Pau Tibet
Rubriques  
  Infos
  Année 2015
  Année 2014
  Année 2013
  => Janvier 2013
  => Février 2013
  => Mars 2013
  => Avril 2013
  => Mai 2013
  => Juin 2013
  => Juillet 2013
  => Aout 2013
  => Septembre 2013
  => Octobre 2013
  => Novembre 2013
  => Décembre 2013
  Année 2012
  Année 2011
  Année 2010
  Année 2009.
  Historique de l'APACT.
  Hommage à Phurbu
  Rencontre de Denise Campet Puntsok Drolma avec S.S. Dalaï Lama.
  Mainpat 2007
  Mainpat 2009
  Mainpat: travaux et projets.
  Mainpat 2011
  Mainpat 2013
  Mainpat 2014
  Mainpat 2015
  Mainpat 2016
  Bodnath le 10 Mars 2009.
  Pokhara 2009
  Dharamsala 2009
  Salle de classe du monastère de Pawo Rinpoché au Népal.
  Université de Bengalore
  Les écoles en Inde, Népal et Bouthan
  Gandhi School Mainpat Mai 2012
  Parrains et Filleuls.
  Témoignages des filleuls
  Parrainage.
  A.G. de l'APACT 16 Mai 2009.
  A.G de l'APACT 8 Mai 2010
  A.G de l'Apact le 14 Mai 2011
  A.G de l'Apact le 12 Mai 2012
  A.G de l'Apact le 20 Avril 2013
  A.G de l'Apact le 13 Avril 2014
  AG de l'Apact le 10 Avril 2015
  A.G de l'Apact le 2 Avril 2016
  Fête annuelle de l'APACT.
  Fête annuelle de l'APACT 2010.
  Fête annuelle de l'APACT 2011
  Fête annuelle de l'Apact 2012
  Fête annuelle de l'APACT 2013
  Fête annuelle de l'APACT 2014
  Fête annuelle de l'APACT 2015
  Fête annuelle de l'APACT 2016
  Béru Khyentsé Rinpoché à Pau.
  Actualité PAU.
  Exposition peintures Tashi Norbu
  Méssage de SS Dalaï Lama au peuple Tibétain.
  Déclaration Universelle des Droits de l'Homme.
  Discours de Mr Badinter le 14 Mars 2015
  Prisonniers Tibétains
  Seisme du Népal 2015
  Galerie
  Partenaires.
  Exposition du 18 au 25 Février 2017
  10 Mars 2017 à Pau
Décembre 2013
27 Décembre 2013

La Chine condamne 3 Tibétains à des peines allant jusqu’à 13 ans de prison
 

DHARAMSHALA, 23décembre : Trois Tibétains de Driru ont été condamnés par un tribunal chinois le 19 décembre à des peines de prison allant jusqu’à 30 ans, révèle aujourd’hui le Tibetan Centre for Human Rights and Democracy (TCHRD). Le tribunal populaire du comté de Driru a condamné le chanteur tibétain Tsekar Thinley, âgé de 22 ans, à 9 ans de prison. Choekyab a été condamné à 13 ans de prison et Tselha à 3 ans. Une source tibétaine ayant des contacts à Driru dit que tous 3 ont été accusés d’être à l’origine d’une des plus grandes manifestations de cette année contre les activités minières chinoises sur la montagne sacrée de Naglha Dzamba, dans le comté de Driru.

Tsekar Thinlay a été arrêté aux environs du 20 novembre, alors qu’il était au bureau étatique de l’auto-école et des permis de conduire à Nagchu. La source a ajouté que son album, "Ring of Unity", qui appelle à l’unité des Tibétains a été bien accueilli par les auditeurs. Il est accusé de mobiliser les sentiments anti-gouvernementaux parmi les Tibétains qui écoutent sa musique.

Selon le TCHRD, tous 3 ont été emmenés en prison à Nagchu où ils ont été détenus pendant quelques temps avant d’être transférés à Driru.

En mai 2013, environ 5000 Tibétains avaient protesté contre une compagnie chinoise se préparant à construire des routes et à installer des lignes électriques sur la montagne sacrée sous « prétexte de projets hydro-électriques », dit le groupe tibétain pour les droits humains.

En raison de manifestations continuelles et de pétitions par les Tibétains, les autorités locales ont prétendu que la montagne de Ngalha Dzamba faisait partie de la liste des « zones culturelles et environnementales protégées » par le gouvernement. Les autorités ont aussi loué les manifestants d’avoir exprimé leur préoccupation pour l’environnement. Cependant, le TCHRD prétend que les autorités chinoises ont menti aux Tibétains à propos du fait que de la montagne Ngalha Dzamba était identifiée comme « zone culturelle et environnementale protégée ».

Tsekar Thinlay et Choekyap sont tous deux originaires du village de Serkhang à Driru. Tselha, un ancien policier, est du village n°5 de Thupga à Driru. Il n’y a pas plus de précisions sur Choekyap et Tselha.

Le groupe tibétain craint que la Chine emprisonne en secret des Tibétains de Nagchu et essaie de les priver de manière arbitraire du droit à des procédures judiciaires ou à un procès équitable.

Photo : 1 - Tsekar Thinlay

http://www.tibetan.fr/?La-Chine-condamne-3-Tibetains-a

Version Originale : http://www.phayul.com/news/article....

 

27 Décembre 2013
 
La communauté tibétaine en exil pleure le 124ème immolé
 

Dharamshala : – Au cours d’un rituel devenu familier pour cette petite communauté montagnarde, des proches du défunt à Dharamshala se sont réunis sur la place principale de la ville jeudi 19 décembre pour rendre hommage à Tsultrim Gyatso, qui s’est immolé au Tibet le jour-même.

Comme il est à présent usuel, la communauté a commencé sa veillée à la lueur des bougies en faisant 2 fois le tour du principal temple de la ville. Plus de 100 participants se sont ensuite rassemblés sous les drapeaux de prière traditionnels, chantant des chansons et lançant des slogans « Tibet libre » tandis que les flammes illuminaient leurs visages.

Gyaltsen, dont le cousin s’est immolé l’an dernier, a fait écho au sombre sentiment général qui prévalait mais a exprimé l’espoir du mouvement tibétain. « Je me sens très triste… [mais aussi] inspiré car ils (les immolés) ont tellement de courage. Cela montre qu’ils ont espoir en nous. Personne ne mourrait pour un pays sans espoir ».

Les discours ont été rédigés par plusieurs activistes tibétains dont Etudiants pour un Tibet libre : le directeur du programme en Inde Tenzin Jigdal, le coordinateur régional pour l’Asie du réseau international tibétain Lobsang Tseten, et l’activiste Tibétain de longue date et écrivain Tenzin Tsundue.

