Pau Tibet
Rubriques  
  Infos
  => Janvier 2016
  => Février 2016
  => Mars 2016
  => Avril 2016
  => Mai 2016
  => Juin 2016
  => Juillet 2016
  => Aout 2016
  => Septembre 2016
  => Octobre 2016
  => Novembre 2016
  => Décembre 2016
  => Janvier 2017
  => Février 2017
  => Mars 2017
  => Avril 2017
  => Mai 2017
  => Juin 2017
  => Juillet 2017
  => Aout 2017
  => Septembre 2017
  => Octobre 2017
  => Novembre 2017
  => Décembre 2017
  => Janvier 2018
  => Février 2018
  => Mars 2018
  => Avril 2018
  => Mai 2018
  => Juin 2018
  => Juillet 2018
  => Aout 2018
  => Septembre 2018
  Année 2016
  Année 2015
  Année 2014
  Année 2013
  Année 2012
  Année 2011
  Année 2010
  Année 2009.
  Historique de l'APACT.
  Hommage à Phurbu
  Rencontre de Denise Campet Puntsok Drolma avec S.S. Dalaï Lama.
  Mainpat 2007
  Mainpat 2009
  Mainpat: travaux et projets.
  Mainpat 2011
  Mainpat 2013
  Mainpat 2014
  Mainpat 2015
  Mainpat 2016
  Mainpat 2018
  Bodnath le 10 Mars 2009.
  Pokhara 2009
  Dharamsala 2009
  Salle de classe du monastère de Pawo Rinpoché au Népal.
  Université de Bengalore
  Les écoles en Inde, Népal et Bouthan
  Gandhi School Mainpat Mai 2012
  Parrains et Filleuls.
  Témoignages des filleuls
  Parrainage.
  A.G. de l'APACT 16 Mai 2009.
  A.G de l'APACT 8 Mai 2010
  A.G de l'Apact le 14 Mai 2011
  A.G de l'Apact le 12 Mai 2012
  A.G de l'Apact le 20 Avril 2013
  A.G de l'Apact le 13 Avril 2014
  AG de l'Apact le 10 Avril 2015
  A.G de l'Apact le 2 Avril 2016
  AG de l'Apact le 22 Avril 2017
  Fête annuelle de l'APACT.
  Fête annuelle de l'APACT 2010.
  Fête annuelle de l'APACT 2011
  Fête annuelle de l'Apact 2012
  Fête annuelle de l'APACT 2013
  Fête annuelle de l'APACT 2014
  Fête annuelle de l'APACT 2015
  Fête annuelle de l'APACT 2016
  Fête annuelle de l'APACT 2017
  Béru Khyentsé Rinpoché à Pau.
  Actualité PAU.
  Exposition peintures Tashi Norbu
  Méssage de SS Dalaï Lama au peuple Tibétain.
  Déclaration Universelle des Droits de l'Homme.
  Discours de Mr Badinter le 14 Mars 2015
  Prisonniers Tibétains
  Seisme du Népal 2015
  Galerie
  Partenaires.
  Exposition du 18 au 25 Février 2017
  10 Mars 2017 à Pau
Septembre 2018
30 Septembre 2018

Trois jeunes moines tibétains détenus pour protestation solitaire

Dorjee Rabten (gauche) and Tenzin Gelek (droite).

Des moines détenus pour avoir défié les autorités chinoises

Comté de Ngaba (province chinoise du Sichuan), trois moines tibétains du monastère de Kirti ont été arrêtés en début de mois.

Dorjee Rabten, un moine de 25 ans originaire de la commune de Meruma, s’est fait arrêté par la police le 5 septembre à la suite d’une protestation solitaire. Il est toujours en garde à vue.

Le jour suivant, Tenzin Gelek, moine de 18 ans, a également protesté en solitaire, réclamant « Liberté pour le Tibet ». La police l’interpella immédiatement et ne garde toujours derrière les barreaux.

Tenzin est connu pour ses essais bien qu’il publie sous un pseudonyme. Il avait publié deux essais sur les média sociaux chinois, dont sur WeChat.

En début de mois, un troisième moine a également protesté en solo et s’est fait emmener en garde à vue mais son nom et son âge ne sont pas connus. Nous ne savons pas non plus où les trois hommes sont gardés en détention.

