en compte de la situation politique préoccupante au Tibet et afin que des solutions soient trouvées pour répondre aux revendications légitimes des Tibétains.

Nous vous prions instamment d’inscrire la question tibétaine à l’ordre du jour lors de votre rencontre officielle avec Xi Jinping et nous nous adressons directement à vous pour :

- Faire une déclaration publique de soutien au peuple tibétain pendant la visite de Xi Jinping, en demandant à ce dernier de trouver une solution rapide et paisible à la question tibétaine.

- Demander instamment à Xi Jinping de renouer le dialogue avec les représentants du gouvernement en exil et de faire progresser les négociations en vue d’une solution durable pour le Tibet.

- Pousser la Chine à fixer de toute urgence une date pour que le Haut-Commissaire des Nations unies aux droits de l’homme puisse se rendre au Tibet et avoir librement accès à toutes les régions tibétaines. Nous vous prions de croire, Madame, Messieurs, en l’assurance de notre haute considération.

Alison Reynolds

Directeur exécutif d’International Tibet Network, www.tibetnetwork.org alison@tibetnetwork.org Au nom des groupes-membres d’International Tibet Network

Belgium : Les Amis du Tibet Lungta Association Belgium Tibetaanse-Vlaamse Vriendenkring vzw Vrienden van Tibet

France : Aide aux Refugies Tibetains Association Dorje Association Lions des Neiges Mont-Blanc Briancon 05 Urgence Tibet Comite de Soutien au Peuple Tibetain – Les Lilas Corse-Tibet Drôme Ardèche – Tibet Eco-Tibet France-Tibet Groupe Non-Violent Louis Lecoin Jamtse Thundel Association Maison des Himalayas Maison du Tibet – Tibet Info NiceTibet Nos Amis de l’Himalaya Objectif Tibet Passeport Tibetain Rencontres Tibetaines Reseau International des Femmes pour le Tibet Students for a Free Tibet - Etudiants pour un Tibet Libre Tibet 59 / 62 Tibet Liberte Solidarite Tsowa – Maintenir la Vie Urgence Tibet

Germany : Association of Tibetans in Germany Tibet Initiative Deutschland Tibetisches Zentrum Hamburg Tibets Kinder im Exil e.V.

The Netherlands : Tibet Support Groep Nederland TSG Free Tibet And You

International Tibet Network is registered in the United States with 501c3 status, Number 2681247. Registered Address : 1310 Fillmore Street, #401, San Francisco, CA 94115, USA. W : www.tibetnetwork.org



24 Mars 2014

Chine : Les autorités ont du « sang sur les mains » après le décès d’une militante des droits humains

 

La militante des droits humains Cao Shunli est morte des suites de troubles médicaux, après cinq mois en détention. Les autorités chinoises lui avaient refusé l’accès aux soins médicaux. Cao Chunli, prisonnière d’opinion était détenue uniquement en raison de ses activités militantes pacifiques.

Le 14 mars 2014, la militante des droits humains Cao Shunli est morte à 52 ans dans un hôpital de Beijing, après cinq mois en détention. Sa famille avait demandé à maintes reprises qu’elle reçoive un traitement pour de graves problèmes de santé mais ces demandes ont été rejetées par les autorités chinoises. Cao Shunli souffrait de tuberculose dans les deux poumons, d’une cirrhose du foie et de fibromes utérins.

La mort de Cao Shunli montre l’indifférence et l’esprit calculateur des autorités chinoises, qui sont prêtes à tout pour réduire les critiques au silence. Aujourd’hui, les autorités ont du sang sur les mains »

Anu Kultalahti Chercheuse sur la Chine à Amnesty International.

Cao Shunli avait mené campagne pour obtenir la participation des militants à la rédaction du rapport national destiné au Conseil des droits de l’homme des Nations unies dans le cadre de l’Examen Périodique Universel ainsi qu’a la rédaction du Plan d’action national pour les droits de l’homme de la Chine. La police l’avait arrêtée à l’aéroport de Beijing en septembre 2013 alors qu’elle tentait de se rendre à Genève pour assister à un programme de formation sur les droits humains. Elle était accusée d’avoir « cherché à provoquer des conflits et troublé l’ordre public », semble-t-il suite à un sit-in qu’elle avait organisé devant le ministère chinois des Affaires étrangères avec d’autres militants. Cette accusation est souvent utilisée pour réduire au silence les défenseurs des droits humais et les critiques à l’encontre du gouvernement. Cao Shunli était une prisonnière d’opinion.

Cao Shunli était une femme courageuse qui est allée jusqu’au bout dans sa lutte pour les droits humains en Chine. Elle n’aurait jamais dû être placée en détention, mais lui refuser le traitement dont elle avait tant besoin relève de la barbarie. »,

Anu Kultalahti

Ces derniers mois, d’autres militants reconnus se sont vus refuser des soins médicaux, dont Liu Xia, l’épouse de Liu Xiaobo, lauréat du prix Nobel de la paix actuellement emprisonné. Liu Xia, qui est illégalement maintenue en résidence surveillée, s’est vue refuser un traitement pour de graves problèmes cardiaques et se trouve dans un état très préoccupant.

http://www.tibetan.fr/?Chine-Les-autorites-ont-du-sang



24 Mars 2014

Un prisonnier Tibétain libéré sur décision médicale succombe à des blessures par « torture »

 

DHARAMSALA, 22 mars : un prisonnier politique tibétain que les autorités chinoises ont libéré en octobre dernier apparemment par peur de « décès en détention », est mort mercredi à son domicile dans la municipalité de Bhelban, comté de Machu.

photo source : www.tchrd

Goshul Lobsang, 43 ans, avait été libéré dans un « état de santé très précaire » en octobre 2013, sur décision médicale. Cependant, les Tibétains en exil disent que les autorités ont simplement essayé d’éviter son décès en détention. Le Centre tibétain pour les droits de l’homme et la démocratie (TCHRD) a confirmé le décès en disant que Lobsang est mort des suites de blessures infligées par la torture pratiquée par les autorités pénitentiaires.

« La police chinoise et les autorités pénitentiaires l’ont gravement torturé en détention et en prison. Il souffrait de blessures menaçant sa vie. Il lui a été donné toutes sortes de remèdes pour soulager sa douleur mais cela n’a fait qu’empirer son état. Parce que les autorités craignaient qu’il puisse mourir en prison, elles ont décidé de le libérer sur décision médicale, des mois avant la fin de sa peine. Il a été libéré le 27 octobre 2013 » dit le TCHRD citant sa source.

La famille et les amis de Lobsang n’ont pas été surpris par sa mort étant donné son état de santé au moment de sa libération, dit une source. « Il n’avait littéralement plus que la peau et les os. Il ne pouvait pas marcher. Il ne pouvait ni manger ni boire. Il ne pouvait même pas prononcer un mot » dit la source.

Goshul Lobsang avait dirigé une protestation en 2008 contre les autorités chinoises dans la municipalité de Bhelban. Il a échappé à l’arrestation pendant environ 2 ans, mais il a finalement été arrêté le 16 mai 2010. « Pendant les 5 à 6 mois qui ont suivi, il a été détenu par la police dans le comté de Machu où il a été sévèrement battu et torturé » dit la source.

En décembre 2010, il a été condamné à 12 ans de prison et incarcéré à Lanzhou, capitale de la province du Gansu. En prison, sa santé s’est détériorée en raison du manque de soins médicaux et d’un régime alimentaire draconien, selon le TCHRD.