M. Jigdal s’est adressé non seulement aux Tibétains dans son discours, mais a également parlé aux personnes étrangères qui oeuvrent de manière solidaire avec le mouvement tibétain. Il a déclaré, « Aux non-Tibétains, aujourd’hui vous nous avez rejoint pour parler au nom des Tibétains de l’intérieur ; demain, dites à vos amis, à votre famille, aux présidents de vos parlements… ‘Tibet libre !’ » Selon des sources au Tibet, M. Gyatso, âgé de 42 ans, est décédé alors qu’il protestait contre les violations des droits de l’homme par la Chine.

Sa manifestation appelait au retour au Tibet de Sa Sainteté le Dalai Lama et à la libération du 11ème Panchen Lama. Dans une note, le moine du monastère d’Amchok s’interroge : « Où puis-je exprimer les souffrances de 6 millions de Tibétains ? Pouvez-vous la voir ? Pouvez-vous m’entendre ? ». Il poursuit : « la Chine a emporté tous nos trésors (sic), quand je pense à ces “tristesses” , mes larmes coulent. » Des sources ont rapporté qu’après l’immolation, environ 400 moines se sont rassemblés au monastère pour offrir les rituels traditionnels au défunt.

La veillée aux bougies pour le 124ème immolé au Tibet depuis 2009 a été organisée par plusieurs organisations basées à Dharamshala, dont le Congrès Régional pour la Jeunesse Tibétaine, l’Association des femmes Tibétaines, et Etudiants pour un Tibet libre en Inde.

version originale : http://www.thetibetpost.com/en/news...

http://www.tibetan.fr/?La-communaute-tibetaine-en-exil
 


26 Décembre 2013

La Chine en colère à propos de la visite du Dalai Lama en Norvège en 2014
 

Le 20 décembre, la Chine a fait part de sa colère à propos de la visite du Dalai Lama en Norvège en mai 2014. Cependant, quelle sanction supplémentaire peut-elle infliger au pays après celles consécutives à l’attribution du prix Nobel de la paix à l’activiste démocrate Chinois en vue Liu Xiaobo en 2010, qu’elle a condamné à 10 ans de prison ?

La colère a été exprimée par Hua Chunying pendant une conférence de presse quotidienne, lorsqu’elle a été questionnée sur le prochain voyage du Dalai Lama. « La Chine s’oppose fermement à ce que tout pays reçoive le Dalai Lama. La Chine s’oppose fermement à toute forme de rencontre officielle entre le Dalai Lama et les représentants des gouvernements des autres pays » a déclaré Hua à Reuters le 20 décembre.

Bien que ne nommant pas expressément la Norvège, elle a ajouté « nous espérons que les partis en question respecteront effectivement les préoccupations principales de la Chine, feront des efforts concrets et prendront des mesures effectives pour améliorer les relations ».

Geir Lundestad, le secrétaire du Comité Nobel, a précisé que la visite avait lieu sur invitation de groupes bouddhistes locaux, bien que le Comité Nobel souhaite également une entrevue.

« L’an prochain sera aussi le 25ème anniversaire de son prix Nobel et bien sûr, nous avons exprimé l’intérêt de le rencontrer, mais l’initiative revient au groupe bouddhiste » a-t-il déclaré.

Suite au prix Nobel de Liu Xiaobo en 2010, la Chine a annulé des rencontres avec des officiels Norvégiens et refusé des visas pour des visites d’autorités, bien que le gouvernement norvégien dise n’avoir aucune influence sur le Comité Nobel.

http://www.tibetan.fr/?La-Chine-en-colere-a-propos-de-la


22 Décembre 2013
Une pétition mondiale presse la Chine de libérer des chanteurs Tibétains

De célèbres chanteurs internationaux comme Peter Gabriel (Genesis), Thom Yorke et Ed O’Brien (Radiohead), Serj Tankian (System of a Down) et Tjinder Singh (Cornershop) sont les premiers signataires d’une pétition lancée le 16 décembre par le groupe Free Tibet basé à Londres, pressant la Chine de libérer 8 chanteurs emprisonnés au Tibet pour des chansons célébrant la culture tibétaine et appelant à la liberté, rapporte looktothestars.org le 16 décembre.

Les chanteurs Lolo (30 ans), Chakdor (32 ans), Pema Trinley (22 ans), Kalsang Yarphel (38 ans) and Shawo Tashi (40 ans) ont été arrêtés ou condamnés en 2013 tandis que Ugyen Tashi (25 ans), Achok Phulsung (33 ans) et Choksal étaient emprisonnés en 2012. Deux autres chanteurs – Trinley Tsekar et Gongpo Tenzin – ont été arrêtés en novembre 2013, après que le groupe ait réuni sa pétition.

Eleanor Byrne-Rosengren, la directrice du groupe de campagne, dit que « la musique occupe une place vitale dans la résistance tibétaine. Des chanteurs comme Lolo n’ont pas seulement gardé en vie une culture que la Chine essaie d’éradiquer, mais leurs chansons expriment clairement les aspirations, les peurs et le courage d’un peuple qui demeure fier et rebelle après 60 ans d’occupation. »

Des écrivains, des artistes, des chanteurs et des éducateurs ont été la cible particulière des autorités chinoises après une vague de protestations contre une répression chinoise qui a balayé la plateau tibétain en mars-avril 2008, menant à des massacres et des mesures de sécurité brutales de la part du gouvernement chinois.

Le groupe a cité un rapport du Département d’Etat américain d’avril 2013, disant que la Chine a mis en place une « répression sévère à l’encontre de la religion à caractère unique du Tibet, de l’héritage culturel et linguistique, entre autres en réduisant fortement les droits civils des Tibétains ».

Free Tibet envisage de recueillir plus de signatures sur la pétition, dont celles de musiciens du monde entier au cours des prochains jours.

La pétition est destinée au ministre de la justice de Chine, Wu Ailing, et le groupe décidera plus tard dans l’année du moment le plus opportun pour la lui remettre.

La pétition dit, entre autres : « Chanter dans notre propre langue les sujets de préoccupation pour notre propre peuple n’est pas un crime. La Chine prétend protéger la culture tibétaine mais en emprisonnant ces musiciens elle supprime cette culture, et elle viole les droits humains de ces personnes… Je vous demande instamment de vous assurer que tous les artistes au Tibet et tous les Tibétains sont libres de s’exprimer sans peur d’être arrêtés, emprisonnés, ou toute autre forme de punition ».

http://www.tibetan.fr/?Une-petition-mondiale-presse-la

 

22 Décembre 2013
Un moine Tibétain s’immole pour protester contre la domination chinoise

DHARAMSHALA : Un moine Tibétain est mort jeudi 19 décembre après s’être immolé par le feu dans le comté de Sangchu, préfecture de Kanlho, dans le nord-est du Tibet (intégrée à la province chinoise du Gansu), selon des sources en provenance du Tibet.

