Pau Tibet
Rubriques  
  Infos
  => Janvier 2016
  => Février 2016
  => Mars 2016
  => Avril 2016
  => Mai 2016
  => Juin 2016
  => Juillet 2016
  => Aout 2016
  => Septembre 2016
  => Octobre 2016
  => Novembre 2016
  => Décembre 2016
  => Janvier 2017
  => Février 2017
  => Mars 2017
  => Avril 2017
  => Mai 2017
  => Juin 2017
  => Juillet 2017
  => Aout 2017
  => Septembre 2017
  => Octobre 2017
  => Novembre 2017
  => Décembre 2017
  => Janvier 2018
  => Février 2018
  => Mars 2018
  => Avril 2018
  => Mai 2018
  => Juin 2018
  => Juillet 2018
  => Aout 2018
  => Septembre 2018
  Année 2016
  Année 2015
  Année 2014
  Année 2013
  Année 2012
  Année 2011
  Année 2010
  Année 2009.
  Historique de l'APACT.
  Hommage à Phurbu
  Rencontre de Denise Campet Puntsok Drolma avec S.S. Dalaï Lama.
  Mainpat 2007
  Mainpat 2009
  Mainpat: travaux et projets.
  Mainpat 2011
  Mainpat 2013
  Mainpat 2014
  Mainpat 2015
  Mainpat 2016
  Mainpat 2018
  Bodnath le 10 Mars 2009.
  Pokhara 2009
  Dharamsala 2009
  Salle de classe du monastère de Pawo Rinpoché au Népal.
  Université de Bengalore
  Les écoles en Inde, Népal et Bouthan
  Gandhi School Mainpat Mai 2012
  Parrains et Filleuls.
  Témoignages des filleuls
  Parrainage.
  A.G. de l'APACT 16 Mai 2009.
  A.G de l'APACT 8 Mai 2010
  A.G de l'Apact le 14 Mai 2011
  A.G de l'Apact le 12 Mai 2012
  A.G de l'Apact le 20 Avril 2013
  A.G de l'Apact le 13 Avril 2014
  AG de l'Apact le 10 Avril 2015
  A.G de l'Apact le 2 Avril 2016
  AG de l'Apact le 22 Avril 2017
  Fête annuelle de l'APACT.
  Fête annuelle de l'APACT 2010.
  Fête annuelle de l'APACT 2011
  Fête annuelle de l'Apact 2012
  Fête annuelle de l'APACT 2013
  Fête annuelle de l'APACT 2014
  Fête annuelle de l'APACT 2015
  Fête annuelle de l'APACT 2016
  Fête annuelle de l'APACT 2017
  Béru Khyentsé Rinpoché à Pau.
  Actualité PAU.
  Exposition peintures Tashi Norbu
  Méssage de SS Dalaï Lama au peuple Tibétain.
  Déclaration Universelle des Droits de l'Homme.
  Discours de Mr Badinter le 14 Mars 2015
  Prisonniers Tibétains
  Seisme du Népal 2015
  Galerie
  Partenaires.
  Exposition du 18 au 25 Février 2017
  10 Mars 2017 à Pau
Avril 2018
22 Avril 2018

Disparition d’une pèlerine tibétaine

D’après des sources tibétaines, une Tibétaine de 60 ans en pèlerinage pour Lhassa a été portée disparue ce mois-ci, après avoir été interrogée par la police. Le 28 mars, Lhamo Dolkar avait quitté avec plusieurs parents sa ville de Bora, dans la préfecture autonome tibétaine de Kanlho ( Gannan en chinois ).

Après une semaine de voyage, le groupe est arrivé dans le comté de Darlag (Dali en chinois), dans la préfecture autonome tibétaine de Golog (Guoluo en chinois ) et fut appréhendé par des agents de sécurités habillés en civil qui emmenèrent Lhamo Dolkar pour l’interroger.

A map of Qinghai province’s Golog (Guoluo) Tibetan Autonomous Prefecture, where several Chinese plainclothes security agents in took pilgrim Lhamo Dolkar away for interrogation early in April, 2018.

« Depuis lors, aucune nouvellela concernant, elle avait disparu » vient de déclarer Ngawang Tharpa, membre du Parlement du Tibet en exil à Dharamsala, en Inde.