Lobsang s’était rendu en Inde et avait étudié à la Tibetan Transit School pour les réfugiés, près d’ici. Il laisse son épouse Tarey, 40 ans, son fils Yeshi, 18 ans, et sa fille Dolma, 15 ans.

http://www.tibetan.fr/?Un-prisonnier-Tibetain-libere-sur



24 Mars 2014

La Chine rejette 5 des 7 recommandations du rapport de l’ONU sur ses droits de l’homme au Tibet

DHARAMSHALA,18 mars : La Chine a rejeté toutes les recommandations sur le Tibet figurant dans le rapport des Nations Unies sur ses droits de l’homme, sauf une, qui consiste à faciliter les visites du Haut Commissaire pour les droits de l’homme et du rapporteur spécial sur le Tibet. La Chine en a accepté une seule, en a rejeté 5, et dit avoir déjà mis en œuvre une autre.

Kai Müller, directeur exécutif pour l’Allemagne d’International Campaign for Tibet, dit que « la Chine a contré cette recommandation avec sa rhétorique habituelle, insistant sur le fait que le Dalai Lama cherche toujours l’indépendance tibétaine, quand il est continuellement répété par la communauté internationale qu’il demande en fait une véritable autonomie et que les droits des Tibétains soient protégés conformément à la constitution et aux lois chinoises. »

Müller a ensuite demandé aux Etats membres de tenir la Chine pour responsable et d’exhorter les dirigeants chinois à faire en sorte que les visites proposées aient lieu. Müller a également noté que le Haut Commissaire doit être en mesure de s’engager auprès des représentants tibétains et chinois pour avoir une vue précise de la situation des droits de l’homme au Tibet.

« Alors que l’étude d’une visite est un pas dans la bonne direction, cela ne constitue pas un progrès en soi pour l’amélioration des droits de l’homme. Une répression plus systématique et accrue se met en place au Tibet sous la direction de Xi Jinping. La Chine a renouvelé les mêmes refus et a tenté les mêmes obscurcissements du processus comme elle l’a fait au cours de sa précédente revue périodique universelle à Genève en 2009 » ajoute Müller.

Dans le rapport de 2009 sur la Chine, la Chine a accepté des recommandations sur la promotion des droits humains en général mais s’est joué des recommandations incluant des mesures pour accorder la liberté d’information et d’expression, assurer l’indépendance de la justice et des avocats, garantir l’accès au conseil pour les détenus, la protection des avocats vis-à-vis des attaques et intimidations, et pour accorder la liberté de religion et de mouvement aux minorités ethniques comme les Tibétains et les Ouigours.

Lors de la seconde revue périodique universelle de la Chine à Genève le 22 octobre 2013, plus d’une douzaine d’Etats membres des Nations Unies ont fait part de leur préoccupation sur la question des droits de l’homme au Tibet, appelant la Chine à changer son traitement des minorités ethniques et les droits à la liberté d’expression, de religion et de réunion.

La revue périodique universelle (UPR) est un mécanisme du Conseil des droits de l’homme qui fournit une occasion à tous les Etats de déclarer les actions entreprises pour améliorer la situation des droits de l’homme dans leur pays et pour relever les défis qui se posent pour les droits humains.

Le 19 mars, l’UNHCR adoptera le rapport du groupe de travail de l’UPR sur la Chine et la Chine informera le Conseil des recommandations émises par les Etats membres qu’elle accepte ou rejette pour les 4 années à venir.

http://www.tibetan.fr/?La-Chine-rejette-5-des-7



22 Mars 2014




22 Mars 2014

La mort de Cao Shunli, un " coup énorme " porté aux droits de l'homme


Dharamshala, le 19 mars,

Les Tibétains en exil ont exprimé leur profonde tristesse devant la mort d'une militante chinoise des droits de l'homme, Cao Shunli, 52 ans, qui est décédée, la semaine dernière, dans un hôpital de Pékin . Condamnant le traitement infligé à Cao par les autorités pénitentiaires chinoises, le Centre Tibétain pour les Droits de l'Homme et de la Démocratie a déclaré que le mort de Cao est " un coup dur " pour le mouvement des droits de l'homme en Chine.

Le Centre tibétain pour les Droits de l'Homme et de la Démocratie a déclaré que les autorités chinoises doivent être tenues pour responsables de la mort de Cao qui se produit,  tout juste,  cinq jours avant l'évaluation prévue du Conseil des droits de l'Homme des Nations Unies, de la deuxième présentation  du dossier des droits de l' Homme en Chine, dans le cadre du mécanisme d'Examen Périodique Universel ( UPR ), auquel Cao a présenté à la session précédente,  un rapport de la société civile détaillant le sort des pétitionnaires en Chine. Cao avait  été arrêtée  le 14 Septembre 201, alors qu'elle s'apprêtait à prendre un vol à destination de la Suisse pour  participer à une formation sur les droits de l'homme et les mécanismes des Nations Unies à Genève.

« La mort de Cao Shunli illustre de manière absolument tragique que la détention arbitraire, la torture, et, la mort en détention, sont répandus partout  dans la République Populaire de Chine, et ne se limitent pas au Tibet et aux minorités ethniques et religieuses ",  a déclaré Mme Tsering Tsomo,  directeur exécutif du Tibetan Centre for Human Rights and Democracy  ( TCHRD ). 

" L'arrestation de Cao Shunli, sa  torture puis sa mort suivent le même schéma que la mort des Tibétains au cours de leur détention. " C'est aussi un rappel que les violations des droits de l'homme universels méritent l'attention et de la condamnation de la communauté internationale. Les personnes responsables de violations des droits de l'homme doivent être tenues pour responsables . "

Le 20 Février 2014, Cao Shunli a été transférée à un hôpital militaire dans  " un état extrêmement critique " a ajouté Tsomo.  Elle a obtenu une libération conditionnelle médicale le 27 Février 2014, et, est décédée deux semaines plus tard .

Le frère de Cao a dit que sa sœur a été privée de soins médicaux pendant plusieurs mois en détention .  « C'est si impitoyable, si triste " a déclaré le frère de Cao Cao Yunli, au service Mandarin de RFA .

" Je n'ai jamais vu quelqu'un qui regarde de la façon dont elle le fait maintenant. J'étais même effrayé de la regarder. Je n'aurais pas pu traiter, même un chien, comme ça.  Je ne comprends pas pourquoi les gens sont si impitoyable. Pourquoi ne l'ont-ils pas tout simplement abattue ? "

Matteo Mecacci, Président de la Campagne Internationale pour le Tibet, a déclaré que la mort de Cao est  " un rappel frappant et choquant des persécutions que les dirigeants de Pékin sont en train de mettre en œuvre  pour réduire au silence les citoyens modérés et raisonnables qui cherchent à protéger leurs droits . "  "  Matteo :  " sa mort ne doit pas être oublié . " ...  " Nous soutenons les efforts déployés par les braves défenseurs des droits de l'homme chinois, y compris son avocat, qui  demandent une enquête immédiate sur son décès. Chaque délégation au Conseil des droits de l'homme devrait également évoquer  la mort de Cao Shunli au cours du processus d'examen des droits de l'homme, cette semaine,  à Genève " .