NGABA, un comté de révolte

En 2015, beaucoup de Tibétains de Ngaba County ont pris part à une manifestation appelant à la liberté du Tibet. Les manifestants se sont fait arrêtés et ont écopé de peines allant de deux à trois ans de prison.

A la fin de leur peine, certains ont été libéré plus tard car ils durent se rendre en centre de rééducation pendant une semaine.

Ce mois-ci, les autorités chinoises de Nbaga ont aussi arrêtés cinq moines du monastère de Gomang pour leur opposition à un projet immobilier à proximité de leurs murs.

Information Tibet Watch.


23 Septembre 2018

Quatre moines tibétains arrêtés sur fond de projet immobilier chinois

Monastère de Gomang (ou Gerdeng), Ngaba, Sichuan

Les autorités de la région occidentale du Sichuan ont arrêté quatre moines tibétains pour avoir lancer une manifestation publique contre un projet de logements à proximité de leur monastère. Nyida, Kelsang,Nesang et leur ancien maître de chant, Choeje, habitaient tous le monastère de Gomang (ou Gerdeng) dans le comté de Ngaba, informe un ancien moine maintenant vivant en Inde.

Un cinquième moine, Shakya, était en garde à vue avec eux le 11 septembre, mais a été relâché deux jours plus tard, précise une source anonyme.
« Les quatre autres sont toujours en garde à vue et ont été déplacé dans le comté de Khyungchu, » continue-t-elle

La protestation des moines débuta suite au projet chinois de construction de logements à proximité de Gomang.

« Les moins du monastère de Gomang ne perdirent pas de temps à réagir contre ce projet de construction et appelèrent le 8 septembre les autorités à arrêter le chantier. »

Ordre de dispersion des moines

Dans une vidéo obtenue par RFA, des fonctionnaires chinois ordonnent aux moines de se disperser et d’envoyer cinq représentants pour faire part des inquiétudes du groupe.

Il n’est pas sûr que les cinq représentants soient les mêmes moines que ceux arrêtés.

Le monastère de Gomang est l’un des monastères tibétains du comté de Ngaba le plus étroitement surveillé.

En mars 2015, lors d’un festival religieux, des Tibétains y avaient brandi des drapeaux avec l’effigie du Dalaï Lama et d’autres personnalités tibétaines en exil, un geste de défiance envers la répression chinoise.


23 Septembre 2018

PAYS-BAS, une député en Marche auprès du Dalaï Lama

HHDL 2018, Pays-Bas photo : Olivier Adam

Dimanche matin, Sa Sainteté le Dalaï Lama accorda une audience à Mme Toutut-Picard et son mari. Mme Toutut-Picard est membre de LREM et députée à l’Assemblée Nationale.

Lors de l’audience, Sa Sainteté évoqua la Révolution Française et souligna le courage des Français à changer à intervalles réguliers au cours leur Histoire (souligné par le traducteur . Il précisa que la révolution avait mis fin au régime féodal. Il ajouta que les lois de la nature requièrent le changement, ce qui est essentiel pour progresser.

Mme Toutut-Picard informa Sa Sainteté de son désespoir face à la crise environnementale. En tant qu’étudiante en écologie, elle prit conscience que le rôle destructeur des hommes est sans précédent.

Sa Sainteté lui conseilla que pour des gens comme elle, avec une telle prise de conscience, ils devraient se rendre capable d’au moins prévenir de plus amples destructions et l’accélération de la destruction globale de l’environnement.

Mme Toutut-Picard a été au front de la nouvelle Assemblée [pour la cause tibétaine], elle avait participé à l’organisation de la célébration de l’anniversaire du Dalaï Lama. Avec ses efforts, le groupe Tibet a été reconduit à l’Assemblée Nationale


23 Septembre 2018

La recherche d’un chez-soi : pourquoi les Tibétains quittent l’Inde

Kunsang Tenzing, 33 ans est arrivé en Inde à l’âge de six ans, il a grandi seul sans sa famille. Ses amis proches sont devenus sa famille, mais ils sont tous partis dans différents pays et il prévoit de faire de même.

Pendant des décennies, Dharamsala a été le siège du gouvernement tibétain en exil et d’un mini-Tibet en Inde. Mais maintenant, les Tibétains partent…

Tout le monde a un numéro à offrir. Six pour Kunsang, quatre pour Lobsang et 13 pour Yangzom.

