Pau Tibet
Rubriques  
  Infos
  => Janvier 2016
  => Février 2016
  => Mars 2016
  => Avril 2016
  => Mai 2016
  => Juin 2016
  => Juillet 2016
  => Aout 2016
  => Septembre 2016
  => Octobre 2016
  => Novembre 2016
  => Décembre 2016
  => Janvier 2017
  Année 2015
  Année 2014
  Année 2013
  Année 2012
  Année 2011
  Année 2010
  Année 2009.
  Historique de l'APACT.
  Hommage à Phurbu
  Rencontre de Denise Campet Puntsok Drolma avec S.S. Dalaï Lama.
  Mainpat 2007
  Mainpat 2009
  Mainpat: travaux et projets.
  Mainpat 2011
  Mainpat 2013
  Mainpat 2014
  Mainpat 2015
  Mainpat 2016
  Bodnath le 10 Mars 2009.
  Pokhara 2009
  Dharamsala 2009
  Salle de classe du monastère de Pawo Rinpoché au Népal.
  Université de Bengalore
  Les écoles en Inde, Népal et Bouthan
  Gandhi School Mainpat Mai 2012
  Parrains et Filleuls.
  Témoignages des filleuls
  Parrainage.
  A.G. de l'APACT 16 Mai 2009.
  A.G de l'APACT 8 Mai 2010
  A.G de l'Apact le 14 Mai 2011
  A.G de l'Apact le 12 Mai 2012
  A.G de l'Apact le 20 Avril 2013
  A.G de l'Apact le 13 Avril 2014
  AG de l'Apact le 10 Avril 2015
  A.G de l'Apact le 2 Avril 2016
  Fête annuelle de l'APACT.
  Fête annuelle de l'APACT 2010.
  Fête annuelle de l'APACT 2011
  Fête annuelle de l'Apact 2012
  Fête annuelle de l'APACT 2013
  Fête annuelle de l'APACT 2014
  Fête annuelle de l'APACT 2015
  Fête annuelle de l'APACT 2016
  Béru Khyentsé Rinpoché à Pau.
  Actualité PAU.
  Exposition peintures Tashi Norbu
  Méssage de SS Dalaï Lama au peuple Tibétain.
  Déclaration Universelle des Droits de l'Homme.
  Discours de Mr Badinter le 14 Mars 2015
  Prisonniers Tibétains
  Seisme du Népal 2015
  Galerie
  Partenaires.
Infos
Qu'est ce qu'être parrain ou marraine ?




Rubrique Parrainage




Bonjour à tous 

Venez nombreux à Nay pour admirer 
 
l'exposition " TIBET:PAYSAGES ,VISAGES ,NOUVEL AN "
 
Cette exposition a lieu du samedi 18 au samedi  25 fevrier 2017
Horaires d'ouverture de 10 h a 12h puis de 14h a 18h (fermeture le dimanche et le lundi)
Lieu :dans la belle "maison carrée" (maison du XVIeme siecle renovée depuis 20 ans sur la place principale de Nay)
 
Vous y trouverez 
 
*de magnifiques photos faites par Claude Guyot et agrandies en taille poster 
*des informations sur le Losar ,nouvel an tibétain 
*de l'artisanat tibétain fabriqué par les refugiés tibetains de Mainpat(Inde)
*des gourmandises tibetaines sucrées et salées =les Kapsés ,faites par les bénévoles de l'APACT
*un diaporama sur les refugiés tibetains à Mainpat et sur la fabrications des kapsés
 
L'entrée est libre ; Les photos, l'artisanat et les kapsés sont en vente .Toutes les recettes seront utiles au financement de projets (en particulier agricoles) prevus en 2017 pour les refugies de Mainpat.Les permanants de l' APACT sur place pourront vous renseigner .
 
N'oubliez pas de transmettre ce message à vos amis susceptibles de venir à l'exposition . 
Merci d'avance pour votre aide et au plaisir de vous voir à Nay !!
Losar Tashidelek ( Que cette nouvelle année soit auspicieuse)
 
les membres de l'APACT :Association Paloise pour l'Art et la Culture du Tibet
 
 
Tibétains à Lhassa (photo Claude Guyot)


Urgence parrainages 19 Février 2017

A partir du mois de mars 2016 les frais de scolarité des élèves de TCV passeront de 
38 à 42€ ou de 45 à 55€/mois (TCV Selakui)

Liste des parrainages très urgents (mise à jour le 20/02/2016)

Etudiants en bleu

Elèves de la maternelle à la terminale en rouge

Elèves de TCV en orange

Bébé en vert



Personne âgée et Nonne en noir

 

 

Nom

sexe

âge

situation

Somme/mois

1200

BHODI LHAMO

F

1946

Agée et malade

20€

1224

ANIL (indien)

F

1990

Collège

25€

1230

TSEYANG     

F

1954

Agée et malade

20€

 

1940

TENZIN TSEKYI

F

2013

Maternelle

15€

1931

DECHEN SANGMO

F

1993

Master Sc               infirmière         1ère année/2

40€ en complément

1981

TENZIN YANGZOM

F

2014

Bébé

15 à 20€

11040

PEMA CHOEDON

F

1995

Collège sciences B Sc psychologie  2ème année/3

35 à 40€

11070

TEUNDOUP

M

1940

Agé et malade

20€

Complément

11141

TENZIN TSELHA  Très urgent à remplacer

F

2007

CM1

20€

11210

TENZIN CHIMEY

F

1998

B Sc pharmacie 1ère année

30€ en complément

           
           
           

11370

DAWA PUNTSOK Très urgent à remplacer

M

1995

Collège Bangalore BA                           2ème année/3

20€ en

Complément

11410

KARDO & NYIMA DORJEE

F & M

1945 & 1944

Agés

25€

 

 

 

11430

DARAM SINGH (indien)

M

2006

Maternelle

15€

 

11580

TENZIN GYALPO   Très urgent à remplacer

M

1994

Collège BA Delhi 1ère année

35 à 40€

 

11940

DJAMPHEL CHONZOM

F

1984

HIV mari décédé          Pour ses soins

20€

 

12240

KIRAN (indienne)

F

2003

6ème

18€

 

12240

SINDU (indien)

M

2007

CP

15€

 

12320

TSERING

F

1939

Agée et malade

20 à 25€

 

1…

ADHA et sa femme LHAMO

M&F

1944

Agés et malades

20€

 

1…

ALAY GONPO

M

1947

Agé et malade

20€

 

1…

CHATOR

M

1944

Malade et âgé

20€

 

1…

THINLEY PUNTSOK

M

1938

Agé et malade

20€

 

1…

KHANDO & TENZIN PHUNTSOK            (muet)

F &

M

1934

1975

Agés et malades

20 à 25€

 

 

31..

TENZIN LODOE

M

2007

TCV up

CE2

42€

3186

TENZIN TSEPHAL

F

1994

B Sc 1/3

Physiologie

40€

 

31..

TENZIN TSERING

M

1994

Université Dalaï Lama Bangalore

78€/mois cela peut être 2            parrainages

31…

VINAY KUMAR

M

2005

TCV Chauntra CM2

42€

31..

TENZIN NGADON

F

2014

Bébé, père Karma Tsering

15 à 18€/mois

31..

TENZIN YANGKYAB

M

2002

TCV up          4ème

42€

31480

TENZIN TSETEN          Très urgent à remplacer

M

2009

 

TCV up

CE1

30€

31480

TENZIN GYALTSEN        Très urgent à remplacer

M

2011

Maternelle

30€

 

31…

TANZIN RABGA

M

2007

TCV Chauntra  CE1

42€

31…

TANZIN THAPKE

M

2007

TCV Chauntra CE1

42€

31..

TENZIN PEMA

F

2005

TCV Bylakuppe CM1

42€

31..

TENZIN TSUNGMEY

M

2010

TCV Bylakuppe CP

42€

31..

TENZIN YANGZOM

F

2006

TCV Bylakuppe CM1

42€

31..

THUPTEN JAMPA orphelin

M

2005

TCV Bylakuppe CM2

42€

31..

TENZIN JAMPA      Semi orphelin

M

1998

TCV Gobalpur 2nde

42€

31..