Tsultrim Gyatso, un moine âgé de 44 ans du monastère Achok à Labrang Tashikhyil, s’est mis le feu dans la rue principale de la ville d’Achok vers 15 heures. Il est mort sur place. Les résidents Tibétains ont immédiatement emmené son corps au monastère, où un service de prières a été tenu par plus de 400 moines.

Les photos de l’incident montrent son corps totalement carbonisé en flammes et des gens versant de l’eau pour éteindre le feu. Il a laissé une note avant de commettre son geste, dans laquelle il écrit : “… Les Tibétains sont conduits à souffrir et les trésors du Tibet sont pillés sous la loi répressive chinoise. A qui pouvons-nous dire la souffrance de 6 millions de Tibétains ? Y penser me donne les larmes aux yeux. Je me suis immolé en ferventes prières pour le retour au Tibet de Sa Sainteté le Dalai Lama, la libération du Panchen Lama, et le bien-être de 6 millions de Tibétains ».

Le nombre total de Tibétains qui se sont immolés pour protester contre la domination répressive chinoise s’élève maintenant à 124. Ils ont appelé au retour de Sa Sainteté le Dalai Lama dans son pays et à la liberté pour les Tibétains.

L’Administration Centrale Tibétaine (CTA) à Dharamsala a à maintes reprises demandé aux Tibétains de ne pas prendre de mesures extrêmes, dont les auto-immolations. Dans un Livre Blanc émis par la CTA, la répression politique, l’assimilation culturelle, la persécution religieuse, la marginalisation économique et la destruction de l’environnement sous la domination chinoise poussent les Tibétains à mener des formes extrêmes de protestation.

De nombreux gouvernements, parlements et organisations internationales, dont les Nations Unies, ont émis des résolutions et des déclarations pressant les autorités chinoises de mettre fin à leur politique répressive et à répondre au problème du Tibet par le dialogue. Ils ont appelé le gouvernement chinois à ouvrir le Tibet aux medias internationaux afin d’enquêter sur la situation réelle qui prévaut là-bas.

http://www.tibetan.fr/?Un-moine-Tibetain-s-immole-pour

 

19 Décembre 2013

Tibetan monk dies of self immolation in Sangchu - Updated
Phayul[Thursday, December 19, 2013 15:02]
Tsuiltrim Gyatso lie on the ground after his self immolation/Dec. 19, 2013/photo provided by source
Tsuiltrim Gyatso lie on the ground after his self immolation/Dec. 19, 2013/photo provided by source
DHARAMSHALA, December 19 - A Tibetan monk of Amchok monastery died after he set himself on fire today in Amchok town, Sangchu County (around 2.30 PM local time). 

Undated photo of Tsuiltrim Gyatso who died after setting himself ablaze in Amchok town, Sangchu County, Dec. 19, 2013/file
Undated photo of Tsuiltrim Gyatso who died after setting himself ablaze in Amchok town, Sangchu County, Dec. 19, 2013/file
Tsuiltrim Gyatso, aged 43, is confirmed dead, and his body is at Amchok monastery where around 400 monks are conducting prayers as part of the post death rituals for the deceased, a Tibetan source told phayul
According to the Tibet Times, Tsuiltrim had left behind a handwritten note in Tibetan calling for unity amongst Tibetans, return of the exiled Tibetan leader the Dalai Lama and the release of the jailed Panchen Lama Gendun Choekyi Nyima. 

Survived by his aged mother Lhamo Kyi his father Tamdin Tashi died several years back. 

Tsuiltrim becomes the 125th Tibetan to set himself on fire to protest the Chinese government since 2009.

The handwritten note left behind by Tsuiltrim Gyatso
The handwritten note left behind by Tsuiltrim Gyatso

http://www.phayul.com
 

16 Décembre 2013
International Campaign for Tibet nomme Président un grand défenseur des droits de l’homme

 

Publié le 13 décembre 2013

DHARAMSHALA : M. Matteo Mecacci, grand défenseur des droits de l’homme et ancien membre du parlement italien, a été nommé nouveau président de l’organisation basée aux Etats-Unis International Campaign for Tibet (ICT), la plus grande organisation pour la défense du peuple tibétain.

Photo : Sa Sainteté le Dalai Lama et Matteo Mecacci lors d’une conférence de presse à Assago, Italie, le 28 juin 2012.

M. Richard Gere, président du bureau d’ICT, a déclaré : « Nous sommes émus d’accueillir Matteo à un moment important et passionnant d’ICT et du mouvement tibétain dans le monde. Je connais Matteo et je travaille avec lui depuis de nombreuses années, et je sais que c’est un leader plein d’énergie, créatif et compatissant, avec un solide passif dans le travail avec les démocraties en développement dans le monde. Matteo est très lié avec Sa Sainteté le Dalai Lama et avec le Tibet, il est conscient des dynamiques politiques, culturelles et sociales en Chine, et il apporte à ICT une expérience considérable dans les domaine de la diplomatie, de la démocratie et de la défense des causes. »

« M. Mecacci dirigera la mise en place d’une stratégie à 5 ans qui aidera ICT à construire sur ses succès pendant 25 ans de défense de la cause et augmentera l’impact de son travail pour le peuple tibétain » dit l’ICT dans une déclaration en date du 12 décembre.

M. Matteo Mecacci a servi comme membre de la chambre des députés italiens et président de l’intergroupe Tibet du parlement italien. En novembre 2009, il a organisé la 5ème convention mondiale des parlementaires à Rome, qui a accueilli Sa Sainteté le Dalai Lama et a mis en place un réseau international de parlementaires pour le Tibet (International Network of Parliamentarians on Tibet - INPaT). En 2010, il est devenu co-président de l’INPaT avec M. Thomas Mann, un membre du parlement européen. Il a joué un rôle actif dans la promotion de la démocratie tibétaine en exil en étant membre de la mission d’observation pour les élections tibétaines pendant les élections du parlement tibétain et du Kalon Tripa en mars 2011.

M. Matteo, qui a étudié le droit international à l’Université de Florence en Italie, a joué un rôle majeur dans plusieurs campagnes pour encourager la démocratie et protéger les droits humains au niveau international. Il a fait partie d’une coalition d’ONG internationales plaidant pour la réforme des Nations Unies. Il a joué un rôle important dans la campagne internationale de 2007 qui a conduit à l’adoption de la première résolution de l’ONU appelant à un moratoire mondial sur les exécutions capitales et à l’abolition de la peine de mort. En tant que membre de l’assemblée parlementaire de l’Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe (OSCE), il a supervisé les élections présidentielles en Georgie et a pris part à de nombreuses missions électorales, comme en Moldavie, en Grande-Bretagne, en Bosnie-Herzégovine, en Arménie, aux Etats-Unis, au Belarus, au Kazakhstan, en Macédoine, en Turquie, en Tunisie, en Ukraine, au Kirghizstan, en Russie, et en Serbie.