« Les fonctionnaires du bureau public de sécurité ont même prévenu ses parents qu’ils devront faire face à de sévères conséquences s’ils rendaient public le cas de Lhamo Dolkar, »  a-t-il précisé pour RFA.

Une autre source tibétaine suggère que la femme tibétaine aurait été arrêtée pour avoir rendu visite, il y a six ans, à un prisonnier politique.

« En 2012, un moine du nom de Sangye Gyatso avait manifesté dans les rues de Bora, il appelait au retour de Sa Sainteté le Dalaï Lama. Après son arrestation par la police chinoise et sa mise en détention, Lhamo Dolkar lui a rendu visite et lui a apporté de la nourriture. Depuis ce moment, les autorités chinoises avaient commencé à la suspecter et à restreindre ses déplacements, » informait la source tibétaine.

« Les autorités chinoises ont gardé un œil sur elle et, lors des anniversaires du Dalaï Lama et des commémoration du 10 mars, elle est suivie et interrogée dès qu’elle quitte son domicile. »

Le 10 mars marque le soulèvement tibétain [en 1959] contre la prise de pouvoir de la Chine, évènement qui vit le Dalaï Lama fuir en exil en Inde.

« Lhamo Dolkar est une simple femme tibétaine, avec peu de conscience politique et sans éducation scolaire, » a précisé la source.


22 Avril 2018

23 enfants tués dans un accident d’autobus en Himachal Pradesh

 

C’est l’un des accidents les plus graves survenus sur les routes indiennes depuis le début de l’année. 27 personnes, dont 23 enfants, ont été tuées ce lundi lorsque leur autocar a chuté dans un profond ravin sur les contreforts de l’Himalaya, dans l’Himachal Pradesh, dans le nord de l’Inde, a annoncé la police.

« L’autocar a basculé dans une gorge profonde de 60 mètres, entraînant la mort de 23 écoliers, de deux enseignants et du chauffeur », a déclaré =la police locale, qui va « enquêter sur les causes de l’accident ».

L’autocar qui ramenait chez eux des élèves dans cette région montagneuse a basculé dans le ravin près de Nurpur, à environ 325 kilomètres de la capitale de l’Etat, Shimla. La plupart des enfants à bord de l’autocar, qui appartenait à une école, avaient entre 10 et 12 ans. Douze d’entre eux ont été hospitalisés en urgence, la plupart dans un état critique, a ajouté le policier, Santosh Patial.

Le chef du gouvernement tibétain en exil,  Dr Lobsang Sangay, a exprimé aujourd’hui ses condoléances suite à ce tragique accident.

L’accident s’est produit lundi 9 avril à Malkwal, près de Nurpur, dans le district de Kangra, où est basée l’Administration Centrale Tibétaine ainsi que Sa Sainteté le Dalaï Lama.

« C’est avec une profonde tristesse que j’exprime mes plus sincères condoléances aux habitants de l’Himachal Pradesh à la suite de cet accident tragique qui a tué 27 personnes, dont 23 enfants », a déclaré le Dr Sangay.

« Le peuple tibétain est dans l’Himachal Pradesh depuis près de six décennies, au cours desquelles les deux peuples ont partagé les joies et les peines ensemble. Par conséquent, la récente tragédie qui a frappé nos frères et sœurs est un coup dur pour le peuple tibétain.  »

« C’est pourquoi, au nom de tout le peuple tibétain, je tiens à offrir mes condoléances aux familles qui ont perdu des êtres chers et à d’autres personnes touchées par cet accident malheureux », a-t-il déclaré.

« Nos prières et nos pensées accompagnent les familles affectées en ce moment de deuil et de chagrin », a-t-il ajouté.


22 Avril 2018

Les femmes tibétaines défilent à la mémoire des femmes martyres du soulèvement de 1959

Les femmes tibétaines ont célébré le 59e soulèvement des femmes tibétaines le 12 mars 2018 dernier à Dharamshala, en Inde. Photo: TPI / Choenyi Sangpo

Retour sur le 12 mars dernier à Dharamshala où les femmes tibétaines célèbraient le 59°anniveraire du Soulèvement de 1959 à Lhassa, commémorant le rôle important qu’elles y ont joué. L’occasion aussi de débattre de la place de la femme et de l’égalité des sexes dans la communauté tibétaine.

