Pau Tibet
Rubriques  
  Infos
  => Janvier 2016
  => Février 2016
  => Mars 2016
  => Avril 2016
  => Mai 2016
  => Juin 2016
  => Juillet 2016
  => Aout 2016
  => Septembre 2016
  => Octobre 2016
  => Novembre 2016
  => Décembre 2016
  => Janvier 2017
  => Février 2017
  => Mars 2017
  => Avril 2017
  => Mai 2017
  => Juin 2017
  => Juillet 2017
  => Aout 2017
  => Septembre 2017
  => Octobre 2017
  => Novembre 2017
  => Décembre 2017
  => Janvier 2018
  => Février 2018
  => Mars 2018
  => Avril 2018
  => Mai 2018
  => Juin 2018
  => Juillet 2018
  => Aout 2018
  => Septembre 2018
  Année 2016
  Année 2015
  Année 2014
  Année 2013
  Année 2012
  Année 2011
  Année 2010
  Année 2009.
  Historique de l'APACT.
  Hommage à Phurbu
  Rencontre de Denise Campet Puntsok Drolma avec S.S. Dalaï Lama.
  Mainpat 2007
  Mainpat 2009
  Mainpat: travaux et projets.
  Mainpat 2011
  Mainpat 2013
  Mainpat 2014
  Mainpat 2015
  Mainpat 2016
  Mainpat 2018
  Bodnath le 10 Mars 2009.
  Pokhara 2009
  Dharamsala 2009
  Salle de classe du monastère de Pawo Rinpoché au Népal.
  Université de Bengalore
  Les écoles en Inde, Népal et Bouthan
  Gandhi School Mainpat Mai 2012
  Parrains et Filleuls.
  Témoignages des filleuls
  Parrainage.
  A.G. de l'APACT 16 Mai 2009.
  A.G de l'APACT 8 Mai 2010
  A.G de l'Apact le 14 Mai 2011
  A.G de l'Apact le 12 Mai 2012
  A.G de l'Apact le 20 Avril 2013
  A.G de l'Apact le 13 Avril 2014
  AG de l'Apact le 10 Avril 2015
  A.G de l'Apact le 2 Avril 2016
  AG de l'Apact le 22 Avril 2017
  Fête annuelle de l'APACT.
  Fête annuelle de l'APACT 2010.
  Fête annuelle de l'APACT 2011
  Fête annuelle de l'Apact 2012
  Fête annuelle de l'APACT 2013
  Fête annuelle de l'APACT 2014
  Fête annuelle de l'APACT 2015
  Fête annuelle de l'APACT 2016
  Fête annuelle de l'APACT 2017
  Béru Khyentsé Rinpoché à Pau.
  Actualité PAU.
  Exposition peintures Tashi Norbu
  Méssage de SS Dalaï Lama au peuple Tibétain.
  Déclaration Universelle des Droits de l'Homme.
  Discours de Mr Badinter le 14 Mars 2015
  Prisonniers Tibétains
  Seisme du Népal 2015
  Galerie
  Partenaires.
  Exposition du 18 au 25 Février 2017
  10 Mars 2017 à Pau
Mars 2018
25 Mars 2018

DHARAMSALA : Après 60 ans de déplacements autour de la Planète, Sa Sainteté le Dalaï Lama ne voyagera plus à l’étranger

 Le guide spirituel de Tibétains ne voyagera plus  à l’étranger, bien que sa parole soit plus que jamais nécessaire…

Le leader spirituel exilé a passé 59 ans à  voyager à travers le monde afin de faire connaître son message de paix, d’amour et de compassion, tout en étant basé en Inde. Au cours des dernières années, Sa Sainteté a publiquement fait part de son épuisement lorsqu’il participait à de longs programmes ou à des programmes nécessitant des voyages sur de longues distances.

 » Compte tenu de  rapports récents et suite à des événements programmés en Occident qui avaient dû être annulés, il devenait nécessaire, que quelques engagements soient annulés  » déclare Sonam Dagpo, porte parole de l’Administration Centrale  Tibétaine  (CTA).

Sa Sainteté, qui aura 83 ans cette année, est en bonne santé et participe activement à divers événements en Inde. Durant les six dernières décennies, qui ont suivi l’invasion illégale chinoise du Tibet, le leader spirituel tibétain a voyagé de par le monde, donnant des enseignements tout en faisant parfois un travail de  pression afin d’ obtenir une véritable autonomie du Tibet, puisque cette invasion met en grand péril la culture, la tradition et l’environnement du Tibet.

dalai lama manipur visit pti

Cette année, fin mars marquera les 60 ans de vie en exil du Dalaï Lam, après sa fuite de Lhassa.

Dalai Lama will complete his 60th anniversary of living in exile in India at the end of this month (File)

 » Habituellement, ces engagements – inauguration, cérémonies de type « ruban » – ne durent que quelques heures, mais certains concernant les enseignement et peuvent durent sept jours, ce qu’il fait de moins en moins »,  ajoute le porte-parole.

Les enseignements de Sa Sainteté le Dalaï Lama et les messages de paix ont été entendus par des millions de personnes en Occident et la plupart des pays reconnaissent que les Tibétains sont privés de leurs droits humains fondamentaux par la Chine.

Sa Sainteté a également été honorée du prestigieux Prix Nobel de la Paix en 1989, en l’honneur de son engagement pour la paix mondiale parmi les milliers d’autres reconnaissances qui lui ont été conférées .