Fondée en 1988, International Campaign for Tibet a fait la promotion active des droits de l’homme et des libertés démocratiques du peuple tibétain. L’organisation a des bureaux à Washington DC, Amsterdam, Berlin et Bruxelles.

 http://www.tibetan.fr/?International-Campaign-for-Tibet

 

16 Décembre 2013
Le Président du Parlement Penpa Tsering rencontre le Commissaire aux droits de l’homme du Minnesota

 

DHARAMSHALA : Penpa Tsering, président du parlement tibétain en exil, a rencontré M. Kevin Lindsay, commissaire du département des droits de l’homme du Minnesota, et des membres de la communauté tibétaine à Chicago et Madison du 6 au 10 décembre. Il était au Minnesota sur invitation de la Tibetan American Foundation du Minnesota (TAFM).

Il s’est rendu au temple de Gyuto où il a rencontré plusieurs étudiants participant au Lamton, un programme d’éducation et de leadership qui fournit un accompagnement à des étudiants des collèges et lycées. Il a également visité la Tibetan Culture School (TCS) du Minnesota, une école d’apprentissage de la langue et de la culture tibétaines en week-end, qui compte plus de 138 étudiants.

Le président s’est adressé au public Tibétain du Minnesota le 7 décembre. Il a parlé de l’approche selon la voie du milieu de l’Administration Centrale Tibétaine, et d’autres sujets importants auxquels la communauté tibétaine fait face. Il a dit que l’approche selon la voie du milieu est la solution la plus pratique et logique pour résoudre la question du Tibet. Son discours a été suivi par une séance de questions-réponses.

Le président Penpa Tsering a quitté le Minnesota le 11 décembre pour Washington DC. La suite de son programme aux Etats-Unis comprend des visites au Vermont, au Connecticut et à New York.

http://www.tibetan.fr/?Le-President-du-Parlement-Penpa

 

16 Décembre 2013
L’Ambassadeur Locke demande instamment un dialogue pour apaiser les tensions au Tibet.

A l’occasion de la journée mondiale des droits de l’homme le 10 décembre, l’ambassadeur américain en Chine, M. Gary Locke, a appelé la Chine à protéger les libertés fondamentales de ses citoyens et à tenir des pourparlers constructifs avec le Dalai Lama. Dans sa déclaration pour cette occasion postée sur le site web de l’ambassade, Locke dit : « Les Etats-Unis appellent le gouvernement chinois à protéger les libertés fondamentales de tous ses citoyens sans discrimination. Nous pressons également les dirigeants chinois d’engager un dialogue constructif avec le Dalai Lama ou ses représentants, comme moyen de réduire les tensions ».

Locke a exprimé son admiration pour la riche diversité de la Chine mais a regretté des cas où il a été témoin de « politiques de la main de fer qui refusent les libertés élémentaires aux minorités ethniques et religieuses, dont les Ouigours, les Tibétains, les Mongols, sapant la confiance qui lie les diverses sociétés ».

Locke, qui a pris ses fonctions actuelles le 1er août 2011 et les quittera au début de l’an prochain pour rejoindre sa famille à Seattle, a aussi espéré que les dirigeants chinois apporteront bientôt de la substance à la notion que certains droits inaliénables appartiennent à tous les citoyens. Locke a été Gouverneur de l’Etat de Washington de 1997 à 2005 et Secrétaire d’Etat au commerce de 2009 à 2011.

Texte complet de la déclaration. : http://beijing.usembassy-china.org....


16 Décembre 2013
 
Deux abbés des monastères de Nangchen arrêtés et relâchés après une intervention publique.

DHARAMSHALA, 12 décembre : Au cours d’incidents distincts, deux abbés de deux monastères de la région de Nangchen au Tibet ont été arrêtés et relâchés après l’appel des résidents Tibétains, dit une source tibétaine.

Khenpo Kartse, l’abbé du monastère de Shabgon dans la région tibétaine de Nangchen, a été arrêté dans la nuit du 6 décembre dans la ville de Chengdu, capitale de la province du Sichuan, où il s’était rendu pour acheter une nouvelle statue pour son monastère.

Apprenant l’arrestation de Khenpo, des représentants des communautés tibétaines locales et la communauté monastique ont approché les autorités du gouvernement chinois en menaçant d’un « sit-in » si Khenpo n’était pas libéré. Plus de 400 Tibétains avaient signé une pétition demandant sa libération qui devait intervenir le 10 décembre.

Khenpo Kartse avait appelé ses camarades après sa libération, disant qu’il avait été détenu par la police de Chamdo. Selon la source, Khenpo est l’une des plus grandes figures religieuses de Nangchen, il était la cible des autorités chinoises.

Au cours d’un autre incident, Khenpo Gyurmey Tsuiltrim du monastère de Nangchen Tana a été arrêté le 29 novembre et relâché, dit la même source. Khenpo Gyurmey, abbé du monastère de Tana, a été arrêté pour avoir prononcé un discours sur la promotion et la préservation de la culture et du bouddhisme tibétains et le soutien des valeurs morales tibétaines, lors du festival de prières du Kagyu Monlam.

Les Tibétains représentant différents villages et monastères ont fait appel de sa détention auprès du gouvernement du comté de Yushul. Khenpo a été ‘provisoirement’ relâché sous conditions de suivre des sessions de rééducation de la pensée dans le comté.

http://www.tibetan.fr/?Deux-abbes-des-monasteres-de


16 Décembre 2013

3 moines de Driru arrêtés à Lhassa

DHARAMSHALA, 12 décembre : le 23 novembre 2013, la police chinoise a arrêté 3 moines du monastère de Driru Tarmoe à Lhassa, selon une source au Tibet. Les moines du monastère de Tarmoe à Driru s’étaient rendus dans la capitale tibétaine l’occasion de leurs congés annuels.

La source a ensuite dit que la police paramilitaire chinoise et le personnel de sécurité étaient arrivés au monastère de Tarmoe où seulement quelques moines et le gardien du temple du monastère étaient présents. La police a demandé où étaient les autres moines et exigé les clés des chambres des moines partis en congé. Les moines ont répondu à la police qu’ils n’avaient pas les clés. La police paramilitaire a alors immédiatement encerclé le monastère, fait irruption dans les chambres pour les fouiller, et a emmené divers objets personnels dont des ordinateurs portables, des téléphones cellulaires, des CDs… Pendant ce temps, les monastères de Rabten et Dongna à Driru ont également été encerclés par le personnel armé chinois. 8 moines du monastère de Rabten qui étaient partis étudier dans des monastères et des instituts à Palyul, Sershul et Serta ont également été arrêtés.

Du contrôle et de la surveillance stricts imposés par les autorités chinoises à Driru, qui a vu plusieurs protestations et répressions depuis septembre 2013, aucune information n’a filtré sur le lieu et sur les autres détails de ces arrestations.