Pendant ce temps, les militants des droits de l'homme chinois ont lancé une campagne de signatures pour demander une enquête sur sa mort et de condamner sa persécution .

Cao Shunli était une citoyenne militante qui est toujours demeurée, dans son combat pour les droits de l'homme en Chine, dans la légalité, et qui s'est efforcée de contraindre  le gouvernement chinois à respecter ses propres normes en s'appuyant sur les  lois du pays,  et de faire progresser des droits de l'Homme en Chine au regard de  la communauté internationale .

Depuis sa mort, les États-Unis, la Grande-Bretagne, l'Union européenne, le Canada et d'autres gouvernements et les organisations internationales des droits de l'homme ont exprimé leur  tristesse, et,  ont fait état de leur trouble.  « Mais je me sens il y a comme une inertie générale et comme  une mollesse dans toutes les condamnations.  C'est comme si la seule chose que la communauté internationale a toléré faire, parler pour parler .

L'automne dernier, lors de l'examen Périodique Universel au Conseil des Droits de l'homme, le nom de Cao Shunli n'a jamais été mentionné, mais elle était le seul Chinois qui avaient eu foi dans le système des Nations Unies, qui a interessé les victimes chinoises ordinaires des violations des droits de l'homme, à la structure des droits humains de l'ONU, et qui a inspiré beaucoup plus de Chinois afin qu'ils exigent leurs droits civils et politiques universels.

Michelle Obama et ses filles arriveront mercredi à Beijing. Les responsables de la Maison Blanche ont annoncé que la première dame entendait " éviter les sujets controversés, y compris les violations des droits de l'homme en Chine . "

Lorsque la première dame et ses filles s’assoiront  avec la première dame de la Chine, pour une conversation pleine de prévenance, appréciant la Chine de leur mieux, elles auront à cœur d'éviter de parler de Cao Shunli, l'un des plus courageuses guerrières que la Chine ait connue, et, qui se trouve être du  même âge que les deux premières et illustres dames, ou de n'importe quel   chinois languissant derrière des barreaux parce qu'il lutte pour une autre Chine.

Dommage,  Michelle ne verra pas la vraie Chine, parce Cao Shunli est la Chine, et que la Chine est Cao Shunli.

http://blogs.mediapart.fr/edition/tibet/article/200314/la-mort-de-cao-shunli-un-coup-enorme-porte-aux-droits-de-lhomme

 

 



19 Mars 2014

Deux moines tibétains s’immolent (graphic pictures)

 

DHARAMSHALA : Selon des sources en exil, un moine tibétain du monastère de Kirti dans le comté de Ngaba s’est immolé pour protester contre la politique répressive du gouvernement chinois dans le nord-est du Tibet. Dans le même temps, l’agence de presse officielle chinoise Xinhua a dit qu’un moine tibétain du monastère de Shaderi dans le comté de Zekog (Tibétain : Tsekhog), préfecture de Huangnan

(Tibétain : Malho) s’est immolé. Lobsang Palden du monastère de Kirti, âgé d’environ 20 ans, a mis le feu à son corps arrosé d’essence dans la rue des martyrs du comté de Ngaba (incorporé à la province chinoise du Sichuan) vers 11h30 dimanche. Il a ensuite fait quelques pas en lançant des slogans et a été immédiatement embarqué dans un véhicule de police. On ignore ce qu’il est devenu depuis et quelle est sa condition.

Les résidents tibétains ont fermé leurs boutiques et restaurants en signe de deuil et ont exprimé leur solidarité avec la famille du moine. La situation dans la région demeure tendue avec un lourd déploiement de forces de police et de sécurité.

La protestation d’aujourd’hui marque le 6ème anniversaire du massacre des moines du monastère de Kirti par les forces chinoises le 16 mars 2008, quelques jours après que des manifestations sans précédent contre la Chine ont éclaté à Lhassa, la capitale du Tibet, le 10 mars. Des centaines de Tibétains ont été tués par les forces de sécurité chinoises au cours de la répression qui a suivi à travers le Tibet.

Des protestations similaires par immolation de la part de moines du monastère de Kirti ont eu lieu le même jour en 2011, 2012 et 2013. Pendant ce temps, l’agence de presse officielle chinoise Xinhua a dit aujourd’hui qu’un moine tibétain s’est immolé. « Le moine était du monastère de Shaderi dans la préfecture tibétaine autonome de Huangnan, dans la province du Qinghai. Le rapport dit que la police s’est précipité sur les lieux, et n’a pas donné plus de détails » selon le rapport de Xinhua cité par l’Associated Press. « Un homme du bureau de la sécurité publique du comté de Zekog a confirmé l’immolation et a dit qu’elle avait eu lieu à l’extérieur du monastère. Il a dit n’avoir aucune autre information et a refusé d’être identifié » rapporte AP.

Au total, le nombre de Tibétains qui ont protesté contre les politiques répressives du gouvernement chinois en s’immolant s’élève à 128. Les immolés ont appelé au retour au Tibet de Sa sainteté le Dalai Lama et à la liberté pour les Tibétains.

Malgré des appels répétés du gouvernement tibétain en exil pour que personne ne s’engage dans des actes aussi radicaux, les immolations continuent. Un Livre blanc édité par le gouvernement tibétain à Dharamshala l’an dernier expose les raisons fondamentales derrière cette vague continue d’immolations au Tibet et l’escalade alarmante dans les protestations ces dernières années. Les principales raisons à ces ardentes protestations listées dans le rapport de 91 pages sont la répression politique, les vues sur le Tibet et la politique tibétaine des dirigeants communistes chinois, l’assimilation culturelle, la destruction du bouddhisme tibétain. De plus, la discrimination sociale, l’étouffement de la langue tibétaine, la destruction de l’environnement, la fin du mode de vie des nomades tibétains et leur marginalisation économique, les transferts de populations et le programme de développement chinois vers l’ouest sont d’autres raisons données dans ce rapport. (Lire et télécharger le Livre blanc) Le Parlement tibétain exhorte la Chine de mettre fin à la répression Le Parlement tibétain en exil a exhorté le gouvernement chinois à mettre fin à ses politiques répressives au Tibet et à répondre aux véritables griefs des Tibétains.

« Nous renouvelons fermement notre appel au gouvernement chinois afin qu’il mette fin à ses politiques dures au Tibet et qu’il réponde aux aspirations des Tibétains dans et hors du Tibet pour le retour de Sa sainteté le Dalai Lama au Tibet, et pour la liberté et les droits de l’homme des Tibétains, et qu’il entame immédiatement un dialogue pour résoudre la question du Tibet » dit le Parlement tibétain en exil dans une résolution votée aujourd’hui. (Le Parlement tibétain en exil émet une Résolution de solidarité)

La résolution demande instamment aux membres du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies de convoquer une session urgente sur la question du Tibet et d’envoyer des commissions d’enquêtes pour évaluer l’urgence de la situation au Tibet.

http://www.tibetan.fr/?Deux-moines-tibetains-s-immolent

 

17 Mars 2014

La Chine intimide les Tibétains par une démonstration de force le jour anniversaire du soulèvement

Anticipant des protestations de la part de Tibétains en colère après plus de 5 décennies d’occupation le 10 mars, jour du 55ème anniversaire de leur soulèvement, la Chine a procédé à une démonstration de force massive et très intimidante dans les régions de peuplement tibétain de la République Populaire de Chine (service tibétain de Radio Free Asia, Washington, le 12 mars). Selon le rapport qui cite une source locale, la police et des unités paramilitaires participant à cette démonstration de force étaient « bien armées et très intimidantes ». Elles comprenaient des cortèges de véhicules blindés et des mouvements « menaçants » des troupes en uniforme.