Lors du rassemblement, l’association des femmes tibétaines a appelé le président Xi Jinping à reprendre les pourparlers avec les envoyés du Dalaï Lama, afin d’examiner de nouveau la politique répressive au Tibet, qui force les Tibétains, dit-elle, a recourir à l’auto-immolation en guise de protestation.

L’organisation a profité de l’occasion pour condamner la destruction des institutions monastiques de Larung Gar et Yarchen Gar, et a appelé l’ONU et les dirigeants internationaux à prendre les mesures sur la question.

 

 

En ce qui concerne la reconnaissance des lamas bouddhistes tibétains, la TWA* a de plus accusé l’Etat chinois d’ingérence dans la tradition religieuse en ces termes : « En tant que gouvernement communiste n’adhérant à aucune sorte de concept religieux, le gouvernement chinois n’a ni légitimité, ni crédibilité au sujet des affaires spirituelles, puisqu’elle considère la religion comme un poison. »

Abordant la position des femmes, Sonam Dolkar, ancienne directrice d’Académie et invitée d’honneur, a déclaré : « Les femmes d’aujourd’hui font face à de nombreux défis. Cependant, par la grâce de Sa Sainteté **, nous bénéficions de l’égalité des droits dans tous les domaines. Réactives, les femmes tibétaines ont saisi l’occasion pour exceller dans les études, y compris celles qui mènent au diplôme historique Geshema. »

A cette occasion, le Président du Gouvernement Tibétain en exil – CTA – Dr Sikyong Lobsang Sangay, a également pris la parole : « Fils par ma mère, mari par mon épouse, père par ma fille, je suis profondément convaincu de l’égalité et de l’autonomisation des femmes, non seulement dans la communauté tibétaine mais aussi globalement » a-t-il déclaré. «Les règles et réglementations du CTA*** prévoient l’égalité des chances pour les hommes et les femmes dans la recherche d’emploi et les salaires sans distinction de sexe aucune. Ainsi, les hommes comme les femmes ont de façon égale la possibilité de se présenter aux élections présidentielles ou accès aux postes de membres du Parlement, les plus hauts du CTA. »

« Il n’y a pas de discrimination fondée sur le sexe dans l’administration tibétaine. » Pourtant, Dr Sangay a admis la discrimination structurelle dans la communauté tibétaine.

« Malgré les progrès économiques et éducatifs de la communauté tibétaine acquis depuis les premiers jours de l’exil, il existe toujours une distinction de fait dans l’attitude de la communauté envers les femmes. Par exemple, une femme sera l’objet d’un regard plus sévère pour une faute similaire à celle qu’un homme aura commise. »

« Par conséquent, c’est dans ce domaine de l’ action que nous devons mettre davantage l’accent, afin de créer une société égalitaire non seulement sur le papier, mais aussi par notre attitude au quotidien. »

Le Dr Sangay a exhorté le public à participer et à coopérer avec l’administration tibétaine, afin de faire de l’émancipation des femmes un succès. Il a souligné que, sans participation du Peuple tibétain, la politique reste inefficace, fut-elle animée des meilleures intentions.

(Notes du trad. : * TWA : Tibetan Women Association, Association des Femmes Tibétaines ;

** le Dalaï Lama ;

***CTA : Central Tibetan Administration, Administration Centrale Tibétaine.


22 Avril 2018

Un nouveau rapport aux Nations Unies dévoile la violation systématique des droits de l’homme au Tibet

Le Bureau du Tibet à Genève a soumis un nouveau rapport sur les droits de l’Homme intitulé « Droits de l’Homme au Tibet » au Haut-Commissariat des Nations Unies aux Droits de l’Homme (HCDH).

Le rapport souligne que les objectifs de développement de la Chine violent systématiquement les droits économiques, sociaux et culturels du peuple tibétain. Il couvre aussi largement la marginalisation économique du peuple tibétain dans les rapports de croissance, le retrait forcé des nomades tibétains de leurs terres ancestrales, la violation de la liberté religieuse sous couvert de développement et l’intensification de la répression contre les défenseurs des droits humains tibétains. Le rapport se terminait par une liste de recommandations à la Chine sur la meilleure manière d’aborder les questions relatives aux droits de l’homme au Tibet.