Traduction France Tibet

image : Le Dalaï Lama à Leh, au Ladack , en Inde du Nord, pour des enseignements réunissant des milliers de disciples et de fidèles.


25 Mars 2018

NICE : Un match diffusé en direct en Chine… avec ou sans le drapeau du Tibet au premier plan … ?


L’image contient peut-être : texte
 
Patrick MAGNE militant pro tibétain et supporter niçois déploie le drapeau du #Tibetdans les tribunes de l’A.Riviera

Photos transmise par Patrick Magne

Communiqué par Patrick Bonnassieux 19 mars, 22:08 · Saint-Genis-Laval

#Nice, 18/03/2018 – Match OGC NICE – PSG en direct TV en Chine


25 Mars 2018

Tbétain et chanteur, Shawo Tashi est enfin libéré, après 5 ans d’incarcération…

Shawo Tashi, chanteur tibétain, a été libéré le 3 janvier 2018, après avoir purgé sa peine dans une prison chinoise de la ville de Siling,  dans la province de Qinghai. Sa condition physique actuelle est encore inconnue.

Le chanteur âgé de 44 ans avait été arrêté arbitrairement en novembre 2012, dans le canton de Dowa – préfecture autonome tibétaine de Malho – et condamné dans le secret à cinq ans de prison en 2013, pour avoir distribué des photographies et les derniers mots de manifestants qui s’étaient immolés, avoir participé à des manifestations contre le gouvernement chinois et chanter des chansons patriotiques tibétaines.

L’emprisonnement de Shawo Tashi n’était pas un cas isolé mais il a plutôt été l’une des victimes d’une vague de répression contre les Tibétains déclenchée à la suite de manifestations. En effet, le 8 novembre 2012, des écoliers tibétains du canton de Dowa avaient enlevé les drapeaux chinois de leur école et de l’immeuble du gouvernement. Le lendemain des milliers d’étudiants avaient manifesté pacifiquement contre l’écoeurante apathie officielle à l’égard d’un nombre croissant d’auto-immolations dans la ville de Rebkong le jour suivant.

Avec plusieurs tubes à son actif comme sa chanson “Père en exil” – “Gyang Ring Ghi Phalo” en tibétain -,le chanteur est connu pour son amour et son respect de la culture tibétaine et de sa langue ainsi que pour son grand intérêt pour la musique traditionnelle tibétaine depuis son enfance.
« Il avait chanté de nombreuses chansons célébrant l’identité et la culture tibétaines, et ses chansons sont populaires parmi les Tibétains locaux »  vient de  déclarer une source de TCHRD.

Pas moins de 11 chanteurs tibétains ont été emprisonnés au Tibet depuis 2012 et considérés comme des séparatistes par les autorités. Le chanteur tibétain Trinley Tsekar a été condamné à neuf ans de prison par un tribunal chinois en novembre 2013. Lolo, Chakdor, Pema Trinley et Kalsang Yarphel ont également été arrêtés en 2013, tandis qu‘Ugyen Tashi, Achok Phulsung et Choksal avait été arrêtés un an auparavant.


25 Mars 2018

SERSHUL ( TIBET) : Lobsang Lhundrub et Choechok, deux moines détenus pour des charges inconnues tandis qu’un autre serait libéré au bout de dix ans de détention …

Deux moines tibétains auraient été arrêtés alors qu’un autre a été libéré après avoir purgé une peine de dix ans dans l’est du Tibet. Les trois moines appartenaient au monastère Dza Wonpo du district de Sershul (Ch. Shiqu) dans la préfecture autonome tibétaine de Kardze

Une source anonyme citée par Radio Free Asia a déclaré que Lobsang Lhundrub avait été arrêté le 9 mars, tandis que Choechok, un moine du monastère de Wonpo, avait été arrêté le 25 décembre dernier, deux jours après l’auto-immolation d’un manifestant tibétain et d’un ancien moine nommé Konpe. « Les raisons de son arrestation et d’autres détails restent inconnues », selon cette source.

Lodroe, un moine du même monastère qui avait pris part à la manifestation de Lhassa en 2008, a été libéré le ce 12 mars 2018, après avoir purgé 10 ans de prison en Chine.

Cette source déclarait à RFA : « Lodroe avait pris part au soulèvement de mars 2008 dans la capitale [du Tibet] Lhassa, et portait le drapeau national tibétain tout en appelant à la liberté pour le Tibet, quand il fut arrêté. »

« En raison de la répression actuelle sur Internet et sur tous les autres canaux de communication à Sershul, aucune information n’a filtré sur son actuel état de santé, ni sur la localisation de la prison dans laquelle il fut détenu »,  ajoute cette source.

Comme dans le cas de Lodroe, un rapport officiel de l’Administration Centrale Tibétaine – CTA -basée à Dharamshala,  indique que 510 Tibétains ont été condamnés  à des peines de durée variée, en fonction de leurs antécédents politiques et sans aucune procédure judiciaire appropriée, suite au soulèvement du 10 mars 2008 au Tibet.

On estime que 227 Tibétains sont morts, dont 153 identifiés. Parmi eux, 107 ont été abattus, selon des rapports précisant que la police chinoise avait utilisé des mitrailleuses sur des manifestants pacifiques, tandis que d’autres ont été torturés, exécutés ou battus à mort et que certains ont succombé à la dépression.