Les unités stationnées le long des routes principales menant aux sièges des comtés cherchaient et interrogeaient les voyageurs tibétains, dit le rapport citant la source.

A Lhassa, la capitale historique du Tibet, la police et les unités paramilitaires ont mené le 9 mars un exercice commun ayant pour but affiché de « protéger la stabilité » et d’empêcher les immolations et autres protestations.

Les cibles particulières étaient les préfectures tibétaines de Chabcha (en chinois : Gonghe) et les comtés de Trika dans la préfecture de Tsolho (Hainan), et le comté de Bayan Khar (Hualong) dans la préfecture de Tsoshar (Haidong), toutes deux dans la province du Qinghai. Par ailleurs, le déploiement de forces a aussi été signalé dans le comté de Sangchu (Xiahe), préfecture de Kanlho (Gannan) dans la province du Gansu.

La Chine a imposé des contrôles serrés sur les échanges d’information à travers le plateau tibétain, rendant extrêmement difficile l’obtention d’informations même rudimentaires sur la situation dans les régions de peuplement tibétain.

http://www.tibetan.fr/?La-Chine-intimide-les-Tibetains



17 Mars 2014

Le Comité du Sénat italien vote une résolution sur le Tibet

DHARAMSHALA : Le Comité spécial pour la protection et la promotion des droits de l’homme au Sénat italien a adopté une résolution sur le Tibet. La résolution s’est appuyée sur le fond d’un témoignage de Kalon Dicki Chhoyang du Département de l’information et des relations internationales de l’Administration Centrale Tibétaine, au sénat italien en décembre dernier.

Dans son témoignage, Kalon Dicki Chhoyang a parlé de situation tragique au Tibet sous oppression du gouvernement chinois, des efforts sans relâche et de l’engagement des Tibétains pour préserver leur dignité et la culture tibétaine. Elle a demandé au Sénat italien de presser le gouvernement chinois d’engager le dialogue avec les envoyés de Sa Sainteté le Dalai Lama afin de trouver une solution à la question du Tibet par le biais de la voie médiane.

La résolution adoptée la semaine dernière par le Comité des droits de l’homme du Sénat italien demande instamment au gouvernement chinois de « cesser sur le champ l’oppression du peuple tibétain, et de reprendre le dialogue avec les envoyés de Sa Sainteté le Dalai Lama pour la mise en œuvre d’une véritable autonomie du peuple tibétain. »

Exprimant sa déception à propos de l’échec du dialogue sino-européen pour améliorer la situation des droits humains du peuple tibétain selon toute mesure significative, elle insiste sur le fait que la Chine devrait redoubler d’efforts pour s’attaquer à la situation des droits humains du peuple tibétain dans le cadre du dialogue sino-européen sur les droits de l’homme.

Elle presse les autorités chinoises de respecter la liberté de langue et de culture du peuple tibétain et d’autoriser l’enseignement du tibétain dans les écoles tibétaines.

La résolution renouvelle fermement son appel au Parlement européen pour demander instamment aux autorités chinoises d’assurer l’accès permanent et ininterrompu au Tibet pour la presse, les diplomates dont les officiels de l’UE, et les étrangers en général.

Le Sénat a également pressé les Nations Unies, et particulièrement le Haut commissaire aux droits de l’homme et le Conseil des droits de l’homme, de surveiller la situation des droits humains au Tibet. Elle a mis l’accent sur le fait que les autorités chinoises devraient se conformer aux demandes en suspens des Nations Unies et d’autres organisations pour les droits de l’homme pour se rendre au Tibet.

http://www.tibetan.fr/?Le-Comite-du-Senat-italien-vote



12 Mars 2014

La seconde série des ateliers “responsabilisation des nonnes et analyse des besoins” commence

 

DEHRADUN : La seconde série des ateliers « responsabilisation des nonnes et analyses des besoins », organisés par le bureau pour le fond de développement social et des ressources du bureau de la responsabilisation des femmes des l’Administration Centrale Tibétaine, a débuté aujourd’hui à la nonnerie Sakya Rinchen Choeling de l’implantation tibétaine de Dickyiling dans l’Etat d’Uttrakhand dans le nord de l’Inde. Le programme concernera plus de 330 nonnes de Sakya College, Drikung Samten Ling (près de Dehradun), Retna Menling à Solan, Dongyud Gatsel Ling à Tashi Jong et le Palpung Sherabling à Bir jusqu’au 28 mars.

La première série des ateliers s’est tenue dans 5 nonneries autour de Dharamsala en 2012 et a concerné 275 nonnes.Mme Namgyal Lhamo Taklha, directrice de la nonnerie de Drikung, Khenpo Rangdrol, chef du monastère de Drikung, le Dr Sonam Wangmo de la branche de Dickyiling de la Tibetan Medical Astrology, et le Dr Tenzin Ngadon de la branche Shimla de la Tibetan Medical Astrology sont les animateurs des ateliers autour de Dehradun et Solan.

Rev. Lobsang Dechen, adjoint au directeur du Tibetan Nuns Project, Mme Tenzin Dhardon Sharling, membre du Parlement tibétain en exil, et le Dr Tenzin Lhadon, un ancien médecin de Sa Sainteté le Dalai Lama, seront les animateurs des prochains ateliers près du camp de Bir. Les officiels de l’implantation tibétaine participeront aux ateliers.

S’adressant à Tibet.Net à propos des ateliers, Mme Tenzin Tseyang, coordonatrice du programme de responsabilisation des femmes, dit : « l’objectif du programme est d’attirer l’attention d’un maximum de nonnes sur la politique de responsabilisation des femmes et sur les concepts connexes, de motiver les nonnes pour une totale utilisation des opportunités offertes telles que se présenter aux examens de Geshema, viser des objectifs supérieurs et principalement d’étudier et de comprendre l’éducation, la santé, et l’état du leadership des nonnes tibétaines. Les nonnes ont eu une influence très positive pendant la première session des ateliers, où leur confiance a été accentuée, elles étaient motives, et ont appris beaucoup de nouvelles choses ; par conséquent un résultat semblable est attendu pendant ce programme également.”

http://www.tibetan.fr/?La-seconde-serie-des-ateliers



16 Mars 2014

Un moine s’immole dans une région tibétaine

PÉKIN, Chine – Un moine s’est immolé, dimanche, dans une région tibétaine du nord-ouest de la Chine, a rapporté l’agence de nouvelles officielle du pays.

Un bref communiqué de l’agence Xinhua a annoncé que le moine provenait du monastère Shaderi dans la préfecture autonome tibétaine de Huangnan, dans la province de Qinghai. La police locale s’est précipitée sur les lieux. Le communiqué ne donnait pas d’autres détails.

Selon un représentant du bureau de la sécurité publique du comté de Zekog, le moine s’est immolé à l’extérieur du monastère. Il n’a pas voulu donner plus de détails ni révéler l’identité du moine. Le gouvernement du comté n’a pas répondu aux appels des journalistes.