TENZIN DORJEE

M

2003

TCV Gobalpur 5ème

42€

 

34…

Ani TSERING DOLMA

F

 

Nonne

15 à 18€

34..

Ani NGAWANG PALMO

F

1983

Nonne

15 à 18€

34..

Ani NYIGEY SANGMO

F

1981

Nonne

15 à 18€

34..

Ani PALDEN SANGMO

F

 

Nonne

15 à 18€

34..

Ani PEMA DAMCHOE

F

1979

Nonne

15 à 18€

34..

Ani SAMTEN SANGMO

F

 

Nonne

15 à 18€

34…

ANI TSULTRIM

F

 

Nonne

15 à 18€

34…

Ani KUNSANG LHAMO

F

 

Nonne

15 à 18€

34…

ANI TASHI LHAMO

F

 

Nonne

15 à 18€

 

 

 

 

 
Pour toute demande de renseignements ou pour indiquer votre choix cliquez sur une des 2 adresses mails suivantes


Contact: info@apactpau.fr -  apactpau@free.fr - 

Téléphone: (+33) 05 59 32 70 79  ou 06 81 13 97 90

Adresse:  APACT Pau
                              2 rue Louis Barthou
                          64140 BILLERE
               FRANCE


Retrouvez l'Apact sur Facebook:  https://www.facebook.com/groups

Suivez quelques infos de Mainpat sur la page facebook de Mainpat (Mini Swiss)


Cliquez sur l'image
 

Actualités

19 Février 2017

Le Tibet a nouveau fermé par la Chine à l’approche de l’anniversaire du soulèvement de mars 1959

Comme chaque année depuis 2008, la Chine a de nouveau fermé la région autonome du Tibet aux voyageurs étrangers non chinois, du 25 février au 1er avril. Une fermeture qui n’a été précédé d’aucune annonce officielle.

La raison est Claire :  empêcher les étrangers d’assister à toute manifestation qui pourrait avoir lieu pendant la commémoration du soulèvement tibétain de 1959 et les manifestations de 2008, lourdement réprimées par l’Etat chinois. Pour l’occasion, la présence policière et militaire ont été renforcée.

Les tour-opérateurs ont annoncé sur les sites Web au début de janvier que la “fermeture annuelle” du Tibet à des étrangers serait exécuté cette année du 25 février au 1er avril. De ce fait, tous les étrangers sont dans l’obligation de quitter le Tibet avant le 24 février, a déclaré de Washington, International Campaign for Tibet (Jan 27) .

Chaque année, à travers le monde, les Tibétains commémorent le soulèvement populaire qui a eut lieu à Lhassa le 10 mars 1959. C’est au cours des années 1949/50 que les troupes de l’armée chinoise envahirent le territoire tibétain. Egalement, le 14 mars marque la date de protestation d’un groupe de moines à Lhassa. Un acte qui a suivi un soulèvement sur l’ensemble du plateau tibétain. La répression brutale des manifestations de l’armée chinoise a conduit à des massacres à grande échelle, à des arrestations, à des restrictions sur les mouvements et à la répression des institutions religieuses. Le Tibet a été coupé du reste du monde.

Cette année, la Chine a empêché des milliers de pèlerins tibétains d’assister à une cérémonie religieuse majeure présidée par le Dalaï-Lama, le chef spirituel des Tibétains en exil. La célébration a eu lieu au site le plus sacré du bouddhisme, Bodh Gaya, dans l’État indien de Bihar, du 2 au 14 janvier. Les passeports tibétains ont été confisqués et une sévère punition a été attribuée à tous ceux qui ne rentrer pas à temps chez eux.

La Chine méprise le Dalaï Lama, en le qualifiant de séparatiste, alors qu’il demande seulement d’appliquer honnêtement la loi de la RPC sur l’autonomie des minorités ethniques, au Tibet.


19 Février 2017

Le premier ministre tibétain annonce une révision de la politique d’émancipation des femmes

Dharamsala, le 2 février. Le premier ministre tibétain, Dr. Lobsang Sangay, a annoncé que son administration avait révisé sa politique quant à l’émancipation des femmes.

Le diplômé d’Harvard a déclaré que le 15ème Kashag (qu’il a lui même présidé) a fait tout son possible pour que les tibétaines deviennent égales aux hommes dans tous les domaines et tous les aspects de la société à travers une participation égalitaire aux activités socio-économiques et politiques. « La politique existante quant à l’émancipation des femmes, décidée en 2008, a permis de grands bénéfices quant à l’égalité entre les hommes et les femmes. Mais comme il n’y a jamais de fin au progrès et au changement autour du monde, une révision était nécessaire » a déclaré le premier ministre, en précisant que le 14ème Kashag avait bien contribué à l’écriture du brouillon de ce projet.

Sangay, dans son deuxième mandat consécutif, a précisé que l’administration actuelle reconnaissait le besoin de réviser cette politique pour permettre aux femmes tibétaines de prendre part égalitairement à toutes les activités socio-économiques et politiques du pays, ainsi que pour contribuer au progrès de la communauté et du monde.

Les mesures, révisées en sept points, couvrent les droits des femmes et les droits humains au Tibet, l’éducation, la santé, l’économie, la politique, les enjeux sociaux ainsi que la protection contre la violence basée sur le sexe ou le genre.

Le premier ministre tibétain Lobsang Sangay avec Topgyal Tsering, secrétaire du Kashag annonçant que le 15ème Kashag avait révisé sa politique concernant l’émancipation des femmes le 2 février. February 2, 2017. Photo- Phende/TibetNet

Alors qu’il expliquait les différentes clauses des nouvelles mesures le premier ministre à indiqué : « les femmes tibétaines ont toujours pris un rôle crucial dans la lutte et la protection des traditions religieuses, linguistiques et culturelles du Tibet. Il est donc important que les femmes en exil puissent approfondir leurs lien à la culture pour en devenir des protectrices fortes. »

Fier qu’il n’existe pas d’écart de salaire entre les hommes et les femmes, Lobsang Sangay a aussi communiqué sur le fait qu’aujourd’hui 45% des employés du gouvernement tibétain en exil étaient des femmes.

Le leader politique tibétain, condamnant le harcèlement sexuel dans les écoles, les camps, les maisons et au travail, a dit que de tels actes étaient inacceptables et ne devaient pas être passés sous silence.

Comme part intégrante des engagements sur l’émancipation des femmes, l’administration représentée par Sangay a organisé ce qui est appelé la première Conférence pour le Droit des Femmes, du 21 au 23 février à Dharamsala. Cette conférence verra se rassembler près de 250 participants (hommes et femmes) venus de tous les coins du monde.


19 Février 2017

La Chine défavorable aux pressions du nouveau ministre des Affaires étrangères de Donald Trump en faveur du dialogue sino-tibétain

Un officiel chinois de haut-rang a déclaré vendredi 3 février qu’il est “impossible″ d’instaurer un dialogue avec le leader tibétain en exil, Sa Sainteté le Dalaï Lama, après que le secrétaire d’état Rex Tillerson, nouveau ministre des Affaires étrangères de Donald Trump, ait déclaré plus tôt dans la semaine que son nouveau gouvernement mettra tout en œuvre pour promouvoir le dialogue entre Pékin et le leader tibétain.

L’organe de presse officiel chinois, Global Times rapporte que Zhu Weiqun, chef du comité des affaires ethniques et religieuses, aurait déclaré que le dialogue entre les deux parties n’aurait jamais lieu car la Chine ne reconnaît pas la légalité de l’organisation tibétaine.

Le même official chinois déclare également que les Etats Unis ne devraient pas instrumentaliser le Dalaï Lama pour semer le trouble et remettre en cause la souveraineté de la Chine. Il a par ailleurs affirmé qu’une telle attitude de la part des Etats Unis ne pourrait que refroidir les relations entre les deux pays.

Mardi, l’ex-PDG d’Exxon Mobil et ministre récemment nommé Rex Tillerson a déclaré: “Tout en reconnaissant que le Tibet fait partie de la Chine, je continuerai à encourager le dialogue entre Pékin et les représentants du Gouvernement Tibétain en exil et/ou le Dalaï Lama.″

Tillerson a également dit qu’il encouragerait Pékin et les gouvernements des autres nations à respecter et à préserver l’identité culturelle, linguistique et religieuse spécifique du peuple tibétain dans le monde entier.