Image : Moines du monastère de Wonpo à Sershul, Lobsang Lhundrub et Choechok actuellement en détention. photo- VOT


17 Mars 2018

NGARI ( TIBET) : La base militaire chinoise installée au Tibet est théoriquement capable de détruire ou de rendre aveugles les satellites indiens…

Image satellite d’une base de détection de satellite à Ngari

A environ 125 km de la ligne actuelle de contrôle, la base militaire de Ngari donne à la Chine la capacité d’identifier tous les satellites espions indiens survolant le Tibet.

New Delhi : Des images satellites obtenues par ThePrint indiquent qu’une base avancée satellitaire chinoise vient d’être découverte au Tibet à environ 125 km de la Ligne Actuelle de Contrôle. Elle pourrait être utilisée pour pister, rendre aveugle ou même potentiellement détruire les yeux aériens de l’Inde.

Les dernières images suggèrent que les travaux sont toujours en cours dans la base de Ngari, et que celle ci pourrait s’étendre pour intégrer de l’armement anti-satellite tel le Hongqi-19 (ou le HQ-19/SC-19 – anti-satellite à orbite basse ) et le Dongneng-2 (anti-satellite à orbite haute, NDT)

La situation actuelle suggère également qu’un système laser futuriste ou des armements à énergie cinétique pourraient être déployés dans un futur proche.

La base

La nouvelle base de détection satellitaire de la Chine, située à 5 000m au-dessus du niveau de la mer, la rapproche de ses ennemis-satellites. C’est en effet une altitude non négligeable quand il est question de détecter des satellites à orbite basse (LEO).

La base de détection d’objets en orbite a certainement été construite en 2014 et vient juste d’être découverte.

L’usine hydro-électrique de Ngari, située sur un affluent de la Sutlej près de la ville de Ngari, alimente en énergie la base militaire. De plus, une source alternative solaire est aussi sur place, en cas d’urgence.

Les équipements clefs

 

La base comporte huit radômes et une antenne parabolique munie de deux sous-systèmes coaxiaux. Quatre de ces radômes possèdent certainement des antennes paraboliques de différentes tailles.

Placés sur le toit du centre opérationnel, ces deux radômes pourraient être munis de technologie de détection, tel un radar ou un laser.

La base de détection satellitaire possède également un grand mât sur sa partie nord-ouest. Il pourrait être soit une antenne radio soit un collimateur ou plus simplement une fixation pour des rangées d’antennes hélicoïdales.

A grande proximité de cette base se trouve un autre bâtiment qui peut être utilisé pour étalonner les instruments de mesures – composants électro-optiques et radars – d’un satellite, tout comme l’étalonnage de satellites GPS.

Ce bâtiment possède des équipements modernes de calibrage et d’autres technologies, le tout spécifiquement conçu pour l’étalonnage de caméras multi-spectrales à système électro-optique (exemples de modèles).

Connexion Iranienne ?

 

 

Une base de détection satellitaire iranienne, avec radômes et tour-collimateur quasiment de la même taille, a été inaugurée par le Général Ahmad Vahidi, à l’époque Ministre de la Défense.

Il est fort probable que la Chine ait aidé l’Iran en fournissant la technologie tellement nécessaire en pays moyen-oriental afin de  traquer les satellites espions états-uniens dans son ciel.

Implications

La présence d’ un base chinoise de détection satellitaire à 125 km de la frontière [sino-indienne] pourrait avoir des implications sur les activités aérospatiales indiennes dans la région. Les orbites présentes et futures des satellites survolant le Tibet pourraient être modifiées en conséquence.


17 Mars 2018

DANS LE MONDE, LA COMMEMORATION DU SOULEVEMENT DE LHASSA, ce 10 mars 2018 …

DE  NEW DELHI :
EN PASSANT PAR  GENEVE :
                 La Longue Marche du Jardin anglais jusqu’à la Place des Nations

 

Cette banderole exposée la première fois à Dharamsala ,le 10 mars 1990, fut offerte par l’ oracle du Neychung à Marcelle Roux pour les actions de France- Tibet.

« Portée disparue  » ( !!)…  lors d’une Manifestation devant l’ ONU, il y a quelques années,  cette banderole a pu à nouveau être présentée durant le Rassemblement pro tibétain, devant l’ ONU ce 10 mars 2018, puisque refaite à l’ identique d’a près une photo, par un artiste peintre espagnol, ami du Vénérable Thupten Wangchen de la Casa del Tibet de Barcelone, que nous remercions chaleureusement.

Le 9 mars 2018, veille du rassemblement devant l’ ONU, les principaux intervenants sont accueillis par des membres de l’ Organisation 

EN FRANCE …
    * NANTES  : Le drapeau tibétain sur le fronton de l’Hôtel de Ville, aujourd’hui 10 mars au matin à Nantes,  là où le Dalaï Lama avait été accueilli par le précédent Maire Jean Marc Eyraud, en 2008.
 
photos transmises par Nyima Gyalpo10 mars 2018 ·
montage Georges Roche
Un geste symbolique de solidarité pour  le PeupleTibétain. Nyima Gyalpo  remercie Johanna Rolland, Maire de Nantes et Présidente de Nantes Métropole, pour son soutien au Peuple du Tibet /…. NG. – à Nantes, France
 
.
 * OZOIR LA FERRIERE ( 77), le 10 mars 2018
 
Image@Mairie
et MOURENX ( 64)
Mourenx aime le Tibet


17 Mars 2018

Kumbum au Tibet, parrainée par la ville de Digne les Bains, est véritablement assiègée par l’armée chinoise en regard du Losar tibétain

Security forces at Kumbum Monastery

Security forces at Kumbum Monastery

9 Mars 2018

Les autorités chinoises ont envoyé des forces militaires pour surveiller les Tibétains lors d’un festival religieux  renommé pour  les offrandes réalisées en sculpture de beurre de yack.