Le rapport a également identifié des cas qui indiquent l’échec de la Chine dans la mise en œuvre des recommandations acceptées lors du précédent cycle d’examen en 2013. Les cas spécifiques comprennent la démolition massive et la destruction de Larung Gar, l’ingérence de l’État dans les affaires monastiques internes, les protestations par suicide et auto immolation, l’exploitation minière des montagnes sacrées du Tibet, la criminalisation des défenseurs de la langue tibétaine et les circonstances peu claires menant à la mort de Tenzin Delek Rinpoché dans une prison chinoise.

Le rapport conjoint a été soumis dans le cadre de la contribution des sociétés civiles à la trente et unième session de l’Examen Périodique Universel (EPU), qui se tiendra à Genève du 5 au 16 novembre 2018. La Chine et 13 autres Etats membres de l’ONU devraient comparaître pour un examen par leurs pairs des obligations, des engagements et des dossiers relatifs aux droits de la personne pour la troisième fois. Le premier cycle d’examen périodique des droits de l’homme des Nations Unies a eu lieu en 2009 et le deuxième cycle a eu lieu en 2013.

Le rapport soumis par le Bureau du Tibet à Genève a été approuvé par six groupes de défense des droits de l’homme, dont l’Organisation des nations et des peuples non représentés, le Parti Radical Transnational, l’Initiative Tibet Allemagne, la Communauté tibétaine Suisse, l’Association Tibetan Friendship et l’Association des femmes tibétaines.


7 Avril 2018

La Chine veut créer une zone pluvieuse de la taille de la Mongolie, pour mettre fin à sa sécheresse…

La China Aerospace Science and Technology Corporation, une société spatiale chinoise, teste actuellement le plus vaste projet du monde d’ensemencement de nuages pour augmenter la pluviométrie du plateau tibétain.

Cette région recèle en effet la plus grosse réserve d’eau douce de toute l’Asie, et pour cette raison, on la surnomme « le château d’eau de l’Asie ». Mais actuellement, c’est aussi paradoxalement l’un des endroits de la planète qui souffre le plus de sécheresse.

Produire la pluie à la demande

Le système repose sur un réseau de dizaines de milliers de centrales installées dans des zones des montagnes du Tibet particulièrement arrosées par les eaux de la mousson, et donc très humides en conséquence. Ces « chambres » sont destinées à ensemencer des nuages. Pour ce faire, elles brûlent un combustible qui permet de produire un produit chimique dont la structure est très proche de celle de la glace, l’iodure d’argent. Ce produit est répandu dans l’atmosphère environnante. Lorsque le vent heurte les montagnes, il produit un courant ascendant qui pousse ces particules dans les nuages. Lorsqu’elles entrent en contact avec l’eau qui se trouve dans ces nuages, elles produisent des cristaux de glace. Lorsque ceux-ci deviennent trop lourds pour se maintenir dans les nuages, ils finissent par tomber. Pendant leur chute, ils fondent, ce qui produit de la pluie.

Une région grande comme la Mongolie

La société spatiale chinoise espère qu’elle pourra ainsi ensemencer une région de 1,6 million de kilomètres carrés, soit une région vaste comme 3 fois l’Espagne. Ces nuages se déverseront ensuite sur le plateau tibétain, et permettront de résoudre le problème de sécheresse actuelle.

Actuellement, plus de 500 centrales ont déjà été déployées sur les montagnes du Tibet, du Xinjiang, et d’autres régions dans le cadre de ce projet. À terme, celui-ci pourrait permettre d’augmenter la pluviométrie de 10 milliards de mètres cubes d’eau par an. Cela représente environ 7 % de la consommation chinoise totale d’eau douce.

Une technique inventée en 1946

La technique de l’ensemencement des nuages a été inventée par un chercheur de General Electric en 1946. Jusqu’à présent, elle n’avait été utilisée que sur des projets ponctuels, y compris pour éviter la survenance de pluie lors des mariages. C’est la première fois qu’elle est déployée sur une échelle aussi vaste. Habituellement, on fait appel à des avions pour répandre l’iodure d’argent, et pour cette raison, elle est extrêmement coûteuse (il faut des centaines de milliers d’euros pour couvrir une zone bien plus modeste). Mais le recours à des « chambres » d’ensemencement, qui peuvent fonctionner à des altitudes de plus de 5000 m sans réclamer de maintenance, la rend beaucoup plus économique.