Le gouvernement tibétain en exil, basé à Dharamshala, en Inde, et que l’on connaît officiellement sous le nom d’Administration Centrale Tibétaine a adopté une position officielle qui est celle de l’approche de la Voie du Milieu (Middle Way) dans la résolution de la question tibétaine. La Chine, cependant, a en de multiples occasions déclaré qu’elle rejetait cette proposition.


19 Février 2017

Des pèlerins stoppés à la frontière et interdits de fêtes religieuses au Tibet

Un instantané, à partir d’une vidéo non datée, montrant un pèlerin Tibétain cerné par la police à la frontière du Sichuan

Dharamshala – Des Tibétains voyageant depuis la province du Gansu, au Nord-Ouest de la Chine, pour assister à un rassemblement religieux dans la province voisine du Sichuan, ont été bloqués à la frontière où leur à été signifié de « ne pas aller plus loin », selon une de nos sources dans la région.

Aucune raison n’ a été donnée à ce blocage des pèlerins dans leur voyage au monastère Kirti dans la Préfecture Autonome Tibétaine de Ngaba au Sichuan, a expliqué cette source,au TPI cette semaine.

« La police a juste dit qu’aucun véhicule n’était autorisé à traverser la frontière », continue cette source, sous couvert de l’anonymat.

« Ils ont dit aux pèlerins d’abandonner leurs voitures car ils ne seraient autorisés à poursuivre leur voyage qu’à pied ».

« Ces restrictions ciblées ont profondément blessé les Tibétains en pèlerinage », nous explique cette source.

Une autre source ajoute, à condition que son nom ne soit pas mentionné, que les pèlerins du Gansu allaient à Kirti pour des motifs religieux et n’avaient commis aucun crime.

« Nous ignorons si ces ordres venaient de plus haut dans la hiérarchie ou si la police agissait arbitrairement ».

Le monastère Kirti de Ngaba a été marqué par de multiples auto-immolations et protestations de moines, d’anciens notamment, et de nonnes, opposés à la domination chinoise dans les régions tibétaines.

Des descentes de police au monastère, en 2011, avaient été marquées par une rafle des centaines de moines pour les expédier en « rééducation politique », alors que les Tibétains qui avaient tenté de les protéger étaient battus et jetés en prison, comme ces sources l’avaient relaté dans nos reportages antérieurs.

Les grands rassemblements au monastère sont étroitement surveillés par les forces de sécurité chinoises, avec des agents en civil se mêlant à la foule pour prévenir tout « événement indésirable », nous a expliqué une source vendredi dernier.

« Désormais, les Tibétains du Gansu sont empêchés de se rendre sur place.« 

Le Tibet a été envahi par la Chine communiste en 1949. Depuis, entre 1,2 à 6 millions de Tibétains ont été tués, plus de 6000 monastères détruits, des meurtres, viols, détentions arbitraires, actes de torture, traitements cruels, inhumains et dégradants ont été infligés aux Tibétains à l’intérieur de leur pays. Pékin persiste à appeler cela une « libération pacifique ».


19 Février 2017

PARIS / PEKIN : « La Chine a gagné sans livrer bataille »… la France s’est autocensurée au sujet du Tibet et des droits de l’homme… Réponse à la question posée par le cas de Sonam ?

chine elus

Dans la perspective d’attirer des investissements chinois, la France s’est autocensurée au sujet du Tibet et des droits de l’homme, analyse François Godement, spécialiste de la Chine.

Propos recueillis par Marc Epstein, publié le , mis à jour à

Note de la rédaction de la France Tibet : 

Dans notre article précédent, posté vers 14h, nous nous posions une question …

 

 

« TOULOUSE  / ALERTE ROUGE : Un virus asiatique a-t-il contaminé le Préfet, qui ordonne l’expulsion d’un Tibétain ?

Quelle mouche a piqué Monsieur le Préfet ? »

Voici donc la réponse par ce professeur de Sciences Po Paris,  sans aucune concertation bien sûr ! Coïncidence ? Serendipité ? Fort amusant, quoiqu’il en soit !!

Quels sont les relais d’influence de la Chine en France?

La représentation diplomatique, au sens large, repose sur une mécanique ancienne et très forte. Ce pays possède une énorme ambassade, avenue George-V, et un grand centre culturel situé à 100 mètres du Quai d’Orsay. Il a aussi racheté l’ex-ministère de la Coopération, afin d’y établir les services de la chancellerie, et dispose d’un grand service à Chevilly-Larue, dans la banlieue parisienne, soupçonné d’abriter un centre d’écoutes satellitaires.

 Au-delà, beaucoup de régions chinoises et de grandes entreprises ont des représentations à Paris, parfois très luxueuses, ou en province. Dans ce domaine, le cas le plus frappant a été le rôle joué par Georges Frêche, avant son décès: dès 1981, alors maire de Montpellier, il pilote le jumelage de sa ville avec la municipalité de Chengdu. La région Occitanie est aussi partenaire de la province du Sichuan.

LIRE AUSSI : La France sous influence étrangère

Peut-on parler de propagande?

Oui et non. Les Français, comme d’autres, sont nombreux à être invités en Chine : outre les politiques, des universitaires sont sollicités pour enseigner ponctuellement dans les établissements chinois, parfois par le biais des associations scientifiques.

Les thèmes proprement politiques sont moins porteurs. En 2014, de nombreuses entreprises françaises ont contribué à la Nuit de Chine au Grand Palais, à l’occasion du 50e anniversaire des relations diplomatiques entre Paris et Pékin, mais l’événement n’a pas rencontré le succès espéré. A titre de comparaison, un pays comme la Russie développe un discours inventif et créatif, porté par des diplomates qui connaissent la culture européenne. Ce n’est pas le cas de la Chine: l’ambassadeur, à Paris, ne parle pas français.

Quid des médias?

Si les Chinois font pression sur les anglophones, ils semblent peser moins sur les Français, même si la correspondante de L’Obs, Ursula Gauthier, a été expulsée de facto en 2016.

LIRE AUSSI : Des élus français très zélés avec les pays autoritaires

Le Tibet et la situation des droits de l’homme en Chine mobilisent-ils toujours?

Très peu d’élus y font allusion. Sur ces sujets, la Chine a gagné sans livrer bataille: la perspective d’attirer des investissements d’entreprises chinoises amène les uns et les autres à s’autocensurer. Voyez la mairie de Paris. Il y a une dizaine d’années, elle prenait position sur la situation des droits de l’homme. Aujourd’hui, elle ne se manifeste guère. Entre-temps, la capitale française est devenue la ville la plus visitée au monde par les touristes chinois.

François Godement est directeur du programme Asie et Chine de l’European Council on Foreign Relations (ECFR), professeur de sciences politiques à Sciences po.

Dans notre article précédent :

TOULOUSE  / ALERTE ROUGE : Un virus asiatique a-t-il contaminé le Préfet, qui ordonne l’expulsion d’un Tibétain ? : quelle mouche a piqué Monsieur le Préfet ? voici  donc la réponse par ce professeur.


19 Février 2017

TOULOUSE / ALERTE ROUGE : Un virus asiatique a-t-il contaminé le Préfet, qui ordonne l’expulsion d’un Tibétain ?

drapeau_flottant

Oui… quelle mouche pique les Préfets actuellement …?

En ces temps de grippe aviaire … d’origine asiatique, il est presque normal de se poser la question !

La période électorale et ses soubresauts ferait-elle craindre à nos Préfets une néfaste chasse aux sorcières, s’ils n’appliquent pas les ORDRES.

Au fait, quels ordres ? Pourquoi cette expulsion d’ un demandeur d’ asile réfléchi alors que nous, citoyens ordinaires, sommes bien obligés d’accepter les migrants imposés par les mêmes autorités françaises …? sans consultation des citoyens d’ailleurs…

Ou bien ce Gouvernement n’est -il pas tout simplement inféodé à Pékin, pour toutes les raisons imaginables relatives au business et aux investissements escomptés.