Note du Bureau : Davantage de militaires et sans aucun doute de policiers en civil … Souhaitons que les bonnes ondes de ce festival puissent les éclairer  et dissiper les miasmes de la propagande du PCC … 

Une lourde présence militaire a fait l’ objet d’ un rapport  sur le Monastère de Kumbum, dans l’Amdo, lors d’un festival religieux… pacifique, s’il est utile de le préciser.

Les troupes de la Police Armée du Peuple (PAP) et le Bureau de Sécurité Public ont paradé autour du Monastère le 2 mars, lors du 15ème jour des festivités tibétaines de fin d’années -Losar -, alors que les Tibétains s’étaient rassemblés pour admirer les offrandes des fameuses sculptures de beurre.

Le quotidien People’s Daily a souligné la beauté des sculptures, mais n’a pas mentionné l’occupation militaire du monastère, ni  que le Parti Communiste Chinois contrôle le rassemblement. De même, les agences chinoises propose la visite du magnifique monastère de Kumbum, trésor de la culture bouddhiste.

Quelques videos sur: http://www.tibet.fr/actualites/deploiement-militaire-dimportance-monastere-de-kumbum-10-mars-2018/


12 Mars 2018

Déclaration du 59ème anniversaire du soulèvement national tibétain par le président de l’administration centrale tibétaine

10 Mars 2018

Il y a cinquante-neuf ans, en ce jour à Lhassa, la capitale du Tibet, des milliers de Tibétains formaient une chaîne humaine massive autour de Norbulingka, le palais d’été de Sa Sainteté le Dalaï Lama, pour le protéger ainsi que leur pays.. Des Tibétains de toute l’échelle sociale, unis par l’indomptable esprit tibétain, ont organisé un soulèvement provocateur, mais pacifique et historique contre l’occupation forcée et illégale du Tibet par la République populaire de Chine.. Dans les jours et les semaines qui ont suivi, l’armée chinoise a brutalement réprimé le soulèvement pacifique qui a entraîné la mort de milliers de Tibétains. . Nous sommes ici aujourd’hui dans le même esprit pour commémorer le 59ème anniversaire du Jour du soulèvement national tibétain et pour commémorer et honorer tous les Tibétains qui ont sacrifié leur vie pour la lutte de notre nation pour la liberté.

. Malgré la répression continue et accrue, les Tibétains au Tibet ont exprimé avec une conviction inébranlable leur résistance contre les politiques répressives du gouvernement chinois.. Nous avons assisté à une série continue de manifestations pacifiques au cours des cinq dernières décennies, dont les faits saillants sont les manifestations de 1987, 1988, 1989 et 2008.

 Cette année marque également le 30ème anniversaire de la protestation de 1988 et le 10ème anniversaire des soulèvements pan-tibétains en 2008 dans lesquels les Tibétains ont lancé un appel à la liberté, exprimant ainsi leurs griefs légitimes et sincères contre l’occupation continue du Tibet par la Chine. Des rapports récents indiquent une accumulation massive de forces militaires et de sécurité au Tibet, en particulier dans la capitale Lhassa.

Depuis l’occupation du Tibet, le gouvernement chinois a continuellement soumis les Tibétains à de vastes politiques répressives. . Le rapport de Freedom House de 2016 et 2017 a classé le Tibet comme le deuxième pays le moins libre après la Syrie et pire que la Corée du Nord, le Soudan du Sud et l’Erythrée. Reporters sans Frontières a également déclaré que le Tibet est plus difficile d’accès que la Corée du Nord.

Compte tenu des politiques radicales du gouvernement chinois, 162 Tibétains, jeunes et vieux, moines et nonnes, nomades et paysans des trois provinces du Tibet se sont immolés depuis 2009 pour demander la libération des Tibétains et le retour de Sa Sainteté le Dalaï Lama à Tibet. Il y a trois jours à peine, Tsekho Tugchak, Tibétain dans la quarantaine de Ngaba, s’est immolé au Tibet.  Les manifestations incessantes au Tibet sont le résultat de la violation des droits politiques, religieux, culturels et environnementaux du peuple tibétain.

 Le mois dernier, le gouvernement chinois a mis en œuvre les soi-disant «Règlements sur les affaires religieuses» révisés qui visent à contrôler la liberté religieuse globale au Tibet.

. Human Rights Watch a récemment annoncé la nomination de quelque 200 cadres du Parti Communiste et de responsables laïques athées pour contrôler la gestion de Larung Gar. . Depuis 2016, Larung Gar, la plus grande académie bouddhiste du Tibet, a été démolie et la taille des moines et des nonnes a été réduite de moitié. Yachen Gar, Yachen Gar, le plus grand couvent du Tibet, est démoli et les nonnes sont expulsées alors que nous parlons.