La province de Qinhai est voisine du Tibet. Plus de 100 personnes se sont immolées dans des régions tibétaines depuis 2009 pour protester contre les restrictions de la Chine sur le bouddhisme et le dénigrement de leur chef spirituel, le dalaï lama, en exil en Inde depuis de nombreuses années.

Le gouvernement soutient que les immolations sont dues à des forces étrangères hostiles qui veulent séparer le Tibet de la Chine.

http://www.tibetan.fr/?Un-moine-s-immole-dans-une-region



13 Mars 2014

Le Premier ministre tibétain proclame 2014 “année de Sa Sainteté le Dalai Lama”

DHARAMSHALA, 10 mars : Le gouvernement tibétain en exil à annoncé aujourd’hui que 2014 sera observée officiellement comme l’année de Sa Sainteté le Dalai Lama pour rendre hommage à son leadership visionnaire et sa contribution au Tibet et au monde.

Le chef spirituel tibétain, Sa Sainteté le Dalai Lama, revenu de sa tournée aux Etats-Unis, n’a pas assisté aujourd’hui à la commémoration officielle du 55ème anniversaire du soulèvement national tibétain. Après avoir transmis ses pouvoirs politiques à un dirigeant élu en 2012, le Nobel âgé de 78 ans est resté depuis l’an dernier à l’écart des commémorations du soulèvement national tibétain.

« Depuis l’âge de 16 ans, Sa Sainteté le Dalai Lama a œuvré pour le Tibet et a fait connaître au monde le Tibet et les Tibétains. Grâce à lui, nous pouvons vivre en exil en gardant la tête haute » a dit ici le Premier ministre tibétain Lobsang Sangay dans son discours à l’occasion du 55ème anniversaire du soulèvement national tibétain.

Le premier ministre Sangay a hissé le drapeau national tibétain alors que l’hymne national tibétain était chanté. Une minute de silence a été observée pour rendre hommage aux Tibétains qui ont perdu la vie pour la cause du Tibet.

Le Premier ministre tibétain a également renouvelé l’engagement de son gouvernement dans la voie du milieu pour résoudre la question tibétaine. « Une véritable autonomie pour le Tibet par le biais de la voie médiane aspire à remplacer la répression politique par la liberté fondamentale, la marginalisation économique par la responsabilisation économique, l’assimilation culturelle par la promotion culturelle et la destruction de l’environnement par la protection de l’environnement. »

Il a également envoyé un message aux Tibétains du Tibet, disant que le gouvernement tibétain en exil écoute leurs appels à mettre fin à la répression et aux souffrances. « Notre voyage pourrait être long et les défis peuvent sembler décourageants mais nous y parviendrons » a-t-il ajouté.

Il a aussi noté que si les Tibétains demeurent unis, et apportent les riches traditions des anciens pour interagir avec l’innovation et le dynamisme de la jeune génération, le gouvernement chinois devrait répondre aux aspirations des Tibétains.

Le diplômé en droit d’Harvard, qui détient aussi le portefeuille du ministère de l’éducation, a également souligné l’importance de l’éducation moderne pour résoudre la crise tibétaine. « C’est la combinaison des valeurs traditionnelles et de l’éducation contemporaine qui maintiendra notre lutte solide, dynamique et redoutable. » Dans sa déclaration officielle, le Parlement tibétain en exil a exprimé sa solidarité avec les Tibétains au Tibet pour leurs « actes totalement désintéressés et très courageux ». Il a également noté que les protestations continuelles contre le gouvernement chinois par immolation sont nourries par la répression politique, l’assimilation culturelle, la marginalisation économique, la discrimination ethnique, le déplacement des nomades et la destruction de l’environnement.

Depuis 2009, 127 Tibétains se sont immolés par le feu au Tibet pour protester contre l’occupation du Tibet par la Chine et contre sa politique dure.

A l’issue des manifestations officielles, Dicki Chhoyang, ministre de l’information et des relations internationales a dévoilé une statue haute de 2m de Tapey, le premier Tibétain à s’être immolé au Tibet. Un groupe de soutiens chinois avait fabriqué la statue qui sera érigée près du mémorial des martyrs à l’entrée du Tsulagkhang.

Le 10 mars 1959, les Tibétains de la capitale Lhassa se sont soulevés contre les forces d’occupation chinoises, ce qui a conduit à la mort de milliers de Tibétains et finalement à la fuite du Dalai Lama en exil. Chaque année, les Tibétains observent ce jour la « journée du soulèvement national » partout dans le monde.

http://www.tibetan.fr/?Le-Premier-ministre-tibetain



12 Mars 2014

Début de la session budgétaire au Parlement

DHARAMSHALA : La session budgétaire 2014-2015 du Parlement tibétain en exil a débuté aujourd’hui, après l’inauguration de son nouveau bâtiment par Sa Sainteté le Dalai Lama.

Dans son discours d’ouverture, M. Penpa Tsering, Président du Parlement tibétain en exil, a dit avoir promis à Sa Sainteté le Dalai Lama plus tôt dans la journée que le gouvernement tibétain dirigera ses efforts collectifs pour la cause commune du peuple tibétain.

Le Parlement a voté une résolution pour exprimer ses condoléances à tous les Tibétains qui ont sacrifié leur vie pour la cause du Tibet, et sa solidarité avec les membres de leurs familles. La résolution prie aussi pour leur aspiration de voir Sa Sainteté le Dalai Lama revenir au Tibet, et pour que les Tibétains soient réunis dans leur patrie.

Le Parlement a aussi voté des résolutions afin d’exprimer ses condoléances pour le décès de 2 anciens membres du Parlement tibétain en exil, M. Gedun Jinpa et M. Lobsang Wangyal.

http://www.tibetan.fr/?Debut-de-la-session-budgetaire-au



12 Mars 2014

Le Dalai Lama rencontre la délégation du CESE à Dharamsala

 

Le Président du Comité économique et social européen, Henri Malosse, était l’invité spécial et intervenant aux cérémonies du 55e anniversaire du soulèvement du Tibet qui ont eu lieu aujourd’hui à Dharamsala (Inde). En tant que premier Président d’une institution européenne ayant rencontré le gouvernement en exil du Tibet, il a ainsi souhaité rendre hommage aux victimes de la répression au Tibet et à travers eux, à toutes les personnes privées de liberté en Chine et partout dans le monde.

"La question tibétaine est universelle", a déclaré Henri Malosse au pupitre, "c’est une question de liberté, de démocratie et de solidarité, qui sont les valeurs fondatrices de l’Union européenne". A ce titre, l’Europe a reçu ces valeurs en héritage et a la charge de les défendre partout où elles sont en danger, à la recherche d’une solution durable. Ainsi, l’approche tibétaine dite "Middle way" ou "Umaylam" et le dialogue avec la Chine doivent être soutenus. C’est cette même approche qui appelle à un engagement européen dans les derniers évènements en Crimée, non pas en suivant les autres acteurs comme les Russes ou les Américains, mais en étant plus cohérent et en imposant un dialogue avec toutes les parties prenantes. Cette position était portée par l’ensemble de la délégation des membres du CESE présents : Anne-Marie Sigmund, Madi Sharma et Tomasz Jasiński.