Actuellement, 3,6 milliards de personnes manquent d’eau quotidiennement, et l’eau douce devient de plus en plus rare. On peut donc s’attendre à ce que ce type de projet se banalise à l’avenir. La Chine est le pays qui emploie le plus l’ensemencement des nuages, mais l’Inde investit également massivement dans cette technologie.


7 Avril 2018

DHARAMSHALA : Le docteur Pema Yangchen, Ministre de l’Education, première femme du Gouvernement tibétain en exil.

Le nouveau ministre du cabinet du président sortant, le Dr Lobsang Sangay, a officiellement pris ses fonctions mardi à Gangchen Kyishong, au siège du gouvernement tibétain en exil,  a prêté serment devant le commissaire en chef de la justice, Kargyu Dhondup, plus tôt dans la journée.

L’unique femme ministre de l’administration centrale tibétaine a déclaré qu’elle était redevable au dirigeant tibétain Sa Sainteté le Dalaï Lama et au Village des enfants tibétains où elle avait grandi et reçu son éducation. « Je ressens de la joie et un sentiment de responsabilité pour servir le bureau. En tant que femme qui a été élevée dans le dénuement, je pense que ma nomination servira d’inspiration à beaucoup de gens », a-t-elle déclaré aux médias.

Yangchen, qui est affecté au portefeuille de l’Education a une vaste expérience dans le domaine de l’éducation et a une compréhension de première main du système d’éducation tibétain en exil. Sa thèse de deuxième cycle de 2011 intitulée «L’apprentissage des enseignants dans une école tibétaine en exil : une perspective de communauté de pratique» a été honorée par le «Outstanding Doctoral Dissertation Award» de l’Université du Nord de l’Iowa.

Elle dirigera le poste vacant du ministre de l’Education, considéré comme un poste crucial, précédemment occupé par l’actuel représentant de l’Amérique du Nord Ngodup Tsering.

Le docteur Pema Yangchen, docteur en éducation (Ed. D) de l’Université du Nord de l’Iowa est une ancienne élève du village d’ enfants tibétains – TCV- , de l’Université de Delhi et de l’Université de Madras. Elle  a déjà occupé diverses fonctions éducatives dans la communauté tibétaine de 1993 à 2016.

Le mois dernier, le président Sangay avait proposé au Parlement tibétain, la candidature du Dr Pema Yangchen,  éducateur de carrière au Canada. La nouvelle ministre est élue à la majorité de 26 votes en sa faveur, 15 voix contre sa nomination et 3 abstentions.
[Mardi 3 avril 2018 20:39]
Par Tenzin Dharpo

image : La ministre de l’Education, Dr. Pema Yangchen, s’adressant aux médias après sa cérémonie de prestation de serment à Gangchen Kyishong le 3 avril 2018. Photo Phayul


7 Avril 2018

DHARAMSALA : Sikyong Lobsang Sangay exhorte les Tibétains à tout faire pour favoriser le retour du Dalai Lama au Potala

Le Professeur Lobsang Sangay,  Premier ministre du Gouvernement tibétain autoproclamé en exil, a exhorté samedi ses compatriotes à redoubler d’efforts pour faire du retour du Dalaï-Lama dans son pays natal une réalité.

Lobsang Sangay a également déclaré que le Tibet a vu 60 ans de destruction de sa civilisation, de sa culture et de son identité par le Gouvernement chinois depuis que le Dalaï Lama, le chef spirituel des Tibétains, a fui en Inde en 1959. Le Dalaï Lama et Sangay ont pris la parole lors d’un événement public. La ville de Dharamsala, au nord de l’Inde, marque le début de la 60ème année de l’exil du chef spirituel en Inde.

Selon Sangay, le Dalaï Lama « rêvait de lui-même dans une pièce du Palais du Potala remplie de lumière où il sera réuni avec des Tibétains au Tibet ». Le palais du Potala à Lhassa était la résidence du Dalaï Lama jusqu’à son départ pour l’Inde en 1959 date du Soulèvement tibétain.