La récente nouvelle tragique de l’incendie du 17 février au Jokhang, à Tsuklagkhang, le sanctuaire le plus sacré du monde bouddhiste tibétain et un site du patrimoine mondial de l’UNESCO, est une grande tristesse pour les Tibétains et les bouddhistes du monde entier.. Des dégâts importants et des pertes ont été signalés en raison de la combustion de dizaines de statues précieuses, de centaines d’artefacts et de thangkas et de peintures murales. Jokhang est toujours fermé au public. Il s’agit clairement d’une perte irremplaçable d’un trésor sacré d’une ancienne civilisation tibétaine. Maintenant, même après une quinzaine de jours, le refus du gouvernement chinois de clarifier la cause de l’incendie et les dégâts qu’il a causés est inquiétant et soulève encore plus de questions. Je demande par conséquent à l’UNESCO d’envoyer une mission afin d ‘  enquêter sur la question et d’envoyer des journalistes au Tibet pour une enquête indépendante.

.La récente circulaire concernant  le reportage sur les crimes et les violations perpétrés par les forces inframondiales, publiée par le Bureau de la sécurité publique du TAR, indique la poursuite et les restrictions supplémentaires au Tibet. La circulaire a énuméré 22 activités illégales que Pékin veut que le Peuple tibétain rapporte, dont trois ont mentionné directement Sa Sainteté le Dalaï Lama.  La directive détaillée a notamment déclaré que la population tibétaine devrait fournir des informations sur les activités de ce qu’ils ont qualifié de «gangs criminels liés aux forces séparatistes du Dalaï-Lama».

 Cette circulaire est un modèle de pratique mal orientée,  clairement basée sur le manque de compréhension de la mentalité et de la culture tibétaines. Les Tibétains à l’intérieur du Tibet vénérent Sa Sainteté le Dalaï Lama avec leur cœur et leur esprit. Au lieu de reconnaître la foi et le dévouement du peuple tibétain, le gouvernement chinois a plutôt eu recours à la criminalisation des expressions de foi en Sa Sainteté le Dalaï Lama. . C’est la raison fondamentale du manque d ‘«harmonie des nationalités» que la République populaire de Chine se propose pourtant  de réaliser sans relâche.

L’attachement de Sa Sainteté au Dalaï Lama du bouddhisme au Tibet est également une autre cause de résistance parmi les Tibétains. Déclarer  artificiellement que vous pouvez pratiquer le bouddhisme mais ne pas suivre Sa Sainteté le Dalaï Lama, c’est comme dire que vous pouvez être catholique mais ne pas suivre le Pape.  C’est une lecture radicalement erronée du fondement même du Bouddhisme tibétain et du Tibet en tant que nation. Le Tibet et Tchenrézi (Avalokiteshvara: Bouddha de la Compassion) sont une seule et même chose, et les Dalaï Lamas et le peuple tibétain sont inséparables.  Essayer de séparer les deux fait profondément souffrir les sentiments du peuple tibétain et viole le noyau de l’esprit tibétain.

Nous condamnons fermement la circulaire pour la criminalisation du plaidoyer et de la protection de la langue et de la culture tibétaines, et aussi pour qualifier l’approche de la voie médiane  » d’une idée réactionnaire et nationaliste étroite « . En réalité, la langue tibétaine est protégée et encouragée par la  Constitution. De même, l’approche de la Voie du milieu est une proposition gagnant-gagnant pour les peuples du Tibet et de la Chine.

. Nous restons fermes dans notre engagement à résoudre pacifiquement la question du Tibet à travers l’approche de la voie du milieu.

 Alors que le président Xi Jinping entreprend son deuxième mandat, je l’exhorte à résoudre pacifiquement la question du Tibet par le dialogue entre les envoyés de Sa Sainteté le Dalaï Lama et les représentants du gouvernement chinois.

Comme Sa Sainteté le Dalaï Lama nous a toujours conseillé d’espérer le meilleur mais de nous préparer au pire, le Kashag a développé la Vision Cinquante-Cinquante qui cherche à réaliser une véritable autonomie pour le peuple tibétain, basée sur la politique du Moyen-Orient. Cette vision cherche  également à renforcer et à soutenir la lutte pour la liberté tibétaine et la communauté tibétaine pendant encore cinquante ans si nécessaire.

 Afin d’affirmer le contrôle du peuple et des régions tibétains, le gouvernement chinois a soumis les Tibétains à la discrimination. . Un exemple est, en dépit d’avoir la même qualification et l’expérience éducatives que les homologues chinois, les plus hauts postes de Secrétaire du Parti et d’autres branches exerçant  le pouvoir réel de la soi-disant Région autonome du Tibet (TAR) sont détenus par les fonctionnaires chinois. De façon identique , même au niveau de la préfecture et du comté, les Tibétains qualifiés sont pour la plupart privés du poste de Secrétaire du Parti, alors que les Chinois moins qualifiés sont en mesure d’occuper ce poste de direction.

. La montée de la croissance économique et de la prospérité de la Chine n’a pas enthousiasmé les Tibétains car le Tibet reste l’une des régions les plus pauvres et les Chinois ethniques qui ont afflué au Tibet ces dernières années en ont été les premiers bénéficiaires.