Il a aussi été demandé aux moines et aux nonnes de Driru qui étudient dans d’autres comtés et préfectures de rentrer pour une « campagne d’éducation de la pensée » dit la source.

Le gouvernement chinois considère Driru comme l’une des régions les plus rétives, préparant des sentiments et activités anti-chinois dans la Région Autonome du Tibet (TAR), ajoute la source.

« Ils craignent que l’instabilité à Driru ait un effet boule de neige dans les autres régions de la TAR. C’est pourquoi ils se sont engagés à contraindre les Tibétains de Driru à de rigoureuses ‘campagnes de rééducation’ depuis septembre ».

http://www.tibetan.fr/?3-moines-de-Driru-arretes-a-Lhassa

 

11 Décembre 2013
Sikyong appelle à l’unité pour accomplir les souhaits des immolés

DHARAMSHALA : S’exprimant à l’occasion d’une prière pour les Tibétains qui se sont immolés pour la cause du Tibet, Sikyong Dr Lobsang Sangay a appelé aujourd’hui à l’unité et aux efforts concertés pour réaliser leurs aspirations de voir Sa Sainteté le Dalai Lama revenir au Tibet, et la liberté pour les Tibétains. La prière avait été organisée par l’Administration Centrale Tibétaine.

Un grand nombre de Tibétains et d’amis se sont rassemblés au temple principal de Dharamsala afin d’offrir des prières pour Kunchok Tseten, un père de famille de 30 ans, qui est mort après s’être immolé dans la région de Ngaba dans le nord-est du Tibet pour protester contre le régime répressif chinois. Après s’être mis le feu, il a lancé des slogans pour la longue vie de Sa Sainteté le Dalai Lama, le retour au Tibet de Sa Sainteté le Dalai Lama, et la prochaine réunification de tous les Tibétains au Tibet.

« Nous présentons nos sincères condoléances pour tous ces Tibétains qui ont sacrifié leur vie pour la cause du Tibet et exprimons notre solidarité avec les membres de leurs familles. Plus de 123 Tibétains se sont immolés par le feu au Tibet en demandant le retour de Sa Sainteté le Dalai Lama au Tibet et la liberté pour les Tibétains. 106 sont morts. Ce ne sont pas que des chiffres, mais de précieuses vies humaines. Nous devons renforcer notre unité et faire des efforts concertés pour accomplir leurs souhaits » dit Sikyong lors de la prière. La répression politique, l’assimilation culturelle, la discrimination sociale, la marginalisation économique, la destruction de l’environnement et l’absence de liberté religieuse sont les premières causes qui poussent les Tibétains à l’immolation. Le seul moyen de mettre fin à cette situation grave et brutale est, pour la Chine, de changer sa présente ligne dure au Tibet en respectant les aspirations du peuple tibétain (Livre blanc de l’Administration Centrale Tibétaine sur les immolations au Tibet).

L’Administration central Tibétaine a continuellement fait appel et dissuadé les Tibétains d’avoir recours à des actions drastiques, dont les immolations, comme forme de protestation. La responsabilité comme la solution au problème des immolations incombe au gouvernement chinois.

http://www.tibetan.fr/?Sikyong-appelle-a-l-unite-pour

 

11 Décembre 2013
Le Premier ministre et le Parlement tibétain expriment leur tristesse pour la disparition de Mandela

DHARAMSHALA, 6 décembre : Le Premier ministre tibétain et le parlement ont exprimé leur tristesse à l’annonce de la disparition de l’ancien héros anti-apartheid et premier président noir d’Afrique du Sud, Nelson Mandela. « Au nom de l’Administration Centrale Tibétaine, je voudrais exprimer ma profonde tristesse pour le décès de Nelson Mandela, qui a contribué à beaucoup de justice et de paix dans le monde » dit Lobsang Sangay, le Sikyong de l’Administration Centrale Tibétaine (autrefois connue en tibétain sous le nom de Gouvernement tibétain en exil).

Sangay, qui a souvent fait référence à Nelson Mandela comme “un exemple même de justice et de paix” pendant sa campagne pour le poste de premier ministre tibétain, a dit que la véritable vie de lutte de Mandela pour les sud-africains a donné espoir à l’humanité en général et particulièrement aux Tibétains, qu’à la fin la justice prévaut.

« En tant qu’étudiant en droit et activiste à un moment donné, j’ai travaillé sur Nelson Mandela et sur le mouvement anti-apartheid en Afrique du Sud. Le succès du mouvement anti-apartheid a donné beaucoup d’espoir à tous ceux qui cherchent la justice dans le monde » a t’il dit.

« Nelson Mandela est l’une des icônes de la paix dans le monde pour qui j’ai un profond respect. Avec sa disparition, le monde n’a pas seulement perdu un grand homme d’Etat, mais aussi un homme très bon. Son héritage de paix, de réconciliation et l’unité de l’humanité continueront à vivre et à inspirer bon nombre de personnes de par le monde ».

La Parlement en exil a présenté aujourd’hui ses condoléances à Jacob Zuma, président de l’Afrique du Sud, et à Mme Graca Mandela, épouse de Nelson Mandela.

« Nous sommes profondément attristés par la disparition de M. Nelson Mandela. Il était non seulement un grand leader pour le peuple sud-africain, mais aussi un modèle international d’inspiration pour la paix, l’égalité, la justice et la démocratie » dit Khenpo Sonam Tenphel, n°2 du Parlement tibétain. « Pour le peuple Tibétain en lutte, M. Mandela restera toujours un guide et un ami chaleureux de notre leader Sa Sainteté le Dalai Lama, tous deux Prix Nobel de la paix. Nous partageons avec les gens de votre pays la vive douleur de sa perte irréparable. Que son âme repose dans une paix éternelle ».

Nelson Rolihlahla Mandela a été incarcéré pendant 27 ans pour avoir dirigé un mouvement contre la discrimination raciale en Afrique du Sud, tout d’abord à Robben Island, puis dans les prisons de Pollsmoor et de Victor Verster. Il est décédé le 5 décembre 2013 à son domicile de Houghton, à Johannesburg. Il avait 95 ans.

http://www.tibetan.fr/?Le-Premier-ministre-et-le

 

11 Décembre 2013
Sa Sainteté présente ses condoléances pour la disparition de Nelson Mandela

 

Photo : Sa Sainteté le Dalai Lama avec Nelson Mandela lors de leur première rencontre au Cap, Afrique du Sud, en 1996.

New Delhi, Inde, 6 décembre 2013– Dans une lettre à la famille de Nelson Mandela, Sa Sainteté le Dalai Lama a exprimé sa profonde tristesse à l’annonce du décès de Nelson Mandela.

Sa Sainteté a écrit : « Avec sa disparition, le monde a perdu un grand leader, dont la détermination ferme et stoïque a joué un rôle majeur pour garantir la paix et la réconciliation pendant le processus de transition en Afrique du Sud après le règne de l’apartheid. Sous sa direction, l’Afrique du Sud s’est transformée par des moyens pacifiques, dans l’esprit de la réconciliation ».