N’ oublions pas les problèmes de l’ aéroport de Toulouse, l’attente d’industriels chinois sur la zone aéroportuaire de Châteauroux Déols en Berry, les ventes d’ excellentes terres à blé… seulement 16 000 hectares, encore en Berry… le lait récolté en Bretagne pour expédier en poudre vers la Chine ….

Il semble que Madame Merkel, plus  affirmée dans le domaine des Droits de l’ homme ait pourtant de meilleurs résultats commerciaux.

Rappelons que le Dalaï Lama  a été plus que snobé par les autorités françaises, lors de sa venue en France  à l’automne 2016 …

Donc retour à à Toulouse : le cas de Sonam nous inquiète ENORMEMENT.  Sonam est sous le coup d’une mesure d’expulsion avec renvoi vers l’Italie où il avait touché le sol européen la première fois ; mesure décidée par Monsieur le Préfet Mailhos, alors que Sonam a pu retrouver un membre de sa famille dans cette ville, ce qui est démenti par le même Préfet, mais confirmé par une professeure de l’ INALCO, qu’ on ne peut soupçonner de

… Sonam a aussi déjà bien entamé un processus d’ intégration dans notre pays, suivant assidûment ses cours de langue française, ce qui, reconnaissons-le, n’est pas le plus courant des migrants ou des demandeurs d’asile.

En Italie, la communauté tibétaine est réduite à quelques moines. En France, cette Communauté tibétaine, non violente par ailleurs, est importante depuis les premiers Tibétains orphelins invités par le Général de Gaulle, alors que même il reconnaissait la Chine.

Merci d’avoir donné ces quelques minutes pour prendre connaissance de ce cas particulier et inédit et de consacrer  encore quelques instants afin d’ envoyer un court et clair message à Monsiieur le Secrétaire Général de la Préfecture de Toulouse, à défaut de pouvoir joindre Monsieur le Préfet.

MERCI  d ‘apporter votre soutien à Sonam

 et de signer cette pétition

 https://secure.avaaz.org/fr/petition/Monsieur_Pascal_MAILHOS_Prefet_de_Haute_Garonne_contester_larrete_dexpulsion_concernant_Sonam_Dondhup_tibetain/?pv=0&fb_action_ids=10211914665044865&fb_action_types=avaaz-org%3

 Merci aussi, si vous le souhaitez d’ utiliser le lien suivant pour tenter de stopper cette expulsion et faire connaître votre soutien :

http://www.haute-garonne.gouv.fr/Contactez-nous

Que faire ? 

Monsieur le Préfet est en vacances … normal c’est la saison … ! Il est donc impossible de demander un entretien ou de lui soumettre une ultime requête.

LE  « GUICHET »  répond …mais avec tant d’agressivité hautaine qu’il eût mieux valu qu’il fut fermé ! Bien sûr, le Consulat de Chine de Toulouse n’est pas loin … ! des pressions plus rapprochées existeraient-elles ? qui sait ?Airbus … l’ Aéroport de Toulouse Blagnac  … Obéit-on à ce point ? … « au pied » ?

Alors, voici la situation et le parcours de Sonam, présentée par l’un de ses professeurs  : 

« Sonam Dhondrup, jeune Tibétain arrivé en France après être passé en Italie, risque d’être renvoyé en Italie ce MERCREDI 15 janvier 2017.

Sonam est actuellement en centre de rétention – situé au bout de l’aéroport… donc inaccessible – prêt pour le départ en avion, via Paris, pour Rome où l’attendra la police italienne.
Le renvoi en Italie en soi n’est pas tragique mais personne ne peut affirmer que si Sonam risque d’être renvoyé en Inde ou ailleurs. Mais aussi il serait logique et humain de considérer que  Sonam a commencé à apprendre le français, qu’ il a pu retrouver de la famille à Toulouse.
Nous savons aussi que la Communauté tibétaine en France est très nombreuse et solidaire , ce qui n’est pas le cas en Italie ou  cette Communauté n’est pas représentée.
Il souhaite donc ardemment rester en France. »
Sonam a le soutien de plusieurs Parlementaires entre autres Messieurs Bloche, Folliot, Lucca…, de plusieurs Maires de la région de Toulouse, membres du Collectif de Parrainage de Communes du Tibet par des Communes  de France …
Le député P. Folliot a déjà écrit plusieurs lettres pour appeler le Préfet de Haute Garonne à la clémence, en vain…. Un réfugié tibétain en voie d’ intégration est donc si dangereux aux yeux de Monsieur le Préfet ? La loi vous dis- je …la loi … l’article Dublin, alinea 3
Mr Roland Barraux, diplomate et écrivain, ancien Ambassadeur de France qui fut en poste à Kathmandu et ne connaît que trop bien la situation des Tibétains et les persécutions subies, lui apporte aussi son soutien … « 

Lettre adressée par M. Jean Louis Halioua 

 Maire de Salles sur Garonne et et initiateur de la Campahgne de Parrainage  à

Monsieur le Préfet,

Alerté par la situation de M. Sonam DHONDUP, je vous demande de bien vouloir réexaminer son dossier et d’éviter qu’il soit renvoyé en Italie, pays où M. Dhondup n’a absolument aucun lien familial.

Au vu des différents courriers qui vous ont été adressés, en particulier par des parlementaires et par le Bureau du Tibet, vous avez pu constater la volonté de M. Dhondup de s’intégrer le plus rapidement possible dans notre pays. Il suit des cours de français de manière assidue, réside chez un des membres de sa famille.

Vous n’êtes pas sans connaître, les difficultés politiques que subissent les Tibétains sur leur territoire depuis des décennies.

Les immolations trop nombreuses, les interdictions sur le plan religieux, les arrestations musclées, les incarcérations pour raison idéologique ou politique, les tortures sont des raisons qui expliquent la volonté de certains jeunes tibétains de fuir à regret leur pays pour essayer de trouver la sécurité dans un pays qui respecte la démocratie.

Nous sommes encore dans le monde, le symbole même de l’accueil des peuples opprimés et du refuge trouvé dans le giron de la démocratie.

Monsieur le Préfet, vous savez aussi que les Tibétains sont des citoyens très respectueux des lois de par leur philosophie non-violente. Ils n’ont de cesse d’aider les autres, de cultiver une fraternité ouverte et tolérante. De par leur principe et leur culture asiatique, un Tibétain ne souhaite pas être assisté par une communauté. Les Tibétains sont habitués à un contexte de vie plus difficile qu’en Occident et ils n’ont pas peur de s’investir dans le monde du travail.

Monsieur Sonam Dhondup, accompagné par sa communauté et par son réseau d’amis, a un objectif professionnel et souhaite s’accomplir au sein de notre pays.

En tant que représentant du Collectif des Communes qui parrainent des Communes tibétaines, et au nom de mes confrères, je sollicite votre bienveillance afin de bien vouloir réexaminer la situation de M. Dhondup, et de lui permettre de réussir son projet d’être un citoyen français enfin libre et heureux.

Dans l’attente d’une réponse positive de votre part, veuillez agréer, Monsieur le Préfet de Région, l’expression de ma haute considération.

 Jean Louis Halioua 

 Maire de Salles sur Garonne 

 Et en piqûre de rappel …

 N’oublions pas aussi que le Préfet de Haute Savoie, en date du 15 décembre 2016, a sommé Monsieur  Jean Luc Bidal de retirer le drapeau du Tibet de la Mairie de Sciez, Commune  engagée pour le Tibet, de  longue date ! Cette sommation seulement quinze jours après sa prise de fonction fin  novembre 2016… ;  sans aucun doute sous la pression de M. Bernard Accoyer poussé par le lobby chinois en France, puisque  Monsieur Accoyer se trouve  être vice-président du Groupe d’Amitiés France chine à l’ Assemblée  Nationale, en même temps d’ailleurs que Maire d’Annecy le Vieux donc collègue de Jean luc Bidal !
CQFD
RESTONS VIGILANTS
Attention au suivi de toutes nos actions… le vent tourne mal, semble-til 
Pékin se sentirait-il tout puissant en France ?
Merci de votre attention et de votre soutien.
Le Bureau de France Tibet

19 Février 2017

Le Tibet n’est pas un problème intérieur de la Chine mais bien un pays occupé

Lors d’un récent dîner organisé par l’ancien envoyé américain en Inde la Chine a émis des objections quant à la présence de Lobsang Sangay , Premier ministre du gouvernement tibétain en exil, à New Delhi.