: Une lettre reçue récemment du Tibet mentionne le cas de l’expansion de l’aéroport de Gongkar à Lhassa dans le cadre du 12ème plan quinquennal du TAR:

 «En moins de cinq ans, 25 000 migrants chinois d’origine ethnique ont été accueillis dans le seul district de Gongkar à Lhoka et ont pris en charge la plupart des opportunités d’affaires et d’emploi locales. Si tel est le cas dans un petit district comme Gongkar, il est inimaginable de penser à la situation dans des villes comme Lhassa, Tsethang, Shigatse et Chamdo.  Le gouvernement chinois parle souvent de développement et d’investissement au Tibet, mais n’a jamais révélé les données de la migration et de l’installation chinoises dans les 74 districts du TAR et d’autres parties du Tibet. Cette domination démographique est la cause première de la résistance et de l’instabilité au Tibet.

. De plus, pour que le Tibet devienne une région chinoise et que le peuple tibétain devienne chinois, pendant plus de cinquante ans, le gouvernement chinois a délibérément rebaptisé les anciennes montagnes, rivières et lieux tibétains en langue chinoise.  Les pancartes sont réécrites en chinois et même les Tibétains sont incités à épouser des Chinois et à prendre des noms chinois.

Je voudrais dire sans équivoque que de telles conceptions sinistres ne réussiront pas et que la cause du Tibet prévaudra. Même après des décennies d’occupation et de domination chinoises, les Tibétains ont persisté et la cause du Tibet a reçu le soutien et la reconnaissance du monde entier principalement grâce à la direction de Sa Sainteté le Dalaï Lama, à  l’esprit indomptable et à la résilience des Tibétains au Tibet ainsi qu’aux  efforts des Tibétains en exil.

. Sa Sainteté le Dalaï Lama a propagé un système éducatif  basé sur l’analogie d’un « oiseau avec deux ailes » par lequel les Tibétains peuvent poursuivre une éducation moderne tout en préservant l’identité tibétaine. Alors que les millénaristes tibétains à l’intérieur et à l’extérieur du Tibet renforcent leur position dans le monde moderne, nous les encourageons à s’engager fermement pour la cause du Tibet et à être fiers de leur identité et de leur lien avec leurs valeurs traditionnelles tibétaines. Leur courage et leur conviction sont et devraient rester aussi forts que ceux des générations  plus âgées.

Le sentiment d’unité et de courage manifesté par le peuple tibétain a toujours été une source de grande force et de fierté, mais certains éléments du régionalisme en exil ne sont pas seulement un obstacle au cours de la lutte pour la liberté tibétaine, mais ils déçoivent les espoirs des Tibétains qui se sont efforcés de réaliser la cause commune. Nous ne pouvons pas laisser le régionalisme et le sectarisme nous diviser.  Par conséquent, je demande humblement et fermement aux Tibétains en exil de combler nos divergences et de renforcer l’unité, qui est et sera toujours notre force ultime.

.Je voudrais saisir cette occasion pour reconnaître et remercier le soutien et la solidarité de Tashi Wangchuk, un défenseur de la langue tibétaine actuellement emprisonné. Le Parlement européen a récemment adopté une Résolution urgente.  Le Parlement letton a publié une déclaration commune appelant à sa libération.  Les parlementaires allemands et les sénateurs français ont également publié des déclarations similaires appelant le gouvernement chinois à mettre en œuvre un processus judiciaire équitable dans son procès. Je remercie le Représentant spécial de l’Union européenne pour les droits de l’homme d’avoir exprimé sa préoccupation au sujet de Tashi Wangchuk lors de la 37ème session du Conseil des droits de l’homme des Nations unies qui s’est ouverte la semaine dernière.

.Je remercie également le Ministre des Affaires étrangères du Canada d’avoir invité la Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme et son Rapporteur spécial sur la liberté de religion à visiter le Panchen Lama, un cas de disparition forcée reconnu par l’ONU depuis plus de deux décennies. 

 La lutte non-violente tibétaine pour la liberté et la paix menée par Sa Sainteté le Dalaï Lama a gagné le soutien et la solidarité du monde entier. Je rends hommage et je remercie tous les dirigeants du monde, les gouvernements, les parlementaires, les organisations non gouvernementales et les individus qui ont et qui continuent de faire preuve d’empathie et de soutenir sans relâche la cause du Tibet. Je voudrais également remercier les groupes de soutien du Tibet et les groupes parlementaires pour le Tibet, pour leurs efforts continus pour soutenir la cause du Tibet.

Aujourd’hui, alors que nous commémorons 60 ans d’exil, je voudrais remercier tout particulièrement l’Inde et les pays du monde entier qui continuent d’accueillir et de soutenir généreusement les Tibétains. Pour reconnaître leur solidarité, l’Administration centrale tibétaine marquera cette année comme année de grâce et, en conséquence, le CTA organisera une série d’événements spéciaux dans le monde entier.

 Enfin, je prie pour la longue vie de Sa Sainteté le grand 14ème Dalaï Lama du Tibet et pour le bien-être des Tibétains au Tibet. Je prie et j’espère que la réunion des Tibétains à l’intérieur et à l’extérieur du Tibet se réalisera bientôt.

Le Président.

Administration Centrale Tibétaine .
10 mars 2018.