Sa Sainteté a dit qu’un ami cher lui manquera personnellement, un ami qu’il avait espéré revoir et pour qui il avait beaucoup d’admiration et de respect. Dans sa lettre, Sa Sainteté continue en écrivant « il était un homme de courage, de principe et d’une intégrité indiscutable, un grand homme, quelqu’un dont on peut vraiment dire « il a vécu une vie pleine de sens ». Je prie pour lui et je vous présente mes sincères condoléances, aux membres de votre famille et à tout le peuple sud-africain ».

Finalement, Sa Sainteté a exprimé que malgré la disparition physique de Nelson Mandela, son esprit est toujours présent. Il a déclaré que le plus bel hommage que l’on puisse lui rendre est de faire tout ce qui est en notre pouvoir pour contribuer à honorer l’unité de l’humanité et à travailler pour la paix et la réconciliation comme il l’a fait.

http://www.tibetan.fr/?Sa-Saintete-presente-ses

 

9 Décembre 2013
 
Faute de visa, le dalaï lama n'assistera pas aux obsèques de Nelson Mandela

OBSÈQUES - La Chine aurait fait pression sur l'Afrique du Sud pour que le leader spirituel tibétain n'obtienne pas de visa...

 

Le dalaï lama, qui s'est vu refuser par deux fois un visa pour l'Afrique du Sud ces dernières années, ne se rendra pas aux funérailles de Nelson Mandela, Nobel de la Paix comme lui, a indiqué son porte-parole dimanche.

A l'annonce de la mort de Nelson Mandela, le dalaï lama avait déclaré avoir «personnellement perdu un ami cher, qu'il avait espéré encore revoir et pour qui il avait une grande admiration et un grand respect».

«Il ne prévoit pas d'y aller», a indiqué à l'AFP Tenzin Takhla depuis Dharamsala (nord de l'Inde), où vit le chef spirituel tibétain en exil, sans donner d'explications.

Deux refus de visas en deux ans

Le dalaï lama s'était vu refuser un premier visa en 2009 pour sa participation à une conférence de la paix à Johannesburg. Le leader spirituel tibétain avait été invité par Nelson Mandela pour s'exprimer dans le cadre d'une conférence organisée par la ligue nationale du football, sur la paix, l'harmonie et le rôle du football dans le monde.

Puis un deuxième visa lui était refusé en octobre 2011 pour les 80 ans de Desmond Tutu, archevêque anglican et prix Nobel de la paix, dans la ville du Cap.

Les pressions de la Chine

Le gouvernement du président Jacob Zuma avait alors été accusé par la presse sud-africaine et par l'opposition d'avoir cédé aux pressions de la Chine, partenaire diplomatique et économique important, qui a notamment pesé pour que l'Afrique du Sud entre dans le groupe des «BRICS» des puissances émergentes, avec le Brésil, la Russie et l'Inde.

La Chine tente de limiter les déplacements du chef spirituel tibétain, mettant en garde les gouvernements étrangers contre les conséquences sur leurs relations bilatérales de telles rencontres.

Rencontre de Nobels

Le dalaï lama avait rendu visite au Cap en août 1996 à Nelson Mandela lorsque celui-ci était le chef de l'Etat sud-africain. Les deux hommes s'étaient rencontrés pour la dernière fois en 2004 à Johannesburg.

Desmond Tutu fut Prix Nobel de la paix en 1984, Mandela en 1989 et le dalaï lama en 1993.

http://www.20minutes.fr/article/1260521/ynews1260521?xtor=RSS-176


8 Décembre 2013

Les Tibétains en exil accueillent le cycliste Rinpo

 

Photo : Rinpo Yak arrive à McLeod Ganj au terme de son voyage en vélo de 266 jours depuis Bruxelles, le 30 novembre 2013/Phayul photo/Kunsang Gashon

DHARAMSHALA, 1er décembre : les Tibétains en exil ont accueilli dimanche le cycliste tibétain en solitaire qui s’était donné pour mission d’attirer l’attention sur les atrocités de la Chine au Tibet et de recueillir des soutiens en faveur de la lutte du peuple tibétain pour la liberté au Tibet. Rinpo Yak, un Tibétain originaire de Ngaba en Amdo, l’une des régions les plus rétives depuis la protestation générale de 2008 au Tibet, a été accueilli par des centaines de Tibétains et de soutiens alors qu’il pédalait dans la rue de McLeod Ganj. Il a été couvert d’écharpes traditionnelles tibétaines lors d’une modeste cérémonie en son honneur à l’école du TCV, où Rinpo a achevé son tour à vélo.

Penpa Tsering, le président du Parlement tibétain a remercié Rinpo et lui a signifié sa reconnaissance pour son engagement au service de la cause tibétaine. Il a également remercié toutes les personnes qui individuellement ont mené des campagnes pour la cause du Tibet par le passé.

S’adressant à la foule rassemblée, Rinpo dit que c’était un petit effort dans l’espoir d’attirer l’attention sur la situation déplorable au Tibet. Il a déclaré que l’unité des Tibétains de par le monde est très importante pour la cause tibétaine, qu’il peut y avoir des différences dans les idéologies individuelles mais que l’unité du peuple tibétain doit prévaloir quand il s’agit de la cause tibétaine.

Au cours des 8 mois passés, il a traversé en vélo 400 villes différentes dans 15 pays d’Europe et d’Asie. Il a rencontré plus de 150 membres de parlements et remis des mémoires. Il a dit qu’il voulait faire connaître au monde les réelles aspirations des immolés du Tibet.

Au Népal, il a rencontré le haut commissaire des Nations Unies pour les réfugiés ainsi que l’ambassadeur américain à Katmandu.

Auparavant, entre 2000 et 2012, Rinpo Yak avait organisé des campagnes similaires : des marches pour la paix, des pèlerinages de prosternations, et un rallye cycliste au cours duquel il a parcouru 44 Etats d’Amérique pour mettre en lumière la situation critique des prisonniers politiques du Tibet, particulièrement de Sa Sainteté le 11ème Panchen Lama, Gendun Choekyi Nyima.