L’inquiétude de la Chine souligne sa préoccupation croissante à préserver dans le monde l’apparence légitime de sa présence au Tibet.

La Chine a déclaré qu’elle s’opposait fermement aux contacts officiels de tout pays avec le Tibet et s’opposerait à toute ingérence dans ce qu’elle appelle ses “affaires intérieures” .

Il est grand temps que la Chine soit mise au courant que le Tibet n’est pas de la responsabilité de son ministre de l’intérieur et qu‘il est un pays indépendant injustement occupé par la Chine dans le cadre de ses plans expansionnistes.

La Chine a semé le vent et récolte maintenant la tempête : La conscience mondiale ne pliera pas.

Beaucoup de personnes se sentent préoccupées par la situation difficile des tibétains. Voilà pourquoi le Dalaï Lama, chef spirituel du Tibet, est accueilli dans de nombreuses régions du monde même quand les gouvernements de ces pays y sont réticent de crainte de contrarier le géant chinois.

Après 60 ans d’occupation et d’injustice de plus en plus de voix se lèvent à travers le monde et soutiennent la quête d’indépendance des tibétains.

Malgré l’intimidation et la désinformation de la Chine, le Dalai-Lama continue à jouir d’une énorme popularité dans le monde et est admiré comme un homme de paix qui a réagi à l’agression chinoise avec beaucoup de dignité.

La récente réception donnée au Dalaï-Lama par le gouvernement mongol est une démonstration de la tendance mondiale émergente en faveur du Tibet et cette évolution des événement secoue la Chine.

Dans ce contexte, le monde est en train de voir à travers le jeu agressif de la Chine que ce soit à travers sa revendication de l’Arunachal Pradesh, état du Nord-Est de l’Inde, en tant que partie de la Chine ou ses litiges avec le Japon sur les îles Senkaku, et avec les Philippines, Brunei et d’autres pays concernant la mer de Chine méridionale.

Les intentions expansionnistes de la Chine sont devenues très claires pour la communauté mondiale et plusieurs pays d’Asie de l’Est et du Sud-Est se rendent compte que l’agression de la Chine envers ses voisins devrait être réfrénée.

Ce qui est particulièrement important c’est que les tibétains en exil dans le monde entier gardent toujours espoir et demeurent patriotes.

L’histoire a montré à maintes reprises que l’agression et les mauvaises actions ne payent pas à long terme. De toute évidence, la Chine prend conscience de ces faits historiques et s’étonne que, malgré sa forte opposition à toute invitation des dirigeants tibétains partout dans le monde, les dirigeants tibétains soient encore invités dans de nombreux pays. La Chine constate que son pouvoir économique et militaire et sa force conséquente en ne peuvent pas défaire l’image qu’elle a acquise au cours des années comme un pays agressif pour qui des relations équitables avec ses voisins importent peu.

Les tibétains du monde entier doivent voir les signes annonciateurs du changement et continuer leur campagne pacifique et vigoureuse exigeant la liberté pour le Tibet et les tibétains. Le monde regarde le Tibet avec inquiétude et la Chine n’aura pas d’autre alternative que de s’incliner devant l’opinion mondiale et d’abandonner son occupation du Tibet.


19 Février 2017

Première réunion du Groupe Tibet en 2017 au Parlement Européen

La première réunion du Groupe d’Intérêt pour le  Tibet de 2017 a eu lieu au Parlement européen le 25 janvier 2017. La réunion a été menée par le président du groupe d’intérêts tibétains M. Thomas Mann et suivie par les Membres du Parlement Européen dont Csaba Sogor, Laszlo Takes, Nathalie Griesbeck, Tunne Kelam ainsi que 16 assistants parlementaires.

Le principal sujet au programme était la suite à donner à la Résolution du Parlement européen, adoptée en urgence en décembre 2016, au sujet de Larung Gar. M. Mann s’est félicité de cette première réunion de l’année 2017 du Groupe d’Intérêts Tibétains (GIT) de 2017 et a dit qu’une majorité des Membres du Parlement Européen (MPE) ont voté en faveur de la Résolution, ce qui a envoyé un signal clair à la Chine.

M. Takes, lui même parmi les initiateurs de cette Résolution, a expliqué que ce sujet lui tenait particulièrement à coeur et encourageait ses amis tibétains à se battre contre le totalitarisme du régime chinois.

M. Kelam a évoqué en détail les activités du Parlement Européen sur le Tibet. Il a insisté sur le fait que le rôle du Parlement européen est d’assurer l’équilibre entre les intérêts économiques tout en faisant en sorte que les conditions soient réunies pour que l’identité tibétaine puisse survivre.

Le secrétaire Thutop Namgyal et le Vice-secrétaire Tenzin Rabga du Bureau du Tibet de Bruxelles ont assisté à la réunion. M. Thutop Namgyal a exprimé sa gratitude aux Parlementaires européens pour leur soutien dans cette Résolution récente. Il a donné un aperçu de la tournée d’une semaine du représentant Tashi Phuntsok en France où ce dernier a visité l’ Assemblée Nationale et pressé les Députés d’adopter une Résolution similaire au Parlement Français.

Créée en 1989, le GIT a été une voix forte pour les intérêts du peuple tibétain dans le but de créer un dialogue constructif entre le Gouvernement Tibétain en Exil et la République Populaire de Chine.

Le GIT a été a l’origine de toutes les Résolutions de Parlement Européen en ce qui concerne les Droits de l’Homme au Tibet.


19 Février 2017

GENEVE / ONU : « Le Tibet au sein des Nations Unies »

ONU1

GENEVE – Dans le cadre de la campagne «Le Tibet au sein des Nations Unies – Renforcement de la défense des droits de l’Homme au Tibet», le Département ministériel de l’information et des relations internationales (DIIR) de l’Administration centrale tibétaine a conclu avec succès une réunion de planification stratégique de deux jours dimanche à Genève.

La réunion de planification stratégique, qui a duré deux jours, a rassemblé des experts de l’ONU et du Tibet: 14 représentants de tout le spectre, le DIIR, le Bureau du Tibet, la Campagne internationale pour le Tibet, le Réseau international du Tibet et des experts sur la politique de l’ONU et de la machinerie internationale des droits humains.

La réunion de stratégie a évalué le travail de plaidoyer de l’ONU et a élaboré un plan stratégique sur le profil des violations des droits humains pertinentes au Tibet en utilisant les mécanismes des droits de l’Homme des Nations Unies et les possibilités dans les cinq prochaines années.

Les questions de droits de l’Homme abordées sont les suivantes : Crackdown sur les défenseurs des droits de l’Homme par l’arrestation arbitraire, les peines injustes comme dans le cas de Tulku Tenzin Delek Rinpoche et Tashi Wangchuk, la répression religieuse au Tibet comme dans le cas de démolition et d’expulsion forcée des résidents de Larung Gar, de l’ingérence de l’Etat dans les affaires religieuses, de l’administration des monastères, du cas du Panchen Lama, du système de surveillance et de surveillance, des restrictions de voyage, de la confiscation des passeports et des pratiques discriminatoires dans la délivrance du passeport.

La formation de plaidoyer de l’ONU dirigée par la Coalition de défense des droits de l’homme du Tibet a ciblé 14 participants de Suisse.

 « Cette formation s’est avérée très efficace pour nous habiliter en tant que défenseurs des droits de l’homme et nous éduquer avec un sens de l’objectif et la direction sur la façon de mieux utiliser les mécanismes de l’ONU et ses procédures pour maintenir la question du Tibet sur les droits de l’homme aux Nations Unies« , A déclaré Konchok, un participant de Zurich.

ONU2

– Rapport déposé par l’UE, l’ONU et HR Desk, DIIR –

Campagne « Le Tibet au sein des Nations Unies » par Central Tibetan Administration (CTA) – 31 janvier 2017 – 

Participants identifying the UN Human Rights Organs in the training session.