10 Mars 2018

à Paris







à Pau




à Mourenx






à Audaux



à Espoey



à Jurançon



9 Mars 2018

Un Tibétain meurt des suites d’une auto-immolation, intensification des mesures de répression à l’approche du 10 mars

Le frère de Tsekho, le Tibétain qui s’est immolé par le feu et est décédé le 7 mars 2018, est lui-même mort en prison des suites de tortures. Il avait été emprisonné suite à la répression de mars 2008. Tsekho, du village de Namtsoma à Ngaba, vient d’une famille qui a grandement souffert de la politique répressive appliquée à Ngaba. En 2008, son demi-frère Nying-la, du monastère de Namtso, a été torturé en prison et relâché avec de graves blessures d’après deux moines en exil à Dharamsala, issus du monastère de Kirti. Il est décédé quelques mois plus tard. Un autre parent, du côté de son père, Urgyen Gyatso, disciple du monastère de Namtso, avait aussi été emprisonné et torturé en cette période. Tsekho avait rejoint le monastère de Namtso dans son enfance, puis l’avait quitté plus tard. Les deux moines de Kirti, Nanyag Tsering et Lobsang Yeshe, disent qu’il n’y pas d’information disponible sur sa femme et ses enfants.

Un Tibétain dans la quarantaine, Tsekho Tugchak, s’est immolé par le feu et décédé le 7 mars à Ngaba, Tibet oriental. La première auto-immolation cette année. C’est la 153ème immolation par le feu au Tibet alors que la sécurité s’intensifie au Tibet à l’approche de la commémoration du soulèvement du 10 mars 1959 et le 10ème anniversaire des manifestations de 2008 (année des Jeux Olympiques, rappelons ici, que les jeux olympiques ont de nouveau été attribué à Pékin pour 2022 !)

Des photos  de Tsekho Tugchak ont circulé en ligne avec son corps à terre. Il était du village nomade de Meeruma dans la préfecture autonome de Qiang au Sichuan (Amdo). Le dernier Tibétain à s’être immolé par le feu, Konpe, était de la même région, non loin de la première immolation qui avait eu lieu en février 2009.

Tsekho Tugchak s’est immolé par le feu en un temps d’intensification de la présence militaire à travers tout le Tibet. Lors d’un meeting à Changdu (Qamdo), dans la région autonome du Tibet, il a été dit aux cadres du Parti que dans le but de prévenir les auto-immolations, il était nécessaire pour les fonctionnaires du Parti de maintenir les mesures répressives les plus sévères déjà mises en place. A l’approche de l’anniversaire du 10 mars, une série d’intimidations militaires ont eu lieu sur tout le plateau dont la présence, dans des festivals pacifiques de prières, de troupes en grand nombre avec des tenues anti-émeutes

Trois jours auparavant, le 4 mars 2018, les autorités chinoises avait souligné comment leur stratégie pour la prévention des auto-immolations reposait sur des mesures répressives. Lors d’un meeting à Chamdo (Qamdo ou Changdu en chinois), il a été précisé que pour prévenir les auto-immolations, il était nécessaire de maintenir les sévères mesures répressives déjà en place et d’assurer une absolue loyauté au Comité Central du Parti, avec Xi Jinping comme pièce centrale.

Matteo Mecacci, Président de Campagne Internationale pour le Tibet, a déclaré : « Depuis la vague d’auto-immolations au Tibet qui a débuté à Ngaba, les autorités chinoises ont répondu en intensifiant la présence militaire et la répression. Alors que la zone entière est bouclée et que tous les Tibétains osant partager des informations avec l’étranger risquent l’incarcération, les raisons qui ont poussé Tsekho au suicide sont encore inconnues. Il est impensable que la Chine continue de bloquer toutes les enquêtes indépendantes et les demandes d’accès au Tibet, ainsi qu’imposer un régime de peur et de répression. Le 7 mars, le Haut-Commissaire des Droits de l’Homme Zeid Ra’ad Al Hussein a dénoncé une nouvelle fois les échecs du gouvernement chinois à respecter les droits du peuple tibétain. Il est grand temps de rendre le gouvernement chinois responsable des 153 auto-immolations qui se sont déroulées au Tibet depuis 2009. »

 

Sécurisation extrême et message du Parti sur les auto-immolations

La présence d’un haut-membre du Parti et de troupes au monastère de Kumbum le 2 mars lors d’un festival de prière, le Monlam Chenmo, renvoie un message sans compromis de la ligne due du Parti à l’approche de la date anniversaire du 10 mars. Cela souligne également dans le contexte politique actuel, que les pratiques religieuses pacifique du Tibet sont sans cesse assimilées à des menaces de « sécurité nationale ».

Wang Zhengsheng, chef du Bureau de Sécurité Publique et gouverneur du Qinghai, a choisi la date du 2 mars, lors du festival de prière de Kumbum pour inspecter ses troupes et poser les lignes du travail de sécurité et de déploiement. Le média publique a détaillé cette visite, précisant que le gouverneur ne venait pas admirer les sculptures de beurre mais faire la revue du déploiement d’urgence d’agents de police et de soldats, ainsi que les cadres du Parti, mettant en avant la lutte sans répit du Parti au Tibet.[4]

Cette semaine, le média public a aussi montré des images de manoeuvres militaires à Lhassa, Nagchu (Naqu en chinois), et Lhokha (Shannan en chinois) dans la région autonome du Tibet, une démonstration de force ritualisée cette année dans ces trois régions posée comme une habitude annuelle à l’approche du 10 mars.[5]

A Nagchu, le vice-président du TAR, Jiang Jie, s’est adressé aux troupes dans le jargon militaire, parlant de la nécessité « d’achever une victoire décissive » dans la guerre contre « des éléments hostiles. » Les images publiées par le média public montrent des exercices militaires du 4 mars avec des troupes aguerries et des forces spéciales, des brigades anti-incendie et des véhicules blindés.[6]