5 ONG tibétaines (RTYC, RTWA, GuChuSum, NDPT et SFT Inde) ont co-organisé l’accueil de Rinpo.

http://www.tibetan.fr/?Les-Tibetains-en-exil-accueillent


4 Décembre 2013


Une nouvelle immolation au Tibet en signe de protestation contre l' occupation chinoise

Tibet Post 4 Décembre 2013 http://www.thetibetpost.com/
en/news/tibet/3764-another-tibetan-sets-himself-on-fire-in-tibet-toll-reaches-124#.Up7rGHHJSvA.facebook Dharamsala : - selon un source en provenance du Tibet rapporte qu'un tibétain s'est immolé dans le comté de Machu dans la région de l' Amdo au nord est du Tibet , le mardi 3 Décembre 2013 , en signe de protestation contre le régime répressif chinois au Tibet . " Konchok Tseten (photo) , un nomade tibétain de 30 ans s'est immolé par le feu vers 17 heures (heure locale ) selon Lhamo Kyab , un Tibétain vivant en exil qui à témoigné au média pro tibétainTibet Post International . Konchok Tséten à rajouté que : " Certaines personnes qui étaient présentes au moment de cette immolation m'ont dit que Tséten a subi de graves brûlures " , ajoutant que Tséten a probablement pas survécu à l' auto-immolation . Konchok Tséten réside au vilage Delek Ruchen dans lecomté de Machu . Le nom de son père est Samkho et le nom de sa mère est Oga . Tsering 124 ème victime d' une vague d' imolations commencée en 2009 en signe de protestation contre le régime répressif chinois . Les Tibétain qui se sont immolés tibétains ont revendiqués la liberté pour le peuple tibétain et le retour d' exil du chef spirituel tibétain , Sa Sainteté le Dalaï Lama au Tibet .

http://www.thetibetpost.com/en/news/tibet/3764-another-tibetan-sets-himself-on-fire-in-tibet-toll-reaches-123

4 Décembre 2013
 
Célébration de 24eme anniversaire de la remise du prix Nobel de la Paix S. le DalaÏ Lama en décembre 1989 - Mardi 10 Dec 2013

La réunion annuelle inter-associative, en présence de Mr Ngodup Dorjee, représentant de Sa Sainteté le Dalaï Lama à Bruxelles et d’un membre du Kashag, se tiendra le :

Mardi 10 décembre 2013

Salle Olympe de Gouges (entrée libre)

15 rue Merlin

75011 Paris

14 h 00 à 16 h 30 – Réunion – débat, questions/réponses

17 h 00 – Célébration de 24eme anniversaire décerné au Sde la remise du prix Nobel de la Paix .S. le DalaÏ Lama en décembre 1989 animée par un spectacle de chants, danses … :

Entree libre à 17 heure

Organisateur :

Bureau du Tibet

Communauté tibétaine en France

Si vous êtes intéressés, merci de vous inscrire (pour La reunion) :

Tsering Dhondup 01 46 56 54 53 tibetoffice@orange.fr

ou Christiane tibetparis5@yahoo.fr

Secretary Bureau du Tibet 84 Boulevard, Adolphe Pinard 75014 PARIS

http://www.tibetan.fr/?La-reunion-annuelle-inter


4 Décembre 2013

Immolations tibétaines : désespoir face à l’indifférence mondiale
 

Le soleil brille par moins 20°. La prière des moines s’élève du fond de la vallée ourlée de neige. Nous nous trouvons à haute altitude, entourés des montagnes dentelées qui s’élèvent en bordure du plateau tibétain. Rude et magnifique, cette région à la périphérie du Tibet proprement dit, abrite six millions de Tibétains. Un moine balaie la neige qui couvre les marches menant à un petit stupa. Les Tibétains, enroulés dans leurs couvertures pour se protéger du froid, évoluent autour du monument, en faisant tourner les moulins à prières. Un peu plus haut et plus loin dans la montagne, une brume matinale s’accroche à la toiture dorée d’un monastère. Eparpillés dans ces vallées alpestres, les monastères préservent le mode de vie du Tibet. Des moines en robes bordeaux émergent de leurs premières dévotions de la journée, tandis que des femmes ornées de perles tournent autour du monastère, avant de se prosterner au sol.

Depuis que les troupes chinoises ont pris le contrôle au Tibet, il y a plus d’un demi-siècle, et que le dalaï-lama a dû fuir en exil, le nombre de monastères a considérablement chuté. Cela fait des mois maintenant que les journalistes sont tenus à l’écart des territoires tibétains tandis que la région est en proie à des tensions récurrentes. Nous avons pénétré secrètement. La Chine refuse toute intrusion étrangère ici. Les moines que nous avons approchés étaient nerveux. La Chine a renforcé sa surveillance. Un jeune moine a secoué la tête pour indiquer qu’il ne voulait pas nous parler ; d’autres nous ont fait signe de nous éloigner ou se sont repliés dans leurs quartiers. Tous possèdent de bonnes raisons de se montrer prudents. La Chine a resserré son emprise, non seulement sur les monastères, mais sur tous les aspects propres à la culture tibétaine.

Chez les Tibétains, les frustrations ne cessent de grandir. Et il y a un sentiment général que, depuis la crise financière, le monde extérieur - l’Occident en particulier - n’a plus tellement envie de confronter la Chine à ses records en matière de droits humains. Ce que veulent les nations, c’est l’accès au marché chinois et à ses capitaux. Les Tibétains ont donc eu recours à des formes de protestation extrêmes, allant jusqu’à s’immoler par le feu. C’est ce qu’ont fait au moins cent vingt d’entre eux au cours des trois dernières années, pour protester contre la domination chinoise sur leur terre natale. On dit que certains ont réclamé le retour du dalaï-lama au moment où ils s’immolaient. Alors qu’il s’agit sans doute d’actes de désespoir, la Chine prétend que ces hommes et femmes sont poussés, voire même payés, par le dalaï-lama.

Face au risque de contamination, la répression s’est encore accrue, et l’on assiste à des arrestations et même à des emprisonnements de Tibétains accusés d’avoir aidé ceux qui se sont immolés.

Des drapeaux de prières claquent à l’extérieur de la maison d’un homme qui s’est donné la mort. Nous partons à la recherche de sa famille dont nous tairons l’identité. Son frère a déclaré que, père de deux enfants, il n’avait pas reçu d’argent du dalaï-lama et que cette simple suggestion était une insulte. Il a raconté que les autorités étaient venues l’interroger à de nombreuses reprises. Ils voulaient savoir pourquoi son frère avait commis un tel geste, mais tout ce qu’il pouvait leur répondre, c’était que son frère était un homme bon, ayant agi en son âme et conscience. Les Tibétains sont frustrés, a-t-il ajouté. “En tant que Tibétain, je me sens souvent inférieur, et cela me rend misérable", a-t-il expliqué. "Quand un Tibétain va à la ville pour trouver du travail, on le trouve plus foncé de peau et plus sale que les autres ; nous sommes souvent discriminés. Je trouve que nous sommes vraiment traités différemment." Il a insisté sur le fait que les autorités n’avaient pas exercé de représailles sur sa famille. Mais le père et la mère de l’homme étaient visiblement nerveux à l’idée de parler avec des journalistes étrangers.