Tout le monde a aussi des histoires à faire avec le numéro. Yangzom en propose une sur son amie Thinley (Nom changé). Une décennie après avoir fui le Tibet pour venir en Inde, il a commencé à désespérer sur l’impossibilité de revenir un jour. Cette séparation a commencé à le submerger, malgré un métier d’enseignant à Mcleod Ganj et un cercle d’amis. Les autorités chinoises ne reculant pas, le seul moyen de revenir en arrière était de traverser clandestinement la Chine depuis le Népal. Il a essayé de le faire, mais il a été arrêté par les autorités chinoises et renvoyé en Inde.

S’il avait réussi, Thinley aurait été le 14ème ami tibétain de Yangzom Tsering à avoir quitté l’Inde ces dernières années.

À Mcleod Ganj, foyer du Dalaï-lama et de la communauté tibétaine en Inde, la situation devient de plus en plus évidente: la ville perd rapidement ses habitants tibétains. Les jeunes sont prompts à quantifier cela par le nombre d’amis qu’ils ont perdu à cette tendance.

Alors que certains migrent vers l’Ouest, beaucoup choisissent maintenant de retourner au Tibet.

Lobsang Wangyal, journaliste et organisateur du concours de beauté Miss Tibet. (Anushree Fadnavis, Hindustan Times)

Les chiffres sont difficiles à obtenir – l’Administration centrale tibétaine (CTA) confirme la tendance, mais affirme qu’elle n’a aucun moyen de la quantifier, en particulier ceux qui rentrent au Tibet. Selon des estimations non officielles du bureau d’enregistrement des étrangers à Dharamsala, le nombre pourrait atteindre environ 100 Tibétains. La population de Mcleod Ganj compterait environ 15 000 personnes ayant migré chaque année au cours des deux dernières années.

Ce qui inquiète la communauté, c’est que même si les jeunes Tibétains ont hâte de partir, l’afflux de Tibétains en Inde a maintenant considérablement diminué; Sonam Norbu Dakpo, le porte-parole du CTA, affirme que « c’est un mince filet ».

Alors que la communauté (répartie dans 44 autres établissements résidentiels à travers 10 États indiens) se lance dans des célébrations marquant le début de la 60e année d’existence en Inde , gagne du terrain. Egalement, le refus du gouvernement indien à participer aux célébrations à travers le pays est étonnant. D’autant plus qu’il est censé sauver ses liens avec la Chine.

Pas seulement l’attrait d’une vie meilleure

Pour mieux comprendre pourquoi les jeunes Tibétains préfèrent quitter l’Inde, il faut comprendre les complexités qui entourent l’existence de chaque Tibétain ici.

Sur le papier, le gouvernement indien reconnaît les Tibétains uniquement comme des « étrangers » et non des réfugiés. L’Inde a refusé de signer la Convention des Nations Unies de 1951 sur les réfugiés, qui les définit et rend les États responsables de leur bien-être. L’entêtement du gouvernement s’est révélé coûteux pour la communauté. Ils ne peuvent pas posséder de biens et ils ne peuvent pas, non plus, postuler à des emplois gouvernementaux. Jusqu’en 2014, les Tibétains ne pouvaient même pas se prévaloir de prêts pour créer une entreprise. Bien que cette politique ait été modifiée sur le papier, les réalités du terrain ont peu évolué. Même si la loi leur permette d’occuper des emplois dans le secteur privé. Cependant, certains sont refusés par les entreprises sous prétexte qu’ils ne sont pas citoyens indiens.

« Sur le plan économique, beaucoup de Tibétains au Tibet et dans le monde se portent relativement mieux que les Tibétains en Inde », explique Lobsang Yangtso, une Tibétaine née au Tibet qui termine son doctorat à l’Université Jawaharlal Nehru de New Delhi. Les déclarations de Yangtso sont validées par des données provenant du Tibet indiquant une croissance économique robuste dans la région. Yangtso envisage maintenant de déménager dans l’Ouest, peut-être aux États-Unis, pour poursuivre ses études postdoctorales. « Je ne suis pas autorisé à enseigner dans les universités indiennes dirigées par le gouvernement, ni à travailler pour le gouvernement. Cela limite beaucoup mes options », explique-t-elle.