Le Président du CESE a loué la volonté de la communauté tibétaine en exil à travers son niveau d’organisation, ses structures démocratiques et l’engagement de sa société civile à l’image de son active Chambre de commerce. Le peuple tibétain a ainsi montré la force d’un peuple qui lutte pour sa dignité depuis plus d’un demi-siècle. Même si la route leur parait parfois sans fin, une solution peut émerger de façon inattendue, comme cela a été le cas pour le rideau de fer en Europe même si les Européens luttent encore toujours contre son possible retour. "Le Dalai Lama parlait de ce qu’il y avait "au-delà de la religion" comme l’éthique ou une approche universelle" déclarait Henri Malosse "je soulignerais pour ma part que nous devons chercher ce qu’il y a "au-delà des empires" en politique pour trouver une façon durable de vivre ensemble pour le bien-être de tous les peuples".

Henri Malosse a conclu son intervention en citant le Dalaï Lama "J’espère que le 21e siècle sera un siècle de paix, un siècle de dialogue, un siècle duquel une humanité plus solidaire, responsable et compatissante émergera".

Photos par : Anthony Micallef

http://www.tibetan.fr/?Le-Dalai-Lama-rencontre-la



11 Mars 2014

La survie de la culture et la religion tibétaines est vital, dit Sa Sainteté le Dalai Lama.

DHARAMSHALA : Décrivant la culture et la religion tibétaines comme un trésor pour le monde, Sa Sainteté le Dalai Lama a dit que les Tibétains doivent s’efforcer de garder leur culture et leur religion vivantes pour le soutien durable de la communauté internationale à la question du Tibet.

« En tant que Tibétains, nous devons préserver notre identité, notre culture et notre religions, uniques. Si nous pouvons préserver notre culture et notre identité, le soutien international à la cause tibétaine durera » a dit Sa Sainteté le Dalai Lama dans son discours aux membres du Parlement en exil après l’inauguration du nouveau bâtiment.

Sa Sainteté a souligné que la langue tibétaine est l’un des facteurs d’union du peuple tibétain les plus forts. De plus, la langue tibétaine est la seule langue dans laquelle le bouddhisme issu de l’école indienne de Nalanda est préservé, a-t-il dit, ajoutant que la langue et la culture tibétaines sont devenues un trésor inestimable pour le monde. Le meilleur moyen pour les Tibétains de préserver leur culture et leur religion, et de les faire résonner, est l’étude.

Sa Sainteté a dit que suite à la passation de ses pouvoirs politiques, il concentrerait ses efforts sur la promotion de la responsabilité universelle et de l’harmonie religieuse dans le monde.

En tant que Tibétain, Sa Sainteté a dit continuer à faire des efforts constants pour garder vivantes la culture, la religion et l’identité tibétaines, comme un peuple à part. En retour, cela aide la cause tibétaine, a-t-il ajouté.

Sa Sainteté le Dalai Lama a ensuite dit que ses aspirations et sa vision à long terme pour démocratiser la communauté tibétaine ont trouvé leur aboutissement dans la transmission de son autorité politique à un dirigeant démocratiquement élu en 2011. Il a dit que l’Administration Centrale Tibétaine n’est plus à présent tributaire d’une seule personne.

Il a dit que la question du Tibet devait être résolue par une approche réaliste et qui bénéficie mutuellement aux Chinois. Ainsi, les Tibétains doivent adopter une approche réaliste et raisonnable pour que le soutien de la communauté internationale perdure. La durabilité de la mobilisation pour le Tibet jusqu’à présent est due aux efforts collectifs de l’ancienne génération, dit Sa Sainteté. « Nous rendons hommage aux efforts et à la contribution des anciens parlementaires tibétains et membres du Kashag. »

Il a également parlé de l’importance de la responsabilité des jeunes dans le mouvement pour la liberté des Tibétains. « La jeune génération de Tibétains est très fortement impliquée dans la cause du Tibet. Il est temps pour la jeune génération de prendre le relais des responsabilités de l’ancienne génération » a-t-il dit.

Sa Sainteté a aussi parlé du besoin d’éthique et d’harmonie religieuse dans le monde. Il a dit que l’Inde était un parfait exemple de pays harmonieux en raison de sa démographie où plusieurs religions cohabitent en paix entre elles.

http://www.tibetan.fr/?Nourrir-la-culture-et-la-religion



5 Mars 2014

Sikyong s’adresse à la communauté tibétaine de Etats-Unis pour le nouvel an

MINNESOTA : Dans son discours à la communauté tibétaine du Colorado le 28 février 2014, Sikyong a mis l’accent sur l’importance de la préservation de la culture et de la langue tibétaines, et en particulier sur la connaissance des propres racines familiales, parents et grands-parents. Il a également informé sur les efforts entrepris par l’Administration Centrale Tibétaine pour s’engager avec le gouvernement chinois, ainsi que sur divers programmes et initiatives pour le bien-être de la communauté tibétaine en exil, particulièrement dans le domaine de l’éducation des enfants tibétains. La communauté tibétaine a exprimé sa grande joie envers les efforts de Sikyong et du Bureau du Tibet pour l’organisation de la rencontre entre Sa Sainteté le Dalai Lama et le président américain Barack Obama le 21 février. Auparavant, l’Université Naropa a également tenu une réception autour d’un thé avec un groupe d’environ 100 personnes, où Sikyong s’est exprimé sur l’évolution du système démocratique tibétain en exil.

Au Minnesota, Sikyong s’est joint à Sa Sainteté le Dalai Lama pour célébrer le nouvel an tibétain (Losar) le 2 mars, avec la communauté tibétaine locale. Après avoir accueilli Sa Sainteté et la communauté tibétaine, Sikyong a mentionné dans son discours que le peuple tibétain est plus que jamais déterminé à mener la lutte, mieux informé politiquement, et que le soutien à la politique de la voie du milieu est très fort, ce que Sa Sainteté à noté avec satisfaction. Plus tard dans l’après-midi, Sikyong a assisté à un spectacle culturel présenté par divers groupes de la communauté tibétaine, dont des étudiants en culture tibétaine du Minnesota.

Des représentants américains, Betty McCollum et Keith Ellison, ont aussi assisté à la célébration du Losar, et ont soutenu dans leur discours les aspirations des tibétains de l’intérieur, demandant instamment à la Chine d’engager le dialogue avec Sa Sainteté ou ses représentants. Dans son discours, le maire de Minneapolis, Besty Hodges, a proclamé la journée « journée du Dalai Lama pour la paix et la compassion ». Les parlementaires tibétains d’Amérique du Nord Tashi Namgyal et Norbu Tsering, et le président des associations tibétaines d’Amérique du Nord, ont également assisté à la cérémonie du Losar au Minnesota.

Sikyong a également participé à la cérémonie du nouvel an avec la communauté tibétaine de Boston.

http://www.tibetan.fr/?Sikyong-s-adresse-a-la-communaute



5 Mars 2014

Sa Saintete le Dalai Lama aux Tibétains de Los Angeles : “Pas d’éducation sans compassion”

Los Angeles, 27 février : Le chef spirituel tibétain, Sa Sainteté le Dalai Lama, actuellement en visite aux Etats-Unis pour 3 semaines, a rencontré jeudi les Tibétains vivant en Californie du sud. Le chef tibétain a déclaré qu’une éducation moderne est importante pour un enfant. « Cependant, l’éducation n’est rien si elle n’est pas accompagnée d’un esprit vertueux et compatissant » dit Sa Sainteté.