« Nous, les Tibétains, avec le soutien de l’Inde et de l’étranger, devrions renforcer nos efforts pour faire de son retour à son palais du Potala une réalité », a déclaré Sangay. « Réunissons le Dalaï-Lama avec les Tibétains à l’intérieur du Tibet qui ont passé les 60 dernières années avec un espoir, avec un rêve , celui d’ une rencontre avec le DalaïLama dans leur vie. »

« Des milliers et des milliers de Tibétains ont été tués et sont morts pour la cause du Tibet. Beaucoup d’entre eux se sont auto- immolés », a-t-il déclaré dans un discours percutant.

Le Dalaï Lama a remercié l’Inde pour lui avoir offert un refuge et son soutien et constatait que les Tibétains avaient transformé les circonstances malheureuses de leur exil en une voie d’illumination grâce à  leur façon de faire revivre leur esprit et à leur rayonnement partout où ils sont.

Image : le chef spirituel tibétain le Dalaï Lama prend la parole lors d’un événement marquant le début de la 60ème année de son exil en Inde, à Dharmsala, en Inde, samedi.[ 31 mars 2018 ]

L’Associated PressDHARMSALA, Inde (AP) -20h38, 01 avril 2018


7 Avril 2018

«Les Mots du Dalaï Lama» : un message spirituel à méditer, en ces temps agités et de violence …

Ce florilège des plus belles pensées du chef spirituel tibétain, sélectionnées par Barnard Baudouin.

« Une des choses que la méditation nous enseigne lorsque nous descendons progressivement en nous-mêmes, c’est que la paix existe déjà en nous. » – Sa sainteté le DALAÏ-LAMA

Difficile aujourd’hui de prendre du recul sur sa vie dans un monde tournant à cent à l’heure et constamment connecté.
Difficile d’avoir des pensées positives lorsque la maladie nous entoure.
Difficile de s’épanouir dans un monde où la violence des hommes fait force de loi.

Rappelons-nous alors l’importance de prendre le temps, le temps de vivre ; du temps pour soi, pour les autres ; du temps pour profiter de chaque instant.
Pourquoi ne pas commencer dès maintenant en prenant le temps de respirer un peu avec les mots du dalaï-lama, que l’on soit ou non bouddhiste. Ses paroles s’adressent à tous.

Prix Nobel de la Paix en 1989, Tenzin Gyatso, actuel 14e dalaï-lama, diffuse de façon constante et permanente un message de Paix et de Tolérance dans ses écrits comme dans ses conférences. C’est à partir de ses textes et interventions publiques que Bernard Baudouin, écrivain, choisit de rassembler dans cet ouvrage ses plus belles paroles. Des paroles exprimant, en toute simplicité, les valeurs fondamentales du bouddhisme tibétain sur des sujets tels que le Bonheur, l’Amour, la Compassion, la Non-violence, la Tolérance, l’Altruisme, la Vie…
Que nous soyons en quête de spiritualité ou simplement curieux d’un autre regard sur les vicissitudes de la vie, les paroles du dalaï-lama nous emmènent vers notre source intérieure afin de mieux nous ouvrir aux autres. En effet, l’amour altruiste commence par l’appréciation de ce sentiment en nous-mêmes. Cette philosophie de vie nous ramène à la beauté originelle de l’être présente en chacun de nous, à une paix intérieure et une force de l’esprit portée par l’expérience de nos émotions.

 01/04/2018

Publié aux éditions Presses du Châtelet et disponible en librairie depuis le 14 mars 2018,

Parus aux Presses du Châtelet  : Essence de la sagesse (2003), Le Pouvoir de la bonté (2004), Savoir pardonner (2005), Pratique de la sagesse (2006), L’Esprit en éveil (2009), Les Clés du bonheur (2010), Initiation au bouddhisme tibétain (2013), Le Petit Livre du mysticisme (2018).
Les éditions 
Archipoche ont publié : L’Art de la sagesse (2008) et Sur la voie de l’éveil (2017).

Paru simultanément dans la même collection :

image: data:image/gif;base64,R0lGODdhAQABAPAAAP///wAAACwAAAAAAQABAEACAkQBADs=

Les Mots de Martin Luther King (112 pages – 12€)

En savoir plus sur https://www.francenetinfos.com/les-mots-du-dalai-lama-177369/#THixJ2zoHgkv8Yce.99

image: http://www.ecriture-communication.com/chatelet/wp-content/uploads/sites/3/9782845927339-001-G-220×329.jpeg


7 Avril 2018

KATHMANDU : Adak, activiste tibétain détenu au Népal en raison d’un post où il présente le drapeau du Tibet.