Un de ses amis proches est récemment retourné au Tibet après avoir été élevé en Inde et avoir étudié la biotechnologie. « Ses parents ont insisté pour qu’il revienne ».

Sonam Norbu Dagpo, porte-parole du CTA, est d’accord avec la tendance. « Le nombre de Tibétains qui migrent est en augmentation. Les jeunes de la communauté ont des aspirations grandissantes qui, souvent, ne se réalisent pas ici ».

La migration économique, cependant, est une petite partie de l’histoire. L’existence précaire de la communauté tibétaine en Inde est symbolisée par un document appelé « certificat d’enregistrement » et un rituel autour de lui. « Le simple fait de le renouveler est inquiétant. Imaginez que vous vous présentez pour faire renouveler un document, sachant que toute votre existence dépend de cette signature », explique Tenzin Choezin, consultant en chef du Tibetan Career Center dirigé par le gouvernement tibétain, qui guide les jeunes Tibétains à travers différentes options de carrière. Jusqu’à récemment, les Tibétains devaient faire la queue chaque année pour le renouveler. La politique a été modifiée en 2014, rendant le document valide pour cinq ans.

Le facteur indien

Derrière la précarité que porte le CR, il y a les perceptions de l’État indien et de sa politique incohérente envers la communauté. Parmi celles-ci, la première est la contradiction selon laquelle, tout en soutenant la lutte des Tibétains à bien des égards, l’Inde a toujours affirmé que le Tibet faisait partie de la Chine.

En outre, avec l’avancée du Dalaï lama, la communauté reste inquiète sur la politique de l’État, cherchant des signes indiquant que le gouvernement indien ne les laissera pas tomber après sa mort.

Une série d’événements récents ne les a pas laissés très optimistes.

En juin 2017, après un litige d’intérêt public, le gouvernement indien a publié une circulaire que beaucoup estimaient être un rappel grossier de leur précarité. Le gouvernement a demandé aux Tibétains de choisir des passeports indiens pour quitter leurs maisons dans les colonies tibétaines et les prestations sociales correspondantes. De nombreux Tibétains ont paniqué, beaucoup ont protesté. A la suite de ces manifestations, le gouvernement indien a annulé l’ordre en partie. Les Tibétains perdront encore leurs avantages, mais n’auront plus à quitter leurs maisons.

Ce soulagement partiel fourni était de courte durée. Au début du mois de mars, le secrétaire du cabinet PK Sinha avait publié un ordre décourageant les bureaucrates et les dirigeants indiens de participer, ironiquement, à une série d’événements organisés par le gouvernement tibétain en exil. Le but était de remercier l’État indien de son soutien à la communauté au cours des six dernières décennies. (Le ministre de la Culture de l’Union, Mahesh Sharma, était toutefois présent à Dharamsala le 31 mars lors de la cérémonie d’ouverture du programme prévu par les Tibétains.)

« Beaucoup de membres de la communauté continuent de se demander ce que deviendra la communauté après Sa Sainteté et si l’Inde continuera à nous permettre de vivre ici ou pas », explique Tenzin Tselha, directeur national des étudiants pour un Tibet libre.

Ce malaise pousse également de nombreuses personnes à migrer vers des lieux « plus sûrs ». Les parents plus âgés, dit Tselha, pensent à l’avance et demandent à leurs enfants de commencer à regarder au-delà de l’Inde. « Les parents au Tibet demandent à leurs enfants de revenir alors que ceux en Inde poussent leurs enfants à déménager aux États-Unis et en Europe », ajoute-t-elle.

Quand la migration commence la migration

Certains, comme la sœur de Tsering Tso, ne rentrent tout simplement pas. Sa sœur est venue ici à l’âge de 17 ans et y est restée quelques années pour poursuivre ses études. « Mais elle n’appréciait pas; elle ne savait pas comment communiquer avec les gens, en particulier à cause de la barrière de la langue et, par conséquent, elle est revenue récemment », explique Tsering.

La distance que la migration crée dans les relations personnelles est un facteur non négligeable, et les pousse à partir.