Jiang Jie souligna la nécessité d’une « absolue loyauté » en Xi Jinping, et pour les troupes de se soumettre à ses instructions pour « sécuriser la Porte du Nord » qu’est la région autonome du Tibet. Il a déclaré que les troupes basées au Tibet doivent « combattre la guerre du peuple avec résolution et construire un mur d’acier pour lutter contre le séparatisme. »

Des photographies d’une démonstration militaire le 1er mars ont été publiées le 3 mars, où l’on peut voir des hauts-commandants, des cadres du Parti, des troupes, des véhicules blindés, des camions de pompiers. Les médias précisaient que les patrouillées armées seraient conduites dans des zones urbaines fortement peuplées.[7]

Le meeting de stabilité de Chamdo qui veut prévenir les auto-immolations, ces actes exécutés par l’ennemi selon la rhétorique chinoise. Il est impératif, selon ce meeting, d’assommer ceux qui incitent d’autres à devenir des héros, de cibler ceux qui veulent devenir des immolés par le feu, des terroristes et des extrêmistes, détruire les organisations illégales, et mettre en lumière la dignité de notre système social légal. Nous devrions commencer par utiliser tous les pouvoirs : le flair du fin limier, l’ouïe de la chauve-souris, la faculté de chasseur du faucon, pour combattre avec intelligence et l’internet  pour connaître [notre ennemi] avant qu’il n’entre en action.[8]

Le vocabulaire utilisé dans les médias montre la plus grande approche systémique de la surveillance des réseaux par le PCC, tel que même les critiques les plus modérées et les plus raisonnables peuvent être considérées comme celles d’ennemis et de séparatistes et de criminels.

Depuis la vague de protestations il y a une décennies, le PCC est s’est mis à réagir par préméditation et par hyper-sécurisation locale grâce à des milliers de cadres du parti au niveau des villages et par d’intenses rééducations patriotiques.

Footnotes:

[1] Konpe set fire to himself on December 23 (2017) and died the next day. In a harrowing video circulating online, a woman can be heard calling out, “Gyalwa Tenzin Gyatso [the Dalai Lama], grace us with your compassionate gaze.” International Campaign for Tibet report, December 27, 2017, ‘Young Tibetan man dies after self-immolation in Ngaba’,https://www.savetibet.org/young-tibetan-man-dies-after-self-immolation-in-ngaba/

[2] Tibet Daily, March 4, 2018, article entitled: ‘The autonomous regional stability supervision group supervised the maintenance of stability work in Changdu’, in Chinese at:http://www.gem.xizang.gov.cn/sy/xzxw/201803/t20180304_44796.html

[3] For images, see International Campaign for Tibet report, ‘Images of repression and resilience in Tibet on day of miracles’, March 3, 2018, https://www.savetibet.org/images-of-repression-and-resilience-from-tibet-on-day-of-miracles/

[4] Extracts translated from the Chinese by ICT, March 3, 2018, http://epaper.tibet3.com/qhrb/html/2018-03/03/content_491108.htm

[5] International Campaign for Tibet report, ‘Wall of Steel in Tibet in major military drill in buildup to March 10 anniversary’, March 5, 2018, http://www.savetibet.org/wall-of-steel-in-tibet-with-major-military-drill-in-buildup-to-march-10-anniversary/

[6] Published by the Naqu Public Security Department on March 5, 2018, in Chinese at:http://www.xzgat.gov.cn/dsdt/11098.jhtml

[7] Chinese state media, March 3, 2018, http://www.xzsnw.com/gov/ldhd/137339.html

[8] Translation by ICT from the Chinese of an extract from the following state media report: http://sz.cdbao.cn/Html/2017-03-07/11764.html. International Campaign for Tibet report, ‘The four loves and the enemy within: new ideological campaign in Tibet reflects heightened agenda of control in 19th Party Congress year’, April 20, 2017, https://www.savetibet.org/ict-inside-tibet-the-four-loves-and-the-enemy-within-new-ideological-campaign-in-tibet-reflects-heightened-agenda-of-control-in-19th-party-congress-year/

APACT  
 


Association Humanitaire exclusivement composée de bénévoles qui vient en aide aux réfugiés tibétains qui mènent la vie de l'exil et du dénuement dans les camps installés depuis 57 ans en INDE et au NEPAL.












 
Apact sur Facebook  
   
Publicité  
   
Site Internet.  
 
Association Paloise pour l'Art et la culture du Tibet archives 1986-2008


APACT sur Facebook




http://perso.numericable.fr/apact


Galerie de photos


"Mainpat 2009" le film


"Mainpat 2011" le film


"Mainpat 2013"


"Le Lion des Neiges"Film documentaire de Claude Le Gallou




PARRAINAGES DE COMMUNES EUROPEENNES AVEC DES COMMUNES TIBETAINES


Hommage à Phurbu Dolma




Beru Khyentse Rinpoche à Pau Aout 2013




Prisonniers Tibétains


Discours de Monsieur Robert BADINTER, Ancien Ministre de la Justice Lors du RASSEMBLEMENT EUROPEEN POUR LE TIBET à PARIS le 14 mars 2015.

 
Siège Social.  
 

 
Adresse postale.  
 

---------- Contact ----------
info@apactpau.fr
apactpau@yahoo.fr
apactpau@free.fr
apact64@yahoo.fr - webmaster
 
visiteurs  
   
Visiteurs. 333670 visiteurs (809110 hits)