Le prix Nobel de la paix 1989 a dit aux Tibétains qu’ils ne doivent jamais oublier leurs racines tibétaines, où qu’ils vivent, et quel que soit leur travail. Les Tibétains de l’intérieur sont très déterminés à préserver la langue et la culture tibétaines, et ils ont démontré à quel point ils étaient engagés, dit Sa Sainteté. « Ici, en exil, les jeunes générations vieillissent, et de nouvelles générations arrivent. Mais le sens d’être Tibétain ne doit jamais être perdu au cours de cette transition. »

Sa Sainteté a dit que les Tibétains vivant dans le monde libre doivent essayer d’être en mesure de représenter les aspirations des Tibétains qui vivent sous l’occupation chinoise, et d’être la voix qui leur est interdite.

Le leader tibétain a dit que les parents devraient encourager leurs enfants à parler tibétain à la maison, afin de préserver la langue tibétaine ; bien que la langue tibétaine n’ait pas été d’un grand secours dans l’apprentissage académique moderne, elle contribue cependant de manière importante à la communication des grands enseignements du bouddhisme tibétain.

Sa Sainteté a déclaré que les grands canons bouddhistes de Kagyur et Tengyur ne devraient pas nécessairement être considérés comme des textes strictement religieux, mais qu’ils fournissent une compréhension profonde de la psychologie et de l’étude de la pensée humaine. Le leader tibétain a dit que les anciens textes bouddhistes sont toujours pertinents et utiles dans le monde d’aujourd’hui. Beaucoup de gens en Occident, dont les neuroscientifiques, montrent de l’intérêt pour la pertinence du bouddhisme tibétain dans la science moderne. « Ces grands textes ne sont pas en anglais ou dans tout autre langue étrangère, mais en tibétain. C’est pourquoi vous devez leur prêter attention, non pas en tant que sujets religieux, mais comme tout autre sujet d’étude. » A propos de sa passation de pouvoirs il y a 2 ans, Sa Sainteté a dit qu’il avait pris la décision non pas parce qu’il était découragé ou qu’il se soustrayait de ses responsabilités, mais parce que l’Etat tibétain avait besoin d’être libéré du pouvoir d’un seul homme, et devait bénéficier d’une gouvernance basée sur les principes de la démocratie.

Sa Sainteté sera au Minnesota le 1er mars, pour le 26ème forum annuel du prix Nobel de la Paix organisé par le forum du prix Nobel de la Paix et le collège Augsburg de St Paul. Il participera aux célébrations du nouvel an tibétain le 2 mars, son premier nouvel an tibétain hors de l’Inde, son pays d’adoption depuis son exil en 1959.

http://www.tibetan.fr/?Le-Dalai-aux-Tibetains-de-Los



5 Mars 2014

 
Un rapport américain qualifie la violation des droits de l’homme au Tibet de grave tout au long de l’année 2013

(TibetanReview.net, 2 mars 2014) – Le 27 février, le Département d’Etat américain a qualifié la répression chinoise au Tibet de grave tout au long de l’année 2013, six jours après que le Président Obama a accueilli à la Maison Blanche le chef spirituel tibétain en exil, le Dalai Lama. La constatation figure dans un chapitre spécialement consacré au Tibet dans le rapport annuel du Département d’Etat sur la pratique des droits de l’homme par pays en 2013.

Le rapport se concentre sur une liste de graves violations des droits humains au Tibet, dont la détention arbitraire continue de Tibétains pour des durées indéterminées, les exécutions, la torture, les arrestations arbitraires, et les assignations à résidence. Il traite particulièrement des nouvelles politiques chinoises mises en place, « qui punissent les amis, les parents, et les associés des immolés ». Il relève que la nouvelle politique a entraîné la condamnation de près de 90 Tibétains (dans les seules provinces du Qinghai et du Gansu), y compris à la peine de mort.

Selon le rapport, le Tibet soit disant autonome manque réellement d’autonomie, les Tibétains n’y jouant aucun rôle significatif dans la protection de leur héritage culturel et de leur environnement naturel unique.

Le rapport dit que « l’exclusion économique et sociale » est un facteur déterminant du mécontentement parmi les Tibétains. Il détaille également les tentatives de la Chine visant à dissimuler la situation réelle qui résulte de sa politique au Tibet, dont le refus persistant d’accès à la région pour les diplomates étrangers, les journalistes, et même les touristes avant les dates anniversaires politiquement sensibles, comme celle du soulèvement national tibétain du 10 mars.

Le chapitre particulier consacré au Tibet dans le rapport mondial annuel du Département d’Etat sur les droits de l’homme dans le monde a été mandaté par le Congrès en 2002.

La Chine a riposté par un rapport sur la situation des droits de l’homme aux Etats-Unis. Selon ce rapport, en se positionnant comme « juge mondial des droits de l’homme », le gouvernement américain a de nouveau, dans ses comptes-rendus récents, « attaqué de manière arbitraire et formulé des remarques irresponsables » sur la situation des droits de l’homme dans près de 200 pays et régions. Le rapport, intitulé « Rapport sur les droits de l’homme aux Etats-Unis en 2013 », a été émis par le bureau de l’information du Conseil d’Etat chinois, ou Cabinet.

http://www.tibetan.fr/?Un-rapport-americain-qualifie-la


1er Mars 2014

Les troubles en Ukraine suscitent l’espoir en Chine

 

Par Lu Chen, Epoch Times | 25 février 2014

Photo : 4 personnes en Chine en février 2014, tenant une banderole sur laquelle est écrit « Le peuple Ukrainien est libre à présent. Combien de temps le peuple Chinois devra t’il attendre ? ». La chute du gouvernement ukrainien est une bonne nouvelle pour beaucoup de Chinois (Weibo.com)

Trois mois de d’agitation civile en Ukraine ont mené à une victoire du peuple de ce pays, le Président Yanoukovitch ayant été poussé hors de Kiev le 22 février, il est à présent recherché par la police pour meurtres de masse. La tournure des évènements a conduit à des échanges enthousiastes entre internautes chinois, réjouis par la perspective, toutefois lointaine, de voir le Parti Communiste chinois s’effondrer également.

Des Chinois sont mêmes passés d’internet à la rue, arborant des banderoles disant « Le peuple Ukrainien est libre à présent. Combien de temps le peuple Chinois devra t’il attendre ? ».

De nombreux commentaires prônant un renversement du régime chinois à la façon ukrainienne ont été accessibles de manière temporaire : la surveillance d’internet par le Parti Communiste les a rapidement supprimés des principaux sites web et des réseaux sociaux de Chine.

‘Interdisons le Parti Communiste’

Des Chinois disent avoir été particulièrement inspirés par les photos en ligne d’Ukrainiens abattant des statues de Lénine, l’ancien dictateur de l’Union Soviétique. Un grand portait de Mao Zedong est toujours affiché sur la place Tienanmen à Pékin, et l’héritage violent du communisme en Chine est régulièrement occulté par le Parti.

« La raison pour laquelle l’Ukraine a échoué dans le processus de démocratisation et de construction de la constitution est qu’elle n’a pas interdit le communisme et le Parti » dit Ye Gongmo, un entrepreneur chinois. Comme beaucoup qui ont partagé son point de vue sur l’Ukraine, il a écrit sur Sina Weibo, une plateforme équivalente de Twitter en Chine, qui a subi une pression croissante des autorités ces derniers temps.