Les jeunes tibétains en Inde, séparés de leurs familles au Tibet, sont obligés de compter sur leurs amis proches et leurs connaissances. « Cette situation rassemble les enfants et ils deviennent la famille l’un de l’autre, loin de chez eux, développant des liens très étroits », explique Sonam Dechen, directeur associé du Centre tibétain pour la résolution des conflits de Mcleod Ganj. Il travaille beaucoup avec les jeunes Tibétains. Aujourd’hui, avec cette migration croissante, ces liens pourraient se desserrer.

L’histoire de Kunsang Tenzing en est un exemple. Le jeune homme de 33 ans est arrivé en Inde à l’âge de six ans, après que ses parents divorcés l’aient confié à sa grand-mère. Cette dernière l’a ensuite emmené en Inde. Il n’a jamais vécu avec sa famille depuis. Ils l’ont admis dans un pensionnat, puis ont émigré aux États-Unis. Il se souvient clairement des vacances d’hiver à l’école – il les a passées dans le dortoir parce qu’il n’avait pas de famille.

Kunsang a trouvé du réconfort en compagnie de six amis proches. Ils sont devenus sa famille.

Ils sont tous partis, répartis en Europe et en Amérique du Nord. « Au cours des deux prochaines années, je serai parti aux États-Unis aussi », dit-il.

Mais ce voyage est très difficile. Bon nombre d’entre eux obtiennent d’abord un visa touristique et demandent ensuite l’asile politique en tant que réfugié. Toutefois, leur apatridie rend souvent difficile l’obtention d’un visa de touriste. les habitants disent que seulement deux applications sur dix sont réussies.

« Les agents reçoivent de faux documents et facturent différemment pour chaque pays. Par exemple, le taux en vigueur pour les États-Unis est d’environ 20 lakh », explique Lobsang Wangyal, journaliste et organisateur du concours de beauté Miss Tibet.

Ensuite, il y a les mariages simulés, où des touristes étrangers proposent de « marier » de jeunes Tibétains pour un prix et un visa. Un journaliste local, ne souhaitant pas être identifié, raconte qu’une de ses amies avait accepté de payer un touriste américain proche de Rs 15 lakh pour obtenir un visa de conjoint.

Le CTA admet ces événements. « Il y a une mafia internationale qui travaille sur la contrebande des Tibétains et facture d’énormes sommes d’argent. Par conséquent, nous éduquons notre communauté à ne pas participer à cela », a déclaré Karma Choeying, secrétaire supplémentaire du département de l’accueil du CTA. Il raconte des cas de personnes abandonnées « en Afrique », inattendues et arrêtées. « Nous avons dû travailler avec les agences des Nations Unies pour les faire libérer ».

Les retombées

Certains membres de la communauté croient que la migration aura un effet positif net, ce qui montre que la migration est à l’origine d’une prise de conscience accrue de la cause tibétaine. « La diaspora tibétaine contribue énormément à la cause, notamment en raison de sa situation financière améliorée », déclare Dawa Rinchen, responsable du règlement des colonies de Dharamsala au CTA.

Mais l’émigration laisse peu de temps au CTA avec peu de preneurs pour l’agriculture et l’artisanat, les métiers traditionnels de la communauté. « Les jeunes Tibétains qui poursuivent des études supérieures ne veulent pas revenir à l’agriculture et veulent plutôt déménager dans d’autres pays pour une vie meilleure. Nos sociétés d’artisanat, en particulier, ne se portent pas très bien », a déclaré Choeying, du département d’origine du CTA.

Beaucoup soulignent la « fuite des cerveaux » qui en résulte. « La migration n’est pas mauvaise pour la cause parce que les gens continuent à contribuer à la lutte même quand ils s’éloignent. Le problème est que des personnes qualifiées quittent la communauté tibétaine en Inde, créant un manque de personnes qualifiées et bien formées en Inde », explique Yangtso.

Choezin, du Tibetan Career Center, est d’accord. « Le meilleur de nos esprits s’en va, souvent pour laver la vaisselle dans un café européen ».

Pour de nombreux jeunes tibétains, ayant grandi sans une lettre de leurs parents à cause de la censure en Chine, le désir d’émigrer est souvent lié au désir de trouver enfin un foyer.