DHARAMSHALA, 29 mars : Adak, Tibétain de Kathmandu, aurait été détenu pendant une dizaine de jours et menacé d’être déporté au Tibet par la police népalaise en raison d’un post sur Facebook qui le représente montrant un petit drapeau  national tibétain avec le stupa de Bodnath aux environs de Katmandou au début du mois de mars [ 2018].

Adak, à la fin de la quarantaine, a été arrêté trois jours après avoir posté cette image qui le montrait  le stupa Boudha à l’arrière-plan. Il a été détenu du 14 mars au 22 mars.  » Les policiers  lui ont présenté la photo et sur sa confirmation, en réponse à leur requête, ils l’ont placé en détention »,  déclarait le groupe de défense des droits de l’ homme, hier 28 mars .

Adak est membre d’un petit groupe de Tibétains, le Tibetan Volunteers Group du Népal, qui avait participé à l’organisation de manifestations pacifiques en 2008 à la suite du soulèvement pan-tibétain qui avait précédé les Jeux olympiques de Pékin. Ce groupe a d’ailleurs adressé des lettres aux Ambassades internationales sises à Katmandou, soulignant la détérioration de la situation des droits de l’homme au Tibet, à l’occasion du 10 mars, anniversaire du soulèvement de 1959 et des manifestations de 2008.

Adak a pu quitter le Népal pour l’Inde suite à sa libération assurée avec l’aide de l’organisation népalaise des droits de l’homme, HURON. « Je ne sais pas comment la police népalaise était au courant de la photo sur Facebook. Nous pouvons seulement supposer que c’est une interférence de la part des Chinois. De nos jours, la situation des Tibétains au Népal est presque la même que celle des Tibétains au Tibet « , a déclaré M. Adak à ICT.

Matteo Mecacci, président des TIC, a déclaré: « Il n’y a aucune justification à la détention et à l’intimidation d’un Tibétain qui n’a rien fait d’autre que poster cette photo et  participer à la rédaction d’une lettre raisonnable destinée à la Communauté internationale au Népal. C’est un acte honteux qui ne sert pas la réputation internationale du Népal. « 

L’influence de la Chine dans la pratique de pressions exercées par le Népal à l’ encontre des réfugiés tibétains est un fait largement connu qui s’est développé au cours des dernières décennies ; les Tibétains sont  soumis à un traitement violent et brutal par la police népalaise qui leur interdit notamment  de marquer des  commémoration d’ événements politiques  tibétains dans ce pays. Le Népal a également emprisonné et déporté des réfugiés tibétains, bloquant une route essentielle et très utilisée qui permettaient que  des Tibétains puissent fuir le régime  chinois qui sévit dans le Tibet occupé.

APACT  
 


Association Humanitaire exclusivement composée de bénévoles qui vient en aide aux réfugiés tibétains qui mènent la vie de l'exil et du dénuement dans les camps installés depuis 57 ans en INDE et au NEPAL.












 
Apact sur Facebook  
   
Publicité  
 
 
Site Internet.  
 
Association Paloise pour l'Art et la culture du Tibet archives 1986-2008


APACT sur Facebook




http://perso.numericable.fr/apact


Galerie de photos


"Mainpat 2009" le film


"Mainpat 2011" le film


"Mainpat 2013"


"Le Lion des Neiges"Film documentaire de Claude Le Gallou




PARRAINAGES DE COMMUNES EUROPEENNES AVEC DES COMMUNES TIBETAINES


Hommage à Phurbu Dolma




Beru Khyentse Rinpoche à Pau Aout 2013




Prisonniers Tibétains


Discours de Monsieur Robert BADINTER, Ancien Ministre de la Justice Lors du RASSEMBLEMENT EUROPEEN POUR LE TIBET à PARIS le 14 mars 2015.

 
Siège Social.  
 

 
Adresse postale.  
 

---------- Contact ----------
info@apactpau.fr
apactpau@yahoo.fr
apactpau@free.fr
apact64@yahoo.fr - webmaster
 
visiteurs  
   
Visiteurs. 331332 visiteurs (797810 hits)