Participants identifiant les organes des droits de l’homme des Nations Unies lors de la session de formation.


11 Février 2017

PHNOM PENH : « Drapeaux taïwanais et tibétains désormais interdits » …déclaration de Hun Sen, le Premier ministre cambodgien.

Cambodia PM Bans Raising Tibetan, Taiwanese Flags

 

 
 
 » Le Premier ministre cambodgien Hun Sen a déclaré que son Gouvernement ne permettra pas que  des drapeaux taïwanais et tibétains soient hissés au Cambodge. »selon un rapport cité dans le Bangkok Post .

« Nous ne ferons rien de ce qui peut porter atteinte à la souveraineté et l’indépendance de la Chine, relatif àTaiwan – ou au Tibet -, »

Cambodge

expliquant que la logique veut que le Cambodge se doit de respecter la souveraineté et l’indépendance de la Chine alors que la Chine fait la même chose pour le Cambodge ; Taiwan, que dans les termes employés, il décrit simplement comme une province de la Chine.
« Le Premier ministre, cependant, a dit que, pour des fins commerciales les activités taïwanaises sont les bienvenues, mais aucune activité politique ou diplomatique», toujours selon ce rapport.
Taiwan est gouverné par un Gouvernement indépendant  où s ‘est récemment achevée une période d’élections où la candidate pro-démocratique Tsai Ing Wen a remporté la responsabilité du Gouvernement. Les militants taïwanais protestent contre l’influence et un contrôle sans précédent dans la gouvernance de Taiwan par  Pékin et ils exigent une véritable autonomie de l’Etat.

 

Image :

 *  Le Premier ministre cambodgien Hun Se

 *  Le drapeau tibétain désormais interdit au Cambodge 

 

11 Février 2017

« J’ai puisé dans la vérité une force que je ne me connaissais pas » confie un ancien prisonnier politique tibétain

 

« La police nous piège et nous accuse des pires crimes. Au cours des procès, ils utilisent la persuasion ou même la force pour nous faire avouer des actes que nous n’avons jamais commis. Cela fait partie d’un processus continu pour nous vider de toute notre énergie, voire nous éliminer purement et simplement, » raconte Labrang Jigme

Cette déclaration de courage et de résilience, qui circule sur Internet, émane d’un moine érudit et respecté, Labrang Jigme, récemment libéré de prison.

Labrang Jigme, un moine de Labrang – province d’Amdo – a enduré la torture et failli perdre la vie suite à plusieurs séjours en prison. Il a été libéré en octobre après avoir purgé une peine de presque cinq années, et a été immédiatement hospitalisé.

Écrivain et intellectuel populaire, il est le seul Tibétain à avoir relaté dans une vidéo le récit de sa propre incarcération et son opinion sur la politique de la Chine à l’encontre du Dalaï Lama, et à y divulguer son identité.

Des images circulent en ligne d’une lettre manuscrite, rédigée en tibétain, et datée du 26 novembre 2016 dans laquelle il fait part de sa détermination sans faille, face à une oppression terrible.

« La police nous piège et nous accuse des pires crimes. Au cours des procès, ils utilisent la persuasion ou même la force pour nous faire avouer des actes que nous n’avons jamais commis. Cela fait partie d’un processus continu pour nous vider de toute notre énergie, voire nous éliminer purement et simplement, » y écrit Labrang Jigme

Vous pouvez vous dire :  » ‘Ils son impuissants à changer mes capacités de raisonnement ou mon engagement le plus intime’, mais plus exactement, dans un souci de respect scrupuleux de la vérité, j’ai trouvé en moi une force, une capacité, un courage et une endurance que je ne me connaissais pas, et que je crois fermement être la force de la vérité et de la raison. »

La nuit du 26 octobre 2016, Jigme est sorti de la prison de Lanzhou, capitale de la province de Gansu, et emmené par les autorités pénitentiaires jusqu’à sa maison familiale de Labrang dans le comté de Sangchu (en chinois, Xiahe). Les membres de sa famille n’ont pas eu le droit de l’accueillir avec une cérémonie traditionnelle, et, selon certains témoignages, on lui a interdit de porter la robe des moines.

Il est décrit vêtu d’une veste bleue et d’un pantalon, et portant des lunettes. Les prisonniers politiques tibétains ne sont en général pas autorisés à retourner dans leurs monastères, et Jigme n’a, selon toute vraisemblance, pas pu se rendre à Labrang.

Selon un membre de sa famille en exil, Labrang Jigme aurait dû être libéré en 2015, conformément au règlement stipulant qu’en fonction des résultats de son travail et d’une bonne conduite, un prisonnier est libérable plus tôt. Mais, dans la mesure où il a refusé de signer un document officiel, il a été maintenu en détention plus longtemps, et n’a été relâché que deux mois après l’expiration de sa peine d’emprisonnement de cinq ans, le 20 août 2016, suite à sa mise en détention en 2011.

Jigme Guri, qui a la quarantaine, a été de nouveau mis en détention alors qu’il était dans la ville de Tso (en chinois : Hezuo), dans la préfecture autonome du Tibet de Kanlho, province de Gansu, en août 2011. Deux avocats chinois engagés par la famille de Jigme Guri se sont rendus à Tso, siège de la Préfecture, pour examiner l’affaire, mais ils se sont entendu dire que les audiences avaient déjà eu lieu six mois auparavant, et que l’affaire avait été traitée par deux avocats locaux. Le tribunal les a informés que Jigme Guri était accusé de :« Soupçon d’incitation au séparatisme antinationaliste ».

Jigme Guri avait été arrêté une première fois à son retour au Tibet, après avoir suivi les enseignements du Dalaï Lama en Inde. Il a été détenu 40 jours, libéré et reconduit au monastère de Labrang. Sa deuxième période d’emprisonnement a débuté le 22 mars 2008, suite à des manifestations au monastère de Labrang les 14 et 15 mars 2008. Bien que Labrang Jigme n’ait pas pris part aux manifestations, les autorités le soupçonnent d’en être un des meneurs. Il a été emprisonné et torturé pendant plus d’un mois avant de finir à l’hôpital.

Dans la vidéo qui relate cette expérience, Labrang Jigme (connu également sous les titres honorifiques d’Akhu Jigme et Lama Jigme) s’exprime devant la caméra pendant 22 minutes. Il fait un compte-rendu calme et clair de sa détention et des interrogatoires, donne son opinion sur les politiques générales de la Chine, et sur l’hostilité de l’Etat à l’égard du Dalaï Lama.

Dans sa vidéo, il déclare : « En tant que témoin de la vérité, je raconte ici l’histoire des Tibétains assassinés qui ont subi la torture en prison, et celle des innombrables personnes qui ont dû fuir dans les montagnes et qui ont trop peur de revenir dans leurs foyers, et ce afin que les médias puissent dire la vérité sur ces situations. »

Le Tibet a subi l’invasion de la Chine communiste en 1949. Depuis, plus d’ 1,2 million Tibétains, sur une population de 6 millions, ont été tués, plus de 6 000 monastères ont été détruits, des meurtres, viols, emprisonnements arbitraires, actes de torture, et traitements cruels, inhumains et dégradants ont été infligés aux Tibétains à l’intérieur du Tibet. Pékin persiste à appeler cela une « libération pacifique ».

Voici ci-dessous la traduction intégrale de la note, écrite un mois après sa dernière libération.