Pour certains, comme Tsultrim, 30 ans, son pays d’origine pourrait être les États-Unis, où il prévoit de déménager et de s’installer plus tard avec sa partenaire Molly Laurie, une journaliste américaine basée à Mcleod Ganj. Tsultrim souhaite retourner au Tibet pour voir sa mère malade. Sa demande de visa a été rejetée huit fois par les autorités chinoises.

Pour Tsultrim, âgé de 30 ans, le pays d’origine pourrait bien être les États-Unis. Il prévoit de déménager et de s’installer avec sa partenaire Molly Laurie, une journaliste américaine basée à McLeod Ganj, quartier de Dharamsala. Ce n’est pas sans angoisses. Tsultrim avait très envie de retourner au Tibet pour voir sa mère malade, mais les autorités chinoises ont rejeté ses demandes de visa à huit reprises. Ici, on le voit téléphonant à sa mère. (Anushree Fadnavis / HT Photo)

Pour beaucoup d’autres, comme Yangzom, dont le désir de bouger est motivé par des besoins financiers, la migration signifie laisser derrière elle sa vie en Inde qu’elle a cultivée avec soin. Pour elle, la maison pourrait signifier devoir tout recréer.

Mais certains, comme Yangtso, ont fait la paix en réalisant que cette décision ne mettrait pas fin à la recherche d’un chez-soi, après tout.

« Le concept de maison est compliqué. Quelque part au fond, c’est beaucoup plus que juste être une maison. Peu importe où vous vous installez ».

On the Move: un Tibétain en Inde explique alors qu’elle doit migrer vers l’Ouest pour le bien de sa famille au Tibet

 Tsering Yangzom a fui le Tibet pour venir en Inde il y a 19 ans. Elle prévoit maintenant de déménager dans l’Ouest. (Anushree Fadnavis, Hindustan Times)

Elle devait vérifier elle-même avec incrédulité chaque fois qu’elle étudiait les options. Il y a 19 ans, quand elle a pris la main d’un étranger pour fuir l’horreur de sa vie au Tibet, elle n’a jamais imaginé pouvoir faire ça. Depuis plusieurs mois, elle essayait de trouver différentes façons de retourner au Tibet. Son frère lui demandait constamment de revenir.

Revenir était une grande décision. Lorsque Yangzom a quitté le Tibet, elle n’a pas échappé à l’invasion chinoise. Devenue orpheline alors qu’elle n’avait que quelques mois, Yangzom vivait avec sa tante et son mari. « J’ai été traité comme une servante domestique là-bas; À 5 ans, je travaillais non seulement dans leur ferme, mais aussi dans d’autres fermes », explique-t-elle. Une bonne voisine, témoin de sa lutte, l’a emmenée à Lhassa, un voyage qui a pris 15 jours à pied. De là, elle s’est échappée au Népal et a finalement atteint l’Inde.

Pour elle, la vie en Inde a été « comme un rêve ». Actuellement, elle s’occupe des relations publiques pour le Parti national démocratique du Tibet, le principal parti politique des Tibétains en exil. « Je suis extrêmement satisfait de mon travail. A Mcleod Ganj, vous pouvez faire beaucoup plus pour la cause tibétaine ». Ayant grandi sans elle, Yangzom dit que ce qu’elle apprécie le plus au travail est « l’atmosphère »; Le soutien et la solidarité avec ses collègues devenus des amis proches l’ont maintenue, dit-elle.

Cependant, cela ne la retiendra pas. Il y a une semaine, elle étudiait désespérément toutes les possibilités pour retourner au Tibet. « Il voulait vraiment me voir », insiste-t-elle. Ensuite, elle a reçu un coup de téléphone inattendu de sa sœur au Tibet. Son frère de 42 ans était mort.

Sa famille lui a affirmé qu’il était décédé pendant son sommeil. « Je ne sais pas si c’est un fait ».

Sa mort lui a enlevé la raison de retourner au Tibet. Mais cela lui a donné une bonne raison de quitter Mcleod Ganj néanmoins. « Mon frère a 5 enfants et sa mort les a plongés dans une situation désespérée. Le seul espoir est que je puisse émigrer en Occident et leur envoyer de l’argent pour qu’ils puissent aller à l’école », explique-t-elle.