Les points de dissension au Tibet • La Chine prétend que le Tibet a toujours fait partie de son territoire • Le Tibet a connu de longues périodes d’autonomie • La Chine a envoyé son armée en 1950 • Le refus de la domination chinoise a conduit à un soulèvement sanglant en1959 • Le chef spirituel du Tibet a dû s’enfuir en Inde • Le dalaï-lama prône maintenant une “voie médiane” auprès de Pékin, en parlant d’autonomie et non d’indépendance

Dans ces espaces désolés, balayés par les vents, où les bergers surveillent des yacks noirs à l’abondante toison errant à flanc de colline, il y a peu de travail pour les Tibétains. La Chine déclare qu’elle est en train de remédier à cela en construisant des routes et en apportant une nouvelle richesse. Mais le développement est un autre sujet de conflit.

A la mi-août, des gens ont manifesté au Tibet central parce qu’ils craignaient que les projets miniers ne détériorent l’environnement local. Beaucoup de Tibétains ont le sentiment que leurs ressources sont exploitées pour le seul profit des Chinois. La réponse chinoise face à ces manifestations, comme face à presque toutes les marques d’opposition tibétaine, a été brutale. Des groupes de Tibétains en exil ont rapporté que la police était intervenue en lançant des gaz lacrymogènes et en utilisant des matraques électriques pour disperser la manifestation. Dans un autre village, nous avons rencontré une femme qui engrangeait des bottes de foin pour ses bêtes, en prévision de l’hiver. Elle nous a dit qu’il y avait eu cinq ou six immolations dans le monastère près de chez elle. Elle a refusé de nous donner son nom, mais a évoqué la répression qui avait suivi les immolations. "Nous nous sentons sous pression. Il y a eu des arrestations. La police est venue et a emmené des gens. Les familles ne savent même pas où ont été conduits leurs parents. "

Non loin de là, des Tibétains tournaient autour d’un sanctuaire en actionnant de gros moulins à prières. Un groupe de femmes âgées se sont inclinées devant le bâtiment, mains jointes, avant de se prosterner de tout leur long en récitant des prières. Depuis le nouveau tour de vis des autorités et le black-out médiatique, les immolations sont moins fréquentes. Mais ce dont on ne se préoccupe pas, ce sont des doléances ici : les Tibétains ont l’impression qu’ils sont marginalisés, que leur culture est gommée et qu’’ils sont condamnés au silence, pendant que le reste du monde regarde ailleurs.

version originale  : http://www.bbc.co.uk/news/world-asi...

http://www.tibetan.fr/?Immolations-tibetaines-desespoir
 


4 Décembre 2013

La Chine détient 8 Tibétains dans le Comté de Palyul
 

DHARAMSHALA, 29 novembre : Huit Tibétains dont 6 moines sont détenus par les autorités chinoises dans le comté de Palyul depuis vendredi dernier, rapporte le Tibet Times.

Les Tibétains ont été arrêtés par les autorités chinoises qui ont mis en garde sur une protestation que les Tibétains avaient prévu de mener le lendemain. Selon des sources, 2 officiels locaux avaient volé un camion de pierres sacrées sur un lieu de pèlerinage au monastère de Khangmar Nyingma. Une partie des pierres volées aurait été vendue en Chine et le reste a été vu à l’extérieur d’un site de construction géré par l’administration du comté, disent les sources.

Les Tibétains avaient décidé d’organiser une protestation le 23 novembre mais ils ont été arrêtés avant.

Plusieurs appels des Tibétains vers l’administration du comté pour restituer les pierres volées à leurs propriétaires ont été ignorés.

Le monastère a été placé sous surveillance permanente et des forces de sécurité chinoises supplémentaires patrouillent dans les rues de Terlung. Un contrôle strict de toutes les installations de communication rend difficile l’obtention de plus amples informations.

 
 

1er Décembre 2013

Dharamshala 29 Novembre: Le premier groupe de 17 colons tibétains le cadre du projet de réinstallation du Tibet au Canada a quitté pour Toronto et Ottawa jeudi. Les 17 Tibétains appartenaient au règlement Miao Choephel Ling dans l'Arunachal Pradesh, en Inde. Ils seront reçus par des sponsors privés et les défenseurs du Tibet au Canada. L'tibétain Premier ministre Dr Lobsang Sangay a rencontré les Tibétains au Bureau de Sa Sainteté le Dalaï Lama à New Delhi mercredi. Le PM a informé les Tibétains à préserver la culture tibétaine, y compris les anciennes valeurs morales tibétain tout en vivant au Canada. Il a apprécié le soutien du gouvernement du Canada en disant que les Tibétains ne faut jamais oublier la générosité de gouvernement du Canada et de ses habitants. Le projet de réinstallation du Tibet a été lancée après un appel lancé par le leader tibétain, Sa Sainteté le Dalaï Lama lors de sa rencontre avec l'ancien Le Premier ministre canadien Stephen Harper en 2007. Le projet vise à immigrer 1000 Tibétains des colonies tibétaines de Miao, Tezu, Tuting, Tenzin Gang, Bomdila et Tawang. Le deuxième lot de Tibétains quittera le 14 Décembre, 2013 suivie troisième lot en Avril 2014. Le projet de réinstallation ensemble devrait être terminé en mai 2016. En 1972, le Canada a créé le Programme de réfugiés tibétains et réinstallé environ 230 Tibétains au Canada qui vivait dans le nord de l'Inde. Canada a une longue tradition de faciliter l'immigration pour divers groupes dans le monde entier en faisant correspondre les immigrants éventuels à des commanditaires de la communauté au Canada grâce à des commandites privées.

http://www.phayul.com/news/article.aspx?article=First+group+of+Tibetan+settlers+in+Canada+leaves+India&id=34284
APACT  
 


Association Humanitaire exclusivement composée de bénévoles qui vient en aide aux réfugiés tibétains qui mènent la vie de l'exil et du dénuement dans les camps installés depuis 55 ans en INDE et au NEPAL.












 
Apact sur Facebook  
   
Publicité  
   
Site Internet.  
 
Association Paloise pour l'Art et la culture du Tibet archives 1986-2008


APACT sur Facebook




http://perso.numericable.fr/apact


Galerie de photos


"Mainpat 2009" le film


"Mainpat 2011" le film


"Mainpat 2013"


"Le Lion des Neiges"Film documentaire de Claude Le Gallou




PARRAINAGES DE COMMUNES EUROPEENNES AVEC DES COMMUNES TIBETAINES


Hommage à Phurbu Dolma




Beru Khyentse Rinpoche à Pau Aout 2013




Prisonniers Tibétains


Discours de Monsieur Robert BADINTER, Ancien Ministre de la Justice Lors du RASSEMBLEMENT EUROPEEN POUR LE TIBET à PARIS le 14 mars 2015.

 
Siège Social.  
 

 
Adresse postale.  
 

---------- Contact ----------
info@apactpau.fr
apactpau@yahoo.fr
apactpau@free.fr
apact64@yahoo.fr - webmaster
 
visiteurs  
 
 
Visiteurs. 283885 visiteurs (656592 hits)