« Retour à la vie après avoir affronté la mort ».
Si mon courage et ma détermination flanchent, mon affection pour mon peuple et ma loyauté à son égard, mon espoir et ma vitalité sont mon soutien et la raison qui me pousse à continuer. Les moyens qu’ils utilisent pour nous écraser sont multiples. Intimidation, mensonges et tromperies, allant en bref, de la colère froide aux sourires trompeurs. Et ils savent y faire. En plus de berner les gens, ils nous piègent et nous accusent des pires crimes. Au cours des procès, ils utilisent la persuasion ou même la force pour nous faire avouer des actes que nous n’avons jamais commis. Cela fait partie d’un processus continu pour nous vider de toute notre énergie, voire nous éliminer purement et simplement. Vous pouvez vous dire ‘Ils son impuissants à changer mes capacités de raisonnement ou mon engagement le plus intime’, mais plus exactement, par souci du respect scrupuleux de la vérité, j’ai trouvé en moi une force, une capacité, un courage et une endurance que je ne me connaissais pas, et que je crois fermement être la force de la vérité et de la raison.
La dévotion altruiste qui me lie à mon peuple, mon amour pour mon pays, mes espoirs pour mes proches sont plus fermes que jamais, inébranlables, mais supporter l’adversité pour la paix du monde, le développement de la nation, le bien-être attentif, etc. sont l’engagement de ma vie au service de la vérité. La bougie de la vie peut bien s’éteindre, le mât de la force vitale se rompre, mais ceci est mon testament, le souffle de vie au plus profond de mon être.

Labrang Jigme
26 novembre 2016

 Image  : la note en tibétain

 Labrang Jigme en vêtements laïcs à sa sortie de prison en novembre 2016.

 

11 Février 2017

GENEVE / ONU : Le Gouvernement tibétain met en évidence les violations des droits de l’homme au Tibet.

 

Le Tibet auprès des Nations Unies: le renforcement de la sensibilisation aux droits de l’homme au Tibet

Selon les officiels du Bureau du Tibet de Genève, l’Administration Centrale du Tibet -ACT – s’engage dans une démarche importante de renforcement de la mobilisation sur les Droits de l’homme au Tibet auprès des Nations Unies, en prévision du 34ème Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies qui va débuter le mois prochain.

Une délégation de trois membres du Département d’Information et Relations Internationales (DIRI) de l’Administration Centrale  Tibétaine *, c’est à dire le Secrétaire Sonam Norbu Dagpo, le Secrétaire Dhardon Sharling et le responsable des Droits de l’Hommeauprès des Nations Unies, Kalden Tsomo – accompagnés de Nyima Lhamo, la nièce de Tulku Tenzin Delek Rinpoche-, est présente à Genève pour un programme d’une semaine de sensibilisation auprès des missions onusiennes basées à Genève.

D’après le communiqué officiel paru vendredi dernier, en marge de cette campagne de lobbying d’une semaine, le DIRI à l’ONU et le Bureau des Droits de l’Homme, en coordination avec le Bureau du Tibet, vont convoquer une réunion stratégique d’experts des Nations Unies pour élaborer un plan d’actions en faveur de la campagne de l’ACT aux Nations Unies.

« La stratégie à mener sera d’esquisser des mesures concrètes envers cette campagne pour les droits de l’homme au Tibet par l’ACT à l’ONU. Suivant en cela les mécanismes internes à l’ONU, le moment sera d’engager les Nations Unies à chercher une réponse à la situation urgente des droits de l’homme au Tibet » explique Sonam Norbu Dagpo, Secrétaire des Relations Internationales au DIRI.

Le DIRI mettra en relief les violations des droits de l’homme au Tibet, en particulier : la répression religieuse comme à Larung Gar, le système de surveillance, les restrictions de voyage et les confiscations de passeports, les disparitions forcées dont celle du Panchen Lama par exemple, les arrestations et condamnations comme celle du défenseur de la langue tibétaine Tashi Wangchuk, la torture et les morts en prison comme Tulku Tenzin Delek Rinpoche, et les auto-immolations en protestation à la politique répressive de la Chine.

« Le Conseil des Droits de l’Homme aux Nations Unies, dont la Chine est membre, est l’organisme que le Gouvernement chinois cherche à saper. Le DIRI juge significative l’occasion d’en tirer profit pour souligner aux Nations Unies les violations des droits de l’homme au Tibet par la Chine, et faire pression sur ses Etats membres pour la rendre responsable de ses actes et lui faire respecter ses engagements au sein du HCR – Haut Commissariat des Nations Unies aux Réfugiés – » relate Dhardon Sharling, Secrétaire à l’Information du DIRI.

Le Tibet a été envahi par la Chine communiste en 1949. Depuis, 1,2 à 6 millions de Tibétains ont été tués et 6000 monastères détruits ; meurtres, viols, détentions arbitraires, tortures, traitements cruels, inhumains et dégradants ont été infligés aux Tibétains dans leur pays. Pékin continue d’appeler cela « une libération pacifique ».

Traduction France Tibet

  •  A.C.T. Administration Centrale  Tibétaine
  • Image  : La délégation tibétaine rencontre Maza Martelli, Représentant Permanent du Salvador et Président de Conseil des droits de l’ Homme des Nations Unies
 

11 Février 2017

CONFLANS : 78 réfugiés tibétains hébergés par des familles d’accueil

Conflans

  La chaîne de solidarité prend de l’ampleur à Conflans-Sainte-Honorine pour répondre à l’appel de l’association la Pierre-Blanche qui gère l’accueil des réfugiés tibétains. De plus en plus de familles se portent volontaires pour héberger un demandeur d’asile à leur domicile : leur nombre a doublé en un an.

Aujourd’hui, l’association en compte près de 50. « Ce sont des retraités et des couples de tous les âges et de toutes les classes sociales, explique Raymonde Dugeon, chargée de l’accompagnement. Il faut avoir la fibre humaniste. » Ces familles sont implantées dans les communes d’Andrésy, Maurecourt, Chanteloup-les-Vignes mais aussi dans le Val-d’Oise à Jouy-le-Moutier, Eragny, Franconville ou encore La Frette. « Une chambre individuelle est mise à la disposition du réfugié, poursuit la bénévole. Il doit être autonome et l’endroit doit être desservi par les transports afin qu’il puisse effectuer ses démarches pour obtenir des papiers. » La prospection est effectuée en partenariat avec, notamment, la Ligue des Droits de l’homme, le Collectif des sans-abri et la paroisse.

Parmi les 260 Tibétains en lien avec la péniche « Je Sers », 78, dont de nombreuses femmes, sont logés dans des familles (lire ci-dessous). « Il y a une prise de conscience des gens qui comprennent qu’il faut être solidaire, précise Hugues Fresneau, coordinateur de la Pierre-Blanche. Les Tibétains sont très agréables à vivre et très respectueux ». Jigmey, un jeune réfugié, bénéficie d’une chambre chez un couple. « Je suis très content et je suis au calme, confie-t-il dans un français très hésitant. Je parle français avec les membres de la famille, ce qui me permet d’apprendre la langue plus facilement. »

 

11 Février 2017

Khedrup, médecin tibétain lié à une manifestation d’immolation par le feu, vient d’être libéré après avoir été battu et torturé

8 décembre 2016, dans le comté de Machu à Gansu, Tashi Rabten s’immole dans la rue

Un médecin tibétain, soupçonné d’être en lien avec une manifestation d’auto-immolation, a été libéré la semaine dernière après avoir été victime de coups et de torture, durant sa détention. Il a été reenu par la police, pendant plus d’un mois dans la province chinoise de Gansu, selon une source tibétaine.

Khedrup, âgé d’environ 50 ans fut arrêté, le 14 décembre, par la police du canton de macho – en chinois, Maqu -, dans la préfecture autonome tibétaine de Kannho  – Gannan – à Gansu.

“Il a été détenu pendant plus d’un mois dans le Comté de Machu. Durant sa détention, il a été interrogé et torturé. Il souffre des coups et des mauvais traitements infligés par la police”, a déclaré une source anonyme de RFA.

 » La police soupçonne Khedrup d’ avoir envoyé des photos et des clips vidéo de la protestation par auto-immolation du résident de Machu, Tashi Rabten, ce 8 décembre 2016 aux médias internationaux, » selon la source.

« Mais les autorités n’ ayant aucune  preuve de son crime l’ont donc libéré le 21 janvier 2017 », a t-il ajouté.

Avant sa libération, les autorités ont averti Khedrup, le médecin résident du monastère Mura de Machu,  de ne pas discuter avec des “étrangers” au sujet de sa détention,  toujours selon cette source.

Ils ont dit qu’il serait surveillé de très près, et l’ont menacé de l’arrêter à nouveau.