Yangzom, qui a travaillé dans des organisations non gouvernementales pendant sept ans, sait que l’argent n’est pas suffisant pour subvenir aux besoins de sa famille. Elle ne peut plus se contenter des amis et de la bonne « atmosphère » qu’elle a trouvée ici. Elle espère retrouver cet environnement ailleurs. « Parmi les 14 amis que j’ai eu ici, 13 ont migré vers l’Ouest; la plupart sont en Amérique ».

Dix-neuf ans après sa fuite, Yangzom se prépare à recommencer sa vie.


12 Septembre 2018

« Le Tibet à la recherche d’un équilibre entre la nature et le tourisme »… annonce Qizhala, président du Gouvernement régional

 
 
Des artistes exécutent une danse tibétaine lors de la quatrième Exposition touristique et culturelle du Tibet chinois, le 7 septembre. (Photo Phenthok / Tibet Daily)

La région autonome du Tibet va placer la conservation de l’environnement avant le développement du tourisme, ont annoncé des responsables lors de la quatrième Exposition touristique et culturelle du Tibet chinois, dont la clôture est prévue le 11 septembre.

Selon Qizhala, président du gouvernement régional qui s’est exprimé lors de l’exposition, l’industrie du tourisme de la région s’est développée rapidement ces dernières années et est devenue un moteur de croissance. Le tourisme contribue ainsi à au moins 30% du PIB du Tibet, a-t-il souligné, ajoutant toutefois que si les visiteurs apportent de l’argent, l’écologie est plus importante.

Le nombre de touristes chinois et étrangers que le Tibet reçoit chaque année devrait atteindre 30 millions, contre 10 millions en 2012 et 20 millions en 2015, a-t-il encore précisé.

Néanmoins, en dépit de ce boom du tourisme impressionnant, le gouvernement régional a toujours fait de l’environnement un élément essentiel, a-t-il dit. Il travaille ainsi avec des experts spécialisés sur le plateau Qinghai-Tibet et écoute leurs conseils sur l’équilibre entre la protection de l’environnement et le tourisme. De même, a-t-il ajouté, des efforts sont déployés pour empêcher « le développement aveugle et le surdéveloppement ».

La région prévoit également de réduire le nombre de touristes visitant certains de ses sites touristiques situés à proximité des glaciers, tels que le mont Qomolangma, plus connu sous le nom d’Everest. Une limite maximale de visites du mont Qomolangma sera fixée et mise en œuvre en 2019, a-t-il annoncé.

« Nous devons toujours garder à l’esprit le caractère essentiel de la protection de l’environnement », a encore dit Qizhala.

Depuis 2009, des investissements totaux de 9,6 milliards de yuans (1,4 milliard de dollars) ont été placés dans la protection écologique de la région. Et, selon le gouvernement régional, rien que pour l’an dernier, 1,14 milliard de yuans ont été investis.

De même, afin de mieux protéger la faune, un mécanisme a été mis en place en 2015 en vertu duquel les agriculteurs et les éleveurs ayant subi des pertes causées par des animaux sauvages peuvent obtenir une indemnisation. Jusqu’à présent, 85 millions de yuans ont été dépensés.

En ce qui concerne l’avenir, Yao Tandong, directeur de l’Institut du plateau Qinghai-Tibet de l’Académie chinoise des sciences, a proposé lors de l’exposition de créer davantage de parcs nationaux pour mieux utiliser les ressources touristiques et protéger l’environnement.

 Image : Des marchands de champignons de la ville de Nagqu, au Tibet, vus lors de l’exposition. (Photo Palden Nyima / China Daily)

Grâce aux enquêtes menées par l’équipe d’étude scientifique du plateau Qinghai-Tibet, la région envisage actuellement la création de quatre parcs nationaux dans la région, notamment le plus grand lac du Tibet, le Siling Co, le mont Qomolangma, le grand canyon de Yarlung Zangbo et enfin la forêt terrestre du royaume de Guge.

Une fois que ces parcs nationaux pittoresques auront été établis, une planification unifiée pourra être entreprise pour les protéger afin de minimiser les dommages causés par le tourisme sur l’environnement, a enfin déclaré Qizhala, le président de la région.