« Renverser les statues de Lénine signifie que l’Ukraine nettoie les restes du communisme et accueille une véritable constitution ». « Si l’Ukraine annonce que le Parti Communiste est interdit en Ukraine, j’annonce que le Parti Communiste est interdit partout dans le monde » dit Netizen Xiaosa Kunlunxia.

Un Focus sur les troubles

La télévision centrale chinoise, parole officielle du Parti Communiste chinois, a largement couvert les évènements en Ukraine, mais sa perspective était différente de celles des agitateurs sur internet. Le message de fond des reportages de CCTV était simple : manifester contre le gouvernement mène au chaos.

Cela a changé le 22 février, quand Yanoukovitch a fui. Les reportages ont été brusquement interrompus. « Tous les reportages de CCTV sur les incendies, les protestations violentes, les troubles en Ukraine ont rendu ma vie plus douce que le miel » dit Gao Jian, un avocat chinois. « Mais soudain il n’y a plus eu de nouvelles d’Ukraine » après la fuite de Yanoukovitch, a-t-il ajouté.

Après que les médias officiels ont vu que le peuple a remporté la victoire, que l’armée s’est révoltée, et que le président s’est échappé, « CCTV a basculé pour se concentrer sur la renaissance du militarisme japonais ». L’internaute Xao Li a déploré que les médias officiels n’aient jamais mentionné les raisons pour lesquelles le peuple s’est révolté contre le gouvernement. « Ils n’osent pas dire combien le peuple ukrainien haïssait la corruption du gouvernement ».

Mémoire de massacres

La violente répression des manifestants par l’ancien gouvernement ukrainien a rappelé à beaucoup de personnes en Chine la façon dont le Parti Communiste a écrasé le mouvement démocratique en Chine en 1989, quand des blindés et des mitrailleuses ont été utilisés pour tuer des manifestants non armés. « L’issue est si différente » pleurent des internautes.

Certains ont souligné que Yanoukovitch a ordonné une répression qui a fait 82 morts parmi les manifestants, et à présent un mandat d’arrêt a été émis contre lui. Les militaires chinois ont pour leur part tué des centaines voire des milliers de personnes, et les activités destinées à s’en souvenir sont interdites et interrompues en Chine.

http://www.tibetan.fr/?Les-troubles-en-Ukraine-suscitent



1er Mars 2014


Un prisonnier Tibétain libéré par crainte de son décès en detention

 

Phayul[mardi 25 février 2014, 21h33]

DHARAMSHALA, 25 février : les autorités chinoises du comté de Machu ont libéré un prisonnier politique en mauvaise santé, de peur qu’il décède en détention, rapporte Radio Free Asia.

Goshul Lobsang, 43 ans, s’est affaibli et a souffert de douleurs constantes en raison de la torture et des coups subis en prison, dit une source tibétaine. Les autorités chinoises l’ont relâché le 27 octobre l’an dernier, craignant des répercussions s’il décédait en prison, ajoute la source.

Lobsang avait lancé une manifestation contre le gouvernement à Belpen, comté de Machu, en 2008, quand les manifestations ont secoué le plateau tibétain. Il s’est caché quand les autorités ont commencé à arrêter les Tibétains impliqués dans les manifestations. Cependant, il a été arrêté en mai 2010 par des officiels du Bureau de la sécurité publique du comté de Machu.

Lobsang vit avec son épouse Tarey et leurs deux enfants. Il avait étudié à l’école pour adultes (à present fermée) du TCV Suja en 1992.

http://www.tibetan.fr/?Un-prisonnier-Tibetain-libere-par



1er Mars 2014

Pour échapper à l’arrestation, un jeune Tibétain se poignarde
DHARAMSHALA, 25 février : Selon des sources en exil, un Tibétain s’est poignardé à mort à Chamdo, comté de Markham, le 20 février, pour échapper à l’arrestation par les autorités chinoises.Tashi Tsering, 28 ans, s’est poignardé devant la police chinoise quand elle s’est approchée pour l’arrêter au motif de sa soit- disant implication dans les manifestations anti-chinoises de 2088 dans la région.A la suite des manifestations contre le gouvernement chinois en 2008, les autorités ont émis des mandats d’arrêt contre Tsering pour “vandalisme et fauteur de troubles” dans la région. Tsering avait échappé à l’arrestation et il était en fuite.Pendant ce temps, les autorités chinoises ont détenu 12 moines du monastère Khenpolung de Chamdo, le 15 février, pour avoir partagé des images du chef Tibétain en exil, le Dalai Lama, et avoir parlé du Tibet sur WeChat. Apprès une série d’interrogatoires, les moines ont été relâchés le 21 février, suite à des appels à leur libération


http://www.tibetan.fr/?Pour-echapper-a-l-arrestation-un


1er Mars 2014

Les députés espagnols votent la loi restreignant la justice universelle

La Chambre des députés a adopté ce jeudi le texte très controversé qui restreint le concept de justice universelle.

La notion de justice universelle permet, en vigueur jusqu’à présent en Espagne, permet aux tribunaux d’enquêter sur des faits commis à l’étranger. Les députés espagnols ont voté ce jeudi 27 février une loi restreignant ce concept de justice universelle.

Critiqué par la gauche et les défenseurs des droits de l’homme, qui accusent la droite au pouvoir de sacrifier ses droits aux intérêts économiques ou diplomatiques, le texte a été approuvé avec les voix du Parti populaire (PP), du chef du gouvernement Mariano Rajoy, majoritaire au Parlement.

La législation actuelle, qui permet aux tribunaux d’entamer des poursuites à l’international, par exemple sur des faits de génocide, "est pleine de promesses et génère de grandes attentes", mais "les années passent, cela n’aboutit à aucun résultat et de plus cela provoque des conflits" avec d’autres pays, avait affirmé à la mi-février le porte-parole du PP au Congrès des députés, Alfonso Alonso.

Désormais, un particulier ou à une organisation non-impliqué dans une affaire ne pourra plus déclencher une procédure visant des faits commis à l’étranger.

http://www.tibetan.fr/?Les-deputes-espagnols-votent-la

lien : http://actu.orange.fr/une/les-deput...

APACT  
 


Association Humanitaire exclusivement composée de bénévoles qui vient en aide aux réfugiés tibétains qui mènent la vie de l'exil et du dénuement dans les camps installés depuis 55 ans en INDE et au NEPAL.












 
Apact sur Facebook  
   
Publicité  
   
Site Internet.  
 
Association Paloise pour l'Art et la culture du Tibet archives 1986-2008


APACT sur Facebook




http://perso.numericable.fr/apact


Galerie de photos


"Mainpat 2009" le film


"Mainpat 2011" le film


"Mainpat 2013"


"Le Lion des Neiges"Film documentaire de Claude Le Gallou




PARRAINAGES DE COMMUNES EUROPEENNES AVEC DES COMMUNES TIBETAINES


Hommage à Phurbu Dolma




Beru Khyentse Rinpoche à Pau Aout 2013




Prisonniers Tibétains


Discours de Monsieur Robert BADINTER, Ancien Ministre de la Justice Lors du RASSEMBLEMENT EUROPEEN POUR LE TIBET à PARIS le 14 mars 2015.

 
Siège Social.  
 

 
Adresse postale.  
 

---------- Contact ----------
info@apactpau.fr
apactpau@yahoo.fr
apactpau@free.fr
apact64@yahoo.fr - webmaster
 
visiteurs  
 
 
Visiteurs. 283885 visiteurs (656604 hits)