La police n’a pas renvoyé le téléphone cellulaire de Khedrup ou d’autres objets lui appartenant au moment où il a été détenu, at-il dit.

Appel à la liberté

Tashi Rabten, âgé de 33 ans, s’est auto-immolé, le 8 décembre vers 19 h, heure locale, sur une route menant du centre du Comté de Machu au pont du Machu, ont indiqué des sources locales après la manifestation.

Les Tibétains qui vivent dans la région ont déclaré le lendemain à la RFA, que des témoins de la manifestation ont entendu Rabten appeler à la “liberté pour le Tibet et au retour du dalaï-lama”.

« Il a également appelé à la libération du Panchen Lama [détenu], Gendun Choekyi Nyima », a complété la source de RFA.

La police chinoise a ensuite battu et torturé la femme et les filles de Rabten, après les avoir mises en garde à vue pour interrogatoire, toujours selon des sources locales.

Les autorités ont exigé que la famille – les trois personnes – signent un document déclarant que Rabten s’estimmolé non pour protester contre les politiques chinoises, mais en raison de problèmes domestiques, selon une source.

 

11 Février 2017

La Chine proteste contre la présence du Premier Ministre Tibétain au dîner de l’ambassadeur américain

Dharamshala — À la suite d’un dîner organisé par S. E. Richard Verma, Ambassadeur américain en Inde sur le départ et auquel le Sikyong Dr Lobsang Sangay était invité, la Chine a protesté accusant l’Ambassad eur d’interférer dans les affaires intérieures chinoises et a répété qu’elle ne souhaitait « aucun contact d’aucune sorte » de la part des Gouvernements avec l’Administration Centrale Tibétaine.

Le dîner organisé par Verma le 15 janvier en honneur de son ami l’acteur Richard Gere a rassemblé plusieurs personnalités et notamment le Premier Ministre, Dr Lobsang Sabgay, comme le confirme la photo du dîner partagé par le Ministre indien Kiren Rijiju le 26 janvier.

Le Ministre chinois des Affaires étrangères a publié une déclaration indiquant que la Chine est « fermement contre tout contact de n’importe quelle forme et de n’importe quel pays avec lui et s’oppose résolument à toute interférence de n’importe quel pays dans les affaires intérieures de la Chine qui utilise le problème tibétain comme excuse. »

La Chine continue de déclarer que toute visite ou rencontre avec le leader spirituel du Tibet, le Dalaï Lama, ou avec ceux qui lui sont affiliés, constitue une interférence dans ses affaires intérieures.

En octobre dernier, la Chine avait déjà protesté contre la visite de Verma à Tawang dans l’Arunachal Pradesh, qu’elle considère comme faisant partie de son territoire. Elle avait alors déclaré que toute interférence de Washington sur les problèmes de la frontière sino-indienne rendrait « plus compliqué » et « dérangerait » une paix durement gagnée.

 

11 Février 2017

La Mongolie rassure la Chine concernant une nouvelle visite du Dalaï Lama

Note de la rédaction : La pression trop forte sur la Mongolie a fait fléchir les dirigeants à se ranger derrière la ligne de Pékin...

(TibetanReview.net, le 26 janvier 2017) – Le 24 janvier, la Chine a déclaré que Tsend Munkh-Orgil, le Ministre des Affaires étrangères de Mongolie, a assuré son homologue chinois, Wang Yi, qu’il n’y aurait pas de nouveau visa délivré au Dalaï Lama. Il montre ainsi la position mongole face au Dalaï Lama, position approuvée par le 10ème Jetsun Dhamba Khutuktu, le chef spirituel mongol.

Wang a déclaré que la Mongolie devait tirer des leçons de la visite du Dalaï Lama, en novembre dernier, et respecter les intérêts et les préoccupations majeures de la Chine, selon un compte-rendu de l’agence de presse chinoise officielle Xinhua le 24 janvier.

Il stipule également que le haut diplomate mongol a de son côté revu sa position à propos de la visite du Dalaï Lama et que le 10ème Khalkha Jetsun Dhampa est également d’accord avec cette position. Il a également rappelé que la Mongolie attache une très grande importance à ses relations avec la Chine, qu’elle protégera ses liens politiques et défendra ses relations bilatérales par des actes concrets.

 

 
4 Février 2017

Ponctualité obligatoire à Damdo… sous peine d’arrestation et de passage à tabac.

 

Note de la rédaction : cette information date de début janvier ; en raison des difficultés de communication,  nous  vous la communiquons donc, même tardivement… Nous ne pouvons manquer,   de vous donner, s’il le fallait encore…, cette preuve de l’absurdité, conjuguée à la barbarie ,des autorités chinoises locales envers la population tibétaine.

Arrivés en retard à une conférence publique sur la santé, organisée dans le village de Damdo par les autorités locales du canton de Karma, de la préfecture de Chamdo le 28 décembre dernier, six Tibétains ont été arrêtés et plusieurs autres, y compris des femmes, auraient été victimes de coups, selon des informations rapportées par Radio Free Asia.

Arrivés en retard à la dite conférence, à laquelle assistait le responsable du canton, une vingtaine de Tibétains a eu à faire face à une réaction violente des forces de police accompagnant les officiels, altercation qui s’est terminée par l’arrestation et le passage à tabac de certains d’entre eux.

Une source a en effet rapporté que « lorsque certains Tibétains vivant dans les environs sont arrivés en retard à la réunion publique, les officiels et la police les ont sauvagement battus et ont procédé à l’arrestation de six d’entre eux », avant d’ajouter que « beaucoup d’entre eux ont été transportés en urgence à l’hôpital tandis que d’autres ont dû être ramenés chez eux ».

L’événement n’a été que tardivement relayé en raison de la chape de plomb qui pèse sur la transmission des informations dans la région. Les six Tibétains sont toujours détenus dans l’établissement carcéral de la Préfecture de Chamdo.

Le même informateur a précisé que les participants ayant tenté de calmer la situation se sont également vus molestés.

Un autre témoin des faits a rapporté que plusieurs femmes présentes sur les lieux avaient, elles aussi, été agressées après qu’elles en eussent appelé aux autorités.

A la suite de cela, la police et les autorités locales ont perquisitionné plusieurs domiciles et interrogé les personnes s’y trouvant.

Un troisième témoin a déclaré que « les autorités et la police du canton de Karma sont incultes et corrompus, ils détournent les fonds publics à leur profit » et « il n’est pas permis [aux Tibétains] de s’exprimer librement lorsque des missions d’inspection sur l’emploi des fonds gouvernementaux dans la région sont conduites par les supérieurs des autorités locales ».

« Le village de Damdo lui-même n’a jamais reçu aucune aide gouvernementale » a-t-il conclu.

Traduit pour France-Tibet par Éric Pegorer.

 
 

Actualités des mois précédents

JANVIER 2017



 
 
APACT  
 


Association Humanitaire exclusivement composée de bénévoles qui vient en aide aux réfugiés tibétains qui mènent la vie de l'exil et du dénuement dans les camps installés depuis 55 ans en INDE et au NEPAL.












 
Apact sur Facebook  
   
Publicité  
   
Site Internet.  
 
Association Paloise pour l'Art et la culture du Tibet archives 1986-2008


APACT sur Facebook




http://perso.numericable.fr/apact


Galerie de photos


"Mainpat 2009" le film


"Mainpat 2011" le film


"Mainpat 2013"


"Le Lion des Neiges"Film documentaire de Claude Le Gallou




PARRAINAGES DE COMMUNES EUROPEENNES AVEC DES COMMUNES TIBETAINES


Hommage à Phurbu Dolma




Beru Khyentse Rinpoche à Pau Aout 2013




Prisonniers Tibétains


Discours de Monsieur Robert BADINTER, Ancien Ministre de la Justice Lors du RASSEMBLEMENT EUROPEEN POUR LE TIBET à PARIS le 14 mars 2015.

 
Siège Social.  
 

 
Adresse postale.  
 

---------- Contact ----------
info@apactpau.fr
apactpau@yahoo.fr
apactpau@free.fr
apact64@yahoo.fr - webmaster
 
visiteurs  
 
 
Visiteurs. 265853 visiteurs (616749 hits)