(Rédacteurs : Wei SHAN, Yishuang Liu)


1er Septembre 2018

LHASSA : Visite officielle ubuesque du PCC au Tibet, comme de coutume…

Wang Yangin lors de sa visite du mémorial à Gannan, préfecture autonome du Tibet, 21 Mai 2018. Photo- Xinhuanet

Lors de sa visite au Tibet occupé, Wang Yang,  membre permanent du Politburo, a appelé le dimanche 26 août à « de plus grands efforts pour lutter contre les éléments et les activités séparatistes » au sein du Tibet, pour l’unité ethnique et l’harmonie religieuse.

Xinhua, l’agence officielle du Gouvernement chinois, rapporte que M. Wang pressait les autorités à appliquer avec attention la politique du PCC au sujet de la gouvernance des zones tibétaines et qu’elles devaient comprendre totalement le sens et l’importance du travail dans ces zones.

Durant sa visite à Lhassa, M. Wang, numéro 4 du PCC, a également appelé à un contrôle plus sévère des institutions bouddhistes du Tibet et des communautés monastiques, insistant sur la « préparation et les précautions à prendre contre le danger en ces temps de sécurité ».

La lutte anti-séparatiste conduite par la Chine ( officiellement attachée au terrorisme, NdT ), tout d’abord au Tibet, a vu des centaines de Tibétains susceptibles d’être condamnés pour « incitation au séparatisme », une charge impopulaire. Plus récemment, l’activiste pour la langue tibétaine Tashi Wangchuk a vu son appel rejeté.

Tashi Wangchuk et beaucoup d’autres Tibétains continuent à souffrir dans les prisons chinoises pour des charges prononcées dans un simulacre de justice mené par cette « lutte contre le séparatisme ».

De façon répétée, le Gouvernement chinois  accuse Sa Sainteté le Dalaï Lama de « séparatisme »  et le Gouvernement tibétain en exil d’« organisation séparatiste », alors qu’ils abordent l’autonomie tibétaine dans le cadre de la constitution chinoise et de la « Voie médiane ».

Puisque Phayul note une contradiction du PCC au sujet du soi-disant séparatisme, revenons également sur l’idée d' »harmonie religieuse » selon le Parti unique. Le PCC vient en effet, dans sa logique de lutte contre la « corruption », d’inviter les membres croyant en une religion à se rééduquer ou bien à devoir subir les conséquences s’ils ne se rallient pas tout à fait à l’idéologie prônée par Xi Jinping. Une proposition inscrite dans le règlement du Parti qui pourra exposer à la peine capitale selon RFA.

Revenons également sur le principe d’« unité des ethnies » : est-ce à comprendre, dans le langage lissé du PCC, la suprématie des Hans communistes sur le reste des Peuples, Tibétains, Ouïghours… et puis aussi sur les Hans croyant en une religion, pratiquant le Falun Gong, croyant en la démocratie…

http://www.tibet.fr/dossiers_speciaux/le-dalai-lama-adversaire-du-separatisme-point-de-vue-dun-intellectuel-chinois/

APACT  
 


Association Humanitaire exclusivement composée de bénévoles qui vient en aide aux réfugiés tibétains qui mènent la vie de l'exil et du dénuement dans les camps installés depuis 57 ans en INDE et au NEPAL.












 
Apact sur Facebook  
   
Publicité  
   
Site Internet.  
 
Association Paloise pour l'Art et la culture du Tibet archives 1986-2008


APACT sur Facebook




http://perso.numericable.fr/apact


Galerie de photos


"Mainpat 2009" le film


"Mainpat 2011" le film


"Mainpat 2013"


"Le Lion des Neiges"Film documentaire de Claude Le Gallou




PARRAINAGES DE COMMUNES EUROPEENNES AVEC DES COMMUNES TIBETAINES


Hommage à Phurbu Dolma




Beru Khyentse Rinpoche à Pau Aout 2013




Prisonniers Tibétains


Discours de Monsieur Robert BADINTER, Ancien Ministre de la Justice Lors du RASSEMBLEMENT EUROPEEN POUR LE TIBET à PARIS le 14 mars 2015.

 
Siège Social.  
 

 
Adresse postale.  
 

---------- Contact ----------
info@apactpau.fr
apactpau@yahoo.fr
apactpau@free.fr
apact64@yahoo.fr - webmaster
 
visiteurs  
   
Visiteurs. 335822 visiteurs (818280 hits)